Archives de l’auteur : Hervé Lebret

Harari est déjà de retour! 21 leçons pour le 21ème siècle

Quand j’ai vu le troisième livre de Harari, j’ai eu quelques inquiétudes. Pourrait-il écrire un autre très bon livre après l’extraordinaire Sapiens, mais le moins bon Homo Deus? Et pourquoi aussi vite?

Et en effet, la première partie de 21 Lessons for the 21st Century est effrayante pour ne pas dire très mauvaise. Elle est plein d’inquiétude, pour ne pas dire anxiogène, et je ne suis pas sûr qu’elle soit basée sur des faits ou même sur des vérités comme ses précédents livres… En effet, cette première partie est même trompeuse, car lorsque j’ai lu « Sapiens explorait le passé, Homo Deus explorait le futur et 21 leçons explore le présent » sur la couverture du livre, j’ai découvert que la première partie traitait d’un possible futur effrayant basé sur l’intelligence artificielle et la biotechnologie. Mais c’est le futur, pas le présent.

Heureusement, j’ai retrouvé le Harari que j’aime au début de la deuxième partie. Au chapitre 5, Communauté, il montre que nous sommes des êtres réels, physiques et non virtuels, augmentés. Au chapitre 6, Civilisation, il combat le concept de choc des civilisations. Le sous-titre est « il y a une civilisation dans le monde ». Alors permettez-moi de citer Harari ici [Pages 94-5]

Plus important encore, l’analogie entre l’histoire et la biologie qui sous-tend la thèse du «choc des civilisations» est fausse. Les groupes humains – des petites tribus aux grandes civilisations – sont fondamentalement différents des espèces animales et les conflits historiques sont très différents des processus de sélection naturelle. Les espèces animales ont des identités objectives qui perdurent pendant des milliers et des milliers de générations. Que vous soyez un chimpanzé ou un gorille dépend de vos gènes plutôt que de vos croyances, différents gènes dictent des comportements sociaux distincts. Les chimpanzés vivent dans des groupes mixtes de mâles et de femelles. Ils sont en concurrence pour le pouvoir dans des coalitions de partisans parmi les deux sexes. Parmi les gorilles, Au contraire, un seul mâle dominant établit un harem de femelles et expulse habituellement tout mâle adulte susceptible de remettre en cause sa position. Les chimpanzés ne peuvent pas adopter des arrangements sociaux semblables à ceux des gorilles; les gorilles ne peuvent pas commencer à s’organiser comme des chimpanzés; et pour autant que nous sachions, les chimpanzés et les gorilles ont été caractérisés non seulement par des systèmes sociaux pendant les dernières décennies, mais aussi pendant des centaines de milliers d’années.
Vous ne trouvez rien de tel chez les humains. Oui, les groupes humains peuvent avoir des systèmes sociaux distincts, mais ceux-ci ne sont pas déterminés génétiquement et ils durent rarement plus de quelques siècles. Pensez aux Allemands du vingtième siècle, par exemple. En moins de cent ans, les Allemands se sont organisés en six systèmes très différents: l’empire des Hohenzollern, la République de Weimar, le Troisième Reich, la République démocratique allemande (aussi appelée Allemagne de l’Est communiste), la République fédérale d’Allemagne (dite Allemagne de l’Ouest), et enfin l’Allemagne réunifiée démocratique. Bien sûr, les Allemands ont gardé leur langue et leur amour de la bière et des saucisses grillées. Mais existe-t-il une essence allemande unique qui les distingue de toutes les autres nations et qui est restée inchangée, de Wilhelm II à Angela Merkel? Et si vous venez avec quelque chose, était-ce aussi le cas il y a 1000 ans ou il y a 5000 ans?

Humour et bureaucratie (2e partie)

Ceci est la deuxième et dernière partie d’un sujet inhabituel de ce blog, l’humour et la bureaucratie. Vous pouvez voir la partie I si vous l’avez manquée.

