L’état de la technologie européenne

La récente publication The State of the European Tech, coparrainée par Atomico et Slush, est une analyse extrêmement intéressante de la scène technologique européenne ainsi que du capital-risque continental. Il s’agit d’un long document de 118 diapositives, mais la plupart des pages (pas toutes) alimentent la réflexion.

Voici quelques commentaires, dans l’ordre des pages:

– L’introduction est trop optimiste (diapositives 5-7). Je doute du sous-titre: l’avenir est inventé en Europe. Mais cela a toujours été la vision du fondateur d’Atomico, par exemple L’Europe et les start-up – devrions-nous nous inquiéter? Ou y a t-il de l’espoir?) l’avenir nous le dira. Un point intéressant toutefois: Londres, Berlin et Paris sont les 3 hubs principaux en Europe et Paris a dans doute été sous-estimée (dans le passé).

– L’esprit d’entreprise s’améliore constamment (diapositives 15-16). Les entrepreneurs en série sont plus nombreux (diapo 18). Et l’étude mentionne leur importance non pas tant comme futurs entrepreneurs à succès (vous connaissez peut-être mes doutes – cf Les serial entrepreneurs sont-ils meilleurs?), mais en raison de l’expérience et le réseau qu’ils apportent.

– J’aime la slide 21 avec l’EPFL au 4ème rang mondial en Informatique (bien que je déteste ces classements!). La Suisse est clairement sur la carte avec le Royaume-Uni. Je suis honnêtement moins convaincu de l’impact des écoles de commerce pour la technologie (diapo 22). Le talent existe en Europe mais peut ne pas être disponible pour la technologie (diapositive 23).

– Encore une fois, les trois principaux hubs sont évidents: ensemble, Londres, Paris et Berlin dépassent la Silicon Valley pour les emplois. Mais le classement de 4 à 20 est principalement lié à la taille de la ville, pas tellement pour une quelconque autre raison apparente. La technologie crée des emplois plus rapidement que les autres industries (diapositive 26). Mieux vaut tard…! Mais là encore l’Europe est fragmentée avec 153 hubs technologiques identifiés (diapositive 34)

Migrants (diapositives 27-29). Encore une fois le Royaume-Uni est #1. La France et l’Allemagne suivent. Et la Suisse est bien classée (à l’exception des non-Européens).

– Les entrepreneurs locaux veulent rester dans leur pays ou leur région (diapo 37): 60% préfèrent leur région au reste de l’Europe (17%) ou la Silicon Valley (12%), même si 25% des fondateurs ont incorporés hors de leur pays d’origine (diapo 38). Il est clair que l’Europe existe! Même si la diapositive 39 montre plus de migrations de proximité à l’intérieur de l’Europe, à l’exception de Londres et de Berlin à nouveau et les liens entre les hubs sont faibles (diapo 41)

– Les diapositives sur le capital-risque sont les plus surprenantes. La diapositive 46 montre que les investissements européens ont bondi de moins de 5 milliards de dollars avant 2013 à 13 milliards de dollars en 2015-16. (En comparaison les États-Unis en sont à environ $30B). Et la croissance est cohérente de l’amorçage (seed – $0-2M) aux étapes amont (early $2-5M) et ultérieures ($10-50M+). Je rassemble ici leurs données sur le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et la Suisse (diapositives 50-52). Une nouvelle génération d’investisseurs est confirmée, ceux qui avaient d’abord été des entrepreneurs (diapositive 60). Les premiers acteurs de ce genre étaient Zennström/Atomico, Liautaud/Balderton, Niel/Kima. Mais beaucoup d’autres apparaissent. Une nouvelle génération de fonds émerge également (diapo 64), et oui, les fonds américains investissent en Europe (diapo 65)

atomico_european_vc

– Leur section sur la « deep tech » est moins convaincante (pour moi). Probablement parce que je n’ai pas bien compris ce qu’ils voulaient dire par là et pourquoi elle serait si particulière en Europe. Les diapositives 78-9 sur les géants technologiques américains arrivant en Europe et sur leurs acquisitions en Europe méritent d’être lues par contre.

– Je n’ai pas été non plus convaincu par la soi-disant prise de conscience croissante des entreprises européennes quant à l’importance de la technologie. Leurs investissements et acquisitions sont encore faibles par rapport à leurs homologues américaines (diapositives 84-86). Mais la diapo 83 est la confirmation d’une situation inquiétante. Ceci est un autre illustration de l’innovation darwinienne et lamarckienne. Regardez la figure qui suit.

atomico_european_giants

– La section sur les scale-up et les sorties (diapositives 89-101) aurait pu être appelées « licornes et IPOs ». Je vois plutôt dans tout cela des bulles spéculatives et des créations à faible valeur. Pas assez bienn et pas assez tech …

– Enfin, la slide sur risques de la situation européenne vaut la peine de passer quelque temps (slide 104). Ils les classent en problématiques business (40%); problématiques économiques (30%); problématiques européennes (22%); problématiques internationales (8%). Mais je trouve leur classification est subjective. Par exemple, si vous combinez l’aversion pour le risque (4%), la peur (2%), l(e manque d)’ambition (2%), soit 8%. Et avec le talent (4%), l’innovation (3%) et l’éducation (2%) encore 9%. Ces éléments que je considère comme culturels pourraient être considérés comme assez élevés …

Toutes ces notes ont été prises pendant la lecture du document donc ne les voyez pas comme une analyse approfondie et vous devriez construire votre propre avis de cette analyse vraiment intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *