Quand le rêve américain de petite ville vit bien

«Alors que les communautés rurales américaines stagnent, que peut-on apprendre de l’une qui vit bien?» est le sous-titre de Our Town de Larissa MacQuhar dans l’édition papier du New Yorker du 13 novembre 2017. Le titre en ligne est Quand le rêve américain de petite ville vit bien. C’est une analyse étrange et fascinante de l’Amérique. Par ailleurs dans la même édition, vous pouvez également lire The Patriot une critique des écrits de non-fiction de Philip Roth, une autre explication éclairante de ce qu’est l’américanité.


La Chambre de Commerce à Orange City, Iowa. Photographie de Brian Finke.

Vers la fin de cet article de 10 pages, l’auteur écrit: Dans son livre de 1970, « Exit, Voice, and Loyalty », l’économiste Albert O. Hirschman a décrit différentes manières d’exprimer son mécontentement. Vous pouvez sortir – arrêter d’acheter un produit, quitter la ville. Ou vous pouvez utiliser votre voix – vous plaindre au fabricant, rester et essayer de changer l’endroit où vous habitez. Plus il est facile de sortir, moins il est probable qu’un problème sera résolu. C’est pourquoi l’attraction centripète d’Orange City pourrait ne pas seulement être une force conservatrice; cela pourrait aussi être un puissant dynamisme. Après tout, ce ne sont pas ceux qui ont fui la ville qui ont pu la faire avancer, politiquement ou économiquement, c’étaient ceux qui l’aimaient assez pour rester ou pour revenir.
Les Américains, écrit Hirschman, ont toujours préféré «la netteté de la sortie au désordre et à la tristesse de la voix». Les Européens mécontents ont organisé des révolutions; Les Américains ont déménagé. «Le curieux conformisme des Américains, noté par les observateurs depuis Tocqueville, peut aussi s’expliquer ainsi, continua-t-il. Pourquoi élever la voix en opposition et vous causer des ennuis alors que vous pouvez toujours vous retirer complètement de tout environnement quand il devient trop désagréable? »

Il y a beaucoup d’autres choses passionnantes sur les gens qui partent et ceux qui restent; et sur leurs ambitions, leurs motivations. Je ne sais pas comment cela se rapporte à l’innovation et à l’entrepreneuriat, mais je me souviens de Robert Noyce, un des pères de Silicon Valley, né dans une petite ville de l’Iowa … et qui a déménagé au MIT avant de partir vers l’ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *