Ce blog contient des articles issus du livre "Start-Up" et des articles originaux de Hervé Lebret. Le livre est disponible sur Amazon ainsi qu'en version électronique. Pour acheter le livre cliquez ici.
Follow hlebret on Twitter rss_logo-st-book amazon-sq-logo-gb

Silicon Valley par HBO: suite et fin. Ou bien?

2 juin 2014 Commentez! »

HBO a programmé son dernier épisode (le huitième) de Silicon Valley. Apparemment, il était assez réussi pour que la chaîne décide d’une deuxième saison. J’ai ri à nouveau même si je ne prétends pas que la série soit géniale. Aussi extrêmes que soient les anecdotes de la série, elles sont finalement assez réalistes.

SV8-1
L’équipe semble d’abord extatique mais après la présentation de son concurrent, beaucoup moins… « Regardez-moi, regardez-moi, regardez-moi. Nous avons un super nom, nous avons une super équipe, nous avons un super logo et nous avons… un super nom. Maintenant nous avons juste besoin d’une super idée. Pivotons, nous devons pivoter. »
Est-ce suffisant ? Pas sûr quand vous écoutez ce qui se passe ensuite:
« Regardez-les, tous pleins d’espoir. Ils viennent tout juste de lever 20 millions de dollars en série A à une valorisation de 280 millions. » Il pourrait être temps de se joindre à eux…
SV8-2
… sauf si le brainstorming n’arrive pas trop tard. Je ne vais pas vous dire comment les nouvelles idées sont venues, mais c’était « geeky, nerdy »…
SV8-3
… et apparemment efficace. Tout le monde semble heureux. Et c’est l’Amérique. En fait, voici une des premières images montrant la Bay Area. Rien d’autre n’a vraiment prouvé que la série a été tournée là-bas.
SV8-4a
En guise de conclusion à la série, une nouvelle triste que j’ai apprise à travers une vidéo que j’ai postée dans un article précédent …
SV8-5

PS: en plus de mes articles posts about the series (mot clé: HBO), vous pourtriez être intéressé par:
- les pages web de HBO: Silicon Valley
- le lien Wikipedia: Silicon Valley (série télévisée)

Mots clés : Film, Silicon Valley

GoPro prouve qu’une start-up peut faire du matériel et réussir

21 mai 2014 Commentez! »

GoPro vient de déposer son document d’entrée en bourse (voici le lien vers le document S-1 auprès de la SEC). Son fondateur Nick Woodman est si peu conventionnel qu’il est appelé le milliardaire fou.

gopro02

Mais ce qui est vraiment peu conventionnel est le fait qu’une société de matériel peut encore aller en bourse à l’ère des médias sociaux. Il y a d’autres caractéristiques peu conventionnelles, en particulier dans l’actionnariat. Le fondateur et son père possèdent ensemble plus de 40% de la société. Le premier développeur en possède encore environ 5%. Bien sûr, les investisseurs n’en ont pas autant… La Silicon Valley est également connue pour la force des réseaux alors comment est-il possible qu’un surfer puisse attirer l’attention de la région? Parce que les caméras GoPro sont superbes bien sûr! Eh bien, ce n’est peut-être pas tout… Irwin Federman est un VC légendaire, actionnaire de GoPro … et beau-père de Woodman…

GoPro-captable
Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

Silicon Valley par HBO – épisode 7: des amis?

19 mai 2014 Commentez! »

L’épisode 7 parle d’amis,
HBO7-1
enfin d’amis…
HBO7-2
ou d’ennemis?
HBO7-3
Toujours est-il que l’équipe commence à être sérieusement perturbée…
HBO7-4
… mais elle semble prête pour TechCrunch. La suite dans le dernier épisode 8…
HBO7-5

The Hard Thing About Hard Things – Ben Horowitz: pas de recette sauf du courage

19 mai 2014 Commentez! »

J’ai commencé mon blog précédent sur ​​The Hard Thing About Hard Things de Ben Horowitz en citant la première page. Je vais commencer ici avec sa dernière page:

