Archives par étiquette : Apple

Bill Campbell, le coach qui valait mille milliards.

J’avais si souvent entendu parler de ce secret bien gardé de la Silicon Valley que lorsque j’ai lu qu’un livre venait d’être publié sur lui, je me devais de l’acheter et de le lire immédiatement. Ce que j’ai fait. Et que dire des auteurs: d’abord et avant tout, Eric Schmidt, l’ancien PDG de Google!

J’ai mentionné Campbell 3 fois sur ce blog:

– la première fois en 2014, dans The Hard Thing About Hard Things – Ben Horowitz: pas de recette sauf du courage. C’est là que j’avais mis la photo de Campbell entre Steve Jobs et Andy Grove.
jobs-campbell-grove

– puis en 2015, dans Google dans le (Null)Plex – Partie 3: une culture. Cet article est également mentionné dans ce nouveau livre: Google avait décidé que les managers n’était plus nécessaire et ni Schmidt, ni Campbell n’aimaient cette situation. Voici comment cela a été résolu: « Eric Schmidt nouvellement arrivé et le coach officieux de l’entreprise, Bill Campbell, n’étaient pas non plus heureux de cette initiative. Campbell revenait sans cesse sur la question. « Les gens ne veulent pas être gérés », insistait Page, et Campbell disait, « Si, ils veulent être gérés. » Une nuit Campbell arrêta ce ping-pong verbal et dit: « Bon, nous allons commencer à appeler les gens et le leur demander. Il était environ 20 heures, et il y avait encore beaucoup d’ingénieurs dans les bureaux, picorant Dieu sait quoi. Un par un, Campbell les appela et Page, un par un, leur demanda: « Voulez-vous être géré? » Comme Campbell le rappela plus tard, « Tout le monde dit oui. » Page a voulu savoir pourquoi. Ils lui ont dit qu’ils voulaient apprendre de quelqu’un. Quand ils étaient en désaccord avec des collègues et que les discussions atteignaient une impasse, ils avaient besoin de quelqu’un qui pourrait débloquer la situation.”

– enfin l’année dernière, dans Des leçons de management par Kleiner Perkins (Partie II) : Bill Campbell selon John Doerr.

Pas de mauvaises références! Je n’ai pas fini le livre sur le Coach. Je n’ai jamais été un fan du coaching et je me suis probablement trompé. Laissez-moi juste commencer. « J’en suis venu à croire que le coaching pourrait être encore plus essentiel que le mentorat pour nos carrières et nos équipes. Alors que les mentors distribuent des paroles de sagesse, les coaches se retroussent les manches et se salissent les mains. Ils ne croient pas seulement en notre potentiel; ils entrent dans l’arène pour nous aider à réaliser notre potentiel. Ils tiennent un miroir pour que nous puissions voir nos angles morts et ils nous tiennent pour responsables du travail effectué à travers nos failles. Ils prennent la responsabilité de nous rendre meilleurs sans prendre le crédit de nos réalisations. Et je ne peux pas penser à un meilleur modèle de coach que Bill Campbell ». [Page xiv]

Dans la page suivante, Schmidt explique qu’il a peut-être manqué un point important dans son précédent livre (How Google Works) dans lequel il soulignait l’importance des individus brillants, les « créatifs intelligents ». Et il s’agit de l’importance plus grande encore des équipes, comme décrit dans le projet Aritotle de Google. Je vous donne juste un lien du New York Times à ce sujet: Ce que Google a appris de sa quête pour bâtir l’équipe parfaite. Une nouvelle recherche révèle des vérités surprenantes sur la raison pour laquelle certaines équipes prospèrent et d’autres non.

Les deux premiers chapitres sont consacrés à la vie de ce personnage hors du commun. Un travailleur infatigable, qui a commencé comme entraineur d’équipes universitaires de football américain pour devenir le patron d’entreprises de technologie comme Claris ou Intuit avant de devenir le coach de centaines de stars de la Silicon Valley. Le tout raconté à l’occasion de ses obsèques en 2016. Si vous ne voulez pas attendre mon prochain post ni livre ce livre, vous pourrez toujours parcourir le document slideshare plus bas, mais vous devriez surout lire son manifeste, ce sont les gens.

Les gens sont la base du succès de toute entreprise. La tâche principale de chaque responsable est d’aider les gens à être plus efficaces dans leur travail et à se développer. Nous avons des gens formidables qui sont capables de bien faire, qui sont capables de faire de grandes choses et qui viennent au travail, motivés à le faire. Les gens formidables s’épanouissent dans un environnement qui libère et amplifie cette énergie. Les gestionnaires créent cet environnement grâce au soutien, au respect et à la confiance.

Soutenir signifie donner aux gens les outils, les informations, la formation et le coaching dont ils ont besoin pour réussir. Il faut un effort continu pour développer les compétences des gens. Les grands gestionnaires aident les gens à exceller et à grandir.

Respecter signifie comprendre les objectifs de carrière uniques des gens et être sensible à leurs choix de vie. Cela signifie aider les gens à atteindre ces objectifs de manière cohérente avec les besoins de l’entreprise.

La confiance signifie libérer les gens de leur travail et prendre des décisions. Cela signifie savoir que les gens veulent bien faire et croire qu’ils le feront.

Steve Jobs à Paris en 1984

Mes amis de l’INRIA viennent de me mentionner une interview de Steve Jobs par la télévision française en 1984, quand on lui a demandé s’il pouvait demander un emploi similaire dans la Silicon Valley. Voici sa réponse:


– Le niveau de recherche est bon mais les applications concrètes semblent poser problème et il s’agit d’une étape importante pour l’innovation.
– Cela vient d’un manque d’entreprises prêtes à essayer.
– Le risque est rarement pris par les grandes entreprises, mais par les petites.
– Vous avez besoin de nombreuses petites entreprises avec des étudiants talentueux et du capital-risque
– Vous avez également besoin de champions que vous prenez comme modèles, qui permettent de dire « l’innovation c’est ça! »
– Il existe un problème plus subtil, culturel: en Europe, l’échec est grave. Si vous échouez en Europe juste après l’université, cela vous suit à tout jamais. Aux États-Unis, nous échouons tout le temps.
– Vous avez également besoin d’une industrie du logiciel solide, car le logiciel est le nouveau pétrole. Vous avez besoin de centaines de petites entreprises et vous pouvez alors dominer un secteur.
– Vous avez besoin d’étudiants talentueux, d’une bonne compréhension de la technologie et encourage les jeunes à créer de petites entreprises.
– Il s’agit d’initiative privée. Les grandes entreprises ne doivent pas intervenir, pas plus que le gouvernement. Nous devrions laisser les entrepreneurs les posséder.

Trente cinq ans plus tard, la situation a-t-elle changé? Et s’il était vivant, dirait-il la même chose. Je vous laisse juge…

Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents

Comment est-il possible que j’ai jamais utilisé cette citation quand je parle de ce qui est nécessaire pour l’innovation et l’esprit entrepreneurial. Quel crétin, je suis (parfois …)

« Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents, tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles… vous pouvez les admirer, ou les désapprouver, les glorifier ou les dénigrer, mais vous ne pouvez pas les ignorer, car ils changent les choses, ils inventent, ils imaginent, ils explorent, ils créent, ils inspirent, ils font avancer l’humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent. »

Bien sûr, il est probable que vous sachiez ce que c’est. Et sinon, pas de souci. Voici la vidéo:

Et si vous voulez en savoir plus, consultez Think Different sur Wikipedia

Mais je préfère la version américaine, la voix…

le texte…

Here’s to the crazy ones. The misfits. The rebels. The troublemakers. The round pegs in the square holes. The ones who see things differently. They’re not fond of rules. And they have no respect for the status quo. You can quote them, disagree with them, glorify or vilify them. About the only thing you can’t do is ignore them. Because they change things. They push the human race forward. While some may see them as the crazy ones, we see genius. Because the people who are crazy enough to think they can change the world, are the ones who do

Voici les fous. Les marginaux. Les rebelles. Les fauteurs de troubles. Les chevilles rondes dans les trous carrés. Ceux qui voient les choses différemment. Ils n’aiment pas les règles. Et ils ne respectent pas le statu quo. Vous pouvez les citer, ne pas être d’accord avec eux, les glorifier ou les vilipender. Mais la seule chose que vous ne pouvez pas faire est de les ignorer. Parce qu’ils changent les choses. Ils poussent l’espèce humaine vers l’avant. Alors que certains peuvent les voir comme les fous, nous voyons le génie. Parce que les gens qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde, sont ceux qui le font.

et plus encore cette autre voix…

Dogfight : la dynamique de la concurrence sur les marchés à croissance rapide

Suite à mon précédent post sur Dogfight et la guerre dans le monde du mobile entre Apple et Google, voici un extrait que j’ai trouvé intéressant. Vous pouvez également le trouver sur Wired: Apple vs Google : Apple a t-il appris quelque chose de sa guerre contre Microsoft ?

gorillagame

La raison pour laquelle ce qui suit est intéressant c’est que cela me rappelle un livre que j’ai lu dans mes années Index: The Gorilla Game le célèbre Geoffrey Moore. Moore explique pourquoi dans les marchés à forte croissance dans la haute technologie, il n’y a généralement de place que pour un seul acteur majeur. Apple et Google dans le monde du mobile pourrait être une aberration historique. Voici pourquoi…

DogFight

« Jobs a dit qu’il n’a jamais vu de similitude entre son combat avec Android et son combat avec Bill Gates et Microsoft dans les années 1980. Mais à peu près tout le monde à l’intérieur et à l’extérieur d’Apple l’a vue. Android et l’iPhone sont dans une guerre de plate-forme, et les guerres de plate-forme ont tendance à être des compétitions où le gagnant emporte tout. Le gagnant se retrouve avec plus de 75 pour cent de part de marché et des profits – et le perdant doit se battre pour survivre.

Dans la lutte Microsoft / Apple, Microsoft a gagné en distribuant plus largement ses logiciels, ce qui a créé une plus grande sélection d’applications à acheter, qui a elle-même attiré plus de clients. Une fois que les clients avaient dépensé des centaines de dollars pour des applications d’une seule plate-forme, il était beaucoup plus difficile de les amener à changer. En fin de compte, tout le monde a commencé à utiliser les ordinateurs exécutant Microsoft DOS puis Windows, car le voisin le faisait. ce n’était pas un comportement de mouton de Panurge – mais un comportement tout à fait rationne. Les ordinateurs ne sont utiles que si les travaux effectués sur une machine peuvent être utilisés sur une autre machine .

Ce fut presque exactement la stratégie d’Android. En 2010, l’écosystème Android est encore loin d’être solide. L’AppStore Android était mal organisé, et les développeurs avaient du mal à faire de l’argent. L’avance de trois ans d’Apple lui avait permis de vendre près de 60 millions d’iPhones, de créer un magasin avec plus de 200’000 applications, et d’établir un écosystème de développeurs à qui avait été payé plus de 1 milliard de dollars sur deux ans. Mais parce que tout fabricant de téléphone pouvait faire un téléphone Android, la taille de la plate-forme Android a explosé. À la fin de 2010, elle était aussi grande que celle de l’iPhone. Et cela ne semblait être qu’une question de temps avant que Google fixe les problèmes avec son AppStore .

Plus inquiétant pour Apple, Rubin pourrait réussir sans avoir à convaincre de nombreux clients de l’iPhone de changer. Le nombre de personnes dans le monde des smartphones dans les années à venir allait être si énorme qu’il avait juste besoin de se concentrer sur ce groupe – pas nécessairement sur ​​les clients iPhone – pour obtenir une part de marché dominante. Il semblait incroyable que Jobs allait perdre deux batailles de la même façon à une génération d’écart. Mais avec tant de similitudes entre les deux combats, il était difficile de ne pas y penser.

