L’innovation réclame de la rébellion

Voici un article qui m’avait été demandé par une news letter du ministère de la défense en France. Je la reproduis intégralement.

Innovation-rebellion-full

L’innovation réclame de la rébellion

Sans capacité de remise en cause courageuse du statuquo, les organisations finissent par mourir.

L’innovation requiert savoir-faire et capital, mais sans un esprit d’aventurier, sans prise de risque, l’échec est paradoxalement plus souvent au rendez-vous. L’innovation ne se décrète pas et même si l’on en connaît les ingrédients, personne ne possède la recette du succès…

Dans une magnifique analyse des ingrédients nécessaires aux écosystèmes innovants [1], Nicolas Colin, co-fondateur de The Family explique que le succès de l’innovation passe par un délicat équilibre entre talent (visionnaire), investissement (intelligent) et esprit de rébellion. Il ne fait que reprendre brillamment les arguments d’un Paul Graham, fondateur de Ycombinator dans la Silicon Valley qui décrit sa région comme la rencontre incongrue de riches et de nerds ou ceux d’un ouvrage plus sérieux du professeur Martin Kenney qui affine l’analyse en donnant une liste de cinq composants nécessaires: des centres de recherche où les idées émergent, du capital-risque qui permet le développement des idées, du savoir-faire technique pour réaliser les produits (et services), du savoir-faire business pour les marqueter et les vendre mais enfin et surtout un esprit de pionnier qui encourage la prise de risque sans stigmatiser l‘échec.

L’Europe est très en retard dans l’innovation technologique.

J’ai quitté la fonction publique de mon beau pays en 1997 après avoir découvert ce qu’était la Silicon Valley pendant mes études. En France, mes amis et collègues préféraient une carrière dans l’administration ou le secteur privé plutôt que l’aventure de la recherche scientifique, je ne parle même pas d’entrepreneuriat, qui, j’en suis persuadé, était tout simplement inconnu de la plupart des ingénieurs. Pendant six ans dans le capital-risque, j’ai fait un constat à peu près similaire à l’échelle de l’Europe. Seules les régions de Boston et de Tel Aviv pouvaient être comparées à la côte ouest américaine. J’ai alors décidé de rejoindre l’EPFL pour y faire depuis 10 ans un travail de fourmi sur les changements culturels indispensables à une véritable culture de l’innovation

La Suisse modèle d’innovation pour l’Europe ?

Dans l’article cité plus haut, Colin explique que l’Allemagne souffre d’une absence totale de rébellion alors que savoir-faire et capital sont disponibles en quantité et en qualité. La Suisse est un modèle économique très semblable. J’ai découvert à l’EPFL une université riche qui a su recruter les meilleurs talents dans le monde entier. Le résultat est un classement des plus honorables dans les rankings universitaires. Mais les chiffres sont à lire avec prudence. Le classement de la Suisse au sommet de l’innovation mondiale est plus le signe de l’alliance parfaite du savoir-faire et du capital que d’une capacité à produire du nouveau. Economie efficace, sans doute, innovante, moins sûr…

L’EPFL produit une quinzaine de spin-off par an. Ces dernières années, ces start-up auront levé une centaine de millions d’euros par an. Une petite dizaine de sorties récentes (ventes à Intel, Dailymotion et d’autres) montrent que l’effort commence à payer. Mais aucune des « unicorns » que la Silicon Valley créée par dizaines. Il y a dix ans, consciente qu’elle pouvait faire plus encore, l’EPFL a créé les Innogrants, un fonds de pré-amorçage soutenant pendant un an les jeunes chercheurs et étudiants ayant des projets de start-up. Parce que l’argent n’est pas le seul ingrédient nécessaire, nous avons aussi lancé des cycles de conférences ou entrepreneurs et investisseurs viennent partager leur expérience, avec l’espoir qu’ils contamineront notre communauté avec le virus entrepreneurial.

Les résultats sont prometteurs mais fragiles. On ne fait jamais assez pour encourager une culture d’innovation. Nous faisons voyager nos apprentis-entrepreneurs aux USA et en Chine. Nous avons créé en 2013 un « open-space », La Forge, pour favoriser la rencontre de ces jeunes. En 2014, nous avons lancé un programme d’échange avec trois autres universités technologiques, l’European Venture Program, financé par Bruxelles et notre région envoie des jeunes de moins de 25 ans découvrir la Silicon Valley.

La Silicon Valley augmente son avance sur le reste du monde

Il ne faut toutefois ne pas se bercer d’illusions. Même si la France et la Suisse ont enfin pris la mesure des enjeux et des défis, même si l’EPFL à petite échelle montre la voie, même si la région parisienne montre avec Criteo ou BlaBlaCar que des entrepreneurs ambitieux peuvent s’exprimer, pourtant Colin considère que l’Europe échoue encore et il dénonce la toxicité de ceux qui se croient des amis et soutiens de l’innovation. « En France, on ne mélange pas les trois ingrédients. Capitalistes, ingénieurs et rebelles sont là, mais ils ne vivent pas dans le même monde et se méfient souvent ouvertement les uns des autres. » En France comme en Suisse, l’entrepreneuriat est encore éteint par le capital et le savoir-faire…

La Silicon Valley n’est pas que le financement spéculatif de nouveaux modèles d’affaires innovants comme l’illustrent les Uber, Airbnb et bien d’autres. Elon Musk est le nouveau Steve Jobs, le nouveau rebelle, l’innovateur du XXIe siècle avec Tesla, SpaceX et SolarCity. L’innovation y est diverse, riche et soutenue dans toutes ses composantes. Certes l’Europe fait des efforts louables mais je ne vois pas de réponses à la hauteur de ces nouveaux enjeux ni en France ni en Europe. Je crains que la prise de conscience nécessaire reste à faire et je vous encourage une dernière fois à lire Nicolas Colin !

[1] Voir https://medium.com/welcome-to-thefamily/what-makes-an-entrepreneurial-ecosystem-815f4e049804#.rzz89gicq et également un article de blog plus ancien Les ingrédients d’un écosystème entrepreneurial selon Nicolas Colin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.