Archives de catégorie : La Silicon Valley et l »Europe

Cartes temporelles et spatiales de la Silicon Valley (dans les années 80)

J’ai publié dans le passé des généalogies (cartes temporelles) de startups et du capital-risque de la Silicon Valley. Les voici à nouveau :
SiliconValleyGenealogy-All
Généalogie des startups de la Silicon Valley (1957-1986

WCVCGenealogy-All
Généalogie du capital-risque de la côte ouest (1958-1983

Mais il y a eu d’autres cartes (« artistiques »), étrangement dans les années 80 également. Voici trois versions similaires de 1983-1986.


Cartes de la Silicon Valley par Pacific Ventures (1983-86)

Bien sûr, celles-ci ont une histoire, en particulier liée à la couverture du New Yorker de Steinberg en mars 76. Et pour mes amis suisses, qu’en est-il de cette illustration zurichoise ?

Ce qui m’intéresse, c’est sa valeur nostalgique. Alors, quels noms valent la peine d’être remarqués? A gauche ou en dessous bien sûr Apple, Intel HP, IBM mais aussi Tandem, National Semi, Varian, Fairchild, Ask, et un peu étonnamment Stanford University, le tout entre les autoroutes 101 et 280, enfin Genentech, Atari, Rolm entre San Jose et San Francisco et après la baie de San Francisco, Berkeley, New York, les clusters technologiques, Route 128 à Boston, Research Triangle en Caroline du Nord et le Silicon Gulch d’Austin. Enfin émergeant et menaçant le Japon au milieu des années 80…

Que rajouter dans celle de 1984 ? Pas grand-chose, sauf que HP et Intel, mais plus IBM, sont au premier plan… Vous souvenez-vous de la publicité Apple vs IBM de 1984 ?

Et 1986 alors ? Eh bien, je vois 3com, Borland, Sun, Silicon Graphics. Silicon Graphics est allée en bourse en octobre 1986, Sun le 4 mars 1986 (d’ailleurs Oracle était devenue publique le 12 mars 1986 et Microsoft le 13 mars 1986…). L’introduction en bourse de 3Com a eu lieu en 1984. Borland fut toujours bizarrement structurée avec une IPO à Londres en 1986 avant de le faire aux USA en 1989. 1986 c’est un peu un tournant: le logiciel / software devient une industrie à part entière, Sun, Silicon Graphics, 3Com c’est aussi le début des ordinateurs en réseau.

Oubliez la nostalgie. La Silicon Valley a beaucoup changé. Apple est toujours là, Oracle aussi mais jetez un œil à cette nouvelle illustration ! Apple est dans un nouveau bâtiment. Facebook (désolé Meta) et Google (désolé Alphabet) sont les nouveaux géants. HP est aussi mentionné à travers son garage ! Il y a les anciens (Intel, AMD, IBM, HP), les déjà anciens comme Yahoo, sans oublier Cisco, Adobe, YouTube, LinkedIn, Intuit et des repères plus « iconiques » comme Sand Hill Road, les Café Borrone et Buck’s restaurant.

Mais n’oubliez jamais. La Silicon Valley n’est pas une histoire de bâtiments comme Folon l’a justement montré. Et vous savez quoi, sa création date de 1985…

Larry Page et Peter Thiel – 2 icônes (différentes ?) de la Silicon Valley

Je viens de lire deux longs et intéressants articles sur ces personnalités importantes de la Silicon Valley. Celui sur Larry Page m’a été mentionné par un collègue (merci François !) à travers sa traduction française. Il est assez ancien (2014) mais toujours très intéressant et pertinent : The Untold Story of Larry Page’s Incredible Comeback (Nicholas Carlson – 24 avril 2014). Voici le lien : Larry Page : l’histoire inédite du vrai fondateur de Google.

Celui sur Peter Thiel a été récemment publié par le New Yorker, je le trouve un peu moins intéressant car il n’y a pas grand chose de nouveau, mais toujours très clair comme d’habitude avec ce grand magazine : What Is It About Peter Thiel ? Le capital-risqueur milliardaire a des fans et des adeptes. Que cherchent-ils? (Anna Wiener – 27 octobre 2021)

Qu’est-ce qu’ils ont en commun, je n’en suis pas sûr : ils ont des personnalités très différentes, l’une est plutôt secret, l’autre très visible. Ils ont certainement en commun la conviction que la technologie et l’entrepreneuriat peuvent (encore ?) changer le monde, mais Thiel considère cela comme une déclaration politique et je pense qu’il a tort. La politique concerne les décisions collectives (j’espère), alors que l’entrepreneuriat est plus une décision individuelle (je pense) même s’il inclut des caractéristiques culturelles (donc collectives).

Page est né en 1973 dans le Michigan et Thiel en 1967 en Allemagne, ils ont tous deux étudié à l’université de Stanford, Thiel à la faculté de droit, Page en école d’ingénieur. Ils ont apparemment tous les deux financé l’université Singularity, quelque chose que je ne comprends pas vraiment, sauf le lien avec leur croyance extrême en la technologie qui sauve le monde…

J’ai tellement écrit à leur sujet, vous voudrez peut-être vérifier cela à travers les tags #thiel ou #google. Dans l’article sur Larry Page, il y a des moments très intéressants, par exemple ses « leçons » de management :
– Ne déléguez pas : Faites tout ce que vous pouvez vous-même pour que les choses aillent plus vite.
– Ne vous mettez pas dans le passage pas si vous n’ajoutez pas de valeur. Laissez les personnes qui font le travail se parler pendant que vous faites autre chose.
– Ne soyez pas un bureaucrate.
– Les idées sont plus importantes que l’âge. Ce n’est pas parce que quelqu’un est junior qu’il ne mérite pas le respect et la coopération.
– La pire chose que vous puissiez faire est d’empêcher quelqu’un de faire quelque chose en disant : « Non. Point à la ligne. » Si vous dites non, vous devez aider à trouver une meilleure façon de le faire.

Cela vaut vraiment la peine de lire ces deux articles et de revoir à quel point il y a (ou pas) de la diversité dans la Silicon Valley. Les dernières phrases des articles sur Page disent : Au lieu de mettre fin à sa vie dans le dénuement et dans l’ignorance, [contraitement à son icône, Nikola Tesla] Page, qui n’a encore que 41 ans, passera la dernière moitié de sa vie à consacrer des milliards de dollars et d’innombrables heures à ses visions les plus folles. « Tout ce que vous pouvez imaginer est probablement faisable », a déclaré Page aux investisseurs de Google en 2012. « Il vous suffit de l’imaginer et d’y travailler. »

Alors que celui sur Thiel se termine de manière un peu plus mystérieuse mais éclairante : Bien sûr, quand il s’agit de Thiel, ce qui relève de la mystique peut être simplement une pratique de l’opacité. Strauss, le philosophe conservateur, a proposé que les universitaires et les écrivains avancent souvent leurs idées à travers une prose intentionnellement obscure – une technique dans laquelle « la vérité sur toutes les choses cruciales est présentée exclusivement entre les lignes », de sorte qu’elle n’est lisible « pas à tous les lecteurs, mais aux lecteurs dignes de confiance et intelligents seulement. Dans les interviews, Thiel peut apparaître comme « straussien » – opaque, énigmatique, voire oraculaire. Il est un maître de la redirection conversationnelle, et ses arguments peuvent être indéterminés. Les références et les allusions religieuses confèrent à ses idées sur les affaires ou la mondialisation un sentiment de mysticisme, comme si la vérité de son propre discours se cachait au coin de la rue. En ligne, les indices prolifèrent – sur les idées de Thiel et bien d’autres choses encore. Les détectives recherchent du sens et recherchent des signes indiquant qu’ils font partie des « dignes de confiance et intelligents ». Pour les fans de Thiel, une partie de son attrait doit être les opportunités infinies qu’il offre pour décoder, déchiffrer et faire des hypothèses. Il offre aux lecteurs l’anticipation de la révélation. Là encore, la vérité pourrait être beaucoup plus simple : quand l’argent parle, les gens écoutent.

La Silicon Valley aura bientôt 65 ans. Devrait-elle être mise à la retraite ? Les dynamiques darwiniennes de la région…

La Silicon Valley aura bientôt 65 ans. 65 ans? Oui, je dis en général que la région a débuté sa croissance avec la fondation de Fairchild Semiconducteur en 1957 (même si le nom ne fut créé qu’en 1971).