Il y a toujours eu de bonnes raisons de croire que la lutte Apple / Google pourrait ne pas se dérouler comme celle d’Apple contre Microsoft: les développeurs semblent plus capables d’écrire des logiciels pour deux plates-formes qu’ils ne l’étaient dans les années 1980 et Les coûts de commutation d’une plate-forme à l’autre sont beaucoup plus petits. À l’époque, les ordinateurs coûtaient plus de 3000$ et chaque application logicielle plus de 50$. Aujourd’hui, les coûts sont moins d’un dixième de ceux-ci. Un nouveau téléphone avec une subvention coûte 200$, et chaque application coûte moins de 3$ et est souvent gratuite. En outre, les tiers – les opérateurs – continuent à avoir un intérêt à ce que les consommateurs disposent d’autant de façons de se connecter à leur réseau, et leur verser de l’argent, que possible.

Mais les dirigeants de Google et d’Apple ont toujours compris que si la bataille tourne de cette façon – si en quelque sorte leurs plates-formes mobiles peuvent coexister harmonieusement – ce sera une aberration historique. En raison de la couverture médiatique entourant le procès antitrust de Microsoft il y a 14 ans, une analyse approfondie a été consacrée à la façon dont Microsoft a construit son monopole Windows dans l’activité PC : si vous obtenez assez de gens utilisant votre plate-forme technologique, cela crée finalement un vortex de forces qui conduit presque tout le monde à l’utiliser. Mais ces forces économiques n’ont pas été uniques à Microsoft. Chaque entreprise technologique majeure depuis lors, a essayé de créer le même genre de tourbillon pour son activité .

C’est ainsi que Jobs a dominé les lecteurs de musique avec l’iPod. C’était aussi la façon dont Google en 2004 a commencé à embarrasser et défier Microsoft pour la domination dans la haute technologie et poussé Yahoo! au bord de l’implosion. La haute qualité de son moteur de recherche a garanti sa domination. Cela lui a donné les meilleures données sur les intérêts des utilisateurs. Ces données ont rendu la publicité figurant à côté des résultats de recherche très attractive. Ce cercle vertueux a encouragé plus de trafic de recherche, plus de données, et encore plus de publicité. Peu importe combien Microsoft et Yahoo! ont essayé d’attirer de trafic avec des tarifs publicitaires plus faibles et des résultats de recherche améliorées, Google a toujours été en mesure d’offrir une meilleure offre.

eBay a fait la même chose pour les deux douzaines d’autres sociétés d’enchères en ligne, comme OnSale et uBid . En permettant aux acheteurs et aux vendeurs de communiquer facilement et de s’évaluer l’un l’autre, il a construit une communauté d’autosurveillance. Qui a alimenté une croissance rapide dans les soumissionnaires. Le plus de soumissionnaires acquis par eBay, le plus fiable sont devenus ses prix. Les cotes d’eBay sont devenue plus fiables, et les nouveaux soumissionnaires ont voulu l’utiliser plus souvent. Plus les soumissionnaires voulaient utiliser eBay, moins ils voulaient utiliser les sites concurrents. La plate-forme de médias sociaux de Facebook est le plus récent exemple de la puissance de l’économie de la plate-forme. Sa technologie supérieure lui a permis d’offrir aux usagers de meilleures fonctionnalités que son concurrent MySpace. De meilleures fonctionnalités rendirent Facebook plus utile. Le plus utile il était, plus les utilisateurs fournissaient de données à partager. Plus les utilisateurs partageaient de données, le plus de fonctionnalités Facebook pourrait offrir. Bientôt les gens se joignaient à Facebook juste parce que tout le monde avait rejoint Facebook.