« Les choses difficiles sont difficiles car il n’y a pas de réponses ou de recettes faciles. Elles sont difficiles parce que vos émotions sont en contradiction avec la logique. Elles sont difficiles parce que vous ne connaissez pas les réponses et vous ne pouvez pas demander de l’aide sans montrer vos faiblesses. Lorsque je suis devenu PDG , j’ai vraiment pensé que j’étais le seul en difficulté. Chaque fois que je parlais à d’autres chefs d’entreprise, ils semblaient tous avoir tout sous contrôle. Leurs entreprises allaient toujours « fantastiquement » bien et leur expérience était forcément «formidable». Mais comme j’ai vu ces entreprises fantastiques, formidables de mes collègues faire faillite l’une après l’autre et vendues pour pas cher, j’ai réalisé que je n’étais probablement pas le seul en difficulté ». [...] « Acceptez votre étrangeté, votre passé, votre instinct. Si les clés s’y trouvent pas, c’est qu’elles n’existent pas ». [Page 275]

thehardthing

Encore une fois le livre n’est pas une lecture facile. Il donne plus de conseils sur les processus que sur toute autre chose, et vous risquez de ne pas profiter de ce livre, si vous n’avez pas besoin de l’appliquer maintenant. Si vous n’êtes pas un entrepreneur ambitieux qui a besoin d’accélérer son entreprise, la lecture du livre peut ne pas être utile. Pourtant c’est un excellent livre. EN voici quelques illustrations:

« Déterminer le bon produit est le travail de l’innovateur, pas le travail du client. La cliente ne sait ce qu’elle pense qu’elle veut qu’en fonction de son expérience avec le produit actuel. L’innovateur peut prendre en compte tout ce qui est possible, mais doit souvent aller à l’encontre de ce qu’elle sait être vrai. En conséquence, l’innovation nécessite une combinaison de connaissances, de compétences et de courage. Parfois, seul le fondateur a le courage d’ignorer les données. » [Page 50]

Curieusement, Horowitz cite Thiel. (D’ailleurs, les soutiens du livre de Horowitz sur la 4ème de couverture sont Page, Zuckerberg, Costolo et Thiel…) « Je ne crois pas aux statistiques, je crois au calcul ». Et ses conseils « quand tout s’écroule » sont
- Ne mettez pas tout sur vos épaules.
- Ce n’est pas un jeu de dame, c’est un putain de jeu d’échecs.
- Jouer assez longtemps et vous pourriez avoir de la chance.
- Ne le prenez pas personnellement.
- Rappelez-vous que c’est ce qui sépare les femmes des filles.
Je résume ses conseils des pages 64 à 93 ainsi: quand tout s’écroule, faites face à la vérité et dites la vérité. Dites la vérité à vos employés, dites la vérité à vos futurs ex-collègues, dites la vérité à vos amis et surtout dites la vérité à vous-même.

Je comprends maintenant pourquoi Andreessen Horowitz est considérée comme une entreprise qui a mis en place des tonnes de processus. Horowitz décrit de nombreuses tâches auxquelle les fondateurs devraient apporter la plus grande attention. Prendre soin des personnes, d’abord. Il décrit également comment vous pouvez faire des erreurs en essayant de faire bien. Juste un exemple: « notre hockey stick [la forme du graphique du chiffre d'affaires sur le trimestre] était si mauvais que nous avions enregistré de 90% de nos nouvelles commandes le dernier jour du trimestre. [...] J’ai conçu une incitation pour les décaler vers les deux premiers mois. [...] En conséquence, le prochain trimestre fut plus linéaire et légèrement plus petit … les commandes furent décalées du troisième mois aux deux premiers mois du trimestre suivant. »

D’autres exemples intéressants concernent le sujet des gens intelligents qui sont de mauvais employés – « Parfois, vous aurez un joueur qui est tellement bon que vous le bus l’attendra, mais lui seulement » – et le sujet de l’intégration de personnes d’expérience – « Lorsque le chef de l’ingénierie est promu de l’intérieur, elle réussit souvent. Lorsque le chef des ventes est promu de l’intérieur, elle ne réussit presque jamais ». [Page 172] Horowitz explique aussi qu’il n’y a pas une règle, cela dépend de l’entreprise. Andreessen est en faveur de donner facilement des titres, Zuckerberg a des vues opposées.

« Peut-être la chose la plus importante que j’ai apprise en tant qu’entrepreneur était de me concentrer sur ce que je devais faire et cesser de m’inquiéter de toutes les choses que j’avais mal faites ou qui pourraient aller mal. » [Page 200] Se concentrer à nouveau sur ses forces, pas les faiblesses.