SiliconValleyGenealogy-All

La région est de plus en plus critiquée pour de bonnes et mauvaises raisons (voir par exemple ici et ) et peut-être est-elle un peu à bout de souffle. Trop vieille ? Il y a dix ans, j’avais regardé ses « dynamiques darwiniennes » dans innovation darwinienne et lamarckienne – de Pascal Picq. J’y avais noté les dynamiques remarquables de créations (et destructions) d’entreprises. « Vingt des 40 plus grandes entreprises de la région en 1982 n’existaient plus en 2002 et 21 des 40 premières entreprises de 2002 n’avaient pas été créées en 1982. » Je viens donc de refaire l’exercice.

Le tableau plus bas redonne les données de 1982 et 2002, puis celles de 2020. J’aurais dû attendre 2022 et les 65 ans de la Silicon Valley, mais je n’en ai pas eu la patience ! Dix des 40 plus grandes entreprises n’existaient pas en 2000 et sept de plus n’existaient pas en 1995. Seize des top 40 de 2002 n’existent plus en 2021. La région est donc un peu moins dynamique mais cela reste assez remarquable… La retraite me semble lointaine en réalité !

Comme dernière remarque, j’avais mentionné, il y a cinq ans, l’évolution du capitalisme américain dans Les plus grandes (anciennes) start-up des USA et d’Europe et en particulier à travers The Largest Companies by Market Cap Over 15 Years. Vous pourriez comparer ces dynamiques à celles du CAC40 français.

Les quarante plus grandes entreprises de technologie de la Silicon Valley
Les données sont fournies au format jpg à la fin de l’article.

1982 2002 2021 Revenus Capitalisation
1. Hewlett-Packard 1. Hewlett-Packard 1. Apple $294,135 $2,153,363
2. National Semiconductor 2. Intel 2. Alphabet e $182,527 $1,169,351
3. Intel 3. Cisco b 3. Facebook d $85,966 $787,268
4. Memorex 4. Sun bc 4. Intel $77,867 $194,491
5. Varian 5. Solectron c 5. HP Inc. $57,667 $31,545
6. Environtech a 6. Oracle 6. Cisco $48,026 $192,007
7. Ampex 7. Agilent b 7. Oracle $39,403 $191,539
8. Raychem a 8. Applied Materials 8. Tesla d $24,578 $77,574
9. Amdahl a 9. Apple 9. HP Enterprises $26,866 $15,677
10. Tymshare a 10. Seagate Technology 10. Netflix e $24,996 $236,117
11. AMD 11. AMD 11. Gilead $24,689 $74,058
12. Rolm a 12. Sanmina-SCI 12. SYNNEX $23,757 $6,588
13. Four-Phase Systems a 13. JDS Uniphase c 13. PayPal e $21,454 $277,047
14. Cooper Lab a 14. 3Com c 14. salesforce.com e $21,252 $208,200
15. Intersil 15. LSI Logic 15. Applied Materials $18,202 $78,716
16. SRI International 16. Maxtor b 16. NVIDIA $16,675 $328,615
17. Spectra-Physics 17. National Semiconductor c 17. Western Digital $16,327 $16,183
18. American Microsystems a 18. KLA Tencor 18. Adobe $12,868 $241,275
19. Watkins-Johnson a 19. Atmel b 19. Uber d $12,078 $93,549
20. Qume a 20. SGI c 20. Lam Research $11,929 $69,264
21. Measurex a 21. Bell Microproducts bc 21. eBay e $10,713 $36,576
22. Tandem a 22. Siebel bc 22. AMD $9,763 $115,364
23. Plantronic a 23. Xilinx bc 23. Square d $9,498 $106,173
24. Monolithic 24. Maxim Integrated b 24. Intuit $7,717 $99,872
25. URS 25. Palm bc 25. Opendoor d $7,324 $1,221
26. Tab Products 26. Lam Research 26. Sanmina $6,875 $2,117
27. Siliconix 27. Quantum c 27. KLA Tencor $6,073 $40,492
28. Dysan a 28. Altera bc 28. Equinix e $5,999 $63,238
29. Racal-Vadic a 29. Electronic Arts b 29. Electronic Arts $5,670 $41,368
30. Triad Systems a 30. Cypress Semiconductor bc 30. NetApp $5,590 $14,480
31. Xidex a 31. Cadence Design b 31. Agilent $5,530 $36,607
32. Avantek a 32. Adobe Systems b 32. Intuitive Surgical e $4,551 $92,762
33. Siltec a 33. Intuit b 33. ServiceNow d $4,519 $110,315
34. Quadrex a 34. Veritas Software bc 34. Juniper e $4,445 $7,478
35. Coherent 35. Novellus Systems b 35. Workday d $4,318 $57,934
36. Verbatim 36. Yahoo bc 36. Synopsys $3,821 $39,023
37. Anderson-Jacobson a 37. Network Appliance b 37. Autodesk $3,790 $67,066
38. Stanford Applied Eng. 38. Integrated Device 38. Palo Alto Net. d $3,783 $33,851
39. Acurex a 39. Linear Technology 39. Twitter d $3,716 $44,436
40. Finnigan 40. Symantec b 40. Airbnb d $3,378 $94,765


NOTES: Ce tableau a été compilé en utilisant les Business Rankings data de 1982 et 2002 de Dun & Bradstreet puis des données de Blommberg pour 2020. Les entreprises sont classées selon leurs revenus..
a – N’existait plus en 2002.
b – N’existait pas avant 1982.
c – N’existait plus en 2021.
d – N’existait pas avant 2000.
e – N’existait pas avant 1995.

Mêmes données au format jpg et en anglais

Charles Geschke, cofondateur d’Adobe, est mort

Charles Geschke n’est peut-être pas aussi célèbre que de nombreux entrepreneurs de la Silicon Valley, mais il est vraiment une légende de la technologie et du logiciel. Avec John Warnock, il a cofondé Adobe en 1982 et il est une exception dans le groupe des fondateurs de la région car il était au début de la quarantaine lorsqu’il a quitté Xerox pour créer la société qui a développé Postcript, PDF, Adobe, Photoshop et tant d’autres produits. Il est décédé le 16 avril 2021.

J’avais découvert Geschke (et Warlock) dans un bon nombre de livres et j’avais blogué à son sujet ici:
En compagnie des géants en novembre 2008
La brève histoire d’Adobe, de John Warnock et Charles Geschke en mars 2009

J’ai trouvé hier cette courte vidéo très intéressante que vous devriez regarder (ou lire le transcription ci-dessous).

Voici ma traduction: « lorsque John et moi avons lancé Adobe, nous avions une sorte de pensée simple en tête sur la façon dont nous voulions organiser l’entreprise

nous voulions créer une entreprise dans laquelle nous aimerions travailler et nous avons en quelque sorte mis en pratique des principe en termes de définition de la structure, de réflexions organisationnelles opérationnelles que nous avions sur la manière de gérer l’entreprise

et une partie de cette reconnaissance était que nous avions des constituants que chaque entreprise a et qui doivent être équilibrés,

nous avions nos actionnaires, nous avions nos employés, nous avions nos clients et bien sûr les communautés dans lesquelles nous opérions

et si vous songez à diriger une entreprise, ces quatre groupes sont légèrement en conflit, ce qui est bon pour l’un peut ne pas être bon pour l’autre et pour réussir en tant qu’entreprise et pour conserver le type d’employés de qualité que vous souhaitez avoir, il est extrêmement important que vous surveilliez en permanence la façon dont ces quatre constituants sont servis et que vous les mainteniez en équilibre.

quelques autres principes que les gens se posaient souvent alors qu’ils travaillaient

bien chez Adobe: que faudra-t-il pour que j’améliore ma carrière

et John et moi leur disions que la première chose que vous devez comprendre est de savoir comment vous licencier en embauchant quelqu’un pour travailler pour vous qui peut faire votre travail mieux que vous et il n’y a pas d’autre alternative que d’être promu une fois que vous faites cela

et le deuxième élément de philosophie qui est franchement le plus critique pour construire une entreprise de haute technologie est de dire à chaque ingénieur et à chaque manager que votre travail consiste à embaucher des gens qui sont plus intelligents que vous, car il s’agit d’une population beaucoup plus grande parmi laquelle choisir et cela s’est avéré en fait avoir été extrêmement important dans la création de l’entreprise

et encore une fois, je tiens à dire que sans ma relation avec John et notre partenariat, il est difficile d’imaginer que nous aurions pu réaliser ce que nous avons fait au cours des vingt-sept dernières années et nous sommes extrêmement heureux de ce prix et de l’opportunité d’avoir servi notre industrie

Merci beaucoup

[Warnock ajoute]

Ce qui est vraiment cool à propos de ce prix, c’est qu’il vient d’ingénieurs, nous avons déjà reçu des prix d’entrepreneur, mais ils proviennent d’hommes d’affaires et obtenir un prix pour l’entrepreneuriat des ingénieurs est très très cool

Chuck et moi, lorsque nous avons démarré l’entreprise, nous n’avions pas l’ambition de devenir riche rapidement, nous étions frustrés par Xerox et notre principale frustration est que nous savions que nous pourrions inventer une excellente technologie, mais personne ne l’utiliserait jamais et elle ne verrait jamais le marché. Et je pense que notre motivation principale en démarrant Adobe et en continuant avec Adobe était de créer des éléments que les gens utiliseraient que beaucoup de gens utiliseraient et je pense que dans chaque ingénieur, il y a ce besoin de base d’utiliser vos éléments, c’était donc la principale motivation. derrière ce que nous avons fait

L’autre chose la chose la plus difficile pour créer une entreprise puis agir de manière soutenue et continue est de continuer à innover et nous n’avons jamais compris comment vous institutionnalisez l’innovation l’innovation est une chose très remarquable qui arrive parfois, parfois non, mais le mieux que vous puissiez faire est de créer un environnement dans lequel les gens sont heureux de vivre une aventure qu’ils essaient de créer et j’espère que de grandes choses se produiront dans ce processus »

Les plus grandes sociétés de technologie en Europe et aux USA en 2020

Je regarde régulièrement les plus grandes entreprises technologiques aux États-Unis et en Europe et évidemment cette année, j’avais à l’esprit l’impact du Covid. Voici les tableaux que je construis une fois par an (et que vous pourriez comparer à ceux publiés en janvier 2020 ici ou et en 2017 ici.

J’ajoute en dessous les données de PS (« price to sales », ratio de capitalisation boursière sur revenus) et PE (« price to earnings », ratio de capitalisation boursière sur bénéfices lorsqu’ils sont positifs) ainsi que la croissance de la capitalisation boursière et des revenus. Il y a 3 nouvelles entreprises que je n’avais pas étudiées l’année dernière (Airbnb, Paypal et AMD) pour lesquelles la croissance n’est donc pas mentionnée.

Il y aurait beaucoup de commentaires à donner mais je vais faire court:
– Les GAFA sont les leaders incontestés, 4 d’entre eux sont des entreprises d’un billion de dollars. Facebook n’est un peu étonnamment pas aussi impressionnant et Tesla apparaît en tête.
– Le COVID n’a pas eu un grand impact, pour ne pas dire qu’il a eu un impact positif sur les entreprises technologiques (en termes financiers plus qu’en termes économiques)
– Encore une fois, en regardant les moyennes, nous voyons que l’Europe est à la traîne en termes de capitalisation boursière, d’emploi, de ventes et de bénéfices par des facteurs proches de 10…

The Microchip Revolution (épisode 3) : la maturité

Vous trouverez l’épisode 1 ici et l’épisode 2 . Si les années 60 correspondent aux premiers jours des semiconducteurs qui se sont terminés avec la crise pétrolière en 73, la maturité est venue dans les années 80 avec une seconde crise venue de la concurrence japonaise.

Il y avait encore beaucoup d’incertitude comme le montrent les auteurs dans les chapitres consacrés à Cypress, IDT, Micron. Par exemple :

Un autre exemple de l’incertitude au sujet de quelle technologie était supérieure pour les produits de mémoire à l’époque est celui de 1986, lorsque j’étais fondateur d’une start-up de semi-conducteurs avec un plan d’affaires basé sur la fabrication de produits RAM bipolaires. C’était Synergy Semiconductor. Nous avons été financés par deux sociétés de capital-risque de premier plan de Sand Hill Road, Sequoia Capital et Mayfield Funds. Même ces partenaires VC prétendument intelligents ne pouvaient pas prédire la supériorité de la technologie MOS dans le secteur des puces mémoire. Rodgers et Cypress ont fait le bon pari sur CMOS. Il est également intéressant de noter que Sequoia Capital avait investi dans Synergy avec la technologie bipolaire et Cypress avec la technologie CMOS, couvrant ainsi leurs paris. (Synergy n’est jamais devenu public, a lutté pendant 10 ans et a finalement été racheté par Micrel.)

Intel ne pensait pas avoir besoin de CMOS pour ses produits de mémoire ou de processeur pendant des années. Ils savaient que CMOS était un processus plus complexe, et donc plus coûteux, et ils ne faisaient pas encore face aux limitations de haute puissance de leur processus. Intel n’est passé au CMOS pour les produits de mémoire qu’en 1986. [Page 260]

L’entrepreneuriat est la capacité de faire face à ces incertitudes et aussi d’agir en prenant des risques :

Je savais déjà que [Rodgers] était un gars spécial, très intelligent, en grande forme, qui courait tous les jours et probablement un preneur de risque, mais là c’était fou [plonger dans un endroit dangereux à Hawaï]. Et si le moment était mal choisi et qu’il était aspiré dans le tube ? Comment vais-je obtenir de l’aide, c’est une marche de 15 minutes sur la lave. Mais il l’a fait. Et puis il a sauté. Et il l’a fait deux fois ! Cet événement définit Rodgers. Il est sûr de lui, voire égoïste, mais capable de soutenir ses décisions par des actions et prêt à prendre des risques même si les paramètres ne sont pas totalement connus. Peu de temps après l’escapade de saut de lave, il a quitté AMD et a lancé Cypress Semiconductors. [Page 252]

Alors qu’il était encore chez AMD, [Rodgers] a reçu un appel d’un capital-risqueur qui vérifiait les références d’un dirigeant et d’un inventeur de Fairchild et qui essayait également de lever des fonds pour démarrer une nouvelle entreprise. Cela a fait réfléchir Rodgers : « Si ce type peut lever des fonds et lancer une nouvelle entreprise, pourquoi ne puis-je pas le faire? » Et il a commencé à explorer la possibilité de faire exactement cela. [Page 253]

Cela me rappelle l’une de mes citations préférées sur l’entrepreneuriat, de Tom Perkins, le célèbre P du KPCB (Kleiner, Perkins, Caufield & Byers) : La différence est une question de psychologie: tout le monde dans la Silicon Valley connaît quelqu’un qui réussit très bien dans les petites entreprises de haute technologie, les start-ups; alors ils se disent: « Je suis plus intelligent que Joe. S’il a pu gagner des millions, je peux gagner un milliard ». Alors ils le font et ils pensent qu’ils réussiront et en pensant qu’ils peuvent réussir, ils ont une bonne chance de réussir. Cette psychologie n’existe pas tellement ailleurs.

The Microchip Revolution (épisode 2) : les tous premiers jours

Si vous avez manqué l’épisode 1, il est ici. Toute la culture de la Silicon Valley nait dans ces premières années. En voici quelques exemples.

Aux débuts du semi-conducteur, il s’agissait principalement d’une recherche de haute qualité: Avec un patron absent, Sherman Fairchild, sur la côte Est, le groupe pouvait se concentrer principalement sur la recherche pure, sans patron pour les déranger. Leur direction principale venait d’une concurrence intense entre eux. Aucun VC ou grande entreprise ne financerait quoi que ce soit de ce genre maintenant ! [Page 14] Les auteurs ont raison. Seul Google le fait peut-être avec ou sans VC ou l’approbation de la hiérarchie et la pression des pairs est similaire.

Ils fabriquent et expédient enfin leur premier produit en 1958, 100 transistors à IBM. [Page 17]

Jack Kilby a reçu le prix Nobel de physique en 2000 pour l’invention du circuit intégré. Malheureusement, Bob Noyce était décédé 10 ans plus tôt et Jean Hoerni 3 ans plus tôt. Le prix Nobel n’est jamais décerné à titre posthume. La communauté scientifique a convenu de manière informelle que Kilby et Noyce avaient inventé la puce et qu’ils en méritaient tous les deux le crédit. [Page 21]

Le chapitre 2 ne concerne pas une startup, Hughes Research Labs, basée à Los Angeles.

Nous n’avions pas d’options d’achat d’actions; peu d’entre nous savaient même ce qu’ils étaient. [Page 48]

Avoir des dirigeants dynamiques qui ont laissé libre cours à de jeunes ingénieurs et scientifiques ambitieux signifiait que les ingénieurs et les chercheurs étaient stimulés par la concurrence entre eux plutôt que par les couches de gestion au-dessus, ce qui a contribué à créer une explosion de papiers et de brevets. Cependant, dans les deux cas [chez Fairchild et Hughes RL], le transfert de technologies de la R&D à la production n’a pas été facile. Bien qu’il s’agisse d’organisations distinctes, les deux étaient de très grandes structures d’entreprise. Mais dans le cas de HRL, avoir la R&D et la production au même endroit physique signifiait que les discussions entre les deux groupes étaient assez fréquentes.

Une autre difficulté était l’absence de programme d’options d’achat d’actions chez HRL. Cela a certainement causé un chiffre d’affaires personnel important, en particulier parmi les jeunes scientifiques non attachés qui entendaient parler du nouveau monde utopique et de ses packages d’options d’achat d’actions lucratifs, dans la Silicon Valley. [Page 67]

Chapitre 3: Intersil, une occasion perdue.

Une autre généalogie de la Silicon Valley et en extrait, l’impact de Jean Hoerni.

Intersil a été fondée par Jean Hoerni, l’un des huit traîtres. Les débuts sont mieux décrits comme un mélange de génie et de chaos. Les deux personnalités les plus polyvalentes étaient Jean Hoerni et Don Rodgers, le vice-président des ventes et également un ex-Fairchild. Hoerni avec 2 doctorats en physique était un génie timide assez introverti mais enclin à des sautes d’humeur imprévisibles. Rodgers était un extraverti. Il venait de l’équipe des ventes de Fairchild des années 1960, bruyante, dure, endurante et encline à la boisson. L’une des premières frustrations était l’inefficacité du service marketing. [Page 71]

La personnalité controversée et rebelle de Hoerni a souvent séduit les jeunes cadres et ingénieurs qui cherchaient également la prochaine opportunité et rejetaient également le conformisme et l’autorité, en partie à cause du traumatisme de la guerre du Vietnam.

Lorsque j’ai [Luc Bauer] commencé à travailler avec Hoerni, il m’a fortement conseillé de ne pas être aveuglément fidèle à une entreprise, mais uniquement à mes propres ambitions et objectifs. Il a dit que si votre employeur ne vous aide pas à les atteindre, vous feriez mieux de changer d’entreprise ou de créer la vôtre parce que la vie est trop courte. [Page 74]

Mais Intersil n’a pas réussi comme Intel… raison pour laquelle Bauer parle d’occasion perdue. Il suffit de regarder dans le tableau suivant les chiffres d’affaires d’Intersil (fondée en 67, IPO 72) et d’Intel (fondée en 68, IPO 71)

Joe Rizzi, l’un des fondateurs d’Intersil a résumé ses sept années chez Intersil en deux mots: Occasion perdue. Il a déclaré que toutes, ou la plupart des sept catégories de produits, auraient pu devenir des entreprises importantes à elles seules, avec suffisamment de soins et de concentration pour soutenir leur croissance. À l’époque, l’incertitude du marché poussait à la diversité des produits. La concentration étroite d’Intel sur un produit était un pari risqué. [Page 102]. Intersil a réalisé un chiffre d’affaires de $572M en 2014 et a été acquise par Renesas en 2017. Intel est désormais une entreprise de $71,9B …

The Microchip Revolution par Bauer et Wilder (épisode 1)

J’ai ressenti un peu de nostalgie lorsque j’ai reçu l’e-mail suivant: “L’idée de faire un livre sur le démarrage des semi-conducteurs me taquinait depuis un moment, j’ai finalement trouvé un copain de longue date qui a été d’accord de faire ce livre avec mois ces 2 dernières années. On a été beaucoup aidé dans cette mission par le Computer History Museum (CHM) de Mountain View, CA. Le livre se concentre sur la période entre la fin des années 50 jusqu’à la fin des années 90, sur l’histoire du développement des processus industriels MOS et CMOS principalement mais pas seulement du point de vue des chefs, mais aussi des travailleurs des fab et des managers de fab que nous étions à ce moment. On décrit le développement de 9 compagnies que nous connaissions bien et qui avaient développé des technologies originales: Fairchild, Hughes, Intersil, Eurosil, Intel, AMD, IDT, Cypress, et Micron. Le titre est The Microchip Revolution – A Brief History.”

J’ai rencontré Luc Bauer au début des années 2000 lors d’un investissement dans une startup dans laquelle il était un business angel et un mentor. Je me souviens comment il m’a fait la leçon en disant que Kleiner Perkins était beaucoup plus professionnel que nous ! Luc est un gentleman, ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut pas être dur quand il est frustré ; quand les gens ont travaillé dur dans la Silicon Valley comme lui, ils peuvent être vraiment durs ! Mais nous sommes restés en contact et j’étais si heureux de commencer à lire son livre il y a quelques jours.

SiliconValleyGenealogy-All

Ceci est un poster de la « Silicon Valley Genealogy » des startups dans le semi-conducteur du milieu des années 50 au milieu des années 80. C’est ce que Luc décrit à travers 9 entreprises dont je suis sûr qu’elles figurent sur cette affiche. Au fait, Luc est là aussi.

Son livre commence par Fairchild et les huit traîtres et cela se comprend aisément car Fairchild est à l’origine de la généalogie. D’ailleurs, le livre est dédié à l’un des huit traîtres, Jean Hoerni, un ressortissant suisse et l’une des rares personnes dont j’ai entendu parler avec 2 doctorats. Luc a la même double culture et double formation (Diplômé de l’EPFL Lausanne et puis de Caltech)

Voici donc quelques extraits: « Une bonne partie de notre motivation [pour écrire le livre] était de revivre l’intensité de nos vies lorsque nous avons débuté dans cette industrie : les heures interminables et stressantes à la recherche des facteurs de diminution des rendements, la grande excitation et des cris de joie lorsque vous voyez un tout nouveau produit de circuit intégré prendre vie et fonctionner parfaitement lorsque la tranche traitée « à chaud hors du four » est placée pour la première fois sur la sonde de test électrique. Un autre grand facteur de motivation pour nous était de propager une histoire importante aux jeunes générations, à savoir que travailler dans les domaines de la haute technologie est difficile et épuisant, mais aussi une source de joie et de fierté car il est facile de voir l’impact de votre travail acharné sur l’entreprise pour laquelle vous travaillez et éventuellement sur le monde dans lequel vous vivez. »

Permettez-moi de redire ceci, en gras cette fois: Un autre grand facteur de motivation pour nous était de propager une histoire importante aux jeunes générations, à savoir que travailler dans les domaines de la haute technologie est difficile et épuisant, mais aussi une source de joie et de fierté car il est facile de voir l’impact de votre travail acharné sur l’entreprise pour laquelle vous travaillez pour et éventuellement sur le monde dans lequel vous vivez.

Plus à venir j’en suis sûr!

Theranos, le plus grand scandale d’une startup (pas tant) de la Silicon Valley

Bad Blood de John Carreyrou est un thriller et un document extraordinaire sur Theranos, une startup de la Silicon Valley, et sa cofondatrice Elizabeth Holmes. Probablement le plus grand scandale créé par une startup high-tech mais sans doute pas tant révélatrice de la Silicon Valley que des extrêmes que l’hubris et l’absence totale d’éthique de la nature humaine peuvent engendrer.

C’est un thriller, un « page-turner », mais c’est la réalité, malheureusement. En fin de compte, Carreyrou est assez peu perplexe sur Holmes: a-t-elle été manipulée, a-t-elle perdu le contrôle? Il fournit des réponses (pages 372-73): Holmes savait exactement ce qu’elle faisait et elle tenait tout sous contrôle. Lorsqu’un ancien employé s’est entretenu pour un emploi chez Theranos à l’été 2011, il a interrogé Holmes sur le rôle du conseil d’administration de l’entreprise. Elle a été offensée par la question. « Le board n’est que fictif », se souvient-il d’elle le disant: « Je prends toutes les décisions ici. » Un sociopathe est souvent décrit comme quelqu’un avec peu ou pas de conscience. Je vais laisser aux psychologues le soin de décider si Holmes correspond au profil clinique, mais il ne fait aucun doute que sa boussole morale était désorientée.

C’est un thriller car Carreyrou présente de nombreuses personnes qui ont souffert du manque total d’éthique et des méthodes secrètes de l’entreprise. Theranos n’a pas hésité à les menacer et a fait appel aux avocats les plus chers qui savent intimider. Homes a su séduire, convaincre : elle fait aussi partie de cette terrible mentalité qui nous tue depuis 20 ans: si vous n’êtes pas (totalement) avec moi, alors vous êtes mon ennemi et je vous écraserai. À lire absolument!

Maintenant, Theranos était basé dans la Silicon Valley mais n’est pas une illustration de ce qu’est la Silicon Valley. Les gens n’ont pas à aimer Silicon Valley, mais utiliser Theranos comme un argument est une erreur : la Silicon Valley, du moins celle que je connais ou que je connaissais et apprécie, est un endroit où la confiance et l’honnêteté sont des valeurs primordiales. Cela prendrait beaucoup de temps à expliquer, mais voici une autre citation de la raison pour laquelle Theranos est vraiment une aberration de la région (pas la seule, mais elles ne sont pas si nombreuses) :

Ah oui, la cap. table. Mon exercice favori ! Difficile à faire ici car il y a très peu d’information. Voici ce que j’ai pu construire.