Alors que la guerre des plateformes mobiles aller se développe, les écosystèmes de Google et Apple pourraient être en mesure de coexister à long terme et générer de gros profits et de l’innovation pour les deux entreprises. Mais compte tenu de l’histoire récente, ils devront se battre comme si cela ne se passera pas de cette façon. « C’est comme la bataille pour les monopoles que les acteurs du câble et les acteurs du téléphone ont connu il y a 30 à 40 ans », a déclaré Jon Rubinstein , le dirigeant de longue date d’Apple et ancien PDG de Palm. « C’est la prochaine génération de tout cela. Tout le monde – Apple, Google , Amazon et Microsoft – tente de construire son pré-carré et le contrôle de l’accès au contenu. C’est vraiment une grosse affaire. » Et ce n’est pas le genre de chose où Apple ou Google peuvent se permettre de se tromper. » [Pages 142-145]

Un combat acharné : comment Apple et Google sont partis en guerre et ont lancé une révolution

Je lisais Dogfight: How Apple and Google Went to War and Started a Revolution dans les transports en commun, ce matin, lorsque j’ai pris une courte pause et regardé les deux jeunes gens en face de moi. Ils utilisaient tous deux leur iPhone et j’ai pensé à cette révolution qui a eu lieu en moins de 10 ans. Peu ou pas de livres numériques aux alentours, plus du tout de journaux et quelques vieux comme moi lisant encore des livres. Mais la plupart utilisaient leur smartphone…

DogFight

Dogfight décrit les coulisses du théâtre d’une bataille de géants (je ne suis pas sûr que ce soit une guerre) entre l’Android de Google et l’iPhone d’Apple. Pas besoin de donner un résumé de ce livre, mais quelques anecdotes. Par exemple Fred Vogelstein écrit (page 13): « Une chose à laquelle je ne m’attendais pas quand je me suis lancé dans ce projet est à quel point il est difficile de concevoir et de produire ce que Steve Jobs aimait tirer négligemment de sa poche sur scène. Que vous soyez un ingénieur d’Apple, un ingénieur de Google, ou n’importe quel ingénieur, développer les produits qui changent le monde n’est pas seulement un travail. C’est une quête. Non seulement elle fatigue ses participants comme peut le faire tout travail intense, mais elle les laisse mentalement et physiquement épuisés – et même traumatisés – à la fin. Une partie de l’attraction de Jobs en tant que leader et célébrité était qu’il cachait tout cela avec succès de la vue du public. Il a fait croire que l’innovation est simple et aisée. […] Avant qu’il y ait les smartphones et les tablettes que nous achetons maintenant et considérons comme acquis, il y eut des cris, des hurlements, des coups bas, du découragement, de la panique et de la peur pour que ces projets aboutissent. »

Vogelstein montre également la (basse) politique et les luttes internes telles que celle entre Tony Fadell et Scott Forstall.

feature_scottforstall43__02__768x415

Sur les épaules des géants …

La politique existe également chez Google et il y avait la même tension entre l’équipe dirigée iPhone par Vic Gundotra et l’équipe Android dirigé par Andy Rubin . La lutte atteignit les plus hauts sommets de Apple et Google , entre JOvs et le triumvirat Schmidt, Page & Brin.
Rubin-Gundotra-Pichai
Andy Rubin , responsable d’Android, Vic Gundotra, responsable du social, Sundar Pichai, chef de Chrome en 2011.

Il semble que Google fut embarrassés par l’attitude de Jobs (page 102): « Ils croient qu’il y a très peu de premières dans la Silicon Valley – que toutes les innovations sont construites sur les épaules des autres […] Un élément de preuve utilisé par les Googlers pour faire valoir leur point de vue lors de leurs négociations avec Jobs était une vidéo de 1992 de James Gosling, un célèbre ingénieur de Sun Microsystems et inventeur du langage de programmation Java, montrant le STAR7. Cet appareil de poche assez rudimentaire avait une radio de 200KB, un écran LCD couleur de quatre pouces et les haut-parleurs d’une Game Boy Nintendo. Avant que quiconque à l’exception des cadres les plus riches aient eu un téléphone mobile ou vu un ordinateur de poche comme le Newton, Gosling avait brandi une machine non seulement avec un écran tactile, mais avec un défilement à inertie. Plus vous appuyiez sur l’écran, plus les informations défilaient rapidement ».