L’auteur a un commentaire à la fin, qui est intéressant. «Le problème avec toi, c’est que tu refuses de prendre quoi que ce soit au sérieux – pas le communisme, pas moi… pas même toi-même.» «C’est vrai, ai-je dit : ‘Mais je ne prends très au sérieux, de ne jamais rien prendre au sérieux.’ »[Page 307]

‘L’économie communiste était très mauvaise pour produire quoi que ce soit – sauf les blagues. Ils étaient très doués pour les blagues.´ [Page 222]

De nombreuses blagues communistes ont été adaptées en faisant référence aux faiblesses des économies occidentales. « Pourquoi une Austin Allegro a-t-il une fenêtre arrière chauffante? Vous pouvez ainsi garder vos mains au chaud lorsque vous la poussez ». [Page 300]

Comment un Juif russe intelligent peut-il parler à un Juif russe stupide?
Par téléphone de New York.
[Page 211]

Quelle est la définition d’un quatuor à cordes russe?
Un orchestre soviétique de retour d’une tournée américaine.
[Page 212]

Savez-vous pourquoi la Roumanie survivra à la fin du monde?
Parce que elle est cinquante ans derrière tout le monde!
[Page 263]

Ma préférée suit…

Leonid Brejnev voulait commander un portrait intitulé « Lénine en Pologne ». Les peintres russes, strictement formés à l’école réaliste, étaient incapables de peindre un événement qui ne s’était jamais produit,
´Camarade Brejnev, nous aimerions le faire, mais nous ne pouvons pas. Cela va à l’encontre de notre formation’, a répondu chacun des artistes approchés par Brejnev. Finalement, désespéré, Brejnev fut obligé de demander au vieux peintre juif Lévy.
Bien sûr, je préfère représenter des événements réels, mais je ferai le tableau pour vous, camarade. Ce serait mon grand honneur.´ Lévy commença à travailler sur la peinture.
Enfin, le jour du dévoilement est arrivé. Tout le monde a le souffle coupé lorsque le tissu est retiré pour révéler la photo d’un homme couché avec une femme qui ressemble à la femme de Lénine.
Brejnev demanda, horrifié: «Qui est cet homme?
«C’est Trotsky, dit l’artiste.
«Et qui, demanda Brejnev, est cette femme?
«C’est l’épouse de Lénine, camarade Brejnev.
«Mais où est Lénine?
«Il est en Pologne, expliqua Lévy.

[Page 207]

Maintenant, vous voudrez peut-être explorer le ivre et trouver vos préférées…

Pourquoi Aaron Swartz est-il mort?

Pour faire suite à mon article précédent Aaron Swartz – L’idéaliste, voici quelques notes supplémentaires tirées de ce livre très émouvant et intelligent.

Alors pourquoi est-il mort? Vous devez lire le livre. Mais voici une phrase se trouve vers la fin [page 268]: « Swartz a vu les choses différemment et a en effet consacré une grande partie de sa vie à l’idée que le seul moyen d’améliorer le monde était de permettre aux gens de s’ouvrir. Cette notion […] est l’héritage de Swartz. C’est aussi son défi envers le monde qu’il a laissé derrière lui. »

Les entreprises continuent de faire appliquer la loi et la rhétorique pour lutter contre l’éthique situationnelle du téléchargement non autorisé, pour faire valoir que le droit d’auteur est un jeu à somme nulle. Les conflits se reproduisent. Les acteurs peuvent changer, mais le script reste le même. [Page 271]

Un argument surprenant contre Apple et Steve Jobs: Swartz a décrit Apple comme «une organisation impitoyable et autoritaire» bafouant les normes du travail et Jobs lui-même comme un martinet qui insistait pour contrôler tous les aspects de l’expérience utilisateur. Sa mégalomanie se manifestait dans les baladeurs Apple: des rectangles blancs stériles qui ne peuvent être ni ouverts ni modifiés par l’utilisateur final. » Jobs ne pouvait pas supporter les gens qui ouvrent les choses ». [Page 267]

Citation plus forte encore et extraite du blog de Swartz: Comme il est démontré que le pouvoir sur les êtres humains leur permet de faire ce qu’ils préféreraient ne pas faire, l’homme qui est motivé par l’amour du pouvoir est plus susceptible de faire souffrir que de permettre le plaisir. Si vous demandez à votre patron de vous absenter du bureau à une occasion légitime, son amour du pouvoir tirera plus de satisfaction d’un refus que d’un consentement. Si vous avez besoin d’un permis de construire, le petit fonctionnaire concerné aura évidemment plus de plaisir à dire «Non» que de dire «Oui». C’est ce genre de chose qui fait de l’amour du pouvoir un motif aussi dangereux. – Bertrand Russell [Page 254]

Peters aimerait avoir une vision équilibrée de la situation: les détenteurs de biens ne sont qu’une partie au contrat social. Cela est censé régir notre politique, et leurs intérêts ne sont pas les seuls à compter. Il existe un compromis entre le droit d’auteur fonctionnellement éternel et l’anarcho-syndicalisme de masse. [Page 268]

Qu’est-ce que l’innovation ?

