Tag Archives: Risk

In the company of Giants

I had read In the Company of Giants in 1997 just before becoming a venture capitalist. Then when I began to read again about entrepreneurs, I just could not find it anymore and had to buy it through the reseller network of Amazon. It is as interesting as my previous posts (Once You’re Lucky, Betting it All, Founders at Work).

I will let you link the names and quotes with the pictures if you have time!

Steve Jobs: “In the early days, we were just trying to hire people that knew more than we did about anything and that wasn’t hard because we didn’t know a lot. Then your perspectives are changing monthly as you learn more. People have to be able to change.”

T. J. Rodgers (Cypress Semiconductor): “the standard entrepreneurial answer is frustration. You see a company running poorly, you see that it could be a whole better. Intel and AMD were arrogant. If you think about it, any billion dollar company, that has so much money to spend on R&D should be unassailable. But the large companies routinely cannot crunch little companies so something’s got to be wrong.”

Gordon Eubanks (Symantec): “What makes a company successful is people, process, product, and passion. You must have great people and product and passion balanced by process.”

Steve Case (AOL): “Do something you really love, you are passionate about. Take a long-term view, be really patient. There are going to be bumps on the road.”

Scott Cook (Intuit): “People [customers] won’t tell you what they want. Often they can’t verbalize it because they don’t understand things they’ve not seen. You must understand fundamental motivations and attitudes.”

Sandy Kurtzig (ASK): “I did not see it as incredible risk. Many entrepreneurs would tell you why it was obvious to do what they did. When you have nothing, you have nothing to lose. That’s why so few entrepreneurs can do it a second time. Even Jim Clark did not really start Netscape or Jobs did not really start Pixar. They funded it. You need other people to be hungry… Believe in yourself, surround yourself with good people, be willing to make mistakes, don’t get wrapped up in your success. You are still the same person you were when you started.”

John Warnock and Charles Geschke (Adobe): “Actually there was the very first business plan, then there was the second business plan, and then the third business plan; we never actually wrote the third business plan.”

Michael Dell: “It did not seem risky to leave school because I was already earning obscene amounts. The worst thing that could happen is I would return to school. The greater risk was to stay at school.”

Charles Wang (Computer Associates): “Managing is not just telling people what to do, but it is leading by doing. Know your strengths and weaknesses and complement yourself. Be realistic and objective. Surround yourself with great people.”

Bill Gates: “It’s mostly about hiring great people. We are [in 1997] 18,000 people and still the key constraint is bringing in great people. We naively thought there were guys who could tell us we weren’t doing things the best way.”

Andy Grove: “I can’t look at a startup as an end result. A startup to me is a means to achieve an end.”

Trip Hawkins (Electronic Arts): “You don’t have an objective, rational process. You need a certain amount of confidence. There are many things that you don’t know will go wrong. If you knew in advance all the things that could go wrong, as a rational person, you wouldn’t go into business in the first place.”

Ed McCracken (Silicon Graphics): “My venture capital friends tell me that many of the ideas they’re seeing for new businesses are coming from people under 26 years old.”

Ken Olsen: “Business school’s goal today is to teach people to become entrepreneurs. I think it’s a serious mistake. You learn first how to be a team member, then a leader.”

Bill Hewlett: “It was 1939 and it was no time to start a company. It was probably the supreme optimism of youth.” and “It’s not all due to luck, but certainly a large percentage of success is. We were in the right place at the right time. We were lucky and we had wonderful teachers and mentors. HP didn’t start in a vacuum.”

Google’s First Steps

An interesting interview of the Google founders dated 1998!

googl-pagebizcard.jpg

Quite interesting lessons:

About the network of people: “Sergey: Basically, we talked to our advisers and other faculty whom we knew. And they just pointed us to other people. Pretty soon, we had investors, we had a lawyer, we had everything that we needed.

About risk taking: “Larry: Silicon Valley is a little bit different. There’s not so much risk to us. If you fail in starting your company, you’re actually more fundable. You may have failed for some reason not involving yourself at all, just [due to] some random factors... Sergey: The main risk is really our time. We’re working much, much harder than we would in a normal job. It’s not a 40 hour a week job.”

more…

The Trouble With…

I just finished reading The Trouble With Physics by Lee Smolin. It is a GREAT book. Now what has this to do with innovation and start-ups? Well I see a link:  In my book I refer to Thomas Kuhn, the author of the “structure of scientific revolutions”. Indeed Innovation and Research have similarities in the way they progress. The specific topic he focuses on is the lack of progress in physics. Don’t we have a similar issue with innovation? I also quoted Pitch Johnson, one of the grandfathers of venture capital who wrote: “Democracy works best when there is this kind of turbulence in the society, when those not well-off have a chance to climb the economic ladder by using brains, energy and skills to create new markets or serve existing markets better then their old competitors.”

thetroublewith.jpg

Smolin considers Science needs two ingredients: ethics and imagination. If the established science and scientists prevent the emergence of young people and new ideas, there might be a crisis. It is what he analyses brilliantly in his book. (By the way, his book tells much more, it is a really great book). When Silicon Valley people such as Joe Costello and Richard Newton claimed that Silicon Valley needs to take more risks and that greed is more important than ethics, I see similarities…

Founders at Work

Another great book, so great I decide to write this post even if I have not finished reading it: Jessica Livingston in Founders at Work has interviewed 32 entrepreneurs about their story. The lessons are convincing, fascinating. Without asking for copyright, I copy here some quotes. The book is just a pleasure to read even if sometimes the Q&A are too specific about the start-up, but I assume it is part of the exercise. A Must-Read.

foundersatwork.jpg

Paul Buchheit, creator of Gmail about Risk Taking

As I say, for people, it depends on their situation if they can take that risk of joining a startup or moving to a new city if they don’t live in the right place. For me, I was actually single at the time, I didn’t have a mortgage, so the idea of joining a little startup that may well be destroyed was just like, “That will be fun.” Because I kind of thought, “Even if Google doesn’t make it, it will be educational and I’ll learn something.” Honestly, I was pretty sure AltaVista was going to destroy Google.

Mike Ramsay, founder of Tivo about Silicon Valley

I was curious to see what’s the attitude of a typical startup in Scotland compared to here. I found that they are just culturally a whole lot more conservative and cautious. And somewhat lacking in self-confidence. You come over here and . . . I had a meeting recently with a couple of early 20-year-olds who have decided to drop out of Stanford because they got bored, and they are trying to raise money to fund their startup. They believe they can do it, and nothing’s going to hold them back. They have confidence, they have that spirit, which I think is great and is probably unique to this part of the world. Being part of that for so long, for me, has been very invigorating.

Joshua Schachter, founder of del.icio.us about implementing

But the guy who says, “I have a great idea and I’m looking for other people to implement it,” I’m wary of—frequently because I think the process of idea-making relies on executing and failing or succeeding at the ideas, so that you can actually become better at coming up with ideas.

and about VCs

In general, I found VCs to be significantly politer than the folks I worked with. The worst they did was not call me back. I’d never hear from them again. Brad Feld does a nice blog talking about how the VC process works. He says they never call you back to say no—they don’t want to close the door in case they want to open it again, but they don’t want to actually give you a response. Very few VCs actually said, “Sorry, we’re not interested.”

Craig Newmark, founder of craiglist on the definition of start-up

“in the conventional sense, we were never a startup. In the conventional sense, a startup is a company, maybe with great ideas, that becomes a serious corporation. It usually takes serious investment, has a strategy, and they want to make a lot of money.”

The DNA of Innovation

John Hennessy

They are not many, those who can talk about innovation as well as John Hennessy, President of Stanford University, start-up founder such as MIPS and Atheros, board member of Cisco and Google. He is also a world-renowned specialist in computer science.

