Pourquoi Aaron Swartz est-il mort?

Pour faire suite à mon article précédent Aaron Swartz – L’idéaliste, voici quelques notes supplémentaires tirées de ce livre très émouvant et intelligent.

Alors pourquoi est-il mort? Vous devez lire le livre. Mais voici une phrase se trouve vers la fin [page 268]: « Swartz a vu les choses différemment et a en effet consacré une grande partie de sa vie à l’idée que le seul moyen d’améliorer le monde était de permettre aux gens de s’ouvrir. Cette notion […] est l’héritage de Swartz. C’est aussi son défi envers le monde qu’il a laissé derrière lui. »

Les entreprises continuent de faire appliquer la loi et la rhétorique pour lutter contre l’éthique situationnelle du téléchargement non autorisé, pour faire valoir que le droit d’auteur est un jeu à somme nulle. Les conflits se reproduisent. Les acteurs peuvent changer, mais le script reste le même. [Page 271]

Un argument surprenant contre Apple et Steve Jobs: Swartz a décrit Apple comme «une organisation impitoyable et autoritaire» bafouant les normes du travail et Jobs lui-même comme un martinet qui insistait pour contrôler tous les aspects de l’expérience utilisateur. Sa mégalomanie se manifestait dans les baladeurs Apple: des rectangles blancs stériles qui ne peuvent être ni ouverts ni modifiés par l’utilisateur final. » Jobs ne pouvait pas supporter les gens qui ouvrent les choses ». [Page 267]

Citation plus forte encore et extraite du blog de Swartz: Comme il est démontré que le pouvoir sur les êtres humains leur permet de faire ce qu’ils préféreraient ne pas faire, l’homme qui est motivé par l’amour du pouvoir est plus susceptible de faire souffrir que de permettre le plaisir. Si vous demandez à votre patron de vous absenter du bureau à une occasion légitime, son amour du pouvoir tirera plus de satisfaction d’un refus que d’un consentement. Si vous avez besoin d’un permis de construire, le petit fonctionnaire concerné aura évidemment plus de plaisir à dire «Non» que de dire «Oui». C’est ce genre de chose qui fait de l’amour du pouvoir un motif aussi dangereux. – Bertrand Russell [Page 254]

Peters aimerait avoir une vision équilibrée de la situation: les détenteurs de biens ne sont qu’une partie au contrat social. Cela est censé régir notre politique, et leurs intérêts ne sont pas les seuls à compter. Il existe un compromis entre le droit d’auteur fonctionnellement éternel et l’anarcho-syndicalisme de masse. [Page 268]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.