Archives de catégorie : A lire ou a voir

Des leçons de management par Kleiner Perkins (Partie IV) : Straight Talk for Startups de Randy Komisar

J’ai promis une suite sur Straight Talk for Startups dans mon post précédent qui décrivait la première partie du livre. Après avoir maîtrisé les fondamentaux, qui est en effet un fondamental , sa partie II sur le choix des investisseurs est aussi fondamentale.

Mais avant de décrire ces 13 nouvelles règles, permettez-moi de passer directement à la règle 100: apprenez les règles par cœur pour savoir quand les enfreindre.
« Les apprentis travaillent avec acharnement pour apprendre les règles; les compagnons perfectionnent fièrement les règles; mais les maîtres oublient les règles. Cela existait déjà au Moyen Âge, et le capital-risque et l’entrepreneuriat ne sont pas différents. Le monde du capital-risque forme de plus en plus d’apprentis, tandis que les maîtres, comme Tom Perkins, sont rares.
Les règles de ce livre ont été testées. Vous familiariser avec elles vous aidera à repérer les problèmes avant qu’ils ne surviennent. L’intuition n’est pas seulement une pensée instantanée venant de l’estomac; c’est aussi un bon jugement éclairé par la connaissance.
La plupart des règles sont faites pour les situations moyennes; elles sont destinées à être brisées lorsque les circonstances l’exigent. Nos règles ne sont pas différentes. Laissez ces règles servir de pierres d’angles pour guider en cours de route vos décisions difficiles, et pas de meules pour vous écraser. Vous seul pouvez décider quelles règles appliquer, contourner ou ignorer lorsque vous faites face à vos propres problèmes et opportunités.
Vous trouverez peut-être une règle ou deux avec laquelle vous n’êtes pas d’accord. Si nous vous avons encouragé à examiner votre propre expérience et à arriver à une conclusion réfléchie mais contradictoire, alors nous avons fait notre travail. Ne confondez pas un événement exceptionnel avec un principe directeur.
Nous sommes rarement capables de réaliser exactement ce que nous voulons dans les affaires. Le compromis n’est pas un gros mot. Mais vous ferez mieux à la fin si vous vous familiarisez avec ce que les autres ont fait auparavant. Vous en savez plus, alors agissez sans peur, faites confiance à votre intuition, et faites vos propres règles quand vous les maîtriserez. »

Et voici donc les règles 29 à 41.
# 29: ne pas accepter d’argent d’étrangers
# 30: les incubateurs sont bons pour trouver des investisseurs, pas pour développer des entreprises
# 31: évitez le capital-risque, sauf si vous en avez absolument besoin
# 32: si vous choisissez le capital-risque, choisissez le bon type d’investisseurs
# 33: conduisez une analyse (due diligence) détaillée de vos investisseurs
# 34: richesse personnelle ≠ bon investisseur
# 35: choisissez des investisseurs qui pensent comme les opérateurs
# 36: traitez directement avec les décideurs
# 37: trouvez des investisseurs stables
# 38: sélectionnez les investisseurs qui peuvent aider les futurs financements
# 39: les syndicats d’investisseurs doivent être gérés
# 40: une entreprise à forte intensité capitalistique requiert des investisseurs aux poches profondes
# 41: les investisseurs stratégiques posent des défis très particuliers

Je ne sais pas si j’ajouterai un autre article sur ce livre mais ces deux-ci devraient avoir suffi à vous convaincre de la qualité de Straight Talk for Startups.

Des leçons de management par Kleiner Perkins (Partie III) : Straight Talk for Startups de Randy Komisar

Avec comme sous-titre 100 règles d’initiés pour passer les obstacles – de la maîtrise des fondamentaux à la sélection des investisseurs, la collecte de fonds, la gestion du conseil d’administation et la liquidité, Randy Komisar a un objectif ambitieux dans Straight Talk for Startups – le parler-vrai pour les startup – et il y parvient!