Alors, qu’est-ce que l’innovation? J’avais déjà abordé la question en 2015 dans Invention, Entrepreneuriat et Innovation. Mon collègue Federico m’a donné il y a quelques jours une autre définition de l’innovation de Bill Aulet du MIT.

Innovation = Invention * Commercialisation

Vous trouverez la vidéo ici.

Et voici quelques extraits:

Est-ce que cela aurait pu être “L’innovation est synonyme d’invention?” Non, souvent les gens confondent ces deux choses. Elles ne sont pas identiques. L’innovation est quelque chose qui génère de la valeur pour le monde. Cela rend quelque chose plus rapide, meilleur, moins cher. Cela donne une grande satisfaction à quelqu’un. Une invention est une idée, une technologie, un brevet. En soi, elle ne génère pas de valeur. Donc, elles ne sont pas la même chose. Et parfois vous les voyez interchangées. Et ce n’est pas correct.

Donc, l’innovation est synonyme de commercialisation fois l’invention. Et quand on regarde cette équation de l’innovation, quelque chose de valeur, cela nécessite une nouvelle idée. Et puis, il faut que quelqu’un ou une organisation qui commercialise cette idée et créee de la valeur pour le monde. Il est donc important de comprendre qu’une idée en soi n’a pas de valeur. Les idées sont bon marché. C’est la commercialisation, combinée à l’invention, qui les rend extraordinairement précieuces. Auparavant, j’avais l’habitude de dire invention plus commercialisation, en fait, c’est fois. (Pas une addition, une multiplication)

C’est un produit parce que si je n’en ai pas, c’est zéro. Alors, je n’ai aucune innovation. Si je n’ai pas d’idée nouvelle, je ne peux rien commercialiser. Par conséquent, c’est zéro. Si j’ai une invention et pas de commercialisation, je n’ai pas d’innovation. Donc, c’est en fait un produit. C’est, en fait, l’aspect commercial de cette opération qui est très, très difficile.

Si l’on considère l’entreprise la plus innovante au monde à l’heure actuelle, à savoir Apple, les inventions sous-jacentes qui ont créé Apple, les grandes innovations commençant par le Mac, ne sont pas venues d’elle-même. Cela venait en fait de Xerox PARC. C’était des fenêtres, une icône, une souris, un pointeur. Ces inventions, ils les ont commercialisées pour créer de l’innovation, ce qui a créé une valeur formidable sur le marché et pour leurs clients et pour eux-mêmes, leurs investisseurs aussi. De même, après cela, regardez cette autre invention sous-jacente et potentielle, la technologie de l’iPod, le MP3, ne venait pas encore d’Apple. Cela venait de Fraunhofer. Mais ce qui a été formidable pour Apple, c’est la commercialisation pour créer de l’innovation et, encore une fois, créer de la valeur pour leurs clients et leurs actionnaires. Donc, c’est cette définition de l’innovation que nous avons trouvée très utile pour montrer que l’innovation est une combinaison d’une nouvelle idée, d’une nouvelle technologie, mais qui doit alors, être commercialisée et mise en correspondance avec un client dans le monde réel, où elle générera de la valeur.

Merci Federico 🙂

Google a 20 ans

Google a été incorporé en Californie le 4 septembre 1998, alors la société a juste 20 ans aujourd’hui. La technologie est plus ancienne, elle s’appelait BackRub initialement (en 1996) et était un site web interne à l’université de Stanford, google.stanford.edu et en septembre 1997, google.com a été enregistré comme un site web indépendant. Vous pouvez voir ci-dessous quelques images historiques

et les différents logos

Il y a eu beaucoup de livres sur Google, dont quelques très bons. J’ai blogué sur la plupart d’entre eux, Work Rules! il y a quelques semaines, In The Plex au milieu de 2015, How Google Works à la fin de 2014, Dogfight au début de 2014, I’m Feeling Lucky en 2012 et en effet, j’ai beaucoup blogué sur la société comme vous pouvez le voir sur le tag Google.

Si Fairchild fut la startup emblématique de la Silicon Valley, fondée dans les années 50, elle a été suivie par Intel dans les années 60, Apple dans les années 70, les années 80 ont vu Cisco et Sun Microsystems, et Google symbolise les années 90 (Yahoo pourrait bientôt être oubliée). Facebook appartient aux années 2000, la décennie 2010 est encore ouverte je pense. Mais les leçons tirées des années de Google sont uniques. La technologie, le produit, la croissance de la startup, les équipes viennent changer notre regard sur les business pour le meilleur et parfois le moins bon…

Conseils aux jeunes (et aux plus vieux) par Jack Ma, le fondateur de Alibaba

Merci à mes chers collègues de m’avoir mentionné cette interview émouvante et inspirante de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba. Il conseille des personnes de tout âge sur le travail et l’entrepreneuriat.

Si vous avez 25 ans, ne vous inquiétez pas, toute erreur est profit.

Avant 20 ans, soyez un bon élève.
Avant 30 ans, suivez quelqu’un. Allez dans une petite entreprise, vous apprenez la passion, vous apprenez à rêver. Ce n’est pas l’entreprise où vous allez qui compte, c’est le boss que vous suivez.
Entre 30 et 40 ans, travaillez pour vous-même. Il est temps d’être entrepreneur.
Entre 40 et 50 ans, faites ce que vous faites bien. Il est trop tard pour faire quelque chose de nouveau.
Lorsque vous avez entre 50 et 60 ans, travaillez pour les jeunes.
Lorsque vous avez plus de 60 ans, passez du temps pour vous-même. Allez à la plage!

Mais quand vous avez 25 ans, faites assez d’erreurs. Vous tombez, vous vous relevez, vous tombez, vous vous relevez.

Aaron Swartz – L’idéaliste

Comme beaucoup d’entre vous probablement, j’avais entendu parler d’Aaron Swartz qui s’est suicidé en janvier 2013 à l’âge de 26 ans après avoir été poursuivi pour fraude informatique. Alors quand on m’a conseillé de lire The Idealist, je n’ai pas hésité beaucoup avant de l’acheter.

Le livre est divisé en deux parties: un historique des droits d’auteur aux États-Unis depuis le début du XIXe siècle et l’histoire d’Aaron Swartz lui-même. Dans la première partie, l’auteur, Justin Peters, montre la complexité de l’un des piliers de la propriété intellectuelle. Vous poulez lire mes articles précédents sur le sujet avec l’étiquette #propriété-intellectuelle et en particulier le travail approfondi de Boldrin et Levine Contre les monopoles intellectuels. Je mentionnerai seulement un court paragraphe, page 46, du livre de Peters: Mais dans l’Amérique du dix-neuvième siècle, le concept de propriété intellectuelle n’était pas encore sacro-saint – et les intérêts des lecteurs n’étaient pas inextricablement liés à ceux des auteurs. Dans les chambres du Congrès, les législateurs se demandaient ouvertement si le droit d’auteur international constituait une taxe sur le savoir et comparait la propriété littéraire au monopole industriel.


© The Dusty Rebel

Quant à Aaron Swartz, Trois ans après [sa] mort, son histoire est encore présente dans l’esprit de beaucoup de gens. Une grande fresque murale de son visage, placée à côté des mots RIP AARON SWARTZ, orne le côté d’un immeuble à Brooklyn. […] Chaque année, autour de son anniversaire, les amis et les admirateurs de Swartz dans le monde entier organisent une série de « hackatons » qui ont pour but de stimuler les projets sociaux que Swartz chérissait. [Page 14]

Work Rules! de Laszlo Bock – Conclusion: l’obligation de dissidence

Il m’a fallu du temps pour lire le livre de Bock. Il est dense, ambitieux, convaincant, malgré le fait que « Google semble trop beau pour être vrai » [Page 318]. Il y aurait beaucoup à dire et la diversité des sujets abordés par Bock est si vaste. Si vous avez affaire avec des personnes, si vous gérez des équipes, je pense que vous devriez le lire (je ne gère pas d’équipes et je pense que le livre va m’être extrêmement utile!).

Un autre exemple en plus de mes quatre précédents articles: Bock mentionne une valeur de McKinsey: « maintenir l’obligation de dissidence » [Page 319]. Et un exemple suit sur la même page: je servais un client dont la fusion devait plus tard s’avérer désastreuse. Le client a demandé une recommandation sur la meilleure façon de créer un fond de capital de risque. Les données étaient assez claires. Mis à part quelques exemples notables, comme Intel Capital, la plupart des efforts de capital-risque des entreprises ont été des échecs. Elles manquent de l’expertise, de la clarté du but et de la proximité géographique avec l’endroit où les deals les plus lucratifs étaient en train d’éclore. J’ai dit au partenaire principal que c’était une mauvaise idée. Je lui ai montré les données. J’ai expliqué qu’il n’y avait presque aucun exemple de ce genre d’efforts réussis, et aucun que je pourrais trouver qui étaient à des milliers de miles de la Silicon Valley et dirigé par des gens qui n’avaient aucune formation en ingénierie.
Il m’a dit que le client demandait comment le mettre en place, pas s’il fallait le mettre en place, et que je devrais me concentrer sur la réponse à la question du client.
Peut-être avait-il raison. Ou peut-être avait-il un meilleur aperçu de la question qui l’emportait sur mes données. Peut-être avait-il déjà présenté cet argument au client, et ils l’avaient rejeté.
Mais pour moi, c’était comme si j’avais échoué. Je pensais que l’obligation de dissidence m’obligeait à prendre la parole, alors c’était d’autant plus déchirant de voir ma préoccupation écartée.

Encore une fois, Google peut sembler trop beau pour être vrai, mais c’est le 5ème ou 6ème livre que je lis sur Google à partir d’insiders et d’outsiders, et les messages sont assez cohérents. Une citation finale de la page 339: Dans l’introduction, j’ai postulé qu’il existe deux modèles extrêmes quant à la manière dont les organisations devraient être gérées. Le cœur de ce livre est ma conviction que vous pouvez choisir le type d’organisations que vous voulez créer, et je vous montre quelques-uns des outils pour le faire. L’extrême «faible-liberté» est l’organisation de commandement et de contrôle, où les employés sont étroitement gérés, travaillent intensément puis mis au rebut. L’extrême «haute-liberté» est basé sur la liberté, où les employés sont traités avec dignité et entendus quant à la façon dont l’entreprise évolue.
Les deux modèles peuvent être très profitables, mais ce livre suppose que les personnes les plus talentueuses de la planète voudront faire partie d’une entreprise axée sur la liberté. Et les entreprises axées sur la liberté, parce qu’elles bénéficient des meilleures qualités et de la passion de tous leurs employés sont plus résilientes et peuvent mieux faire face succès.

Work Rules! de Laszlo Bock (partie IV) – Les Managers

Google a été toujours célèbre pour son défi de l’autorité. Bock va plus loin.

Chez Google, nous avons toujours eu un profond scepticisme sur le sujet du management. C’est exactement ce que pensent les ingénieurs: les managers sont une couche dilbérienne qui, au mieux, protège les personnes qui effectuent le travail réel des personnes encore plus mal informées, plus haut dans l’organigramme. Mais notre recherche sur le projet Oxyygen, que nous aborderons en profondeur au chapitre 8, a montré que les gestionnaires font beaucoup de bonnes choses. Il s’avère que nous ne sommes pas sceptiques quant aux gestionnaires en soi. Au contraire, nous sommes profondément méfiants à l’égard du pouvoir et de la façon dont les managers en ont historiquement abusé. [Page 118]

Acton qui a dit « Le pouvoir corrompt; Le pouvoir absolu corrompt absolument » écrivat aussi: Les grands hommes sont presque toujours de mauvais hommes, même quand ils exercent juste de l’influence et non l’autorité: encore plus quand vous surchargez la tendance ou la certitude de la corruption par l’autorité, il n’y a pas pire hérésie que le détenteur de celle-ci. C’est le moment où … la fin apprend ou justifie les moyens. [Pages 119-20]

La conviction était si profonde qu’en 2002, Larry et Sergey ont éliminé tous les postes de managers dans l’entreprise. À l’époque, nous avions plus de trois cents ingénieurs, et toute personne qui était manager fut libérée de ses responsabilités de gestion. Au lieu de cela, tous les ingénieurs de l’entreprise relevaient de Wayne Rosing. Ce fut une expérience de courte durée. Wayne fut assiégé de demandes d’approbation de dépenses et d’aide pour résoudre les conflits interpersonnels, et dans les six semaines, les managers furent réintégrés. [Page 190]

Pourtant le Projet Oxygen a d’abord tenté de prouver que les managers n’avaient pas d’importance et a fini par démontrer que les bons managers étaient cruciaux. [Page 188]. Je vais vous laisser lire le chapitre 8 et voici les 8 règles de l’étude [Page 195]:
1- Etre un bon coach.
2- Renforcer l’équipe et ne pas faire de microgestion.
3- Exprimer son intérêt / sa préoccupation pour le succès des membres de l’équipe et leur bien-être personnel.
4- Etre très productif / axé sur les résultats.
5- Etre un bon communicateur – écouter et partager des informations.
6- Aider l’équipe à développer sa carrière.
7- Avoir une vision / stratégie claire pour l’équipe.
8- Avoir des compétences techniques importantes qui aident à conseiller l’équipe.

Je ne peux pas terminer ce nouveau post sans mentionner un lien donné par Laszlo Bock sur l’histoire de la Silicon Valley (en anglais): « Histoires préférées de la Silicon Valley », Bits (blog), New York Times, 5 février 2013.


Robert Noyce, à droite, a créé une atmosphère d’ouverture et de prise de risque chez Fairchild Semiconductor. Crédit Wayne Miller / Magnum Photos

Work Rules! de Laszlo Bock (partie III) – les femmes et la reconnaissance du travail

L’écart entre les sexes est devenu un problème beaucoup plus visible en 2018 et Bock ne fait pas exception (même si son livre est plus ancien). Mais avant de mentionner ce qu’il en dit, voici deux références récentes et très intéressantes:
– Le NewYorker vient de publier un article sur l’écart entre les sexes au travail et en particulier à la BBC: Comment les femmes de la BBC travaillent vers l’égalité des salaires (en anglais).
– France Culture raconte l’histoire de Margaret Hamilton, programmatrice de logiciels sur le projet Appolo: Margaret Hamilton, la femme qui a fait atterrir l’Homme sur la Lune.


Margaret Hamilton durant le programme Apollo.• Crédits : NASA

Et maintenant Bock: Dans une étude menée par Maura Belliveau de la Long Island University [1], 184 gestionnaires ont été invités à attribuer des augmentations de salaire à un groupe d’employés. Les augmentations s’alignent bien avec les évaluations de performance. Ensuite, on leur a dit que la situation financière de l’entreprise signifiait que les fonds étaient limités, mais ils avaient reçu le même montant de fonds à allouer. Cette fois-ci, les hommes ont reçu 71% de l’augmentation des fonds, comparativement à 29% pour les femmes, même si les hommes et les femmes avaient la même répartition des notes. Les gestionnaires – des deux sexes – avaient donné plus aux hommes parce qu’ils supposaient que les femmes seraient apaisées par l’explication de la performance de l’entreprise, mais que les hommes ne le seraient pas. Ils ont mis plus d’argent pour les hommes afin d’éviter ce qu’ils craignaient être une conversation difficile. [Page 170]

[1] « Engendering Inequity? Comment les comptes sociaux créent et n’expliquent pas simplement les résultats salariaux défavorables pour les femmes » Organisation Science 23 no 4 (2012) 1154-1174 publié en ligne le 28 septembre 2011, https://pubsonline.informs.org/doi/abs/10.1287/orsc. 1110.0691

Bock mentionne une autre étude à la page 137 sur les diplômés de Carnegie Mellon qui est aussi mentionnée dans l’article de New Yorker: « Comme l’expliquent l’économiste Linda Babcock et l’écrivaine Sara Laschever, dans leur livre « Women Do not Ask », les femmes négocient statistiquement moins que les hommes des salaires plus élevés et d’autres avantages. À l’Université Carnegie Mellon, par exemple, quatre-vingt-treize pour cent des étudiantes de MBA ont accepté une offre salariale initiale, tandis que seulement quarante-trois pour cent des hommes l’ont fait. Les femmes subissent de lourdes pertes pour leur tendance à éviter la négociation. On estime qu’au cours de sa carrière, une femme perd en moyenne entre un demi-million et un million et demi de dollars. » De plus « Même lorsque les femmes arrivent à la table de négociation, elles réussissent souvent mal. Dans «What Works: Gender Equality by Design», l’économiste comportementale Iris Bohnet examine les données d’un groupe de demandeurs d’emploi suédois, parmi lesquels les femmes ont fini avec des salaires inférieurs à ceux de leurs homologues masculins tout aussi qualifiés. «Non seulement les employeurs ont-ils répondu aux demandes déjà plus faibles des femmes avec des contre-offres plus aggressives, mais ils ont répondu moins positivement lorsque les femmes ont essayé de s’auto-promouvoir», écrit-elle. «Il s’avère que les femmes ne peuvent même pas utiliser les mêmes stratégies de promotion que les hommes.» Quand les femmes agissent plus comme des hommes, suggère-t-elle, elles sont souvent punies pour cela. Penchez-vous, et vous pourriez être repoussé encore plus loin. »