Des Uns et des Deux

Horowitz cite « De la Performance à l’excellence » de Jim Collins. « Les candidats internes surpassent considérablement les candidats externes. » Et puis il ajoute que « Collins n’explique pas pourquoi les candidats internes parfois ne réussissent pas. » Il y a « deux compétences de base pour la bonne gestion d’une organisation : premièrement, savoir quoi faire ; deuxièmement, amener l’entreprise à faire ce que vous voulez. Alors qu’être un grand chef de la direction exige ces deux compétences, la plupart d’entre eux ont tendance à être plus à l’aise avec l’une ou l’autre. J’appelle les gestionnaires plus heureux à définir la direction de l’entreprise des Uns et ceux qui ont plus de plaisir à faire réussir l’entreprise au plus haut niveau des Deux. » Quand ils ne sont pas compétents dans les deux domaines, « les Uns finissent dans le chaos et Deux ne parviennent pas à pivoter si nécessaire. » [Pages 214, 216]

jobs-campbell-grove

Horowitz montre qu’un PDG doit avoir de la vision comme Steve Jobs, de la compétence pour mettre en œuvre comme Andy Grove, et de l’ambition comme Bill Campbell. L’une des références favorites d’Horowitz est en effet le « High Output Management » de Andy Grove et même s’il montre tout le respect qu’il a pour Jobs et Campbell, la systématisation des processus restent un des ses sujets favoris, donc Grove également.

Temps de paix / temps de guerre

Horowitz croit aussi fermement que « la vie est un combat » (citant Karl Marx) et que les dirigeants doivent être prêts à être à la fois PDG en temps de paix (quand une entreprise a un grand avantage sur la concurrence dans un marché en pleine croissance – Eric Schmid chez Google jusqu’à ce que Page prenne les rênes) et PDG en temps de guerre (quand les entreprises sont confrontées à des menaces existentielles – le Grove d’Intel quand ils sont passés des mémoires à microprocesseurs ou le Jobs d’Apple quand il est revenu) .

« Soyez conscient que les livres de gestion ont tendance à être écrits par des consultants qui étudient les entreprises qui réussissent en temps de paix. En conséquence, les livres décrivent les méthodes de PDG en temps de paix. En fait, en dehors des livres écrits par Andy Grove, je ne connais aucun livre de gestion qui apprenne à gérer en temps de guerre comme Steve Jobs ou Andy Grove ». [Page 228]

Horowitz déteste l’idée que les fondateurs doivent être remplacés, que les entreprises doivent avoir des PDG professionnels qui savent passer à l’échelle ou qui « devraient être le vendeur numéro un de la start-up. » Les PDG définissent la stratégie (« Le storytelling et la stratégie sont la même chose. ») et prennent les décisions (« avec rapidité et qualité »).

Vous pourrez aussi apprécier les sections comme la « Technique de gestion du Freaky Friday » [Page 252] et « Devez-vous vendre votre entreprise? » [Page 257] mais laissez-moi finir avec certaines de ses dernières remarques : « Premièrement, les fondateurs techniques sont les meilleures personnes pour diriger les entreprises de technologie ». [...] « Deuxièmement, il est extrêmement difficile pour les fondateurs techniques d’apprendre à devenir PDG tout en bâtissant leur entreprises. » [Page 268] C’est pourquoi les VCs devraient aider ces fondateurs à devenir des PDG en acquérant les compétences nécessaires ainsi que la construction d’un réseau.

Enfin, si vous vous demandez pourquoi le site web d’Andreessen-Horowitz est www.a16z.com, vous avez juste à compter le nombre de lettres dans le nom entre le a et le z…

Pourquoi la Silicon Valley est toujours la capitale de l’innovation

15 mai 2014 Commentez! »

J’ai entendu si souvent que la Silicon Valley n’est plus l’endroit où il faut être ou aller en matière d’innovation que lorsque j’ai relu les courriels que j’ai échangé récemment avec un étudiant, je lui ai demandé de me laisser publier certains de ses mots.

silicon-valley

2 avril – Cher Hervé,
Je voulais juste vous tenir informé de mes dernières découvertes dans la Silicon Valley. Tout d’abord, cet endroit est incroyable! C’est la première fois de ma vie où je me sens accepté. Les événements et le style de ces événements est tout simplement incroyable. C’est tellement amusant!
J’ai rencontré tellement de gens inspirants. J’ai passé le week-end à découvrir les personnes avec qui je vis. Je ne vous avais sans doute pas dit que je vis dans une maison pour les entrepreneurs. C’est comme une auberge de jeunesse de long terme pour les entrepreneurs et gérée par des entrepreneurs. Je suis tellement marqué par toutes leurs histoires !
J’ai également visité une institution européenne jeudi. Et en parlant juste entre vous et moi, j’ai été vraiment déçu. Les gens étaient très gentils en surface, mais cela ne m’a pas beaucoup aidé. Juste la nuit précédente nous parlions avec des entrepreneurs du fait que beaucoup de problèmes en Europe viennent du manque de coopération et d’objectifs communs entre les gouvernements.