Komisar est un investisseur expérimenté (et brillant) de la Silicon Valley. J’ai déjà mentionné ici ses livres précédents The Monk and The Riddle et Getting to Plan B , ainsi que nombre de ses conseils. Dans son nouveau livre, il essaie de donner de précieux conseils parce que «les entrepreneurs n’ont pas aujourd’hui le luxe d’apprendre par itération» [page xix de l’introduction]. The Times They Are A-Changin’ comme le dit le chanteur et les enjeux sont tout simplement trop élevés… Komisar donne donc «les éléments cruciaux, comme la création de deux plans financiers, l’embauche d’experts à temps partiel plutôt que de généralistes à plein temps; savoir quoi mesurer et les pièges d’agir trop tôt; et la criticité des bases économiques et du fonds de roulement» [Page 1]. Je dois admettre que j’étais un peu surpris, après avoir lu les premières règles, mais j’ai vite à nouveau été séduit.

Si vous n’avez pas le temps de lire ce livre, ce qui serait vraiment dommage, regardez au moins ses 100 règles. Voici les 28 premières de sa partie 1 – maîtriser les fondamentaux:
# 1: démarrer une entreprise n’a jamais été aussi facile, réussir n’a jamais été aussi difficile
# 2: essayez d’agir normalement
# 3: visez une amélioration d’un ordre de grandeur
# 4: commencez petit, mais soyez ambitieux
# 5: la plupart des échecs résultent d’une mauvaise exécution, pas d’une innovation infructueuse
# 6: les meilleures idées proviennent des fondateurs qui sont des utilisateurs
# 7: ne faites pas évoluer votre technologie avant qu’elle ne fonctionne
# 8: gérez avec une attention maniaque
# 9: ciblez des marchés dynamiques à croissance rapide
# 10: n’embauchez jamais le meilleur second
# 11: menez vos entretiens embauches comme si vous étiez un pilote d’avion
# 12: un expert à temps partiel est préférable à un « remplisseur de siège » à temps plein
# 13: gérez votre équipe comme un groupe de jazz
# 14: au lieu d’un repas gratuit, fournissez un travail qui a du sens
# 15: des équipes ayant une mission commune représentent les investissements les plus attractifs
# 16: utilisez vos données financières pour raconter votre histoire
# 17: créez deux plans d’affaires: un plan d’exécution et un plan d’inspiration
# 18: connaissez vos chiffres financiers et leurs interdépendances par cœur
# 19: le profit net est une opinion, mais les flux de trésorerie sont un fait
# 20: l’économie de l’unité vous dit une entreprise
# 21: gérez votre fonds de roulement comme si c’était votre seule source de fonds
# 22: exercez la discipline financière la plus stricte
# 23: soyez toujours frugal!
# 24: pour arriver où vous allez, vous devez savoir où vous allez
# 25: les mesures viennent avec des pièges
# 26: les revers opérationnels nécessitent des réductions rapides et profondes
# 27: réservez les surprises pour les anniversaires, pas pour vos actionnaires
# 28: les pivots stratégiques ont des aspects positifs

C’est un excellent complément à Measure what Matters et la preuve (si cela était nécessaire) de ce que les grands capital-risqueurs apportent…!

A suivre.

Des leçons de management par Kleiner Perkins (Partie II) : Bill Campbell selon John Doerr

Ma partie II aurait dû traiter de Straight Talk for Startups de Komisar , mais ce sera ma troisième partie. Je viens de terminer Measure what Matters, le sujet de ma première partie, et je dois admettre que j’ai été impressionné au point que j’avais besoin d’une partie II consacrée à nouveau à ce livre.

J’ai été impressionné par le dernier chapitre dédié à « Coach » Bill Campbell. C’est un portrait émouvant de l’une des célébrités les moins connues de la Silicon Valley. Le Coach, le coach de Steve Jobs et du triumvirat de Google, Page, Brin et Schmidt et de tant d’autres.

J’ai également été impressionné par la subtilité du message sur les OKR. Tellement difficile à expliquer car cela peut prendre une vie pour les digérer. Mais le livre est vraiment éclairant. Les OKR ont quatre ingrédients: focalisation, transparence, responsabilité et ambition (le « BHAG » ou Big Hairy Audacious Goal, littéralement le grand objectif audacieux et qui décoiffe). C’est effrayant et en même temps généreux. Je pense que tout leader devrait lire ce livre …

Des leçons de management par Kleiner Perkins (Partie I) : Mesurer ce qui compte – John Doerr

Kleiner Perkins est une, pour ne pas dire la référence du capital-risque – mais il y a aussi Sequoia. Lorsque leurs partenaires écrivent quelque chose, cela vaut souvent la peine de les lire. Et ce mois-ci, deux d’entre eux publient un livre! Je commence ici avec John Doerr et son Measure What Matters (bien que ce soit la publication de poche – la couverture rigide a été publiée en 2017). Dans mon prochain post, j’écrirai à propos de Straight Talk for Startups de Randy Komisar.