… Jobs et Dieu

La plupart des gens de la Silicon Valley étaient (et sont encore) fascinés par Jobs. Vic Gundotra appartient à ce groupe (page 98): « Un dimanche matin, le 6 Janvier 2008, je participai à un service religieux quand mon téléphone portable vibra. Le plus discrètement possible, je vérifiai mon téléphone et je lus « Appel inconnu ». Je choisis de l’ignorer. Après le service, alors que je marchais vers ma voiture avec ma famille, j’appelai ma messagerie. L’appel venait de Steve Jobs. « Vic, peux-tu m’appeler à la maison? J’ai quelque chose d’urgent à discuter ». Avant même d’arriver à ma voiture, je rappelai Steve Jobs. J’étais responsable de toutes les applications mobiles de Google, et dans ce rôle, j’ai eu des relations régulières avec Steve. C’était un des avantages de l’emploi. « Hey Steve – c’est Vic », lui dis-je. « Je suis désolé, je n’ai pas répondu à votre appel plus tôt. J’étais à l’office religieux, et l’identification de l’appelant marquait « inconnu », et je n’ai pas réagi ». Steve rit.  » Vic, à moins que l’identification de l’appelant te dise « Dieu », il ne faut jamais répondre pendant l’office ». J’ai ri nerveusement. Après tout, s’il était d’usage que Steve appelle dans la semaine quand il était contrarié par quelque chose, il était inhabituel pour lui de m’appeler le dimanche et me demander de rappeler chez lui. Je me demandais ce qui était si important? « Donc, Vic , nous avons un problème urgent, que je dois résoudre immédiatement. J’ai déjà nommé quelqu’un de mon équipe pour vous aider, et j’espère que vous pouvez résoudre ce problème demain », a déclaré Steve. « J’ai regardé le logo Google sur l’iPhone et je ne suis pas heureux de l’icône. Le second O dans Google n’a pas le bon gradient de jaune. Ce n’est tout simplement pas bon et Greg va réparer tout cela demain. Est-ce que vous êtes d’accord? » Bien sûr que j’étais d’accord!. Quelques minutes plus tard, ce dimanche-là, je reçus un courriel de Steve avec le sujet « Ambulance Icône ». Le courriel me dirigeait vers Greg Christie pour réparer l’icône. Depuis que j’ai 11 ans et que je suis tombé amoureux d’un Apple II, j’ai des dizaines d’histoires à raconter sur les produits Apple. Ils ont été une partie de ma vie depuis des décennies. Même en travaillant pendant 15 ans pour Bill Gates chez Microsoft, j’avais gardé une énorme admiration pour Steve et ce que Apple avait produit. En définitive, quand je pense au leadership, à la passion et à l’attention au détail, je repense à l’appel que j’ai reçu de Steve Jobs un dimanche matin de Janvier. C’était une leçon que je n’oublierai jamais. Les PDG devraient se soucier des détails. Même des nuances de jaune. Un dimanche. A l’un des plus grands dirigeants que j’ai jamais rencontré, mes prières et mes espoirs sont avec vous Steve ».

Plus à venir peut-être quand j’aurai fini de lire ce combat de chien …

Le 12/12/12 et les start-up de la Silicon Valley

Non, ce n’est pas un autre jeu avec les nombres après mon 7 x 7 = (7-1) x (7+1) + 1, mais juste une célébration de la date de ce jour. J’ai fait une brève recherche et découvert une simple coïncidence (qui montre qu’il n’y a aucune magie, juste des faits!)


Le jeune garçon (sur la droite), alors âgé de 12 ans, est né le 12 décembre 1927

Il est possible que Apple soit allé en bourse le 12 décembre 1980 pour célébrer son anniversaire. Mais comment savoir?

Pourquoi ce lien? parce que comme le montre la photo qui suit, Robert Noyce, le garçcon, plus connu comme co-fondateur d’Intel et de Fairchild, fut un mentor pour Steve Jobs…

Quand Apple était encore Apple computer.

