Conversation tout azimut sur la science entre Gérard Berry et Etienne Klein

Très belle conversation « tout azimut » entre Etienne Klein, le physicien et Gerard Berry, médaille d’or du CNRS pour ses travaux en informatique dans l’émission Conversation Scientifique. Il y est question de tellement de belles choses « provocatrices ». Un seul exemple: ce qui coûte le plus cher, entre quelque chose qui coûte les yeux de la tête et quelque chose qui coûte la peau des fesses. L’informaticien prône le Berry pour mesurer le froid, 5 Berry, 6 Berry.

Berry

Plus sérieusement, il parle de la difficulté à prédire et des promesses impossibles, du courage en sciences. Le physicien comprend l’énergie, l’informaticien, l’information comme une grande partie des nouvelles générations. Berry nous parle aussi de la machine et de l’humain. La machine numérique, l’ordinateur, va très vite, mais n’a pas beaucoup plus d’intelligence qu’une machine à vapeur. Par contre l’ordinateur est partout. Mais nous, humains, sommes intuitifs, il n’y a aucune intuition dans un ordinateur. Nous sommes très complémentaires. A nouveau, je ne suis pas les transhumanistes qui croient que la machine va nous dépasser – du moins à court terme. Berry est très embêté par la notion d’intelligence en informatique. La performance n’est pas de l’intelligence, mais il y a eu beaucoup de choses intéressantes comme l’apprentissage; retrouver des gens dans des bases de données de photos fascine Berry.

Sur la politique de la science, Berry exprime beaucoup de prudence et de sagesse. « Prétendre qu’un sujet de recherche va arriver tout de suite est le meilleur moyen de le tuer. » Il répondait à une question sur l’ordinateur quantique. “Ce fut le cas de l’intelligence artificielle”. Il y a des gens prêts à promettre la lune et encore plus de gens prêts à les croire. On promet des choses sensationnelles, sur des choses intéressantes; il faut chercher dans ces domaines, mais ne pas promettre. Parmi les retombées possibles, mais imprévisibles, il y aura des choses intéressantes.

Il parle aussi de neurosciences. De l’apprentissage fascinant des enfants que l’on comprend difficilement. Pourquoi le cerveau se fige-t-il au bout d’un certain temps. Berry est fasciné par le temps, « de longues minutes ». Sa fascination vient du fait que le cerveau traite l’information, mais on ne comprend pas la créativité, le cerveau est une machine immense dont on ne comprend pas le fonctionnement. Mais encore une fois, il sera difficile, sans doute très difficile de comprendre comment le cerveau fonctionne. Berry ne croit « pas plus que ça » à notre capacité à construire des neurones artificiels pour simuler les mécanismes du cerveau. On découvre aussi que le plaisir et l’ennui, la motivation sont essentiels à l’apprentissage. Enfin Berry lance une petite pique sur l’état actuel de la recherche. « Il ne faut pas faire du nouveau quand on veut avoir du succès. Ou plutôt il faut se battre » (comme dans tout art).

Je vous laisse découvrir le dernier quart d’heure où il est question du collège de Pataphysique, ou relisez mon premier paragraphe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.