Notes sur le livre The Rainforest de Hwang et Horowitt

Je dois remercier d’abord ici Bogdan Ceobanu de la Commission européenne. Après avoir passé quelques heures à discuter des défis (et des opportunités) de l’innovation en Europe, il m’a envoyé sa copie de The Rainforest – The Secret to Building the Next Silicon Valley de Victor W. Hwang et Greg Horowitt. Bogdan est l’une des voix derrière Startup Europe. Merci 🙂

Il n’y a peut-être rien de vraiment nouveau dans ce livre sur les écosystèmes, mais les messages sont clairs, solides et argumentés. Vous avez peut-être besoin d’une infrastructure, mais sans culture, rien ne se produira, aucune innovation ne surgira. Il se pourrait bien que j’écrive écrire quelques articles sur ce livre car je viens juste de le commencer. Et comme d’habitude, voici mes notes et extraits:

Malgré des centaines de livres et des milliers de documents sur le sujet, l’innovation dans le monde réel est mal comprise. […] Avoir les ingrédients adéquats n’entraînera pas nécessairement une innovation réussie. Vous devez préparer ces ingrédients bruts, puis les combiner dans le bon sens. […] Nous soutenons que les deux piliers traditionnels de l’innovation – les marchés et les clusters – sont incapables de fournir des réponses complètes au mystère de l’innovation systémique. [Pages 18-20]

J’avais donné ma propre recette en 2007: « Il faut deux ingrédients de base. Des « riches » et des « nerds », cela a été dit. N’y ajouter surtout ni bureaucratie, ni bâtiment. Pour accueillir suffisamment de nerds, il faut un grand contenant. Une université est un bon choix. Pas n’importe laquelle. Il vous faut une superbe université. Il en existe, il s’en crée aussi. Il faut ensuite de la personnalité, de la créativité. Pas seulement sur le campus, mais dans la région qui l’entoure afin que les ingrédients de base se sentent bien dans le contenant. Il faut que les ingrédients soient frais, c’est à dire qu’ils soient jeunes. Ce sont les jeunes qui font des start-up. Graham parle d’environnement libéral au sens américain du terme. Il affirme que les régions libérales tolèrent l’étrangeté des personnalités brillantes. Il faut mettre au four pendant très longtemps. La Silicon Valley a commencé en 1957, la Silicon Fen en 1960. Il fallut au moins dix ans, plutôt vingt ans pour ces deux régions. Le temps qu’il faut aussi pour l’éducation des enfants. Il faut mettre le four à feu doux, afin de ne pas tuer l’envie, puis monter la température pour entretenir l’enthousiasme. Un climat clément, agréable est donc nécessaire. Si toutes ces conditions sont réunies, le résultat sera sans doute intéressant. » [Page 184, Start-Up: Ce Que Nous Pouvons Encore Apprendre De La Silicon Valley]

Le monde de l’innovation ne se produit pas au niveau macro. L’innovation est un «sport de contact corporel». C’est un phénomène qui se passe au niveau de micro. Lorsqu’il est appliqué à l’innovation, la théorie du choix rationnel pourrait avoir du sens si vous êtes des théoriciens qui pensent de manière abstraite sur la façon dont le monde devrait fonctionner. Elle ne décrit pas exactement la façon dont le monde fonctionne réellement. [Page 37] Vous ne pouvez pas comprendre le macro sans comprendre le micro. […] le monde est beaucoup plus compliqué – il faut faire face à une gamme de facteurs sociaux et psychologiques complexes, de réseaux personnels et de flux d’information. [Page 48]

Les promoteurs du « marché » soutiennent parfois les investissements dans la recherche scientifique comme moyen de stimuler les nouvelles innovations. […] La recherche scientifique, cependant, ne mène pas toujours à la croissance économique. Chaque augmentation de 1$ dans la recherche scientifique n’entraîne pas nécessairement une augmentation de 1$ d’activité économique dans le système global. La recherche seule n’est pas suffisante. […] Dans le monde réel, le chemin de la découverte au produit commercial est si long, tortueux et accidentel que la grande majorité des technologies qui pourraient changer le monde ne voient jamais la lumière du jour. La société a un énorme nombre de découvertes scientifiques qui sont « bloquées dans le pipeline », bloquées par les barrières humaines qui les empêchent d’atteindre le marché. [Page 40]

Par exemple, l’état du Kansas a investi activement dans ses entrepreneurs en haute technologie. L’Université du Kansas a fourni des bourses de recherche pour développer des produits à des fins commerciales. L’université a favorisé la collaboration régionale, la formation entrepreneuriale et même l’assistance directe. Les résultats de ces efforts, cependant, ne sont en rien comme ceux de Silicon Valley. Et la grande majorité du monde ressemble beaucoup plus au Kansas qu’à la Californie. [Page 41] Un cluster est la description d’un phénomène, pas une prescription pour la politique. [Page 42]

Alors qu’une entreprise est un groupe de personnes travaillant ensemble, un cluster est une région de personnes ou d’entreprises travaillant ensemble. Dans les deux cas, ces relations entraînent des coûts de transaction plus faibles. Et dans les deux cas, ces économies découlent du fait que les gens sont plus proches, peuvent communiquer plus facilement et se faire confiance davantage. [Page 46]

Et encore, permettez-moi de vous donner un extrait de mon livre, en citant maintenant Richard Newton:
« La région de la Baie est l’Entreprise… [Quand les gens changent de travail dans la région,] ils ne font que changer de département au sein de cette entreprise qu’est la Région de la Baie. » [Page 108]

Je ne suis pas sûr que quelqu’un ait « le secret pour bâtir la prochaine Silicon Valley », mais j’en dirai plus lorsque j’aurai avancé dans la lecture de The Rainforest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *