Les inégalités mettent le rêve américain en péril

Comme je suis un grand fan de Piketty et de Harari en plus d’être un fan des start-up, j’ai été attiré par cet article du Stanford Magazine: Ce n’est pas l’économie de vos parents – L’inégalité met le rêve américain en péril. Voici le message le plus frappant:

Selon le document «Fading American Dream», 92 pour cent des personnes nées en 1940 gagnaient plus d’argent à l’âge de 30 ans que leurs parents à l’âge de 30 ans. Seules 50% des personnes nées en 1984 y arrivaient.
[…]
En essayant d’expliquer pourquoi la mobilité est tombée si rapidement, Chetty, Grusky et leur équipe ont considéré deux scénarios « contrefactuels » pour ceux nés dans les années 1980. Le premier suppose une croissance plus élevée du PIB, équivalente à celle observée par ceux nés en 1940, mais réparti comme il l’a été récemment. Le deuxième utilise la croissance du PIB réel pour la cohorte des années 1980, mais suppose une distribution «plus largement partagée». Comme l’explique le document, «le premier scénario agrandit la taille du gâteau économique, en le répartissant selon les proportions [inégalitaires] d’aujourd’hui. Le second maintient la taille du gâteau fixe, mais le divise plus uniformément comme par le passé.
[…]
Le scénario de croissance du PIB plus élevé a augmenté la mobilité – de 62% par rapport à 50%. Mais le scénario de croissance plus largement partagée l’a encore améliorée, augmentant la mobilité à 80 pour cent. Pour atteindre ce niveau de mobilité plus élevé, le seul PIB devrait nécessiter une croissance de 6,4% par an. (Les années récentes ont connu une croissance inférieure à 3% aux États-Unis).
[…]
« Nous avons pu conclure que si vous vous souciez d’une mobilité ascendante, la croissance globale ne suffirait pas à la restaurer; au lieu de cela, la croissance doit être plus équitablement distribuée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *