Rémunération du risque – Un guide sur les stock options par Index Ventures

J’ai récemment lu un article mentionnant un nouveau rapport d’Index Ventures:Rémunération du risque : la France s’en sort bien ! et quelques jours plus tard, un de mes étudiants a mentionné une nouvelle application créée par Index pour aider les entrepreneurs à attribuer des stock options : Index Ventures Option Plan bêta. Merci Javier! J’ai regardé, twitté à ce sujet et j’ai pensé que ça valait la peine d’un article de blog …

Je vous conseille de lire le rapport complet (143 pages) – lien ici. On y trouve d’excellentes informations au niveau macro (politiques nationales) et micro (niveau de la startup). Il y a des différences mineures avec mes analyses passées telles que Equity in Startups publié en septembre 2017 ou mon cours récurrent sur Equity Split in Startups que vous pouvez trouver ici:

Ce qui est particulièrement intéressant, je crois, c’est leur synthèse:

1 Les salariés européens possèdent moins des entreprises pour lesquelles ils travaillent que les salariés américains. Pour les startups en phase de démarrage, ils en possèdent environ 10%, contre 20% aux États-Unis.

2 Les niveaux d’actionnariat varient beaucoup plus en Europe qu’aux États-Unis. En Europe, l’actionnariat salarié dans les startups en phase finale varie de 4% à 20%. Aux États-Unis, la propriété est plus constante, la répartition des options étant dictée par les forces du marché.

3 L’actionnariat salarié est corrélé au degré de technicité d’une startup. Une startup dans le doamiane de l’intelligence artificielle (IA) ou du logiciel professionnel nécessite plus de savoir-faire technique qu’une startup dans le domaine du commerce électronique. Ces employés sont plus susceptibles de demander des stock options.

4 Les détails de la politique de stock options des startups varient entre les États-Unis et l’Europe. Par exemple, les dispositions pour les départs, et l’acquisition accélérée suite à un changement de contrôle.

5 En Europe, les stock-options sont biaisées par les dirigeants. Les deux tiers des options sont attribuées à des membres de la direction et un tiers aux autres employés. Aux États-Unis, c’est l’inverse.

6 Les salariés européens ne pensent toujours aux stock options dans la plupart des cas. Les employés américains qui rejoignent une start-up technologique comptant moins de 100 employés s’attendent généralement à des stock-options immédiatement. C’est beaucoup moins vrai en Europe, bien que les attentes augmentent régulièrement.

7 Les détenteurs d’options européennes sont souvent désavantagés. Dans une grande partie de l’Europe, les employés paieront un prix d’exercice élevé, et ils seront lourdement taxés à l’exercice et à la vente. Les démissionaires n’obtiennent souvent rien.

8 La politique nationale varie considérablement en Europe, le Royaume-Uni étant le plus favorable à l’actionnariat salarié. Les réglementations et les cadres fiscaux sont radicalement différents en Europe. Le système EMI du Royaume-Uni est le plus favorable, meilleur que ce qui est disponible aux États-Unis, et la France est également bien organisée. D’autres pays, dont l’Allemagne, sont à la traîne à notre avis.

La complexité des politiques d’innovation – l’exemple de la Malaisie

J’ai eu la chance de rencontrer la semaine dernière deux économistes du Fonds Monétaire International qui sont les auteurs du document de travail intitulé The Leap of the Tiger: How Malaysia Can Escape the Middle-Income Trap (Le saut du tigre: comment la Malaisie peut-elle échapper au piège du revenu intermédiaire?). Ce n’est pas directement lié à l’innovation high-tech et je ne suis pas économiste; mon expertise est limitée à la nano-économie des start-up. Cela étant dit, j’ai été très impressionné par l’analyse de Reda Cherif et Fuad Hasanov.

En général, je lis plutôt des livres et articles sur les pays développés et l’entrepreneuriat high-tech, la Silicon Valley bien sûr, mais aussi l’exemple d’Israël, de la Finlande, de la France, du Chili… Lerner, Saxenian et Mazzucato ont été des auteurs importants pour moi. Hasanov et Cherif expliquent comment la Malaisie a tenté de développer son économie et a relativement échoué par rapport à Taiwan et à la Corée. Les raisons sont complexes et la personne intéressée devrait lire leur article.

Ils montrent vraiment la complexité des choses et encore une fois la recette a besoin de beaucoup de réglages, sans garantie de succès. L’ajout du Chili, de la Thaïlande et de la Norvège dans leur analyse la rend vraiment riche. J’ai compris que la combinaison d’un fort soutien étatique (incitations, financement, parfois protection) et de la concurrence dans le secteur privé (création de nombreuses entreprises automobiles coréennes) mettant l’accent sur sa capacité à exporter est très frappante. Pourquoi Nokia a-t-il réussi pendant un certain temps et pas Alcatel est peut-être expliquable avec leurs arguments. Ils mettent également beaucoup l’accent sur la capacité d’innover, indispensable pour permettre les exportations.

Donc, Mazzucato a raison, l’État a un rôle d’entrepreneur, mais les initiatives individuelles semblent être aussi importantes, quelque chose que je n’avais pas nécessairement compris dans le cas de Taiwan et de la Corée. La diaspora d’ingénieurs qui avait étudié et travaillé à l’étranger (aux États-Unis pour la plupart) a joué un rôle déterminant dans le développement économique et l’innovation après leur retour (parfois plusieurs années plus tard) dans leur pays d’origine …

Quand le rêve américain de petite ville vit bien

«Alors que les communautés rurales américaines stagnent, que peut-on apprendre de l’une qui vit bien?» est le sous-titre de Our Town de Larissa MacQuhar dans l’édition papier du New Yorker du 13 novembre 2017. Le titre en ligne est Quand le rêve américain de petite ville vit bien. C’est une analyse étrange et fascinante de l’Amérique. Par ailleurs dans la même édition, vous pouvez également lire The Patriot une critique des écrits de non-fiction de Philip Roth, une autre explication éclairante de ce qu’est l’américanité.


La Chambre de Commerce à Orange City, Iowa. Photographie de Brian Finke.

Vers la fin de cet article de 10 pages, l’auteur écrit: Dans son livre de 1970, « Exit, Voice, and Loyalty », l’économiste Albert O. Hirschman a décrit différentes manières d’exprimer son mécontentement. Vous pouvez sortir – arrêter d’acheter un produit, quitter la ville. Ou vous pouvez utiliser votre voix – vous plaindre au fabricant, rester et essayer de changer l’endroit où vous habitez. Plus il est facile de sortir, moins il est probable qu’un problème sera résolu. C’est pourquoi l’attraction centripète d’Orange City pourrait ne pas seulement être une force conservatrice; cela pourrait aussi être un puissant dynamisme. Après tout, ce ne sont pas ceux qui ont fui la ville qui ont pu la faire avancer, politiquement ou économiquement, c’étaient ceux qui l’aimaient assez pour rester ou pour revenir.
Les Américains, écrit Hirschman, ont toujours préféré «la netteté de la sortie au désordre et à la tristesse de la voix». Les Européens mécontents ont organisé des révolutions; Les Américains ont déménagé. «Le curieux conformisme des Américains, noté par les observateurs depuis Tocqueville, peut aussi s’expliquer ainsi, continua-t-il. Pourquoi élever la voix en opposition et vous causer des ennuis alors que vous pouvez toujours vous retirer complètement de tout environnement quand il devient trop désagréable? »

Il y a beaucoup d’autres choses passionnantes sur les gens qui partent et ceux qui restent; et sur leurs ambitions, leurs motivations. Je ne sais pas comment cela se rapporte à l’innovation et à l’entrepreneuriat, mais je me souviens de Robert Noyce, un des pères de Silicon Valley, né dans une petite ville de l’Iowa … et qui a déménagé au MIT avant de partir vers l’ouest.

Comment peut-on enseigner l’entrepreneuriat high-tech selon Randy Komisar

C’est la 4ème fois en quelques jours que je montre la vidéo qui suit à des collègues ou étudiants. Elle est plutôt ancienne (elle date de 2004) et elle est exceptionnelle. Une phrase dont je me souviens depuis premier jour où je l’ai regardée est la suivante: « Je pense qu’il y a des choses que l’on ne peut pas apprendre à l’école et je ne suis même pas sûr qu’on puisse l’apprendre sur le tas. Il y a un caractère entrepreneurial. Certaines personnes l’ont et d’autres pas. Certaines personnes peuvent ne pas penser qu’elles l’ont et peuvent l’avoir. Beaucoup de gens pensent qu’ils l’ont, et beaucoup ne l’ont pas. » Voici la vidéo, puis la transcription complète …

Je pense que ce qui peut être enseigné, en gros, c’est un ensemble de compétences très basiques sur les différents domaines requis pour que la startup réussisse: la finance, les organisations, les transactions, la stratégie, les business models. Vous pouvez avoir accès à ce qui peut augmenter votre QI entrepreneurial de cent points. Parce que commencer sans ce contexte peut être terriblement difficile à comprendre, ce qui se passe autour de vous pendant que vous travaillez dans ces environnements, je ne parle même pas du passage à l’acte. Je pense aussi que vous pouvez être exposé à la personnalité et au caractère de l’entrepreneur grâce à la méthode des études de cas en particulier. Vous pouvez commencer à voir les vies torturées que de nombreux entrepreneurs doivent vivre afin de poursuivre leurs rêves. Et vous pouvez avoir une idée de comment cela se rapporte à vos capacités à faire face et à faire des compromis dans votre vie.

Je pense qu’il y a des choses que l’on ne peut pas apprendre à l’école et je ne suis même pas sûr qu’on puisse l’apprendre sur le tas. Il y a un caractère entrepreneurial. Certaines personnes l’ont et d’autres pas. Certaines personnes peuvent ne pas penser qu’elles l’ont et peuvent l’avoir. Beaucoup de gens pensent qu’ils l’ont, et beaucoup ne l’ont pas. L’entrepreneur est très, très à l’aise avec l’incertitude et l’ambiguïté. L’entrepreneur est remarquablement capable de comprendre et de cibler des opportunités que les autres ne voient pas et est tenace quant à leur poursuite. En même temps, ils restent perméables pour connaître des idées et apporter des corrections à partir des commentaires du marché et des personnes qui pourraient avoir plus d’expérience ou plus d’idées qu’eux. Il y a des personnalités qui fonctionnent dans cet environnement. Et il y a des personnalités qui sont très mal à l’aise. Et j’essaie d’expliquer cela en particulier dans les classes que j’ai enseignées. Il y a un signe de courage à être entrepreneur. Je veux dire, nous savons, en quelque sorte, si vous lisez la presse locale et vous lisez les ragots sur la technologie, vous savez qu’il y a cette idée que les entrepreneurs sont une super race spéciale. Ils sont différents. Ils créent beaucoup de valeur. J’aime travailler avec eux.

Mais si vous n’êtes pas un entrepreneur, c’est OK. Il y a beaucoup d’autres valeurs à créer. Il y a beaucoup d’autres choses à «attaquer» sur le marché qui seraient peut-être plus appropriées. Donc je pense que vous pouvez apprendre beaucoup. Et je pense que vous pouvez accélérer votre capacité à apprendre plus en construisant un contexte. Mais je pense que finalement vous devez vous poser la question difficile. Suis-je adapté aux incertitudes et aux ambiguïtés, aux hauts et aux bas, et aux risques d’être un entrepreneur, ou ne le suis-je pas?

Faits, vérité, courage…

Le mot Start-up est controversé. L’argent, le business en sont souvent les synonymes et à l’heure des Paradise Papers, ils n’ont pas bonne presse, à raison! J’ai parfois dû « défendre » et je continuerais à défendre malgré cela un monde qui est important… Plus largement, je crois, il faut lutter pour défendre l’importance des faits et d’un « gros mot », la vérité, avec courage. Dans un monde où la communication l’emporte sur l’information (déjà au début du XXe siècle, Schumpeter expliquait que le capitalisme ne pouvait exister sans marketing et publicité) il est important que les voix défendant les faits, la vérité avec courage soient entendues. Je suis pour cette raison parfois sorti ici du strict cadre de la technologie, de l’innovation et de l’entrepreneuriat high-tech pour mentionner des intellectuels qui me semblent importants. Harari, Piketty, Fleury, Stieger, Picq.