Les idées sont faciles. La mise en œuvre est tout.

Doerr est une légende de la Silicon Valley. Il doit beaucoup aux pionniers de la Silicon Valley, comme Noyce et Moore et particulièrement à Andy Grove, dont il parle beaucoup: il l’appelle un des pères des OKR. Le chapitre 2 parle de Grove qui a dit «il y a tellement de gens qui travaillent si dur et qui font si peu de choses». Cela me rappelle L’illusion de l’innovation ou « comment si peu est créé avec autant de travail ». Et beaucoup d’entrepreneurs lui sont redevables, à commencer par les fondateurs de Google. C’est sans doute pourquoi Larry Page est l’auteur d’un court mais remarquable avant-propos sur les OKR: « Les OKR sont un processus simple qui aide les entreprises à aller de l’avant … Les OKR nous ont aidés à atteindre 10 fois plus de croissance, de nombreuses fois ».

Et Doerr commence par un hommage à Google et à ses deux fondateurs (page 4):
Sergey était exubérant, mercuriel, fortement opiniâtre et capable de franchir des abîmes intellectuels d’un seul bond. Un immigrant né en Union soviétique, il était un négociateur rusé et créatif et un leader avec des principes. Sergey était agité, toujours à pousser pour avoir plus; il pouvait se jeter sur le sol au milieu d’une réunion pour faire des pompes.
Larry était un ingénieur d’ingénieur, le fils d’un pionnier de l’informatique. Il était un non-conformiste à la voix douce, un rebelle avec une cause 10x: rendre l’Internet exponentiellement pertinent. Tandis que Sergey fabriquait le commerce de la technologie, Larry travaillait sur le produit et imaginait l’impossible. Il était un penseur des horizons avec ses pieds ancrés dans le sol.

Alors, que sont ces OKRs? C’est un acronyme pour « Objective & Key Results ». « Un objectif est simplement le QUOI, ce qui doit être atteint. Les résultats clés mesurent et contrôlent le COMMENT, comment atteindre l’objectif. » (Page 7) Mais il n’y a pas de recette. Chaque entreprise ou organisation devra avoir les siennes. « Par définition, les start-ups se débattent avec l’ambiguïté … Vous n’allez pas trouver le système juste dès la première fois. Ce ne sera pas parfait ni la deuxième ni la troisième fois non plus. Mais ne vous découragez pas. Persévérez. Vous devez l’adapter et le faire vôtre. » (Page 75)

Maintenant, si vous avez besoin de ce genre de conseil, lisez le livre de Doerr …

Pourquoi donc m’a-t-on offert ce livre? Humour et bureaucratie

En lisant Hammer And Tickle, une histoire du communisme racontée par les blagues communistes de Ben Lewis, je me suis demandé pourquoi un collègue m’avait offert un tel livre. Parce que je serais un stalinien? Parce qu’au contraire, je devrais faire attention à n’être pas trop critique? Ou plus simplement parce que les grandes institutions auraient toujours tendance à devenir des bureaucraties. Et bien je ne sais pas et ça n’a guère d’importance, en comparaison du fait que j’ai aimé lire ces blagues malgré le contexte terrible qui explique leur existence…

Le titre est un jeu de mot intraduisible en français. Le marteau et la faucille se dit Hammer & Sickle en anglais alors que Tickle signifie titiler, faire rire. Dans un style similaire, je vous encourage aussi à voir Une exécution ordinaire, un film magnifique et terrible dont voici la bande-annonce.


Les blagues mentionnées ici vous donneront peut-être envie d’en lire plus.