8 avril – Hervé,
J’ai vraiment envie de retourner dans la Silicon Valley plus tard. Voici un résumé de ma semaine : j’ai participé à une autre conférence extraordinaire! Tellement d’énergie et d’enthousiasme inspirant. Je suis aussi allé à un Meetup sur le thème des big data. Il était vraiment excellent. J’ai également eu l’occasion de participer à un événement organisé par le gouvernement écossais – un événement de très haut niveau. C’est ce que j’aime dans la Silicon Valley – cela demanderait beaucoup plus d’efforts pour pouvoir participer à des choses de la même qualité en Europe.
Cordialement,

18 avril
J’aime vraiment cet endroit ! :) [ ... ] Je vais vous donner un bref résumé de ce que j’ai fait lors de ma 3ème semaine ici. Je suis très fier du fait que j’ai visité Google deux fois ! C’est un endroit incroyable ! Je suis aussi passé devant quelques célèbres géants de la Silicon Valley comme Cisco, Intel, IBM, Oracle (j’ai adoré le style Oracle !). Je suis aussi allé à l’endroit de Shockley Semiconductors et Fairchild Semiconductors.
Je suis allé à quelques événements au Plug and Play – très bel endroit. Les gens ont de bonnes connexions là-bas. Ai visité un événement à l’accélérateur Rocketspace. Ambiance complètement différente. Participation à un autre événement de l’IESE (école de commerce européenne) à l’accélérateur Runway. Vu des Allemands, aimé le style. Un autre événement au SRI. Un lieu tellement protégé, comme si l’avenir militaire de décidait là. L’événement traitait de robotique – je me sentais stupide parce que je ne sais rien à propos des robots, mais appris beaucoup de choses.
Enfin, comme je l’ai mentionné plus tôt – ai eu la chance de rencontrer [...]. J’aime ses discours. Cependant, il était un peu décevant parce que le matériel n’est pas vraiment nouveau. Il a dit les mêmes choses que ce qui est sur ​​youtube. Mais de manière générale, j’adore mon séjour ici. Je n’ai presque pas de temps de répondre aux courriels (comme vous pouvez le voir), mais je rencontre beaucoup de gens et visite de nombreux endroits !

6 mai
En ce qui concerne les deux dernières semaines de mon séjour – ouah – c’était fou. J’ai participé à beaucoup d’événements. J’ai rencontré des Européens qui vivent dans la région de San Francisco. En fait, ils était un peu décevants car ils n’avaient pas vraiment l’esprit d’entreprise, plus comme bénéficiant de l’atmosphère locale.
J’ai été à une autre session de pitching à San Francisco – totalement confirmé mon opinion que tout le monde a une chance de se lancer et beaucoup de gens profitent de l’occasion, même quand les technologies ne sont pas vraiment exceptionnelles. J’ai passé Pâques à Stanford. Il y avait la journée de démonstration et les pitches finaux des participants de E-Bootcamp. Stanford m’a laissé une très bonne impression – la qualité des pitches et l’organisation sont différentes du reste de la Silicon Valley. La semaine suivante, je suis allé à l’événement des leaders d’opinion entrepreneuriaux à Stanford – un entretien avec Morris Chang. Très bonne idée d’avoir de tels événements.
Pour résumer brièvement mon voyage dans la vallée c’était vraiment une expérience incroyable ! J’ai tant appris et j’ai vu tant de choses. Je me sens comme si j’avais fait un semestre de plus à l’EPFL ! Je pense que l’esprit d’entreprise à travers le monde est très différent. Il est toujours possible de faire quelque chose de différent de la Silicon Valley et de l’adapter à l’atmosphère locale, mais dans de nombreux cas, certains traits de la culture besoin d’être changés. Et c’est probablement la chose la plus difficile à changer. Il faudra plus que les injections d’argent. Je suis très content de mon choix d’aller dans la SV et je pense que cela a eu un impact énorme pour moi en tant que futur entrepreneur.

Il y a quelques années, j’avais participé à une table ronde à Grenoble. J’avais tenté d’expliquer mon point de vue sur les différences entre ici, en Europe, et là-bas, la SV. Je m’étais senti très critiqué par beaucoup pour « mon point de vue biaisé et unilatéral » des choses jusqu’à ce que une jeune entrepreneur réagisse. Elle venait de rentrer d’un voyage en SV et c’était la première fois qu’elle y éatit allé. « J’ai rencontré plus de gens et j’ai appris plus de choses en 10 jours que je l’aurais fait en 6 mois ici à Grenoble ». C’était en 2011. Je crois que c’est encore vrai en 2014. Je crois toujours que la SV est l’endroit où être ou au moins aller si vous voulez accélérer votre apprentissage sur l’innovation et l’esprit d’entreprise high-tech.

Silicon Valley par HBO – épisode 6: des humains et des machines

12 mai 2014 Commentez! »

Vous y découvrirez le génie des humains
HBO6-1
et des machines
HBO6-2
et pourrez alors décider si vous préférez l’autisme des machines
HBO6-3
HBO6-5
ou la folie des humains.
HBO6-4
HBO6-6

Il est clair que les auteurs du Silicon Valley de HBO n’ont pas une grande fascination pour les uns ni les autres, ce que vous pouvez également vérifier à travers l’interview de TechCrunch à laquelle ils ont participé…

Ray Kurzweil raconte n’importe quoi

9 mai 2014 2 Commentaires »

Comme souvent, excellente émission de Marc Voinchet sur France Culture ce matin. Tout d’abord excellente invitée, Cécile Lafontaine pour son livre Le corps-marché, La marchandisation de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie qui au delà de son sujet pose des questions sur la tension entre individu et société. Elle apporte d’excellentes réponses aux débats ouverts par Thiel. Mais là je m’arrête et vous laisse découvrir l’entretien si le sujet vous intéresse.

FranceCulture-Matins

De plus le très pertinent Xavier de la Porte a rédigé une excellente chronique que je me permets de copier directement du site de France Culture (pour pouvoir la traduire sur la partie EN de mon blog): Le cerveau, ce n’est pas 1 million de lignes de code

Quand on s’intéresse à ce que le monde du numérique dit du corps et de la vie, il y a des chances pour qu’on tombe assez vite sur des prédictions intimidantes : « bientôt, nous serons tous des cyborgs », et « en 2045, nous aurons complètement fusionné avec les machines » . Un des spécialistes de ce genre de déclarations, c’est un type du nom de Ray Kurzweil – dont je vous ai déjà parlé ici. Inventeur assez génial, homme d’affaire avisé, Kurweil est devenu depuis une vingtaine d’années le promoteur d’un courant qu’on appelle le transhumanisme – et qui considère que l’homme fusionnera bientôt avec les machines, donnant ainsi naissance à une post-humanité –, des idées que Kurzweil vend dans le monde entier à coup de livres et de conférences, des idées qu’il vend aussi à des entreprises sur-puissantes : Google l’a engagé pour diriger un programme sur l’apprentissage du langage par les machines. Le problème avec Kurzweil – et beaucoup de transhumanistes – c’est leur force de conviction qui passe par un discours scientifico-techno-philosophique dont on sent bien qu’il cloche, sans qu’on sache bien où. Or, dernièrement, je suis tombé sur la preuve que Kurzweil racontait n’importe quoi. Ca m’a réjoui et je tiens à partager cette réjouissance avec vous.

Ça concerne un aspect important du transhumanisme : la conviction toujours répétée que très bientôt, nous pourrons dupliquer nos cerveaux dans des ordinateurs. Kurzweil pense que ce sera possible en 2020, et d’ailleurs, il a conservé le cerveau de son père décédé dans cette perspective. Et à l’appui de sa thèse, voici le type de discours que Kurzweil peut tenir : “Le design du cerveau est dans le génome. Le génome humain, c’est 3 milliards de paires de bases, soit six milliards de bits, ce qui fait à peu près 800 millions de bits après compression. En éliminant les redondances […], cette information peut être compressée en à peu près 50 millions de bits. Or le cerveau, c’est à peu près la moitié de ça, environ 25 millions de bits, soit un million de lignes de codes ». Et voilà, en une démonstration implacable et intimidante, Kurzweil nous prouve qu’un million de lignes de codes suffiraient à dupliquer le fonctionnement du humain. (Je dis « suffiraient » parce que c’est peu 1 million de lignes de code, à titre de comparaison, Microsoft Office 2013, c’est 45 millions de lignes de code).