In a recent column of the Stanford Magazine, “the DNA of Innovation”, he mentions the three ingredients that are central of a spirit of innovation:

people, a diverse mix of talents and approaches

an environment that promotes risk-taking and innovative thinking

a university must be adept at transferring knowledge to organizations that have the ability to convert that knowledge into something with broader impact.

The full article is worth reading. I also scanned it in pdf format.

Taking Risks

The Stanford Venture Technology Program is one of the best source of info I know about start-ups. In one of their recent newsletter, they mention a video of Vinod Khosla (a co-founder of Sun Microsystems and former venture capitalist with Kleiner Perkins). STVP summarizes his views as follows:

khosla.jpg

“Launching a start-up is not a rational act. And Vinod Khosla, a partner in Kleiner, Perkins, Caufield & Byers and former Sun Microsystems CEO, believes that success only comes from those who are foolish enough to think unreasonably. Entrepreneurs need to stretch themselves beyond convention and constraint to reach something extraordinary.”

Tom Perkins, a Silicon Valley venture capitalist

perkins.jpg

Tom Perkins is one of the icons of Silicon Valley. I have not read yet his new autobiography but Andre Mercanzini, a colleague at EPFL, just mentioned to me an interesting podcast from VentureVoice. Here is Perkins’ views about why Silicon Valley is unique:

The difference is in psychology: everybody in Silicon Valley knows somebody that is doing very well in high-tech small companies, start-ups; so they say to themselves “I am smarter than Joe. If he could make millions, I can make a billion”. So they do and they think they will succeed and by thinking they can succeed, they have a good shot at succeeding. That psychology does not exist so much elsewhere.


Steve Jobs at Stanford University in 2005

No better way to begin a blog on the Start-up book but talking about Steve Jobs. Jobs made a brilliant speech about why life is a treasure. I see it as an illustration of why start-ups are about individuals. The Stanford Web site provides the text and video. Below is my French translation of his speech.

sjobs.gif

“Vous devez découvrir ce que vous aimez” nous dit Steve Jobs.

Voici le texte du discours de Steve Jobs, PDG d’Apple Computer et des studios d’animation Pixar donné lors de la remise des diplômes de l’université de Stanford le 12 juin 2005.
Je suis honoré d’être avec vous aujourd’hui à la cérémonie de remise des diplômes d’une des meilleures universités de la planète. Je n’ai jamais été diplômé d’une université. En vérité, je n’avais été présent à une telle cérémonie. J’aimerais aujourd’hui vous raconter trois histoires personnelles. C’est tout. Ca n’est pas grand-chose, juste trois histoires.

La première histoire parle de liens entre les choses.

J’ai quitté le Reed College après six mois, mais je suis resté aux alentours comme un touriste (auditeur sans doute plus précis, mais bon) pendant encore dix huit mois avant de partir définitivement. Alors pourquoi ai-je abandonné l’université ?

Cela a commencé avant ma naissance. Ma mère biologique était une jeune étudiante, célibataire, qui décida de me confier à une famille adoptive. Elle était intimement convaincue que je devrais être adopté par une famille éduquée si bien que tout fut planifié pour que je sois adopté à ma naissance par un avocat et son épouse. Sauf que lorsque je vins au monde, ils décidèrent soudainement que c’est une fille qu’ils souhaitaient. Si bien que mes parents qui étaient sur une liste d’attente reçurent un appel téléphonique au milieu de la nuit leur demandant : « Nous avons un bébé garçon non attendu ; le voulez vous ? ». Ils dirent : « Bien sûr. » Ma mère biologique découvrit plus tard que ma mère n’avait jamais reçu de diplôme de l’université et que mon père n’avait pas fini son lycée. Elle refusa de signer les papiers d’adoption définitifs. Elle finit par s’y résigner lorsque mes parents promirent qu’un jour, j’irai à l’université.