Qu’est-ce qui est plus froid en Roumanie que l’eau froide? L’eau chaude. [Page 3]

« Il y avait une autre blague qui était presque vraie – fidèle à la vie. Ceaușescu est très en colère parce qu’il n’entend pas de blagues à son sujet. Alors il ordonne une grande réunion de masse, et annonce « à partir de maintenant vous allez travailler sans être payés. » Et personne ne dit rien. « D’accord, continue-t-il, et à partir de maintenant vous allez tous travailler pour moi. » Personne ne dit rien. « Demain tout le monde est condamné à mort par pendaison », ajoute-t-il. Personne ne dit rien. « Hé, dit-il, êtes-vous fous? N’avez-vous tous rien à dire? N’allez-vous pas protester? » Il n’y a alors qu’un seul petit type qui dit: « Monsieur le Président, j’ai une question: est-ce que nous apportons notre corde ou est-ce que le syndicat va nous la donner? » [Page 3 à nouveau]

Après la Révolution d’Octobre, Dieu envoie trois observateurs en Russie: Saint Marc, Saint Pierre et Saint Matthieu. Ils lui envoient trois télégrammes.
‘Je suis tombé entre les mains de la Tchéka – Saint Marc.’
‘Je suis tombé entre les mains de la Tchéka, Saint Pierre.’
‘Tout va bien. Je vais bien. Matthias, Superintendant de la Tchéka.’

[Page 25]

L’antisémistime n’est malheureusement jamais très loin, mais comme les juifs eux-même en sont souvent les auteurs… je me permets d’en citer deux:

Un juif parle à son ami: ‘Mon fils Moïse et moi, nous allons très bien. Moisha travaille au Komintern en tant que communiste noir africain, alors que je suis au Kremlin, au sommet du clocher Ivan le Grand, attendant de sonner la cloche pour la révolution mondiale.
‘Eh bien, ce doit être un travail plutôt ennuyeux d’attendre la révolution mondiale’, dit son ami.
‘Oh oui, mais c’est un travail pour la vie.’

[Page 27]

Une diligence pleine de passagers voyage de Jytomyr à Kiev quand une bande de voleurs l’attaque. Leur chef commande: ‘Halte. Que personne ne bouge. Les mains en l’air!’ Tous les passagers sortent docilement de la diligence et mettent leurs mains en l’air. L’un d’eux se tourne vers le chef des bandits et dit: ‘Monsieur le chef, vous êtes en train de nous prendre tout ce que nous avons. Laissez-moi prendre quelque chose dans ma poche. Je dois donner quelque chose à la personne qui se tient à côté de moi.
‘Dépêchez-vous!’ Il montre le canon de son revolver au voyageur.
Le passager vide sa poche, prend cent roubles et, se tournant vers son voisin, dit: ‘Salomon! Je ne te dois pas cent roubles? Voici, prend-les. Et souviens-toi, maintenant, nous sommes quitte.’

[Page 29]

Un classique: Quels furent les derniers mots de Maïakovski avant de se suicider? ‘Camarades, ne tirez pas!’ [Page 50]

Humour en Absurdistan: Un troupeau de moutons est arrêté par les gardes-frontières à la frontière russo-finlandaise. ‘Pourquoi voulez-vous quitter la Russie?’ leur demandent les gardes.
‘C’est le NKVD’, répond le mouton terrifié. ‘Beria leur a ordonné d’arrêter tous les éléphants.’
‘Mais vous n’êtes pas des éléphants!’ soulignent les gardes.
‘Essayez de dire ça au NKVD!’

[Page 58]

À propos du progrès et de l’innovation [Page 66]
– Qui a découvert le rasoir électrique?
Il a été découvert par Ivan Petrovich Sidorov … dans la poubelle derrière l’ambassade américaine.
– Il y avait deux portraits sur le mur du musée, l’un du scientifique Ivanov qui a inventé la locomotive, le bateau à vapeur et l’avion, et l’autre du scientifique Petrov, qui a inventé le scientifique Ivanov.

Un enseignant demande à sa classe ‘Qui est votre mère et qui est votre père?
Un élève répond: ‘Ma mère est la Russie et mon père est Staline.’
‘Très bien’, dit le professeur. ‘Et qu’est-ce que tu aimerais être quand tu seras grand?’
‘Un orphelin.’

[Page 89]

A suivre… et voici la suite le 15 juin

Une femme au foyer à l’autre: «J’entends qu’il y aura de la neige demain!»
«Eh bien, je ne fais pas la queue pour ça.»
[Page 132]

Un homme meurt et va en enfer. Il découvre qu’il a le choix: il peut aller dans l’Enfer capitaliste ou dans l’Enfer communiste. Naturellement, il veut comparer les deux, alors il va voir l’Enfer capitaliste. Là-bas, à la porte d’entrée se trouve le diable, qui ressemble à un Ronald Reagan. «Qu’est-ce qu’il y a dedans?» demande le visiteur.
«Eh bien, répond le diable, dans l’Enfer capitaliste, ils vous écorchent vivants, puis ils vous font bouillir dans de l’huile et ensuite ils vous coupent en petits morceaux avec des couteaux tranchants.»
«C’est terrible!» halète-t-il. «Je vais vérifier l’Enfer communiste!»
Il passe à l’Enfer communiste, où il découvre une énorme file de personnes qui attendent d’entrer. Il attend dans la queue. Finalement, il arrive à à la porte de l’Enfer communiste où se trouve un petit vieux qui ressemble un peu à Karl Marx.
«Je suis toujours dans le monde libre, Karl, dit-il, et avant que j’arrive, je veux savoir comment ça se passe là-bas.»
«Dans l’Enfer communiste, dit Marx avec impatience, ils vous écorchent vivants, puis ils vous font bouillir dans de l’huile et ensuite ils vous coupent en petits morceaux avec des couteaux tranchants.
«Mais … mais c’est comme l’Enfer capitaliste!» proteste le visiteur. «Pourquoi une si longue file d’attente?»
«Eh bien, soupire Marx, parfois nous n’avons plus d’huile, parfois nous n’avons pas de couteaux, parfois pas d’eau chaude …»
[Page 133]

Pourquoi n’est-il pas possible de contrôler le taux de natalité dans les pays du bloc soviétique?
Parce que les moyens de production restent en mains privées.
[Page 145]

Le marxisme-léninisme est-il une science?
Non. Si c’était le cas, ils l’auraient testé sur les animaux en premier.
[Page 145]

Khroutshchev traverse le Kremlin, s’inquiète des problèmes de l’Union soviétique et crache sur le tapis dans un geste de dégoût.
«Comportez-vous, Nikita Sergeyevich», réprimande son aide. «Souvenez-vous que le grand Lénine a traversé ces salles!»
«Tais-toi», répond Khrouchtchev. «Je peux cracher autant que je veux ici; la reine d’Angleterre m’a donné la permission!»
«La reine d’Angleterre?»
«Oui! J’ai aussi craché sur son tapis à Buckingham Palace, et elle m’a dit: ‘Monsieur Khrouchtchev, vous pouvez le faire au Kremlin si vous le souhaitez, mais vous ne pouvez pas vous comporter comme ça ici …’»
[Page 154]

Pourquoi les Vopos se déplacent-t-il toujours par trois?
Un qui sait lire, un qui sait écrire et un qui garde un œil sur ces deux intellectuels.
[Page 158]

«Hmm», dit-il en ouvrant la lettre, «il m’a dit que si les choses allaient mal, il m’écrirait à l’encre rouge». La lettre est écrite à l’encre bleue. Il lit: «Cher Ivan, je passe un bon moment au Kazakhstan. Il fait chaud, j’ai un grand appartement et beaucoup à manger…»
Il interrompt la lettre, se tourne vers son fils et dit: «Tu vois, nous progressons sur la voie du socialisme…» Il lit la dernière ligne de la lettre: «Il n’y a qu’un problème – je ne trouve pas d’encre rouge.»
[Page 164]

Les utopies du XXIe siècle selon Libero Zuppiroli

Dans son dernier ouvrage en date, Les utopies du XXIe siècle, Libero Zuppiroli fait une présentation originale de ce que j’appelle les excès des promesses de l’innovation. J’en ai fait la brève chronique récemment dans Entreprise Romande et Bernard Stiegler en fait une analyse beaucoup plus pessimiste dans Dans la disruption – Comment ne pas devenir fou ? Une troisième référence très intéressante est l’ouvrage collectif Sciences et technologies émergentes, pourquoi tant de promesses?

Libero Zuppiroli aborde la problématique sous l’angle des utopies et des dystopies en faisant appel au début de son livre à d’anciens auteurs des XVIIIe et XIXe siècle, montrant ainsi que l’optimisme excessif a toujours existé et que son pendant réaliste voire pessimiste l’a aussi toujours accompagné. Flora Tristan en 1840 répond à Sadi Carnot sur les bénéfices de la machine en 1824, Marat en 1774 vient en contrepoint au libéralisme économique de Adam Smith en 1776, et Francis Bacon, dès 1627, rêve de progrès scientifiques et technologiques sans fin. Les promesses utopiques ne sont pas nouvelles!

C’est un livre qu’il faut lire et je vous laisserai découvrir son analyse des promesses dans les domaines des technologies de l’information, de la robotique, de la défense, des imprimantes 3D et des nanotechnologies, de la ville, de l’énergie, de la santé et du big data. Une simple illustration: aux alentours de 2005, les nanotechnologies étaient considérées comme un marché extrêmement prometteur, qui atteindrait 3 000 milliards de dollars en 10 ans. Plus de 10 ans plus tard, le marché se situe autour de 100 millions de dollars… (Pages 125-6)

Je crains pourtant que Libero Zuppiroli ne se fasse pas beaucoup d’illusions sur l’impact de ses analyses. Dans une note sur les auteurs critiques (note 119, page 293), il écrit « il fait partie de ces célèbres intellectuels critiques que la société américaine ne se contente pas seulement de tolérer, mais dont on favorise l’éclosion. Pourtant leurs critiques vis-à-vis du système américain sont acerbes et fondées sur des analyses remarquables. Mais ceux qui possèdent le pouvoir savent bien que, malgré leur réputation internationale, l’audience de ces intellectuels se limite à une faible fraction de personnes convaincues d’avance. Quel que soit leur talent, leur influence sur les masses d’électeurs et d’électrices sera toujours très inférieure à celle des télé-évangélistes. »

Mais je savais Libero Zuppiroli malicieux et sa conclusion me le confirme: cet empire s’effondrera comme ce sont effondrés les empires romain, napoléonien et soviétique. Quand? Nul ne le sait… mais il s’effondrera victime de son Hubris

Il était une fois le gène de Siddhartha Mukherjee – une symphonie de chercheurs

Les progrès de la science dépendent de nouvelles techniques, de nouvelles découvertes et de nouvelles idées, probablement dans cet ordre – Sydney Brenner
Toute science est soit de la physique soit de la collection de timbres – Ernest Rutherford

Je ne savais pas grand-chose de la génétique, à l’exception de mes données ici et là sur les startups en biotechnologie. Mais grâce à son livre Il était une fois le gène, Siddhartha Mukherjee me fait croire que j’en sais beaucoup plus. Sa brillante histoire est comme une symphonie, décrivant les premiers jours de la génétique, avec Darwin et Mendel et les derniers développements de cette science fascinante. Il y a des citations brillantes comme les deux ci-dessus, respectivement page 202 et 221 (de la version anglaise). Et il y a des portraits merveilleux.

Je ne donnerai ici que quelques-uns d’entre eux, au sens propre, comme quiz…

Mais avant de découvrir la réponse, voici un extrait (en anglais) du livre. Il s’agit d’une célèbre anecdote à l’origine de la création de Genentech.

Et voici aussi une analyse très intéressante de ce que sont la science, la technologie et la biologie:
« Ne vous laissez pas bercer par cette description. Ne soyez pas, gentil lecteur, tenté de penser – « Mon Dieu, quelle recette compliquée! » – pour ensuite être assuré que quelqu’un n’apprendra pas à comprendre ou à manipuler cette recette de manière délibérée.

« Quand les scientifiques sous-estiment la complexité, ils sont la proie des périls de conséquences imprévues. Les paraboles d’une telle portée scientifique sont bien connues: les animaux étrangers, introduits pour lutter contre les parasites, deviennent des espèces nuisibles à part entière; l’élévation des cheminées, destinée à alléger la pollution urbaine, libère des effluents particulaires plus élevés dans l’air et exacerbe la pollution; stimuler la formation de sang, destiné à prévenir les crises cardiaques, épaissit le sang et entraîne un risque accru de caillots sanguins dans le cœur.