Après avoir lu The Apple Revolution, j’ai découvert Return to the Little Kingdom, sous-titré How Apple and Steve Jobs Changed the World. Le livre est intéressant pour 2 raisons: il a été écrit en 1984 donc quand Apple, Inc s’appelait encore Apple Computer, Inc et il a été écrit par Michael Moritz, alors journaliste à Time Magazine, mais devenu un des plus célèbres capital-risqueur, avec des investissements dans Yahoo et Google, entre autres, quoiqu’il faille sans doute ajouter qu’il a “a rare medical condition which can be managed but is incurable” et qu’il a donc modifié son rôle chez Sequoia.

Ce n’est que le livre apporte beaucoup plus que The Apple Revolution, mais il y a de jolis messages dont un de mes préférés dans l’Epilogue: En 1984, confronté à la difficulté de gérer une entreprise en pleine croissance dans un marché de plus en plus concurrentiel, le conseil d’administration eut la tâche la plus importante qui se pose à tout conseil: choisir une personne pour diriger l’entreprise. […] Ce n’est que rétrospectivement que j’en suis venu à comprendre l’immense risque associés à l’embauche d’un étranger à l’entreprise. […] Ce n’est pas un hasard si la plupart des grandes compagnies d’hier et d’aujourd’hui ont, au cours de leur apogée, été gérées ou contrôlées par les personnes qui leur ont donné vie. […] Le fondateur, agissant avec les instincts d’un propriétaire, aura la confiance, l’autorité et les compétences nécessaires pour diriger. […] L’expérience est de peu d’utilité dans une jeune société en pleine croissance, ou dans une nouvelle entreprise qui possède des dynamiques différentes du monde des affaires établi avec un rythme qui lui est inconnu. L’expérience semble plus sûre en apparence, mais est souvent le mauvais choix.

Vous pouvez aussi aller sur la partie anglaise où j’ai amélioré la cap. table d’Apple à l’IPO.

Andy Bechtolsheim parle à Stanford du processus d’innovation

Je vous invite à passer sur la partie anglophone de mon blog pour trouver un résumé de la magnifique conférence de Andy Bechtolsheim sur le processus d’innovation.
Le fondateur de Sun Microsystems et business angel de Google y décrit son point de vue sur le sujet: ni R&D, ni marketing, l’innovation pour lui est la mise sur le marché d’un produit qui satisfait à une demande (parfois inconsciente.)


cliquer sur l’image pour un accès direct à la conférence

Le côté sombre de l’innovation

Je ne sais pas si vous connaissez l’excellente Chronique de Philippe Meyer sur France Culture. Elle est drôle, caustique, mais vendredi dernier, alors qu’il parlait de technologie et d’innovation (ce qui est rare), le ton était plus dramatique. Vous pouvez l’écouter au format mp3 ici.

Philippe Meyer fait allusion au diner auquel le président Obama invita des personnalités de la Silicon Valley. Mais surtout il y est question du prix à payer pour obtenir des objects tels que téléphones et autres tablettes. A savoir la situation des ouvriers qui fabriquent en Chine ces objets chez Foxconn entre autres, mais aussi la situation de la classe moyenne américaine.

En fait Philippe Meyer cite un récent article du New York Times: How the U.S. Lost Out on iPhone Work

Je n’ai pas de (bonne) réponse à la question. Mais il est bon de réfléchir à ce côté sombre de l’innovation et de l’économie en général. Je lis en ce moment une biographie de Schumpeter. Déjà au début du XXème siècle, les questions se posaient à travers les travaux de Keynes, Marx et économistes libéraux. Avons-nous progressé ou régressé?

Andy Grove avait les mêmes préoccupations en 2010 quand il écrivait How America Can Create Jobs pour Business Week. On oublie souvent que les américains sont nationalistes et peut-être autant qu’Intel produisait quasi-exclusivement aux USA. Aujourd’hui Grove est inquiet, parfois moi aussi.