Et 17 ans plus tard, j’entrai à l’université. Mais je choisis avec naïveté un endroit presque aussi cher que Stanford, et toutes les économies de mes parents, famille modeste, allaient aux frais d’inscription. Après six mois, je ne vis pas l’intérêt de tout cela. Je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire de ma vie et je ne voyais pas comment l’université allait m’aider à trouver la réponse. Et voila que je dépensais tout l’argent que mes parents avaient économisé jusque là. Je décidai de démissionner en étant persuadé que tout finirait par s’arranger. C’était plutôt effrayant à l’époque, mais avec le recul, ce fut une des meilleures décisions que j’ai jamais prises. A parti du moment même où j’étais parti, je n’avais plus à suivre les cours obligatoires, qui ne m’intéressaient pas, et je commençai à suivre ceux qui me semblaient intéressants.

Ca n’était pas tout rose. Je n’avais pas de chambre, et je dormais sur sol de chambres d’amis. Je ramenai les bouteilles de Coca consignées à 5 cents pour m’acheter de quoi manger, et je parcourais à pied chaque dimanche soir, les 11 kilomètres à travers la ville pour m’offrir un bon repas par semaine, au temple Hare Krishna. Je l’adorais. Et beaucoup de sur quoi je suis tombé en suivant ma curiosité et mon intuition se révéla être de grande valeur plus tard. En voici un exemple:

Le Reed College, à cette époque, offrait peut-être la meilleure formation en calligraphie du pays. Sur le campus, chaque affiche, chaque étiquette sur les casiers était magnifiquement tracée à la main. Parce que j’avais abandonné le cursus et que je n’avais plus à suivre les cours normaux, je décidai de suivre ce cours de calligraphie pour apprendre comment faire. J’ai appris la typographie des caractères avec et sans empattement J’ai également appris à varier les espaces entre diverses combinaisons de lettres, à comprendre pourquoi une superbe typographie est superbe. Les subtilités pouvaient être d’ordre esthétique, historique ou artistique d’une manière que la science ne peut pas expliquer et je trouvai cela fascinant.

Rien de tout cela n’avait le moindre espoir d’utilité pratique pour ma vie. Mais dix ans plus tard, quand nous concevions le premier ordinateur Mackintosh, tout cela m’est revenu. Et nous avons tout intégré dans le Mac. C’était le premier ordinateur avec une belle typographie. Si je n’avais pas suivi ce seul cours à l’université, le Mac n’aurait jamais eu de caractères multiples et espacés en proportion. Et si Windows n’avait pas copié le Mac, il est probable qu’aucun ordinateur ne les aurait. Si je n’avais pas tout abandonné à cette époque je ne serais jamais tombé sur ce cours de calligraphie, et les ordinateurs personnels n’auraient peut-être jamais la merveilleuse calligraphie qu’ils ont aujourd’hui. Bien sûr il aurait été impossible de faire le lien entre ces choses a priori, quand j’étais au collège. Mais cela était devenu très, très clair a posteriori, dix ans plus tard.

Encore une fois, il n’est pas possible de faire le lien entre les choses a priori : vous ne pouvez les relier qu’a posteriori. Il faut donc faire confiance aux choses pour se rejoindre à l’avenir. Il faut croire en quelque chose, vos tripes, votre destin, votre vie, votre karma, ce que vous voudrez. Cette approche ne m’a jamais trompée et elle a fait toute la différence dans ma vie.

Ma seconde histoire parle d’amour et d’abandon.

J’ai eu de la chance – J’ai vite su repérer dans ma vie ce que j’aimais faire. Woz et moi avons lancé Apple dans le garage de mes parents quand j’avais vingt ans. Nous travaillions dur, et en dix ans, Apple est partie d’un garage avec nous deux pour devenir une société de plus de 4 000 employés et deux milliards de dollars de ventes. Nous venions de lancé notre plus belle création, le Mackintosh, une année plus tôt et je venais d’avoir trente ans. Puis, je fus viré. Comment peut-on être viré de la société qu’on a lancée ? Eh bien, Apple grandissant, nous recrutâmes quelqu’un que je croyais très talentueux pour diriger la société avec moi, et pendant a peu près un an, tout alla bien. Puis nos visions de l’avenir commencèrent à diverger et finalement il y eut rupture. Le conseil d’administration prit son parti et à trente ans, j’étais dehors. Et de manière très visible. Ce qui avait représenté toute ma vie adulte m’abandonnait. Ce fut une tragédie.

Je n’avais aucune idée de ce que j’allais bien pouvoir faire et cela dura plusieurs mois. J’avais l’impression d’avoir abandonné la génération d’entrepreneurs qui m’avait accompagnée- d’avoir laissé tombé le bâton du relais qui m’était confié. Je rencontrai David Packard et Bob Noyce et je tentai de m’excuser pour avoir aussi lamentablement échoué. C’est un échec très visible et je pensai même à quitter la Vallée. Mais quelque chose commença à renaître en moi – j’aimais toujours ce que je faisais. La tournure des événements chez Apple ne m’avait pas changé d’un iota. Et je décidai donc de tout recommencer.

Je ne l’avais pas ressenti au début mais être viré de chez Apple était la meilleure chose qui pouvait m’être jamais arrivée. Le fardeau du succès céda la place à la légèreté d’être à nouveau un débutant, mois pétri de certitudes. Cette liberté me permit d’entrer dans une des périodes les plus créatives de ma vie.

Pendant les cinq années qui suivirent, je fondai une société appelée NeXT, une autre société, appelée Pixar, et je tombai amoureux de cette personne fabuleuse qui deviendrait ma femme. Pixar parvint à créer le premier dessin animé de synthèse, Toy Story, et est aujourd’hui le studio d’animation le plus puissant du monde. Par un acte du destin étonnant, Apple acheta NeXT ; je retournais chez Apple et la technologie que nous développions chez NeXT est au cœur de la renaissance actuelle d’Apple. Et Laurene et moi avons ensemble une famille merveilleuse.

Je suis à peu près sûr que rien de tout cela ne se serait passé si je n’avais pas été viré d’Apple. Ce fut un traitement très douloureux, mais j’imagine que le patient en avait besoin. Parfois la vie vous frappe comme une pierre en pleine tête. Ne perdez pas la foi. Je suis certain que la seule chose qui me permit de continuer est que j’aimais ce que je faisais. Vous devez découvrir ce que vous aimez. Ceci est vrai pour votre travail comme pour vos amours. Votre travail va remplir une grande partie de votre vie et la seule manière d’être véritablement satisfait est de faire ce que vous croyez être du très bon travail. Et la seule manière de faire du très bon travail est de faire ce que vous aimez. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez à chercher. Ne vous résignez pas. Comme toutes les affaires du cœur, vous saurez quand vous aurez trouvé. Et comme toute grande relation, elle s’améliore et s’embellit avec les années. Alors continuez à chercher jusqu’à ce que vous trouviez. Ne vous résignez pas.

Ma troisième histoire parle de la mort.

Quand j’avais 17 ans, j’ai lu une citation qui disait quelque chose du genre : « Si tu vis chaque jour comme si c’était le dernier, un jour, tu auras certainement raison. » Cela m’impressionna et depuis lors, depuis 33 ans, je me suis regardé chaque matin dans la glace en me demandant : « Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est ce que je ferais ce qui je suis sur le point de faire aujourd’hui ? » Et à chaque fois que la réponse était « non » trop de jours d’affilée, je savais que je devais changer quelque chose.

Ne jamais oublier que je vais mourir bientôt est le moyen le plus important que j’ai jamais utilisé pour m’aider à faire les grands choix de mon existence. Parce que presque tout, les espérances, la fierté, la crainte de la honte ou de l’échec, ces choses s’évanouissent face à la mort, ne laissant vivace que ce qui compte vraiment. Ne pas oublier que l’on va mourir est le meilleur moyen que je connaisse d’éviter le piège de penser que l’on a quelque chose à perdre. Vous êtes déjà à nu. Il n’y a aucune raison de ne pas suivre les aspirations de son cœur.

