Innovation darwinienne et lamarckienne

J’ai beaucoup aimé Un paléoanthropologue dans l’entreprise, le dernier livre de Pascal Picq, un paléoanthropologue qui explore le monde de l’innovation. Il applique ses connaissances de l’évolution pour comparer deux types d’innovations: en simplifiant, l’Europe continentale, plutôt lamarckienne et le monde anglo-saxon et surtout les Etats Unis, de type darwinien.

Je mets en garde le lecteur français en citant Picq dans sa conclusion (page 236): « l’entreprise darwinienne n’a rien à voir avec tous les clichés aussi stupides qu’erronés sur l’évolution. C’est une entreprise qui s’adapte aux changements en mobilisant les mécanismes de l’innovation, qui s’articulent sur le couple variation/sélection »

Dès son introduction, nous plongeons dans le vif du sujet: « Les responsables publics qui oeuvrent à décloisonner notre société française verticale verront, dans l’opposition de Lamarck et de Darwin, l’inefficacité des organisations compétentes face au bricolage fructueux des réseaux qui ouvrent de nouvelles sources d’innovation et de développement. » et d’ajouter: « La diversité est un pré-requis à l’innovation. » (page 12)

Picq explique (page 44): « La sélection naturelle fonctionne en deux temps, la production de variations – c’est la variabilité – et, second temps, la sélection. C’est l’algorithme darwinien. » Il n’y a ni hasard, ni nécessité. A chaque étape de l’évolution, apparaissent des innovations dont les variations aléatoires sont contraintes par l’histoire. C’est ce que signifie le jeu des possibles.

Il a bien conscience que l’utilisation de la biologie pour faire des analogies avec l’économie est dangereuse (page 51): « les concepts d’entreprises et d’espèces ne se définissent pas facilement ». Et l’analogie de l’évolution a donc sans doute ses limites. « Mais il y a un message important : la variabilité » (page 52) « Si l’environnement est favorable, il n’y a pas de sélection. S’il y a compétition pour les ressources, alors elle se manifeste en jouant sur les variations. L’adaptation résulte de ce mécanisme ». Il n’y a pas d’adaptation parfaite, mais (page 55) « l’isolationnisme est l’avant-dernière étape avant l’extinction. » Je ne peux pas m’empêcher de repenser au travail de Saxenian qui a montré que la culture plus fermée de la région de Boston explique en partie le retard pris sur la Silicon Valley et la disparition de Digital Equipement (DEC).

« Il n’existe pas d’adaptation parfaite et même si l’on crée le meilleur des produits, le succès ou l’échec dépendent de nombreux autres facteurs contextuels et contingents. Les voies de l’adaptation ne sont pas impénétrables, mais prennent des cheminements et, parfois, des détours difficiles à prévoir : bricolages, innovations de rupture, et aussi le retour de produits que l’on croyait dépassés et qui trouvent de nouvelles niches. Il y aurait bien une solution, celle d’un modèle planifié des besoins et des usages. Seulement entre Thomas Edison et Steve Jobs, aucune innovation majeure n’est sortie des systèmes économiques dirigistes. D’autre part, s’adapte-t-on à un marché déjà existant ou crée-t-on de nouveaux marchés? Pour des raisons structurelles et historiques – donc culturelles – les entreprises européennes excellent sur des marchés déjà structurés mais arrivent difficilement à inventer de nouveaux marchés comme les entreprises américaines. » (page 84). Un peu plus tôt, il écrit: « L’idée dominante d’une évolution des techniques qui serait linéaire et accumulatrice occulte ce champ d’innovations trop négligé : l’histoire. » (page 63)

« Si un nouveau marché s’ouvre, tout le monde a sa chance. L’absence de pression de compétition et de sélection admet toutes les possibilités, ce qui donne l’impression fallacieuse que l’on est formidable. Mais lorsque le marché se sature ou se rétrécit, c’est là qu’intervient la sélection. Il en a été ainsi avec la téléphonie mobile au milieu des années 1990. Une entreprise comme Nokia, éloignée du domaine de l’électronique, a pu trouver sa place ; aujourd’hui, dans un marché très concurrentiel, ce serait tout simplement impossible. » (page 87)

Je laisse le lecteur découvrir les concepts de préadaptation, transaptation, exaptation. Il décrit aussi les stratégie K et stratégie r. J’extrais d’un autre article de wikipedia sur la comparaison K et r la différence entre les deux:
« – La stratégie r est basée sur la production d’un grand nombre de jeunes, le plus tôt possible, avec une mortalité très élevée. C’est une adaptation aux milieux instables et imprévisibles. C’est le cas des micro-organismes qui sont soumis à ce genre de conditions à cause de leur taille.
– la stratégie K est basée sur une durée de vie très longue, et une reproduction rare et tardive. »

Nous voila dans le coeur du sujet:
L’innovation lamarckienne (page 158) est active. Elle répond à une sollicitation de l’environnement et tend au perfectionnement. « La fonction créée l’organe. » … « Les inventions sont les filles de la nécessité. » Elle consiste à améliorer des produits dans des filières bien établies : automobile, aéronautique, train, spatial, téléphonie, eau, BTP ; pétrochimie…
L’innovation darwinienne (page 160), produit d’abord de la diversité sans augurer des avantages ou désavantages de ce qui émerge, puis dans un second temps il y a action de la sélection. Dans une tel cadre, il faut savoir perdre du temps, installer les conditions de la production d’idées. On y permet la sérendipité.

Ce sont les 20% de temps libre chez Google. Ainsi (page 98), il explique les dangers de la rationalisation des dépenses (cf mon post sur le gaspillage). Puis (page 103) « Steve Jobs s’occupe de Next, sans grand succès, dans une culture de l’essai erreur, cela lui permet de proposer et de tester des idées nouvelles ce qui le conduit à revenir chez Apple – parcours inconcevable en Europe. »

Et voici sa synthèse (page 139):

Culture Lamarckienne Culture Darwinienne
Europe continentale Etats Unis
Hiérarchie des Ecoles Diversité des excellences
« J’ai fait Polytechnique » « J’ai créé une entreprise »
Uniformité des élites Diversité des élites
Grandes entreprises « Small Business Act »
Culture d’ingénieur Culture de chercheur
Agrégés Docteurs (PhD)
Culture de la conformité Culture essai/erreur
Innovation dirigée Algorithme darwinien
Sélection sur le QI Sélection sur la créativité
R&D d’application R&D d’émergence
Colbertisme Liberté des territoires
Carrière Entrepreneuriat
CAC40 Top25

J’aurais pu ajouter sa distinction (page 222) entre Chef d’entreprise et Entrepreneur. Une autre anecdote intéressante : « Si l’on regarde le CAC 40 français, presque toutes existent depuis un demi-siècle. Seule Bertlesmann a moins de 40 ans dans le TOP25 européen alors qu’il y en a 1/3 aux USA. » J’avais mentionné cet aspect dans Start-Up en citant les travaux de Junfu Zhang. « Zhang montre très bien cette dynamique étonnante en comparant la liste des quarante plus grandes sociétés high-tech de la Silicon Valley en 1982 et en 2002 telle que fournie par la société Dun & Bradstreet. Vingt des sociétés de la liste de 1982 n’existaient plus en 2002. Vingt et une des sociétés de la liste de 2002 n’avaient pas encore été créées en 1982. » La voici dans son intégralité:

Les quarante plus grandes entreprises de la Silicon Valley
1982 2002
1. Hewlett-Packard 1. Hewlett-Packard
2. National Semiconductor 2. Intel
3. Intel 3. Cisco b
4. Memorex 4. Sun b
5. Varian 5. Solectron
6. Environtech a 6. Oracle
7. Ampex 7. Agilent b
8. Raychem a 8. Applied Materials
9. Amdahl a 9. Apple
10. Tymshare a 10. Seagate Technology
11. AMD 11. AMD
12. Rolm a 12. Sanmina-SCI
13. Four-Phase Systems a 13. JDS Uniphase
14. Cooper Lab a 14. 3Com
15. Intersil 15. LSI Logic
16. SRI International 16. Maxtor b
17. Spectra-Physics 17. National Semiconductor
18. American Microsystems a 18. KLA Tencor
19. Watkins-Johnson a 19. Atmel b
20. Qume a 20. SGI
21. Measurex a 21. Bell Microproducts b
22. Tandem a 22. Siebel b
23. Plantronic a 23. Xilinx b
24. Monolithic 24. Maxim Integrated b
25. URS 25. Palm b
26. Tab Products 26. Lam Research
27. Siliconix 27. Quantum
28. Dysan a 28. Altera b
29. Racal-Vadic a 29. Electronic Arts b
30. Triad Systems a 30. Cypress Semiconductor b
31. Xidex a 31. Cadence Design b
32. Avantek a 32. Adobe Systems b
33. Siltec a 33. Intuit b
34. Quadrex a 34. Veritas Software b
35. Coherent 35. Novellus Systems b
36. Verbatim 36. Yahoo b
37. Anderson-Jacobson a 37. Network Appliance b
38. Stanford Applied Engineering 38. Integrated Device
39. Acurex a 39. Linear Technology
40. Finnigan 40. Symantec b

NOTES: Ce tableau est une compilation établie à partir des données de Dun & Bradstreet (D&B) Business Rankings data. Les entreprises sont classées selon leur chiffre d’affaires.
a – N’existait plus en 2002.
b – N’existait pas en 1982.

En conclusion, l’Europe se distingue par une culture entrepreneuriale très lamarckienne, favorisant et soutenant les grandes filières, avec une organisation par secteurs juxtaposés pour les entreprises, les écoles, les syndicats, les administrations, les banques, etc. Elle excelle dans l’innovation active de type ingénieur, dans des domaines très techniques avec une vraie réussite sur des marchés structurés. Evidemment, (page 164) « il y a là une vraie difficulté, qui est le passage de l’innovation à la phase entrepreneuriale. » Il faut (page 168) « prendre des risques, susciter une culture de l’essai/erreur », ne pas pénaliser l’échec. « Il y a une nécessité impérieuse de développer la culture entrepreneuriale à tous les niveaux de nos sociétés : école, lycées et universités, bien sûr, mais aussi dans les entreprises et la société en général. »

Il ne s’agit pas d’être lamarckien ou darwinien. « Et de rappeler que R&D c’est recherche et développement, R pour Darwin et D pour Lamarck, les deux temps de l’algorithme darwinien. » Tout le talent est dans l’équilibre entre les deux temps. (page 170)

C’est peut-être ici que j’ai senti un certain désaccord avec Picq. Darwin et Lamarck s’appliquent tous les deux au D et c’est peut-être notre échec en Europe. Nous avons oublié que Darwin doit aussi agir dans la phase de développement.

Picq développe sa conception du bricolage (page 174): « Nous avons trop longtemps cru que la complexité des organismes dépendait du nombre de gènes. » « En fait, les structures se simplifient par intégration successive au cours de l’évolution (optimisation) mais permettent une diversité de fonctions (plasticité). » (page 175) « Les animaux et les enfants ne sont pas des machines cartésiennes, nous apprenons à marcher, à manger, surtout chez les espèces de type K. » (page 179) « De plus la machine Hydra jamais battue par les meilleurs champions [d’échec] a été battue en 2005 par des joueurs de très bon niveau – mais pas des grands maîtres – ayant utilisé des ordinateurs standards et connectés à des sites et d’autres joueurs . C’est du bricolage ! » … « Une association d’entités intelligentes, mais plus simples et nourries d’informations externes se montre plus efficace que la plus belle et la plus sophistiquée des machines avec ses programmes, ses routines, ses logiciels et ses banques de données internes. »

J’aurai pu reprendre ici sa mise en garde sur la mauvaise compréhension de la théorie darwinienne que j’ai mise au début. Il ajoute: « Il y a une conception caricaturale de la guerre de tous contre tous [en écologie comme en innovation] » (page 185). « Il faut penser compétition non pas pour éliminer mais dans une stratégie de coopétition. » … « Cela exige une culture ouverte, avec des collaborations intriquées ». … « La Silicon Valley reste le modèle le plus paradigmatique » alors que Sophia Antipolis reste une juxtaposition d’entreprises. « Les territoires et plus généralement les populations périphériques fixent les innovations plus facilement et partant évoluent plus rapidement. » Puis encore (page 236) « Etre darwinien, ce n’est pas éliminer les autres, mais écarter des pratiques et des modèles aux effets délétères pour l’économie et l’ensemble de la société. La théorie darwinienne n’a jamais été la loi du plus fort, ni de l’individualisme égoïste, ni de la guerre de tous contre tous. La vie ce n’est pas un monde à la Rousseau, mais nous vivons encore moins dans un monde à la Hobbes. »

Une dernière anecdote: « Au début des années 1980, IBM a hésité à se lancer sur le marché du micro-ordinateur. Big Blue a suivi une stratégie K avec une grande expertise sur les gros systèmes informatiques. Puis le management a décidé d’ « isoler » un petit groupe d’ingénieurs très créatifs et non contraints par les procédures habituelles. De là est né l’IBM-PC, un parfait exemple d’innovation rapide par dérive génétique dans une population de faible effectif et placée en périphérie. » Nous sommes en plein dans la théorie du dilemme de l’innovateur de Clayton Christensen.

Je vous laisse lire sa conclusion sur la raison pour laquelle l’homme est allé en Australie. Et je n’ai pas pris le temps de parler de sa description des gazelles, antilopes, buffles et autres éléphants, ni de sa défense d’un Small Business Act à la française (ou l’Européenne). On pourra peut-être reprocher à Picq des imprécisions, des inexactitudes, une vulgarisation un peu rapide, mais on aurait tort de s’arrêter à cela, car il s’agit là d’un livre extrêmement stimulant pour ne pas dire passionnant.

5 réflexions sur « Innovation darwinienne et lamarckienne »

  1. Ping : Start-Up: the book » Blog Archive » Darwinian and Lamarckian innovation

  2. Michel R

    Merci pour cette synthèse passionnante. Je m’intéresse depuis peu aux startups en particulier et à l’entrepreneuriat en général, et j’ai une question de béotien: la prise de risque, la culture de l’essai/erreur sont souvent valorisées davantage dans ce monde que dans la culture d’ingénieur et de scientifique européenne dont je suis issu, et celà m’interpelle; prenons un exemple: vous êtes associé dans une startup, le fondateur et CEO vous a convaincu du bien fondé de ses idées, mais, malgré tous les efforts et tous les financements possibles, au bout de deux ans, l’entreprise échoue, c’est-à-dire qu’elle fait faillite et que tous les capitaux investis sont perdus – sans compter les heures de travail – disons par exemple parce que la startup s’était positionnée sur un marché qui s’est avéré trop immature, et que tous ses efforts pour « éduquer » son marché se sont peu à peu révélés vains. Deux ans plus tard, le même entrepreneur revient vous trouver avec une nouvelle idée 2 fois plus séduisante. Que lui répondez-vous, pour rester en accord avec l’idée de ne pas pénaliser l’échec?

    Répondre
  3. Hervé Lebret Auteur de l’article

    Il faudrait presque faire une étude statistique pour répondre à votre question. En fait j’y travaille, car je m’intéresse aux serial entrepreneurs. Il est clair qu’un investisseur parie plus facilement sur quelqu’un qui a réussi que sur quelqu’un qui a échoué. Mais l’analyse est plus complexe. Comme tout bon investisseur sait que le succès ou l’échec ont des causes multiples, un investisseur pourra tout à fait parier sur quelqu’un dont les qualités se sont exprimées dans un premier investissement sans que la succès ait été au rendez-vous (et inversement, ne pas parier sur quelqu’un qui a réussi mais dont l’investisseur connait trop les défauts…). Je crois que Bill Draper donne des exemples dans sa biographie. Je n’ai pas d’exemple en tête d’un entrepreneur ayant échoué et soutenu à nouveau plus tard. mais peut-être d’autres lecteurs auront des exemples à donner.

    Répondre
  4. Hervé Lebret Auteur de l’article

    Mon ami François m’emvoie un email sur le post: « Très intéressant cette synthèse, merci Hervé. Il faut dire que nombre d’arguments sont déjà connus mais l’analogie en théorie de l’évolution et fonctionnement de la R&D est assez juste. Et la Chine dans tout ça ? Ce ne serait pas le parfait exemple du pays qui applique les deux concepts, vu que la majorité de ses chercheurs ont été formés aux US et que le pays fonctionne sur une économie planifiée et dirigée ? En tout cas elle est en passe de devenir le numéro 1 de l’innovation à l’horizon 2050.
    Maintenant imaginons que l’Europe dépense des crédits conséquents pour faire revenir tous ses expats des US avec des programmes alléchants en leur réservant des zones de territoire où la législation serait adaptée (style Shenzen)… Arriverait-on à créer cette dynamique entrepreneuriale ? »

    Et j’ai brièvement répondu: « En effet intéressant ! N’oublie pas en effet que Israël, Taïwan, l’Inde en plus de la Chine (et sans doute l’Amérique du Sud aussi – par exemple Brésil, Chili) ont bâti une grosse part de leur high-tech sur cet échange. L’aller serait Darwinien et le retour Lamarckien ? »

    Répondre
  5. Patrick MOUREAUX

    Bonjour,

    Je suis médecin essayiste dermatologue et j’ai publié deux ouvrages, le premier chez Robert LAFFONT, printemps 2012, qui était un voyage darwinien, à travers la peau, en partant d’anomalies comportementales solaire contemporaine, en remontant toute notre odyssée évolutive jusqu’à nos origines.

    Et je viens de publier aux éditions AMALTHEE, un essai sociologique intitulé « Alors Osons !», qui est une réponse à Stéphane HESSEL.

    Je serai très sensible au fait que vous puissiez promouvoir ces deux ouvrages et notamment le deuxième qui va dans le même sens que le livre de Pascal PICQ.

    Mes coordonnées sont les suivantes :

    http://www.patrickmoureaux.fr

    Recevez mes salutations respectueuses.

    Dr P. MOUREAUX

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.