Pourquoi Netscape était (pour moi) un exemple bizarre du partage d’equity entre les fondateurs

netscape_logo

CLARK ANDREESSEN
Marc Andreessen et Jim Clark , les fondateurs de Netscape

Vous ne savez sans doute pas que je dois beaucoup à High Tech Start Up de Nesheim, chez qui j’ai trouvé l’inspiration pour mes tables de capitalisation. Si vous ne connaissez pas Nesheim, permettez-moi de citer Steve Blank dans sa bibliographie de 4 Steps to the Epiphany : « High Tech Start Up est le mètre étalon pour toutes les étapes de financement du capital-risque jusqu’aux introductions en bourse ».

Il y avait un exemple de tableau chez Nesheim qui était choquant pour moi et je ne l’avais jamais mentionné jusqu’à présent. Je l’ai numérisée à partir livre de Nesheim. Je n’ai pas demandé d’autorisation, mais j’espère ne pas avoir des ennuis !

Netscape-Nesheim
Cliquez sur l’image pour agrandir

Voyez-vous pourquoi je l’ai trouvé choquant ? Sinon, jetez-y encore un coup d’œil. Si ce n’est pas encore le cas, suivez-moi quelques instants. J’ai décidé de chercher le prospectus d’introduction en bourse de Netscape, et je l’ai trouvé en deux formats, en html pour le prospectus d’IPO sur l’archive Internet ainsi qu’un pdf pour le dossier de demande S-1. Ils donnent des chiffres légèrement différents, mais j’ai pu construire le tableau qui suit.

Netscape-captable
Cliquez sur l’image pour agrandir

Et maintenant ? Eh bien, je n’avais jamais compris pourquoi les deux fondateurs, James Clark et Marc Andreessen pouvaient avoir une telle différence dans le nombre d’actions (equity). Comment pouvait-il y avoir un facteur 10, même en sachant que James Clark était un entrepreneur plus expérimenté (il était un ancien professeur de Stanford et co-fondateur de Silicon Graphics) alors que Marc Andreessen n’avait aucune expérience mais était l’auteur de Mosaic, le prédécesseur de Netscape comme navigateur. (Netscape est une triste illustration des mauvaises relations entre une université – l’Université de l’Illinois – où une technologie a été développée et des entrepreneurs, mais ceci est une autre histoire.)

Eh bien j’ai trouvé la réponse grâce aux deux documents : Jim Clark était
– premièrement, un co-fondateur et les deux fondateurs avaient 720’000 actions fondateurs et
– deuxièmement, un business angel : il avait investi 3 millions de dollars dans la série A et 1,1M$ dans la série B. Il avait ainsi obtenu l’équivalent de 9M d’actions ordinaires 8common) pour son investissement.

Cela me conforte dans l’explication générale que je donne habituellement sur ​​le partage des actions entre fondateurs, puis avec les investisseurs, gestionnaires et employés comme vous pouvez le voir dans Répartition des actions dans les start-up ou sur Slideshare. Tout d’abord, les fondateurs divisent les parts en fonction de leurs contributions non financières, puis les investissements sont pris en compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.