Archives par étiquette : Orson Welles

La Suisse est-elle une nation startup?

C’est la question qui m’a été posée au Forum de l’EPFL aujourd’hui. C’était même « La Suisse est-elle la nation startup? » Je n’ai pas répondu à la question, mais j’ai essayé de proposer quelques éléments de réflexion et je vous invite à regarder les diapositives ci-dessous.

Maintenant que les avez peut-être parcourues, j’ajoute deux points que je n’ai pas mentionnés dans mon exposé:

Le premier, c’est l’analyse du journal suisse: Sommes-nous, nous aussi, une start-up nation du point de vue des Israéliens? «J’ai un message pour la Suisse, annonce Dov Moran: vous n’avez pas d’ennemis et ainsi pas besoin de consacrer 20% de votre PIB à votre protection. Si vous êtes moins entrepreneur que nous, ce n’est pas si grave.»

Ensuite, encore une fois, Orson Welles à propos de la créativité et de la guerre … « L’Italie sous les Borgia a connu 30 ans de terreur, de meurtres, de carnage… Mais ça a donné Michel-Ange, de Vinci et la Renaissance. La Suisse a connu la fraternité, 500 ans de démocratie et de paix. Et ça a donné quoi ? … Le coucou! » dans Le troisième homme, dit par Holly Martins à Harry Lime…

Juste quelques éléments de réflexion.

The Rainforest de Hwang et Horowitt. Partie 2: l’importance de la culture

Après mon post introductif sur The Rainforest – The Secret to Building the Next Silicon Valley de Victor W. Hwang et Greg Horowitt, qui a mis l’accent sur l’importance de la confiance, voici une deuxième partie sur la culture. La partie finale décrira comment les auteurs affirment qu’ils connaissent la recette pour construire des forêts tropicales. Ce qui est remarquable avec Rainforest, c’est l’ambition d’expliquer que l’innovation est principalement culturelle, de sorte qu’au niveau « micro », elle ne peut pas être vraiment conçue, mais des « forêts tropicales » au niveau macro peuvent tout de même être construites. Je ne suis pas sûr que les auteurs aient raison, mais l’effort mérite vraiment d’être reconnu.

Une leçon des « Rainforest » est que les résultats de ces écosystèmes ne peuvent pas être prédits. […] La sérendipité ne peut pas être planifiée, mais un environnement propice à son existence peut l’être. [Page 65]

Dans leur chapitre 3, ils commencent par les « clés de voûte » (Keystone), pas par les entrepreneurs. « Qu’est-ce qui définit une « Keystone »? Au fil des ans, nous avons observé certaines personnes pratiquant une manière unique d’interaction humaine qui est essentielle à la croissance de l’innovation entrepreneuriale. […] Ces personnes manquent habituellement, ou du moins sont trop rares, dans presque toutes les régions qui ont échoué à générer quantités d’innovation entrepreneuriale ». [Page 71]

Ces personnes sont intégrantes, influentes et ont de l’impact, elles sont des courtiers de la confiance sociale (contrairement aux entrepreneurs qui absorbent l’information, apprennent de la pratique et recherchent des opportunités). « La région de la baie de San Francisco a un pourcentage beaucoup plus élevé de personnes impliquées dans plusieurs entreprises. 4,5% des acteurs comptés dans la région de la baie ont participé à trois startups ou plus, contre 2,9% à Boston, 2% à San Diego, […] 1,2% à Austin […] 0,7% à Portland. […] La région de la baie a une part significativement plus élevée d’individus qui sont extrêmement connectés et contribuent à la croissance de multiples projets de startup. » [Page 74]

Les auteurs montrent également la diversité des psychologies, la diversité des origines des personnes qui sont connectées et travaillent ensemble. « Nous voyons ces comportements inconscients au travail avec des innovateurs partout dans le monde. Les scientifiques face aux les entrepreneurs. Les start-up face aux grandes entreprises. Les investisseurs face aux « investis ». Ces conflits tribaux peuvent être des obstacles au développement des forêts tropicales. » [Page 109] D’autant plus que: « De manière similaire, le processus de développement d’une startup est un processus dans lequel les gens doivent souvent compter sur une prise de décision basée sur l’intuition (les trips / les « guts »). L’innovation entrepreneuriale, par sa nature même, est pratiquement une série sans fin de paris informés. Presque toutes les décisions sont fondées sur des informations substantiellement incomplètes. » [Page 106]

L’Amérique est la construction d’une société qui n’est pas freinée par l’histoire de ses tribus. […] Ils sont moins enchaînés au passé. Au lieu de cela, les Américains ont tendance à être identifiés par l’autonomie. […] Les gens accourent encore aujourd’hui vers la Californie. Il est généralement considéré comme le pays des pionniers, des non-conformistes, des artistes et des rebelles. [Page 116] La culture est essentielle à la manière dont les systèmes économiques fonctionnent car elle fournit les règles d’engagement entre les personnes qui, on l’espère, peuvent maximiser leur bien-être collectif. [Page 118] Les auteurs ne sont pas naïfs mais prétendent que toutes ces personnes doivent trouver le bon équilibre. Un capital-risque est tiraillé entre la tentative de posséder autant que possible d’une entreprise et d’essayer de laisser suffisamment d’équity entre les mains de l’équipe entrepreneuriale pour les garder pleinement motivés. […] Un VC ne veut pas perdre sa réputation. [Page 119] Le comportement innovant n’est pas guidé par une maximisation rationnelle. En fait, d’autres forces, qui peuvent être appelées extra-rationnelles, entrent en jeu: la concurrence, l’altruisme, l’aventure, la découverte, la créativité, le sens, la préoccupation.

Je ne peux m’empêcher de rappeler ici, l’excellent (contre-)exemple d’Orson Welles sur le Scorpion et la Tortue… Espérons que la nature ne soit pas tout, la culture est aussi importante.

Une erreur des décideurs est de sous-estimer ces motivations extra-rationnelles. «Les gouvernements et les entreprises tentent souvent d’encourager l’innovation en mettant l’accent sur les mécanismes financiers, tels que les allégements fiscaux, les subventions, les aides et les prêts. Mais dans l’ensemble, cette stratégie a été médiocre. Ils ne peuvent pas être seulement les fins en eux-mêmes. » [Page 127]

Incitations, avantages et coûts dans les environnements traditionnels: [Page 124]
Avantages:
Possibilité de gagner plus d’argent
Inconvénients:
Sacrifiez un revenu stable et une carrière peut-être pour toujours
Risque de désapprobation sociale de la famille, des amis, des conjoints potentiels
Difficulté et peur de travailler avec des étrangers en dehors des cercles conventionnels de confiance, de culture, d’origine ethnique, de langue
Difficulté et effort supplémentaire pour communiquer efficacement
Un énorme investissement de temps, d’effort, de stress
Possibilité de tout perdre (en fonction des lois, de la faillite, des partenariats, etc.)

Incitations, avantages et coûts pour les « forêts tropicales »: [Page 126]
Avantages:
Possibilité perçue et éventuellement réelle de gagner plus d’argent (grâce aux role models qui ont déjà validé cette possibilité)
Joie de la découverte, de la nouveauté, de l’aventure, de la créativité, de la passion
Approbation sociale (en tant que membre d’une communauté d’innovateurs)
Joie de l’amitié, du partage, de l’amour au travail d’une équipe, de la création d’une nouvelle confiance, de valeurs et d’objectifs communs
Réalisation de la possibilité de faire une différence dans la société, laissant un héritage pour les générations futures
Frisson de la compétition
Liberté et indépendance
Inconvénients:
Peu de stigmate social du risque, souvent encouragé, par la famille et les amis
Une certaine inquiétude de rencontrer de nouvelles personnes, mais compensée par la joie de créer de nouvelles amitiés
Un énorme investissement de temps, d’effort et de stress, mais considéré sous un éclairage neutre et même positif, car poursuivant une passion personnelle
Peu de risque de tout perdre parce que de nouvelles opportunités apparaissent dans le processus d’expérimentation
Probabilité beaucoup plus faible d’échec d’une large communauté d’autres innovateurs.

Et les auteurs prétendent que 7 règles sont nécessaires [Page 156]:
– Briser les règles et rêver
– Ouvrir les portes et écouter
– Avoir confiance et faire confiance
– Expérimenter et itérer ensemble
– Rechercher l’équité, pas l’avantage.
– Errer, échouer et persister.
– Se souvenir plus tard.

Les gens pensent généralement à la Silicon Valley comme une anomalie dans une histoire autrement « normale » du monde, mais que penser d’inverser cette proposition? Et si nous envisagions la Silicon Valley comme le point final naturel d’une histoire de 50 000 ans? Peut-être pourrait-elle être la dernière étape de l’évolution de la société humaine, d’une culture reposant sur des tribus vers une culture reposant sur des individus pragmatiques. [Page 152]

Lisez Harari si vous ne l’avez pas déjà fait …

Créer une culture européenne de l’innovation selon Marcel Salathé

Régulièrement mais pas assez souvent je lis des gens qui appellent l’Europe à se réveiller et à réagir. Récemment, c’était Nicolas Colin dans Qu’est-ce qu’un écosystème entrepreneurial ? Mais maintenant, je me souviens aussi de Risto Siilasmaa dans Il faut chérir l’entrepreneuriat et de mon propre Europe, réveille-toi ! Le dernier en date Marcel Salathé sur la création d’une culture européenne de l’innovation. Un autre article à lire absolument. Merci Marcel! Alors permettez-moi de le citer longuement.

Salathe-Blog

L’enjeu est l’avenir de l’Europe. Et nous, les innovateurs, les entrepreneurs, les scientifiques, les militants et les artistes, nous devons agir et prendre possession de cet avenir. Parce que si nous ne le faisons pas, l’Europe continuera sa trajectoire descendante et deviendra ce qu’elle est déjà dans de nombreux lieux – un musée d’histoire.
[…]
Le secteur des technologies de l’information et de la communication est aujourd’hui le moteur économique dominant de la croissance. Pensez Apple, Google, Facebook, Amazon, Uber. Vous remarquez quelque chose? Pas une seule société européenne. Seulement 1 dollar sur 4 dans ce secteur vient de sociétés européennes, et tous les indicateurs pour l’avenir pointent vers le bas. Certains chiffres sont encore plus désastreux: lorsque vous listez les 20 premiers leaders mondiaux de sociétés Internet qui sont cotées, vous savez combien sont européenne? Zéro. Et parmi toutes les sociétés cotées en bourse dans l’économie numérique, 83% sont américaines, et seulement 2% sont européens. 2%!
[…]
Alors, où est le problème? Certains disent que c’est le financement par les VCs, ce qui est seulement partiellement vrai. Oui, la culture du financement VC est probablement moins mure en Europe qu’aux États-Unis, en particulier pour les tours A, B et C. Mais l’argent trouve les bonnes idées et les opportunités de marché d’une manière ou d’une autre. D’autres disent que c’est tout simplement le marché européen et la réglementation européenne. Je pense que c’est une illusion. Regardez Airbnb, la start-up américaine qui a maintenant une valorisation de plus de 25 milliards de dollars. Elle a commencé avec trois personnes chez YCombinator en Californie, mais elle génère maintenant plus de la moitié (!) de ses revenus en Europe. Et je rappelle que San Francisco est probablement l’un des pires environnements réglementaires. AirBnB est actuellement confronté à d’énormes batailles à San Francisco, et un juge californien a récemment statué sur les employés d’Uber, provoquant un mini-tremblement de terre dans cette économie de partage en plein essor. En effet, la Californie est probablement l’un des États américains les plus réglementé, et pourtant elle s’en sort extrêmement bien.
Je pense que le problème est en fait assez simple. Mais il est plus difficile à corriger. C’est tout simplement nous. Nous, les gens. Nous, les entrepreneurs. Nous, les consommateurs. Je l’ai vécu dans la région de la baie de San Francisco depuis plus de trois ans. Ce qui est remarquable dans cette région ne sont pas ses lois, ni ses règlements, son marché, ou son infrastructure. Ce qui est vraiment remarquable est que presque tout le monde fait une société d’une manière ou d’une autre. Presque tout le monde veut être un entrepreneur, ou les soutient. Presque tout le monde est en train de construire l’avenir. En effet, vous pouvez presque sentir physiquement ce que l’environnement exige de vous. Lorsque quelqu’un vous demande à ce que vous faites professionnellement, et que vous ne répondez pas en disant que vous faites une entreprise, ils vous regardent bizarrement, comme pour dire, « alors qu’est-ce que tu fais ici? »

[…]
Ce n’est pas un point trivial selon moi. L’autre jour, j’étais à Turin en Italie, et j’avais désespérément besoin d’un café. Je suis entré dans le premier café sur mon chemin, où on m’a servi un cappuccino délicieux, avec un croissant au chocolat qui me fait toujours saliver quand j’y pense. Étais-je tout simplement chanceux? Nullement – tous les cafés sont bons là-bas. Parce que l’environnement l’exige. Bien sûr, vous pouvez ouvrir un café de faible qualité à Turin si vous voulez, mais vous aurez probablement à déposer le bilan avant que vous ayez le temps de dire Buongiorno. L’environnement ne peut tout simplement pas accepter la mauvaise qualité. Dans un autre domaine, j’ai eu la même expérience personnelle quand j’étais un postdoc à l’Université de Stanford. En regardant en arrière, j’y ai écrit mes meilleurs papiers et les plus cités. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence. Chaque matin, alors que je marchais à travers le campus jusqu’à mon bureau, je sentais l’exigence de l’environnement pour faire le travail le plus novateur – et si je le faisais pas, alors qu’est-ce que je faisais là?
Donc, ceci est mon message pour vous. Je vous demande de créer ces environnements, à la fois en faisant le meilleur et le plus innovant que vous pouvez, mais aussi en exigeant la même chose de tout le monde autour de vous. Ces deux choses vont de pair; elles créent un cercle vertueux.

[…]
Ne pas demander la permission, demander pardon si nécessaire. Si vous attendez l’autorisation, il vous faudra attendre le reste de votre vie. La plupart des règles existent pour une raison simple: pour protéger l’établi. Ne demandez pas la permission, faites.
[…]
Orson Welles a le mieux décrit pourquoi demander la permission est mortel.

[…]
Alors s’il vous plaît, laissez-nous vivre tous dans le futur et construire ce qui manque – ici en Europe. Je suis malade d’inquiétude que la meilleure façon pour moi de vivre à l’avenir est d’acheter un billet pour San Francisco. Tout comme le moyen le plus facile pour les Américains de revivre le passé est d’acheter un billet pour l’Europe, riche en histoire. Je vous demande de devenir encore plus ambitieux, plus audacieux, et plus exigeants, à la fois vis-à-vis de vous-même, mais aussi encore plus important de votre environnement.

Salathé parle aussi de modèles. Le sien était le fondateur de Day Interactive, une start-up suisse, qui est est allée en bourse en 2000, avant d’être achetée par Adobe pour 250M$ en 2010. A venir… sa table de capitalisation.

DayInteractiveIPO

Les ingrédients d’un écosystème entrepreneurial selon Nicolas Colin

Analyse passionnante de Nicolas Colin (The Family) dans son article What makes an entrepreneurial ecosystem? Si le sujet vous intéresse, c’est à lire absolument.

Colin-Ecosystems

En résumé, les écosystèmes entrepreneuriaux ont besoin de 3 ingrédients – je cite:
– Du capital: par définition, aucune nouvelle entreprise ne peut être lancée sans argent et infrastructures pertinentes (du capital engagé dans des actifs tangibles);
– Du savoir-faire: vous avez besoin d’ingénieurs, de développeurs, de designers, de vendeurs: tous ceux dont les compétences sont nécessaires pour le lancement et la croissance des entreprises innovantes;
– De la rébellion: un entrepreneur conteste toujours le statu quo. Sinon, ils innoveraient au sein de grandes entreprises établies, où ils seraient mieux payés et auraient accès à plus de ressources.

Cela me rappelle deux « recettes » que je cite souvent. D’abord « les 5 ingrédients nécessaires aux clusters high-tech: »
1. des universités et les centres de de la recherche de très haut biveau;
2. une industrie du capital-risque (institutions financières et investisseurs privés);
3. des professionnels expérimentés de la haute technologie;
4. des fournisseurs de services tels que avocats, chasseurs de têtes, spécialistes des relations publiques et du marketing, auditeurs, etc.
5. Enfin et surtout, un composant critique mais immatériel: un esprit de pionnier qui encourage une culture entrepreneuriale.
“Understanding Silicon Valley, the Anatomy of an Entrepreneurial Region”, par M. Kenney, plus précisément dans le chapitre: “A Flexible Recycling” par S. Evans et H. Bahrami

Deuxièmement, Paul Graham dans How to be Silicon Valley?? «Peu de start-up se créent à Miami, par exemple, parce que même s’il y a beaucoup de gens riches, il a peu de nerds. Ce n’est pas un endroit pour les nerds. Alors que Pittsburgh a le problème inverse: beaucoup de nerds, mais peu de gens riches. » Il ajoute également à propos des échecs des écosystèmes: « Je lis parfois des tentatives pour mettre en place des «parcs technologiques» dans d’autres endroits, comme si l’ingrédient actif de la Silicon Valley étaient l’espace de bureau. Un article sur Sophia Antipolis se vantait que des entreprises comme Cisco, Compaq, IBM, NCR, et Nortel s’y étaient établi. Est-ce que les Français n’ont pas réalisé que ce ne sont pas des start-up? »

Beaucoup d’amis toxiques des écosystèmes entrepreneuriaux n’ont pas compris tout cela. Mais pour ceux qui ont compris, la construction d’écosystèmes vivants reste un véritable défi: amener la rébellion, la culture, en diminuant la peur de la prise de risque sans stigmatiser (pas récompenser – ici, je suis en désaccord avec Colin) l’échec reste très difficile à faire alors que le savoir-faire et le capital ne sont pas non plus faciles à amener mais c’est faisable en y travaillant.

Enfin, je copie ses diagrammes qui montrent les combinaisons idéales et moins idéales du capital, du savoir-faire et de la rébellion, en ajoutant mon exercice pour la Suisse.

NicolasColin-NationalEcoCompar

La Suisse est probablement 80% Allemagne et 20% France… Un récent article du journal Le Temps aborde cette difficulté de l’animation des espaces entrepreneuriaux: Les start-up se multiplientau cœur des villes (journal au format pdf, en accès peut-être limité).

SwissNationalEcoCompar

(Un bref ajout le 29 octobre 2015) – La meilleure description de la Suisse a été donnée par Orson Welles. Cela explique beaucoup de choses…

« L’Italie sous les Borgia a connu 30 ans de terreur, de meurtres, de carnage… Mais ça a donné Michel-Ange, de Vinci et la Renaissance. La Suisse a connu la fraternité, 500 ans de démocratie et de paix. Et ça a donné quoi ? … Le coucou! » dans Le troisième homme, dit par Holly Martins à Harry Lime.