Il ya environ un an, un cancer m’a été diagnostiqué. J’ai subi un scanner à 7h30, un matin, qui montra clairement une tumeur au pancréas. Je ne savais même pas ce qu’était le pancréas. Les médecins m’annoncèrent qu’il s’agissait certainement d’un type de cancer incurable, et que je ne devais pas espérer vivre plus de 3 à 6 mois. Mon médecin me conseilla de rentrer chez moi et de mettre mes affaires en ordre, ce qui est la manière de la profession médicale de vous préparer à mourir. Cela signifie d’essayer de dire à vos enfants en quelques mois tout ce que vous pensiez avoir le temps de leur dire dans les dix prochaines années. Cela signifie être sûr que tout est planifié pour faciliter l’avenir de votre famille. Cela signifie dire au revoir.

Toute cette journée là, j’ai vécu avec ce diagnostic. Plus tard, dans la soirée, on m’a fait une biopsie. On m’a glissé en endoscope dans la gorge, à travers mon estomac et mes intestins, on a enfoncé une aiguille dans mon pancréas pour prélever quelques cellules de la tumeur. J’étais sous anesthésie, mais ma femme, qui m’accompagnait, m’a raconté que lorsque les médecins virent les cellules au microscope, ils se mirent à pleurer car il se trouva que j’avais une forme très rare de cancer du pancréas qui peut être soignée par chirurgie. J’ai subi une intervention chirurgicale et je vais bien aujourd’hui.

Il s’agit de ma plus proche expérience de la mort, et j’espère que ce sera la plus proche que j’aurai connue pour les dizaines d’années à venir. Ayant vécu tout cela, je peux vous en parler avec un peu plus de certitude que lorsque la mort n’était pour moi qu’un concept, certes utile, mais purement intellectuel.

Personne ne souhaite mourir. Même ceux qui rêvent du paradis ne veulent pas mourir pour y monter. Et pourtant la mort est la destination que nous partageons tous. Personne n’y a jamais échappé. Et c’est ainsi que cela doit être, parce que la Mort est sans doute la plus belle invention de la Vie. Elle l’agent du changement pour la Vie. Elle nettoie l’ancien pour laisser la place au neuf. Vous êtes le neuf, mais un jour, pas si éloigné, vous deviendrez progressivement l’ancien et vous serez nettoyé. Désolé d’être aussi tragique, mais c’est la vérité.

Votre temps est compté, alors ne le gaspillez pas à vitre la vie d’autrui. Ne restez pas prisonnier des dogmes, c’est-à-dire du résultat des pensées d’autrui. Ne laissez pas le bruit des opinions assourdir votre propre voix intérieure. Et plus important encore, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent quelque part déjà ce que vous voulez vraiment devenir. Tout le reste est secondaire.

Quand j’étais jeune, il y avait une publication fantastique, intitulé le Catalogue Whole Earth, qui était une des bibles de ma génération. Il avait été créé par un homme qui s’appelait Steward Brand, pas loin d’ci à Menlo Park et celui-ci l’avait produit avec une touche poétique. C’était à la fin des années soixante, avant les ordinateurs personnels et la bureautique, alors il était fait à l’aide de la machine à écrire, des ciseaux et des appareils Polaroid. C’était une sorte de Google en papier, 35 ans avant l’arrivée de Google : il était idéaliste et débordant de jolis trucs et de grandes idées.

Stewart et son équipe publièrent plusieurs éditions du Catalogue Whole Earth et la vie suivant son cours, le dernier numéro fut publié. C’était au milieu des années soixante-dix et j’avais votre âge. Sur la quatrième de couverture de ce dernier numéro, il y avait une photographie d’une route de campagne au petit matin, le genre de celles que vous parcourez peut-être en joggant si vous êtes un peu curieux. Au dessous, se trouvaient les mots : « Restez insatiable. Restez fou ». C’était leur message d’adieu au moment de tout arrêter. Et j’ai me suis toujours souhaité de le rester. Et maintenant que vous allez recevoir votre diplôme et entrer dans la nouveauté, je vous le souhaite également.

Restez insatiable. Restez fantaisiste.

Merci beaucoup.