Le monde est-il devenu fou? Peut-être bien…

J’aurais voulu écrire cet article le lendemain du 14 juillet et des événements tragiques de Nice. Mais il m’aura fallu un peu plus de temps. Les start-up, l’innovation sont avant tout pour moi une passion, un sujet qui m’enthousiasme. J’y vois de multiples raisons d’optimisme, d’espoir pour l’humanité et la planète dans son ensemble. Mais à tout pole positif, son négatif, à toute analyse optimiste d’un sujet complexe, son pendant pessimiste. Il ne s’agit pas d’analyser des oppositions « simplistes » à l’innovation et à la créativité entrepreneuriale, mais de mentionner ici quelques travaux qui démontrent, par leur profondeur, la complexité du sujet.

La controverse la plus simple, et sans doute la moins intéressante des trois, que je vais présenter ici nous vient des États-Unis. Deux chercheurs du MIT, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, explique les risques de l’automatisation que nous apportent les sciences et technologies de l’information de la communication (TIC). Dans Race Against The Machine suivi de The Second Machine Age, ils montrent que de nombreux emplois vont nécessairement disparaitre avec le développement des TIC. Tous les progrès technologiques ont créé de tels risques (imprimerie, machine à vapeur, électricité) mais il semble que les TIC sont d’une dimension bien supérieure, avec le « fantasme » du transhumanisme, qui laisse entendre que l’homme pourrait être totalement remplacé par la machine. (notez que le second ouvrage est traduit en français chez Odile Jacob – Le Deuxième âge de la machine: Travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique).

Brynjolfsson-McAfee

Le livre est une excellente introduction aux défis que la planète va rencontrer et laissez-moi en citer un passage. Le chapitre Au-delà du PIB commence par une citation de Robert Kennedy: « Le produit national brut ne comprend pas la beauté de notre poésie ou l’intelligence de notre débat public. Il ne mesure ni notre esprit ni notre courage, ni notre sagesse ni notre connaissances, ni notre compassion ni notre dévouement. Il mesure tout, en bref, à l’exception de ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue ». Je sais que ces ouvrages ont été des best-sellers aux USA, sans doute parce qu’ils posent des questions intéressantes. Mais je dois dire que j’ai trouvé le sujet un peu survolé et manquant d’analyse (en termes de données, de faits) par rapport aux deux ouvrages que je vais aborder maintenant.

Piketty-Stiegler

Le capital au 21e siècle de Thomas Piketty est un des livres les plus impressionnants que j’ai jamais lu. Je ne vais pas en donner mon résumé ici et je vous encourage à lire la page wikipedia ou les slides de son site web, si vous n’avez pas le courage de lire les quelques 900 pages de ce pavé ! mais à nouveau c’est un livre absolument remarquable dont voici 4 figures qui vous mettront peut-être l’eau à la bouche.

Piketty-tables-fr

Piketty montre que la capitalisme a atteint ses limites sans doute en raison d’une globalisation non régulée mais plus grave encore parce que la croissance de la planète ne sera sans doute ce qu’elle a été pendant les trente glorieuses. Piketty est assez proche des thèses de Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, mais il me semble beaucoup plus convaincant sur les causes, effets et remèdes. Bernard Stiegler a écrit un livre étrange, Dans la disruption – Comment ne pas devenir fou ? C’est un livre très difficile à lire, plus proche de la philosophie et de la psychologie, mais derrière la difficulté, quelle analyse passionnante, riche et elle aussi, prenant en compte la complexité. Si vous craignez les lectures exigentes, vous pouvez écouter Stiegler dans une série de 15 émission d’une heure environ, produite par la Radio Suisse Romande en juin 2016: voir le site de Histoire Vivante qui est consacré aux travaux de Ars Industrialis. La thèse principale de Stiegler est que le capitalisme est devenu fou et que l’absence de régulation, de freins peut vous conduire vers la folie. La « disruption » peut avoir du bon quand elle est suivie d’une phase de stabilisation. Et aussi graves que les analyses économique de Piketty, Stiegler explique sans aucun doute pourquoi des individus deviennent aux fous au point de provoquer des événements comme celui de Nice.

HistoireVivante-ArsIndustrialis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *