Archives de catégorie : A lire ou à voir

Un été avec … Marguerite Yourcenar, la connaissance et l’ignorance, la littérature, la philosophie… et les mathématiques !

« Autrefois, quand je fréquentais les mosquées,
je n’y prononçais aucune prière,
mais j’en revenais riche d’espoir.
Je vais toujours m’asseoir dans les mosquées,
où l’ombre est propice au sommeil. »

Omar Khayyam

Cer article de blog a d’abord été motivé par la lecture de Marguerite Yourcenar cet été. Mémoires d’Hadrien et L’œuvre au noir sont des romans magnifiques, à très forte dimension philosophique. La lecture de la biographie de cette femme exceptionnelle m’a appris qu’elle avait rêvé d’ajouter aux biographies d’Hadrien et de Zénon celle d’un mathématicien assez méconnu, Omar Khayyam. Je reviendrai plus bas sur les travaux de ce personnage. Cet été fut aussi l’occasion de découvrir la magnifique série de Podcasts de Radio France, Un été avec.

Tout l’été fut parcouru par les interventions de Cynthia Fleury (déjà mentionnée sur ce blog) sur Vladimir Jankélévitch. J’ai ensuite découvert les étés précédents consacrés à Montaigne et Pascal. Ce qui est assez fascinant c’est de voir s’exprimer les proximités entre tous ces philosophes, y compris Cynthia Fleury et Marguerite Yourcenar en tant que romancière, dans leur quête de la compréhension de la connaissance et de l’ignorance, et le courage (voire la souffrance) que cela implique.

J’aurais tellement aimé lire ce que Marguerite Yourcenar aurait écrit sur ce mathématicien poète. Il semble qu’elle n’osa pas se lancer dans l’aventure. Elle confessa « une autre figure historique (que celle de l’empereur Hadrien) m’a tentée avec une insistance presque égale : Omar Khayyam… Mais (sa) vie… est celle du contemplateur, et du contempteur pur » tout en ajoutant, avec une humilité qui fait défaut à beaucoup de « traducteurs », « D’ailleurs, je ne connais pas la Perse et n’en sais pas la langue ». Wikipedia dit assez peu de choses sur Khayyam mais donne l’exemple d’un problème qu’il résolut:

La référence est celle du livre : Une histoire des mathématiques : Routes et dédales, Amy Dahan-Dalmedico et Jeanne Peiffer, 1986, pp. 94-95.

Les autrices consacrent en effet les deux pages suivantes à Omar Khayyam:

On peut comprendre que Marguerite Yourcenar fut intéressée par ce personnage errant… Si vous êtes arrivé.e.s jusque-là, vous pourriez vous dire qu’il y a peu de lien avec les startup. Il n’y en a pas, mais je fais régulièrement des articles sur les mathématiques. Ah je pourrais ajouter que les entrepreneurs écrivent leurs premières idées sur un coin de table. C’est ce que j’ai fait pour (re)résoudre le problème de Khayyam.

Et parce que le livre de Dahan-Dalmedico et Peiffer est passionnant, je me permets un second exemple de démonstration faite par un mathématicien arabe.

En Russie, le retour de l’humour noir soviétique

C’est en remarquant l’article du journal Le Monde En Russie, le retour de l’humour noir soviétique que je me suis souvenu d’un livre remarquable et drôle que j’avais lu en 2018. J’aurais peut-être dû d’ailleurs me méfier alors de ce cadeau empoisonné, ah ah!

Je ne vais pas en refaire l’éloge mais vous laisser (re?)découvrir les articles de l’époque
Pourquoi donc m’a-t-on offert ce livre? Humour et bureaucratie en juin 2018.
Humour et bureaucratie (2e partie) en octobre 2018.
Je n’avais pas connaissance alors de la page Wikipedia sur le sujet qui mérite aussi d’être lue : Anekdot.

Je vais conclure en ce 1er avril qu’apparemment la Russie à décider de donner à La Guerre et la Paix de Léon Tolstoï le nouveau nom de « Opération spéciale et haute trahison ».

Intuition et logique mathématique selon David Bessis

« Les mathématiciens sont les humains qui font progresser la compréhension humaine des mathématiques. »
William P. Thurston

J’avais déjà mentionné le livre de David Bessis, Mathematica, lors du passage sur France Culture de l’auteur. Il y parlait de Grothendieck, mais disait surtout qu’entre logique et intuition, il donnait plus d’importance à la seconde pour faire des mathématiques. Retournez sur l’article pour trouver le lien de l’entretien. J’ai eu la chance de lire son très bel ouvrage ces derniers jours et l’auteur est convaincant. Il y explique assez bien l’échec de l’enseignement des mathématiques qui donnent trop d’importance à la première.

Sans doute sera-t-il difficile de faire changer d’avis les sceptiques, mais l’argument selon lequel il n’y a pas de talent ou de don particulier pour faire des mathématiques mais surtout de la curiosité et de la persévérance, comme pour toute activité qui demande un apprentissage, est bien illustrée dans son livre.

Il n’est pas question d’astuces que l’on emploie trop souvent dans l’enseignement de la mathématique, ce qui peut faire moins aimer la discipline. Dans l’article sur la Beauté des mathématiques, j’employais à tort et un peu trop cette impression de magie. Il est ici question de compréhension profonde des choses, au sens que l’on finit par les voir. L’inconvénient des mathématiques, est qu’alors que la musique s’entend, ou qu’un sport est physiquement visible, les mathématiques sont surtout faites d’images mentales.

Il parle lui aussi (comme j’ai du le faire si vous suivez le hastag #mathematique) des démonstrations de la somme des premiers entiers naturels et Bessis est lumineux quand il explique que la démonstration astucieuse de Gauss ne permet sans doute pas d’en « comprendre » la solution:

alors qu’il y a des approches plus intuitives comme l’utilisation de triangles ou de distance à la moyenne. Lisez ses pages 169 à 181, on y comprend aisément pourquoi Thurston enfant donna d’abord 5000 comme réponse à la somme des 100 premiers entiers, puis se corrigea pour donner la réponse exacte. La moyenne d’un tirage aléatoire de nombres entre 1 et 100 n’est pas non plus tout à fait 50… (contrairement celle entre 0 et 100) et il y a un lien entre les deux sujets.

J’ai beaucoup aimé les descriptions et portraits que Bessis fait de Descartes, Thurston, Grothendieck et le moins célèbre Ben Underwood. Ou les magnifiques passages sur Pierre Deligne et Jean-Pierre Serre. Je vous laisse les découvrir.

C’est un beau livre à offrir à qui souhaite découvrir ou redécouvrir la beauté des mathématiques. Et peut-être plus important encore, comme l’indique le sous-titre du livre, une aventure au cœur de nous-mêmes, Bessis montre bien que toute exploration est avant tout le choix de dépasser ses peurs, d’accepter la possibilité des erreurs, et la possibilité d’un chemin vers plus de confiance en soi. Un paradoxe est un conseil qui revient souvent dans son livre : « Il ne faut jamais lire les livres de math. » Sauf celui-ci ! Superbe !

La loi de la puissance et le capital-risque selon Sebastian Mallaby (la suite) – Sequoia Capital

Parfois, je publie des articles qui peuvent être illisibles, ils peuvent être là surtout pour moi, pas pour les autres lecteurs. D’une certaine manière, ce blog est ma seconde mémoire… donc je ne suis pas sûr que ce billet vaille la peine d’être lu…

Il y a eu deux grandes sociétés de capital-risque dans l’histoire. Si importantes que j’ai créé des hashtags pour elles : Sequoia et Kleiner Perkins. Il n’est donc pas surprenant que Mallaby les couvre toutes les deux dans son livre, mais de manière différente. Selon lui, Kleiner Perkins (KP) a perdu son leadership. Sequoia et KP étaient n°1 et n°2 de 1980 à 2005, mais depuis, Sequoia a conservé son classement et KP n’est même pas dans le top 10 des partenariats (voir page 413). KP est couvert dans la dernière partie du chapitre 11, avec le sous-titre Le déclin de Kleiner Perkins. Le chapitre 13 entier est intitulé La force des nombres chez Sequoia.

Mallaby a beaucoup d’arguments convaincants, de la stratégie d’équipe à la diversification de l’activité de l’entreprise : Sequoia dispose désormais d’importants fonds de croissance, d’un hedge fund, même d’une dotation (endowment), et d’une présence à l’étranger en Israël, en Chine, en Inde et même récemment en Europe . Et les performances de Sequoia semblent impressionnantes : en prenant tous ses investissements en capital-risque aux États-Unis entre 2000 et 2014, le partenariat a généré un multiple extraordinaire de 11,5x « net », c’est-à-dire après soustraction des frais de gestion et de sa part des bénéfices. En revanche, la moyenne pondérée des fonds de capital-risque au cours de cette période était inférieure à 2x net. (Données de Burgiss). La réussite de Sequoia n’a pas non plus été provoquée par quelques coups de chance extravagants: si vous retiriez les trois meilleurs résultats de l’échantillon, le multiple des fonds américains de Sequoia pèserait toujours un formidable 6,1x net. En déployant le capital levé en 2003, 2007 et 2010, Sequoia a placé un total de 155 paris aux États-Unis. Parmi ceux-ci, 20 ont généré un multiple net de plus de 10x et un bénéfice d’au moins 100 millions de dollars. (Prouvant qu’il n’avait pas peur des risques, Sequoia a perdu de l’argent sur près de la moitié de ces 155 paris.) La cohérence dans le temps, les secteurs et les investissements était frappante. « Nous avons embauché plus de 200 gestionnaires de fonds externes depuis que je suis arrivé ici en 1989 », s’émerveille le responsable des investissements d’une importante dotation universitaire. « Sequoia a été de loin notre numéro un ». [Page 320]

J’ai donc regardé mes propres données. Voici ce que j’ai trouvé sur l’historique de leur fonds.

J’ai aussi regardé mes tables de capitalisation et trouvé où Sequoia était un investisseur. Lorsque les données étaient disponibles, j’ai regardé combien l’entreprise avait investi et quelle était la valeur de la participation lors de l’introduction en bourse ou de l’acquisition. En effet impressionnant.

PS (3 mai 2022) : je viens de lire un article très intéressant sur le livre de Mallaby par Bill Janeway : Les origines oubliées de la Silicon Valley. Janeway aime le livre et ajoute des critiques intéressantes. Deux points ne sont pas nouveaux, à savoir
– le rôle du gouvernement serait sous-estimé par Mallaby,
– les VCs de la côte Est et le domaine de la biotechnologie ne sont pas suffisamment analysés.
Mais un troisième point est plus nouveau pour moi : la technologie s’est ouverte dans les années 70 et 80 (le PC, les systèmes d’exploitation, les réseaux dont internet) et cela a créé d’énormes opportunités pour de nouvelles entreprises. Je n’ai jamais été pleinement convaincu par les deux premiers points, principalement parce que le financement de la recherche n’apporte aucune garantie aux grandes innovations. Mais le troisième point est plus intéressant, pour ne pas dire plus intrigant.

Le capital-risque en Chine selon Sebastian Mallaby

Dans la partie 1 de mon article sur The Power Law, j’avais intégré ma propre histoire visuelle du capital-risque. Il y avait un élément qui manquait, à savoir la montée en puissance de la Chine, que Mallaby aborde en 27 pages dans son chapitre 10 . Avant 2010, le capital-risque en Chine était derrière l’Europe, mais aujourd’hui, il défie les États-Unis :

Source: Mallaby’s The Power Law, appendix, page 413.

Mallaby explique de manière convaincante qu’il s’est développé non pas avec le soutien du gouvernement chinois, mais en le contournant et, étonnamment, grâce à une combinaison de capital-risqueurs américains et de Chinois qui avaient été en contact étroit avec la culture entrepreneuriale américaine. Je ne connaissais personne parmi les personnes ci-dessous si ce n’est un entrepreneur (vous pouvez vérifier leurs noms à la fin de l’article).

J’avais entendu parler des BATX qui sont aujourd’hui comparés aux GAFA et j’ai adoré la vidéo de Jack Ma qui aurait pu être donnée par de nombreux entrepreneurs de la Silicon Valley. La voici à nouveau :

J’avais quelques startups chinoises dans mes plus de 800 tables de capitalisation et ce sont principalement des sociétés Internet et de commerce électronique. Mallaby semble avoir des données similaires. Je les ai toutes extraites (voir ci-dessous) et voici quelques caractéristiques intéressantes :

Non seulement ce sont pour la plupart des sociétés Internet/e-commerce, mais elles sont récentes, sont allées en bourse (IPO) rapidement, leurs fondateurs sont plus jeunes que la moyenne, conservent plus de parts que les autres et elles ont beaucoup plus de PDG fondateurs que la moyenne. Intéressant…

Equity List China

Dans l’image ci-dessus se trouvent :
Fournisseurs de fonds (funders): Gary Rieschel (Qiming), Neil Shen (Sequoia China), JP Gan, Hans Tung (ex-Qiming), Kathy Xu (Capital Today), Syaru Shirley Lin (ex-Goldman Sachs)
Fondateurs (founders): Jack Ma, Richard Liu, Wang Xing

La loi de la puissance et le capital-risque selon Sebastian Mallaby (la suite)

Mallaby est un merveilleux conteur – grâce à son équipe probablement puisqu’il mentionne au moins 15 collaborateurs dans ses remerciements. Ceci est la partie 3 de mes articles sur son livre The power law (la loi de puissance, après la partie 2 en anglais seulement et la partie 1).

Vous découvrirez tellement de figures du capital-risque et de l’entrepreneuriat qu’il serait impossible de toutes les citer. Mais voici des illustrations. Si vous ne les connaissez pas, vérifiez leurs noms à la fin.

Ce qui est vraiment impressionnant dans le livre de Mallaby, c’est que quelle que soit la stratégie des investisseurs – par exemple être des improvisateurs ou des planificateurs, parier gros ou petit sur un petit ou un grand nombre d’opportunités, remplacer ou encadrer les fondateurs, la loi de puissance prévaut.

Un commentaire additionnel et sans grande importance : Mallaby est doué pour raconter des histoires, il est moins doué pour les chiffres. Mais les valorisations des startups peuvent être délicates lorsque vous mélangez pre-money et post-money, dilution et stock-options. Page 155-6 : « Les fondateurs ont provisoirement suggéré une valorisation de 40 millions de dollars contre seulement 3 millions de dollars lorsque Sequoia avait investi huit mois plus tôt. […] Son a dûment dirigé le financement de série B de Yahoo en fournissant plus de la moitié des 5 $ millions […] Dans une offre sans précédent dans l’histoire de la Silicon Valley, il a proposé d’investir entièrement 100 millions de dollars dans Yahoo. En échange, il voulait 30% supplémentaires de la société. L’offre de Son impliquait que la valeur de Yahoo avait grimpé de huit fois depuis son investissement quatre mois plus tôt. » Je ne suis pas sûr que tout cela soit correct. Je vous laisse vérifier. Ou page 147 : « Plutôt que de simplement doubler de puissance tous les deux ans, comme l’ont fait les semi-conducteurs, la valeur d’un réseau augmenterait comme le carré du nombre d’utilisateurs. Le progrès serait donc quadratique plutôt qu’exponentiel ; quelque chose qui continue de croître de manière quadratique grandira bientôt beaucoup plus vite que quelque chose qui continue de doubler. » Comme l’a souvent dit Etienne Klein, la « fonction exponentielle », est médiatiquement fort malmenée et désormais abusivement assimilée à une fonction qui aurait pour seule caractéristique de croître très rapidement…

The founders:
Nolan Bushnell, Jimmy Treybig, Bob Swanson, Sandy Lerner, Bob Metcalfe, Mitch Kapor, Jerry Kaplan,
Rick Adams, Marc Andreessen, Jerry Yang, Pierre Omidyar, Larry Page, Mark Zuckerberg, Max Levchin, Elon Musk.

The funders:
Don Valentine, Mike Moritz (Sequoia), Tom Perkins, John Doerr (KP), Jim Swartz, Arthur Patterson (Accel),
Bill Draper, Masayoshi Son (Softbank), Bruce Dunlevie, Bob Kagle (Benchmark), Peter Thiel, Paul Graham.

La loi de la puissance et le capital-risque selon Sebastian Mallaby

Sebastian Mallaby vient de publier un nouveau livre sur le capital-risque. Il y est question de loi de puissance que j’ai souvent discutée sur ce blog (par exemple ici) et je ne vais pas y revenir. Mais je vais comme d’habitude quand j’apprécie un livre en citer quelques passages.

Le terme « capital-risque » avait également fait son apparition en 1938 lorsque Lammont du Pont, le président de E. I. du Pont de Nemours & Company, avait pris la parole devant le comité sénatorial américain chargé d’enquêter sur le chômage et les aides. « Par capital-risque, j’entends ce capital qui ira dans une entreprise et ne s’attendra pas à un retour immédiat, mais tentera d’obtenir un retour ultime », avait précisé du Pont. […] mais cette formulation n’a pas duré et le terme n’a été largement utilisé qu’à partir des années 60. [Note 28 page 418]

« Tout progrès dépend de l’homme déraisonnable, de l’inadapté créatif. La plupart des gens pensent que les idées improbables ne sont pas importantes, mais la seule chose qui est importante est quelque chose qui est improbable ». D’après Vinod Khosla [Page 3]

Sur les retours sur investissement des VC. La distribution normale s’applique à la taille, au poids des individus, aux marchés boursiers traditionnels, mais la loi de puissance s’applique à l’exceptionnel, à la richesse des individus lorsqu’elles ne sont pas vraiment réglementées, ainsi qu’au capital-risque : « Comme la star de 2 mètres 10 de la NBA dans une salle de cinéma, les sauts inattendus de prix des marchés classiques sont suffisamment rares et modérés pour ne pas affecter la moyenne. Le S&P500 a bougé de moins de 3% en 7763 jours sur 7817 entre 1985 et 2015, soit 98% du temps. […] Considérons maintenant le capital-risque. Hosley Bridge est une société d’investissement qui détenait des participations dans des fonds de capital-risque qui ont soutenu 7 000 startups entre 1985 et 2014. Un petit sous-ensemble de ces transactions, représentant seulement 5% du capital déployé, a généré 60% de tous les rendements de Hosley Bridge. » [Page 8]

Exemples de retours de Khosla [Page 10]

Startup Investment Return Multiple
Juniper Networks $5M $7B 1,400
Siara A few $M $1,5B >150
Cerent $8M Bought for $7B

À propos des prédictions : « Les révolutions qui compteront – les grandes perturbations qui créent de la richesse pour les inventeurs [et les investisseurs ! note HL] et l’anxiété des travailleurs, ou qui brouillent les équilibres géopolitiques et altèrent les relations humaines – ne peuvent être prédites sur la base d’extrapolations de données passées, précisément parce que de telles révolutions sont si profondément perturbatrices. Au contraire, elles émergeront à la suite de forces trop complexes à prévoir – de la soupe primordiale des bricoleurs, des hackers et des rêveurs orgueilleux – et tout ce que vous pouvez savoir, c’est que le monde dans dix ans sera extrêmement différent. […] L’avenir peut être découvert au moyen d’expériences itératives soutenues par des investisseurs aventureux. Il ne peut pas être prédit. [Page 11] « Je dis toujours à mes PDG de ne pas planifier. Continuez à tester les hypothèses et à itérer » Khosla encore. [Note 32, page 416] Tout cela n’est bien sûr pas s’en rappeler le phnénomène du Cygne noir ou Black Swan.

Pourquoi le capital-risque est-il si différent des autres types de financement ? La plupart des financiers allouent des capitaux avec réserve sur la base d’une analyse quantitative. les investisseurs en capital-risque rencontrent des gens, les charment et se soucient rarement des feuilles de calcul excel. [*]. La plupart des financiers évaluent les entreprises en projetant leurs flux de trésorerie. Les capital-risqueurs soutiennent fréquemment les startups avant qu’elles n’aient des flux de trésorerie à analyser. D’autres financiers échangent des millions de dollars d’actifs papier en un clin d’œil. Les capital-risqueurs prennent des participations relativement faibles dans de vraies entreprises et les détiennent longtemps. Plus fondamentalement, d’autres financiers extrapolent les tendances du passé, sans tenir compte du risque d’événements « extrêmes ». Les capital-risqueurs recherchent des ruptures radicales avec le passé. Les événements « extrêmes » sont tout ce dont ils se soucient. [Page 14]

[*] Les travaux universitaires confirment qu’un capital-risqueur sur cinq n’essaie même pas de prévoir les flux de trésorerie lorsqu’il prend une décision d’investissement. [Note 36 page 416]

