Silicon Valley 2018: Les libertariens ont remplacé les hippies

Alors que Trump et Harari étaient à Davos, je visitai la Silicon Valley pour la nième fois. Plus encore que lors de mes derniers voyages en 2014 et 2016, j’ai pu ressentir le fossé qui s’est créé entre la Silicon Valley que j’ai découverte et aimée à la fin des années 80 et celle qui se développe aujourd’hui (et que j’aime encore).

Comme me l’a dit un de mes interlocuteurs, la génération Hippie – que Leslie Berlin décrit dans ses Troublemakers et qui jusqu’à Brin et Page essaya de démocratiser la technologie – a été remplacée par l’égoïsme libertarien des réseaux sociaux que même Reid Hoffman aura bien du mal a rééquilibrer (voir It’s Time to Change Silicon Valley Culture). Les tours grimpent à San Francisco, les pauvres ont dû partir ou vivent dans des tentes un peu partout sur la baie, les fonds de capital-risque ne sont pas aussi performants que l’on croit, les licornes risquent bien de disparaître les unes après les autres, il faut 3h pour aller de Berkeley à Palo Alto si on part à 6h du matin, on trouve plus de fondateurs que d’entrepreneurs selon Leslie Hook, et même Steve Blank s’intéresse un peu moins aux startups pour se tourner vers l’innovation des organisations gouvernementales.

Cela fait un peu querelle des anciens et des modernes mais je ne suis pas sûr que Steve Jobs transmettrait le bâton à cette nouvelle génération quand il disait en 2005 [la mort] nettoie l’ancien pour laisser la place au neuf. Certains pensent que la Silicon Valley a atteint ses limites, mais AnnaLee Saxenian disait la même chose… en 1979. Vivrons-nous assez vieux pour avoir la réponse?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.