Une longue introduction pour mentionner une belle interview de Pascal Picq sur France Inter ce matin: « Il faut déconstruire la domination masculine à Hollywood comme ailleurs ». Un bref extrait: « Constat : les bonobos, qui nous sont proches n’ont pas évolué comme nous. Homo Sapiens est l’une des espèces les plus violentes envers ses femelles, les femmes donc. Les degrés de cette violence varient en fonction des époques et des cultures. Le statut de dominant s’y exerce à l’égard de la Nature d’une part, et des femmes d’autre part. Les comportements de domination masculine qui sont ancrés dans nos sociétés humaines sont le fruit d’une évolution comportementale, et non d’un déterminisme naturel et génétique. Chez les bonobos, la femelle est dominante, la violence des relations est maîtrisée par les relations hédoniques, et les bonobos vivent selon un modèle de gynocratie. Les bonobos et les hommes n’ont pas eu la même évolution comportementale. Et je précise qu’on ne peut pas accuser notre nature, comme le font certains, dans les principes de domination masculine qui se sont imposés chez les humains. C’est une évolution comportementale qui s’est ancrée dans les sociétés agricoles et dans les sociétés industrielles. Historiquement, là où l’on produit des nourritures ou des objets, les sujets masculins ont tendance à prendre le contrôle de la production et de la reproduction. »

J’aurais dû ajouter que cette interview est liée à l’Oscar accordé cette nuit à Agnès Varda pour l’ensemble de son oeuvre et coïncidence ou non, mon précédent article – Si vous ne m’aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus – concernait Sandrine Bonnaire, actrice d’Agnès Varda dans le magnifique Sans toit ni loi.

Dans toutes les disciplines scientifiques ou non, la complexité rend difficile parfois, souvent,l’affirmation de vérités. Elles semblent mouvantes. Mais il y a des faits que l’on doit toujours analyser le plus honnêtement possible avec courage et il en sort des vérités. Merci à ces intellectuels courageux qui travaillent sans dogme et nous aident à comprendre le monde.

Alors pour finir sur une touche plus « légère » voici deux oeuvres d’Obey dont le combat artistique est tout aussi magnifique!

Si vous ne m’aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus

Magnifique interview ce matin de Sandrine Bonnaire sur France Culture, grande actrice française. Il faut l’écouter parler d’authenticité.

Dans un passage sur Pialat qui a découvert l’actrice dans un casting où elle accompagnait sa sœur, elle explique que le metteur en scène lui a appris à durer en fuyant l’artifice. Et d’ajouter qu’elle a en foi en l’homme mais que l’homme est aussi mauvais. Optimisme et pessimisme.

Lorsque Pialat avait reçu la palme d’or à Cannes en 1987, il avait eu cette phrase: « Si vous ne m’aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus. »

Est-ce que les fondateurs de start-up font de meilleurs capital-risqueurs? (la suite)

Hier, dans Est-ce que les fondateurs de start-up font de meilleurs capital-risqueurs? J’ai mentionné l’analyse de CB Insights sur le background des meilleurs VCs, et j’ai exprimé mes doutes quant à la comparaison entre fondateurs et non-fondateurs. J’ai donc utilisé la liste Top100 et j’ai eu un regard différent: qu’en est-il de l’arrière-plan en high-tech ou pas? Voici quelques graphiques. Analyse très rapide, ne le prenez pas comme une analyse scientifique. Encore que…

D’abord une remarque. Cette liste est un peu étrange et les auteurs le savent sûrement mieux que moi, mais je ne suis sûr que cette liste ne soit pas très subjective… Maintenant, il semble que les fondateurs n’aient jamais été majoritaires et les VCs sans expérience high-tech toujours majoritaires. Maintenant, ce qui est curieux, c’est que ces VC sont plutôt jeunes et qu’une grande majorité d’entre eux ont été dans cette activité depuis moins de 20 ans … intéressant. Quels auraient été les résultats pour les VC actifs dans les années 70 et 80? Je ne sais pas…

Aussi, le changement des 15 dernières années n’est pas le ratio de ceux avec un parcours technologique, mais ceux qui sont fondateurs ont augmenté et ceux qui n’ont pas de parcours high-tech ont diminué …

Est-ce que les fondateurs de start-up font de meilleurs capital-risqueurs?

Question intéressante car j’ai souvent affirmé qu’il y avait une différence entre le capital-risque américain et européen (VC), qui avait déjà été illustrée par Tim Cruttenden (voir ci-dessous).

CB Insights, une entreprise dans l’analyse de données sur les start-up, a examiné l’expérience des VCs: Do Ex-Startup Founders Make The Best Venture Capitalists? La figure qui suit décrit leurs résultats et ils affirment en outre: « Sur les 100 VCs, 38 ont fondé ou co-fondé une entreprise avant de devenir des capital-risqueurs, tandis que 62 ne l’ont pas fait. Six des 10 meilleurs investisseurs de CB Insights n’ont pas fondé de société. Cela inclut les deux premiers: Bill Gurley de Benchmark et Chris Sacca, récemment retraité. »

Cependant, j’aurais préféré une analyse différente: combien avaient une expérience directe dans les entreprises technologiques, que ce soit dans le développement de produits / technologies ou dans les affaires telles que la vente ou le marketing par rapport à ceux qui étaient «seulement» consultants ou banquiers? Ce serait auss intéressant car la valeur que vous apportez au niveau du conseil d’administration peut être entièrement différente. Regardez ce que Tim Cruttenden a expliqué en 2006.

En effet Cruttenden dit aussi « entrepreneurs », mais si nous nous souvenons que Kleiner Perkins et Sequoia avaient beaucoup de managers plus que des entrepreneurs alors, nous pourrions peut-être obtenir une autre mesure de ce qui fait un bon VC …

La Silicon Valley, il y a 20 ans

Il y a vingt ans, j’entrai dans le monde du VC et des startup. Quel anniversaire! Ce fut amusant et excitant. Je l’aurais oublié si je n’avais pas déjeuné il y a deux jours avec des gens de Logitech. Quand nous avons parlé des bureaux de Logitech dans la Silicon Valley, je leur ai dit que j’avais un document de Businessweek qui montrait que Logitech était considéré comme une progéniture de Stanford.

Je dus trouver ce document et ce fut fascinant de relire ce numéro spécial de Businessweek, datant du 18 août 1997, intitulé Silicon Valley, The People, the Deals, the Culture, The Future – How it really works. Alors laissez-moi reprendre quelques éléments.

Premièrement la couverture. Voici un petit quizz intéressant. Combien de personnes reconnaissez-vous? Réponse à la fin du post.

Deuxièmement, la table des matières. Ce pourrait être la même chose aujourd’hui. Donc les choses n’ont pas tellement changé. Par exemple, le facteur migratoire; la folie de la région, à cause du coût, du stress; et l’invisibilité des femmes, ce « sexisme subtil chaque jour ».

Troisièmement, la question récurrente de savoir pourquoi les efforts pour dupliquer la Silicon Valley ont tous échoué …

Il y a les arguments classiques: les gouvernements locaux offrent des incitations fiscales ou de petits investissements, mais ne peuvent pas inventer ou commercialiser la technologie. Et il y a un passage très intéressant: Même les efforts privés pour cloner la vallée ont échoué platement. Terman, le père de la Silicon Valley, a été embauché dans les années 1960 pour recréer la magie dans le New Jersey et au Texas. Il s’est concentré sur l’établissement d’institutions de recherche solides, comme Stanford, qui pourraient jouer le rôle une boîte de Petri pour les idées brillantes. Mais Terman a été embauché par de grandes organisations, y compris Bell Labs et Texas Instruments Inc., et peu d’hommes d’affaires étaient prêts à tenter une startup. ‘Il a échoué, en partie, parce qu’il a surestimé l’importance des universités et en partie parce qu’il a été embauché par de grandes entreprises sans tradition entrepreneuriale.’

Enfin, quelles sont les leçons à retenir. Tout cela est bien connu et toujours valable aujourd’hui …

Si vous voulez le pdf scanné, demandez le moi. Ce serait un cadeau privé, alors que la mise en ligne du document complet serait une violation du droit d’auteur…

Réponse au quizz: Une douzaine d’étoiles les plus brillantes de la vallée: (rangée du haut, de gauche à droite) Larry Ellison, Oracle; Marc Andreessen, Netscape; Andy Grove, Intel; Al Shugart, Seagate Technology; Gordon Moore, Intel; John Chambers, Cisco Systems – (rangée du bas, de gauche à droite) Steve Jobs, Apple Computer, Pixar; Scott McNealy, Sun Microsystems; John Doerr, Kleiner Perkins Caufield and Byers; Larry Sonsini, Wilson Sonsini Goodrich and Rosati; Lew Platt, Hewlett-Packard; Jim Clark, Netscape.

Le top 10 des (anciennes) startup des États-Unis et d’Europe

Depuis que j’ai publié mon livre en 2007, j’ai régulièrement fait l’exercice de comparer les plus grandes (anciennes) startup américaines et leurs homologues européennes. Vous pouvez regarder mes données en 2016 dans Les plus grandes (anciennes) start-up des USA et d’Europe. Voici mes listes mises à jour:

Les choses n’ont pas beaucoup changé. Yahoo en est sortie. Rovio est fait son apparition…