Aaron Swartz – L’idéaliste

Comme beaucoup d’entre vous probablement, j’avais entendu parler d’Aaron Swartz qui s’est suicidé en janvier 2013 à l’âge de 26 ans après avoir été poursuivi pour fraude informatique. Alors quand on m’a conseillé de lire The Idealist, je n’ai pas hésité beaucoup avant de l’acheter.

Le livre est divisé en deux parties: un historique des droits d’auteur aux États-Unis depuis le début du XIXe siècle et l’histoire d’Aaron Swartz lui-même. Dans la première partie, l’auteur, Justin Peters, montre la complexité de l’un des piliers de la propriété intellectuelle. Vous poulez lire mes articles précédents sur le sujet avec l’étiquette #propriété-intellectuelle et en particulier le travail approfondi de Boldrin et Levine Contre les monopoles intellectuels. Je mentionnerai seulement un court paragraphe, page 46, du livre de Peters: Mais dans l’Amérique du dix-neuvième siècle, le concept de propriété intellectuelle n’était pas encore sacro-saint – et les intérêts des lecteurs n’étaient pas inextricablement liés à ceux des auteurs. Dans les chambres du Congrès, les législateurs se demandaient ouvertement si le droit d’auteur international constituait une taxe sur le savoir et comparait la propriété littéraire au monopole industriel.


© The Dusty Rebel

Quant à Aaron Swartz, Trois ans après [sa] mort, son histoire est encore présente dans l’esprit de beaucoup de gens. Une grande fresque murale de son visage, placée à côté des mots RIP AARON SWARTZ, orne le côté d’un immeuble à Brooklyn. […] Chaque année, autour de son anniversaire, les amis et les admirateurs de Swartz dans le monde entier organisent une série de « hackatons » qui ont pour but de stimuler les projets sociaux que Swartz chérissait. [Page 14]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.