Hillbilly Elegy, dérangeant, émouvant et puissant

Un autre livre à lire sur la crise de notre temps. Après Piketty ou d’autres, ou une analyse moins connue de l’Amérique des petites villes de vivre n’importe où et non pas quelque part, voici «l’analyse perspicace de J. D. Vance sur Trump et le Brexit».

Voici quelques extraits (de ma traducion de la version américaine)

Si l’appartenance ethnique est un côté de la médaille, alors la géographie est son revers. [Page 3]

Il n’est donc pas surprenant que nous soyons un groupe pessimiste. Ce qui est plus surprenant, c’est que, comme l’ont montré les enquêtes, les blancs de la classe ouvrière constituent le groupe le plus pessimiste en Amérique. Plus pessimistes que les immigrants latinos, dont beaucoup souffrent d’une pauvreté impensable. Plus pessimiste que les Américains noirs, dont les perspectives matérielles restent à la traîne par rapport à celles des Blancs. Bien que la réalité permette un certain degré de cynisme, le fait que les hillbillies comme moi soient plus sombres sur l’avenir que beaucoup d’autres groupes – dont certains sont clairement démunis – suggère qu’il se passe quelque chose d’autre. [Page 4]

L’ampleur de la migration est stupéfiante. Dans les années 1950, treize résidents du Kentucky sur cent ont migré hors de l’état. Certaines régions ont vu une migration encore plus grande: le comté de Harlan, par exemple, qui a été rendu célèbre par un documentaire oscarisé sur les grèves de charbon, a perdu 30% de sa population en raison des migrations. EN 1960, sur les dix millions de résidents de l’Ohio, un million était né au Kentucky, en Virginie-Occidentale ou au Tennessee. Cela n’inclut pas le grand nombre de migrants venus d’ailleurs, dusud des Appalaches; cela n’inclut pas non plus les enfants ou les petits-enfants des migrants qui étaient des gens des collines jusqu’à la moelle. [Page 28]

La famille de Mamaw a participé au flux migratoire avec enthousiasme. De ses sept frères et soeurs, Pet, Paul et Gary ont déménagé en Indiana et ont travaillé dans la construction. Chacun d’entre eux possédait une entreprise prospère et gagnait beaucoup d’argent dans le processus. Rose, Betty, Teaberry et David sont restés derrière. Tous ont lutté financièrement, bien que tout le monde sauf David a réussi une vie d’un confort relatif pour les normes de leur communauté. [Page 29]

Dérangeant, émouvant et puissant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.