« Mais quand les non-scientifiques surestiment la complexité – «Personne ne pourra craquer ce code» – ils tombent dans le piège des conséquences non-anticipées. Au début des années 1950, un certain nombre de biologistes considéraient que le code génétique dépendrait tellement du contexte – si déterminé par une cellule particulière d’un organisme particulier et si horriblement alambiqué – que le déchiffrer serait impossible. La vérité s’est révélée être tout le contraire: une seule molécule porte le code, et un seul code décrit le monde biologique. Si nous connaissons le code, nous pouvons intentionnellement le modifier dans les organismes, et finalement chez les humains. De même, dans les années 1960, beaucoup doutaient que les technologies de clonage de gènes puissent si facilement transférer des gènes entre espèces. En 1980, fabriquer une protéine de mammifère dans une cellule bactérienne ou une protéine bactérienne dans une cellule de mammifère n’était pas seulement faisable; c’était, selon les mots de berg, plutôt «ridiculement simple». Les espèces étaient spécieuses. « Etre naturel » était « souvent juste une pose ». [Page 408] […]

« La technologie, ai-je déjà dit, est la plus puissante lorsqu’elle permet les transitions – entre mouvement linéaire et circulaire (la roue), ou entre le monde réel et le monde virtuel (l’Internet). La science, en revanche, est la plus puissante quand elle élucide les règles d’organisation – les lois – qui agissent comme des lentilles à travers lesquelles on peut voir et organiser le monde. Les technologies cherchent à nous libérer des contraintes de nos réalités actuelles à travers ces transitions. La science définit ces contraintes, en dessinant les frontières extérieures des limites de ce qui est possible. Nos plus grandes innovations technologiques portent ainsi des noms qui revendiquent nos prouesses sur le monde: le moteur – engine – (de ingenium, ou «ingéniosité») ou l’ordinateur – computer – (de computare, ou «compter ensemble»). En revanche, nos lois scientifiques les plus profondes sont souvent nommées d’après les limites de la connaissance humaine: l’incertitude, la relativité, l’incomplétude, l’impossibilité.

« De toutes les sciences, la biologie est la plus anarchique; il y a peu de règles au départ, et encore moins de règles universelles. Les êtres vivants doivent, bien sûr, obéir aux règles fondamentales de la physique et de la chimie, mais la vie existe souvent sur les marges et les interstices de ces lois, les pliant vers des limites presque brisées. L’univers cherche des équilibres; il préfère disperser l’énergie, perturber l’organisation et maximiser le chaos. La vie est conçue pour combattre ces forces. Nous ralentissons les réactions, concentrons la matière et organisons les produits chimiques en compartiments. «Il semble parfois que freiner l’entropie est notre but chimérique dans l’univers», écrit James Gleick. » [Page 409]

Et la réponse au quiz visuel

Charles Darwin Gregor Mendel William Bateson Thomas Morgan Alfred Sturtevant
Calvin Bridges Hermann Muller Hugo de Vries Ronald Fisher Theodosius Dobjansky
Frederick Griffith Oswald Avery Max Perutz George Beadle Edward Tatum
Linus Pauling James Watson Francis Crick Rosalind Franklin Maurice Wilkins
Arthur Pardee François Jacob Jacques Monod Edward Lewis Christiane Nüsslein-Volhard
Eric Wieschaus Sydney Brenner Robert Horvitz John Sulston Paul Berg
Arthur Kornberg Janet Merz Herbert Boyer Stanley Cohen Frederick Sanger
Walter Gilbert Craig Venter Allan Wilson Luigi Luca Cavalli-Sforza Shinya Yamanaka
Jennifer Doudna Emmanuelle Charpentier

Ce que nous ne saurons jamais

C’est le troisième livre que je lis de Marcus du Sautoy. Après la Symphonie des nombres premiers et La symétrie ou les maths au clair de lune, voici Ce que nous ne saurons jamais.

Sept frontières de la connaissance selon du Sautoy: l’aléatoire et le chaos, la physique des particules et l’infiniment petit, la physique quantique et l’espace, l’univers et l’infiniment grand, le temps et la gravité, la conscience, la/les mathématique(s).

Pour l’illustrer, voici deux courts extraits:

Du Sautoy demande ce qu’est le B. dans Benoit B. Mandelbrot et la réponse est Benoit B. Mandelbrot. Joli!

Et tout aussi joli sur la « pureté des disciplines » traduit de xkcd.com

Si vous aimez la/les science(s) ou la/les mathématique(s), un incontournable!