Tout cela ne fait partie que du chapitre introductif. Sans doute plus à venir. En attendant voici l’histoire visuelle du capital-risque que j’avais réalisée en 2011:

Les mathématiques sur Radio France : Bessis, Villani, Bourguignon

Deux très belles émissions sur les mathématiques par Radio France coup sur coup:

– David Bessis fut l’invité des Matins de France Culture le jeudi 20 janvier 2022 pour y parler d’intuition et de logique dans Pour une approche sensible des mathématiques

– Jean-Pierre Bourguignon et Cédric Villani participèrent le lendemain au 7/9 de France Inter pour parler d’Alexandre Grothendieck et de la parution de son livre Récoltes et semailles. Réflexions et témoignages sur un passé de mathématicien (Gallimard).

David Bessis a parlé de manière très intéressante de l’articulation entre logique et intuition. Les mathématiques sont la recherche d’une certaine vérité par des moyens qui combinent les deux choses souvent de manière assez mystérieuse. Il donne envie de lire son livre. Je mentionne un ancien post sur le même sujet: Imagination / Intuition contre Logique / Raison.

Que dire de Grothendieck. J’en ai parfois parlé ici. Cf le tag #grothendieck. Un génie des mathématiques devenu fou. Mais qu’est-ce qu’un fou, qu’est-ce qu’un génie ? Le livre Récoles et Semailles n’est pas facile. J’en avais eu une copie au format pdf et il y a en effet des fulgurances et des passages moins nécessaires. A chacun d’en juger.

Je vais terminer ce post par un dernier livre dont je commence la lecture. L’énigme de la raison de Hugo Mercier et Dan Sperber. Les débuts sont aussi fascinants. Qu’est ce que la raison, l’intuition. Le sujet est proche. A suivre peut-être.

Larry Page et Peter Thiel – 2 icônes (différentes ?) de la Silicon Valley

Je viens de lire deux longs et intéressants articles sur ces personnalités importantes de la Silicon Valley. Celui sur Larry Page m’a été mentionné par un collègue (merci François !) à travers sa traduction française. Il est assez ancien (2014) mais toujours très intéressant et pertinent : The Untold Story of Larry Page’s Incredible Comeback (Nicholas Carlson – 24 avril 2014). Voici le lien : Larry Page : l’histoire inédite du vrai fondateur de Google.

Celui sur Peter Thiel a été récemment publié par le New Yorker, je le trouve un peu moins intéressant car il n’y a pas grand chose de nouveau, mais toujours très clair comme d’habitude avec ce grand magazine : What Is It About Peter Thiel ? Le capital-risqueur milliardaire a des fans et des adeptes. Que cherchent-ils? (Anna Wiener – 27 octobre 2021)

Qu’est-ce qu’ils ont en commun, je n’en suis pas sûr : ils ont des personnalités très différentes, l’une est plutôt secret, l’autre très visible. Ils ont certainement en commun la conviction que la technologie et l’entrepreneuriat peuvent (encore ?) changer le monde, mais Thiel considère cela comme une déclaration politique et je pense qu’il a tort. La politique concerne les décisions collectives (j’espère), alors que l’entrepreneuriat est plus une décision individuelle (je pense) même s’il inclut des caractéristiques culturelles (donc collectives).

Page est né en 1973 dans le Michigan et Thiel en 1967 en Allemagne, ils ont tous deux étudié à l’université de Stanford, Thiel à la faculté de droit, Page en école d’ingénieur. Ils ont apparemment tous les deux financé l’université Singularity, quelque chose que je ne comprends pas vraiment, sauf le lien avec leur croyance extrême en la technologie qui sauve le monde…

J’ai tellement écrit à leur sujet, vous voudrez peut-être vérifier cela à travers les tags #thiel ou #google. Dans l’article sur Larry Page, il y a des moments très intéressants, par exemple ses « leçons » de management :
– Ne déléguez pas : Faites tout ce que vous pouvez vous-même pour que les choses aillent plus vite.
– Ne vous mettez pas dans le passage pas si vous n’ajoutez pas de valeur. Laissez les personnes qui font le travail se parler pendant que vous faites autre chose.
– Ne soyez pas un bureaucrate.
– Les idées sont plus importantes que l’âge. Ce n’est pas parce que quelqu’un est junior qu’il ne mérite pas le respect et la coopération.
– La pire chose que vous puissiez faire est d’empêcher quelqu’un de faire quelque chose en disant : « Non. Point à la ligne. » Si vous dites non, vous devez aider à trouver une meilleure façon de le faire.

Cela vaut vraiment la peine de lire ces deux articles et de revoir à quel point il y a (ou pas) de la diversité dans la Silicon Valley. Les dernières phrases des articles sur Page disent : Au lieu de mettre fin à sa vie dans le dénuement et dans l’ignorance, [contraitement à son icône, Nikola Tesla] Page, qui n’a encore que 41 ans, passera la dernière moitié de sa vie à consacrer des milliards de dollars et d’innombrables heures à ses visions les plus folles. « Tout ce que vous pouvez imaginer est probablement faisable », a déclaré Page aux investisseurs de Google en 2012. « Il vous suffit de l’imaginer et d’y travailler. »

Alors que celui sur Thiel se termine de manière un peu plus mystérieuse mais éclairante : Bien sûr, quand il s’agit de Thiel, ce qui relève de la mystique peut être simplement une pratique de l’opacité. Strauss, le philosophe conservateur, a proposé que les universitaires et les écrivains avancent souvent leurs idées à travers une prose intentionnellement obscure – une technique dans laquelle « la vérité sur toutes les choses cruciales est présentée exclusivement entre les lignes », de sorte qu’elle n’est lisible « pas à tous les lecteurs, mais aux lecteurs dignes de confiance et intelligents seulement. Dans les interviews, Thiel peut apparaître comme « straussien » – opaque, énigmatique, voire oraculaire. Il est un maître de la redirection conversationnelle, et ses arguments peuvent être indéterminés. Les références et les allusions religieuses confèrent à ses idées sur les affaires ou la mondialisation un sentiment de mysticisme, comme si la vérité de son propre discours se cachait au coin de la rue. En ligne, les indices prolifèrent – sur les idées de Thiel et bien d’autres choses encore. Les détectives recherchent du sens et recherchent des signes indiquant qu’ils font partie des « dignes de confiance et intelligents ». Pour les fans de Thiel, une partie de son attrait doit être les opportunités infinies qu’il offre pour décoder, déchiffrer et faire des hypothèses. Il offre aux lecteurs l’anticipation de la révélation. Là encore, la vérité pourrait être beaucoup plus simple : quand l’argent parle, les gens écoutent.

Une histoire entrepreneuriale du MIT : épilogue – l’impact et quelques leçons

Degroof a produit l’un des meilleurs livres décrivant les écosystèmes entrepreneuriaux comme je l’ai déjà mentionné dans 2 articles précédents dont la Partie 2 : Écosystèmes & Culture. Dans la dernière partie de son livre, il passe à l’impact du MIT et de son écosystème.

C’est un sujet bien connu comme vous pouvez le lire dans Le rôle entrepreneurial du MIT. Degroof rappelle (pages 183-89) les startups biotech autour de Kendall Square (Biogen, Genzyme) ainsi que la R&D des big pharma qui se relocalisent à proximité, comme le suisse Novartis. Il ne s’agit pas seulement de biotechnologie comme l’illustrent Lotus Development ou Akamai. Il cite également quelques alumni qui sont devenus des entrepreneurs ou des investisseurs célèbres, Hewlett (36), Perkins (53) ou Swanson (69). Il ne mentionne cependant pas Noyce (53), et ses bricolages (plus ici et ) ou Haren (80) pour les Français. Il pourrait y en avoir des centaines d’autres !

Il développe également l’impact des accélérateurs locaux du CIC à la fin des années 90 ou de MassChallenge et TechStars. Je suis un peu moins convaincu de l’impact international que le MIT a eu de manière plus institutionnelle et politique. Quel est le résultat exact des partenariats à Singapour, à Hong Kong, à Abu Dhabi, en Espagne ou au Portugal ? Le Deshpande Center a certainement inspiré de nombreuses initiatives dont le programme Innogrants que j’ai géré à l’EPFL au milieu des années 2000 ou encore ce que je fais aujourd’hui.

Degroof développe également l’importance de l’enseignement et de la formation : « En essayant de concilier la tension entre rigueur et pertinence, Aulet soutient de manière convaincante que l’entrepreneuriat doit être conçu comme un artisanat par opposition à une science ou à un art. Comme tout métier il est construit sur des concepts fondamentaux. Un potier, par exemple, doit maîtriser les principes mécaniques et chimiques de base de son métier. Connaître ceux-ci ne garantit pas le succès, mais ils améliorent considérablement les chances. Comme tout métier, l’entrepreneuriat s’apprend mieux par l’apprentissage ou par la pratique, plutôt que de s’appuyer uniquement sur des conférences ou des manuels. » [Page 212]

Encore une fois, je suis un peu moins convaincu de un sujet souvent évoqué : « Il y a une forte conviction au MIT que l’entrepreneuriat est un sport d’équipe. Il est basé sur l’évidence que les équipes de fondateurs ont tendance à mieux réussir que les fondateurs individuels, et que les équipes complémentaires ont tendance à faire mieux que les équipes homogènes. Dans la foulée de la classe I-Teams, de nos jours, la plupart des équipes dans les cours ou les concours liés à l’entrepreneuriat doivent être composées d’un mélange d’étudiants en ingénierie ou en sciences avec des étudiants en gestion. C’est devenu une caractéristique importante et une grande force de la formation à l’entrepreneuriat au MIT. Chaque groupe bénéficie des contributions de l’autre. Les élèves ingénieurs et scientifiques découvrent les dimensions commerciales des projets avec l’aide de leurs pairs des écoles de commerce et apprennent qu’il ne suffit pas de construire un meilleur fil à couper le beurre, alors que ces derniers bénéficient d’un éclairage scientifique et technique. Les deux groupes sont obligés de faire face à des différences culturelles et à une dynamique d’équipe plus complexe que ce qui se passe dans les équipes homogènes. Les résultats sont des équipes plus fortes et des projets plus efficaces. » [Page 214]

L’entrepreneuriat est une entreprise complexe et les écosystèmes entrepreneuriaux sont des mécanismes complexes et fragiles. Degroof décrit de manière convaincante pourquoi Boston est devenu un modèle. Il ne développe pas vraiment pourquoi cela n’a pas été aussi réussi que la Silicon Valley, avec une culture similaire cependant. Ycombinator de Paul Graham avait déménagé de Boston à la Silicon Valley, comme mentionné dans Paul Graham sur Boston. Lorsque j’ai rendu visite à des gens de Novartis à Boston, certains ont affirmé que la Silicon Valley était à Boston ce que Boston était à l’Europe. Oui, Boston est plus innovante que l’Europe et c’est pourquoi Novartis a déplacé une partie de la R&D vers l’Ouest, mais lorsque Novartis a acheté Chiron dans la Silicon Valley, Novartis a découvert qu’aller plus loin vers l’Ouest était encore plus aventureux. (Voir Mythes et réalités de l’innovation en Suisse).

Mais ces débats sont secondaires par rapport aux leçons apprises et synthétisées par Degroof. Beaucoup d’inspiration y est à trouver. Et conclure, je reviens au magnifique avant-propos de Bob Metcalfe : recréer l’écosystème entrepreneurial renommé du MIT n’est pas une tâche simple. Il n’est pas possible de copier l’écosystème du MIT et de le coller dans une autre institution. Les principes fondateurs et les éléments culturels uniques qui se sont réunis pour créer la « potion magique », la nature fondamentale de ce qui a grandi et prospéré au MIT, ne sont pas faciles à reproduire. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de leçons concrètes à tirer, qu’il n’y a pas de connaissances qui puissent être traduites et adaptées pour d’autres universités et économies. Aujourd’hui, en tant qu’entrepreneur prospère et chevronné, je me tourne encore fréquemment vers le MIT dans mes efforts pour créer un écosystème entrepreneurial florissant à l’Université du Texas. Je n’hésite pas à contacter mon vaste réseau au MIT pour obtenir des réponses aux questions de théorie et de pratique. À partir de là, j’ai pu faire de grands progrès dans mon objectif. Je ne suis peut-être pas en train de recréer le MIT, mais je modélise ce que je fais d’après le meilleur et je l’adapte aux spécificités que j’ai ici à Austin.