Des leçons de management par Kleiner Perkins (Partie I) : Mesurer ce qui compte – John Doerr

Kleiner Perkins est une, pour ne pas dire la référence du capital-risque – mais il y a aussi Sequoia. Lorsque leurs partenaires écrivent quelque chose, cela vaut souvent la peine de les lire. Et ce mois-ci, deux d’entre eux publient un livre! Je commence ici avec John Doerr et son Measure What Matters (bien que ce soit la publication de poche – la couverture rigide a été publiée en 2017). Dans mon prochain post, j’écrirai à propos de Straight Talk for Startups de Randy Komisar.

Les idées sont faciles. La mise en œuvre est tout.

Doerr est une légende de la Silicon Valley. Il doit beaucoup aux pionniers de la Silicon Valley, comme Noyce et Moore et particulièrement à Andy Grove, dont il parle beaucoup: il l’appelle un des pères des OKR. Le chapitre 2 parle de Grove qui a dit «il y a tellement de gens qui travaillent si dur et qui font si peu de choses». Cela me rappelle L’illusion de l’innovation ou « comment si peu est créé avec autant de travail ». Et beaucoup d’entrepreneurs lui sont redevables, à commencer par les fondateurs de Google. C’est sans doute pourquoi Larry Page est l’auteur d’un court mais remarquable avant-propos sur les OKR: « Les OKR sont un processus simple qui aide les entreprises à aller de l’avant … Les OKR nous ont aidés à atteindre 10 fois plus de croissance, de nombreuses fois ».

Et Doerr commence par un hommage à Google et à ses deux fondateurs (page 4):
Sergey était exubérant, mercuriel, fortement opiniâtre et capable de franchir des abîmes intellectuels d’un seul bond. Un immigrant né en Union soviétique, il était un négociateur rusé et créatif et un leader avec des principes. Sergey était agité, toujours à pousser pour avoir plus; il pouvait se jeter sur le sol au milieu d’une réunion pour faire des pompes.
Larry était un ingénieur d’ingénieur, le fils d’un pionnier de l’informatique. Il était un non-conformiste à la voix douce, un rebelle avec une cause 10x: rendre l’Internet exponentiellement pertinent. Tandis que Sergey fabriquait le commerce de la technologie, Larry travaillait sur le produit et imaginait l’impossible. Il était un penseur des horizons avec ses pieds ancrés dans le sol.

Alors, que sont ces OKRs? C’est un acronyme pour « Objective & Key Results ». « Un objectif est simplement le QUOI, ce qui doit être atteint. Les résultats clés mesurent et contrôlent le COMMENT, comment atteindre l’objectif. » (Page 7) Mais il n’y a pas de recette. Chaque entreprise ou organisation devra avoir les siennes. « Par définition, les start-ups se débattent avec l’ambiguïté … Vous n’allez pas trouver le système juste dès la première fois. Ce ne sera pas parfait ni la deuxième ni la troisième fois non plus. Mais ne vous découragez pas. Persévérez. Vous devez l’adapter et le faire vôtre. » (Page 75)

Maintenant, si vous avez besoin de ce genre de conseil, lisez le livre de Doerr …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.