Sauf que pour une fois, quelqu’un s’est manifesté pour expliquer que Kurzweil racontait n’importe quoi. Cette personne s’appelle Paul Zacharie Myers, c’est un biologiste reconnu de l’Université du Minnesota, spécialisé en génétique du développement et il tient un blog du nom de Pharyngula. Et c’est sur son blog que Myers explique très calmement pourquoi Kurzweil raconte n’importe quoi. Voici sa démonstration. La prémisse du raisonnement de Kurzweil, est « Le design du cerveau est dans le génome ». Totalement faux, dit le chercheur. Le design du cerveau n’est pas encodé dans le génome. Ce qui est dans le génome, c’est une collection d’outils moléculaires, c’est la part régulatrice du génome, celle qui rend les cellules sensibles aux interactions avec un environnement complexe. Pendant son développement, le cerveau se déplie grâce à des interactions entre cellules, interactions dont nous ne comprenons aujourd’hui qu’une petite partie. Le résultat final, c’est un cerveau qui est beaucoup plus complexe que la somme des nucléotides qui encodent quelques milliers de protéines. On ne peut pas du tout déduire un cerveau des séquences de protéines de son génome. La manière dont vont s’exprimer ces séquences est dépendante de l’environnement et de l’histoire de quelques centaines de milliards de cellules, interdépendantes les unes des autres. Nous n’avons aucun moyen pour calculer en principe toutes les interactions et fonctions possibles d’une simple protéine avec les dizaines de milliers d’autres qui sont dans la cellule, qui serait la première étape essentielle à l’exécution de l’algorithme improbable de Kurzweil. A l’appui de sa démonstration, le chercheur prend quelques exemples de quelques protéines et on montre à quel point les interactions sont nombreuses, complexes et surtout, encore méconnues.

Ce qui est très intéressant, c’est que Myers tient bien à préciser qu’il n’est pas hostile à l’idée que le cerveau est une sorte d’ordinateur, et qu’on pourra un jour reproduire artificiellement ses fonctions. Mais, explique-t-il, il ne faut pas pour autant raconter n’importe quoi, comme le fait Kurzweil, et bâtir ses raisonnements sur des prémisses fausses. Et pan dans ta gueule Kurzweil. Si seulement plus de chercheurs pouvaient prendre la peine d’apporter leur savoir pour interroger les discours transhumanistes, ça nous éviterait peut-être d’entendre bien des absurdités et d’assister à une autre marchandisation de la vie humaine, celle qui consiste à vendre du rêve biotechnologique.

The Hard Thing About Hard Things – Ben Horowitz

8 mai 2014 Commentez! »

A chaque fois que je lis un livre de gestion ou de conseils personnels, je me dis: « C’est très bien, mais ce n’était pas vraiment le plus difficile. » Le plus difficile n’est pas d’avoir un objectif ambitieux, audacieux. Le plus difficile est de virer les gens quand cet objectif n’a pas été atteint. Le plus difficile n’est pas de recruter des gens formidables. Le plus difficile vient quand ces personnes « formidables » s’arrogent des droit et commencent à exiger des choses déraisonnables. Le plus difficile n’est pas de mettre en place un organigramme. Le plus difficile est d’amener les gens à communiquer au sein de l’organisation que vous venez de créer. Le plus difficile n’est pas de rêver de grandes choses. Le plus difficile est de se réveiller en sueur au milieu de la nuit quand le rêve tourne au cauchemar.

Le problème avec ces livres est qu’ils tentent de fournir une recette pour des défis qui n’ont pas de recettes. Il n’y a pas de recette pour des situations dynamiques et très complexes. Il n’y a pas de recette pour la construction d’une entreprise de haute technologie; il n’y a pas de recette pour faire une série de chansons à succès; il n’y a pas de recette pour jouer quarterback dans la NFL; il n’y a pas de recette pour la course à la présidence; et il n’y a pas de recette pour motiver les équipes quand votre entreprise est au bord du gouffre. C’est la plus difficile de choses difficiles – et il n’y a pas de formule pour résoudre ces problèmess.

C’est ainsi que commence The Hard Thing About Hard Things de Ben Horowitz [voir page ix] Après un premier chapitre sur son expérience dans ses start-up (Netscape, Loudcloud), Horowitz donne des conseils aux entrepreneurs. Et ce ne sont pas des conseils donnés en école de commerce en effet.

thehardthing

Marc: « Sais-tu ce qu’il y a de meilleur avec les start-up ?
Ben : « Quoi ?
Marc : « Tu ne ressens jamais que deux émotions: l’euphorie et la terreur. Et j’ai découvert que le manque de sommeil augmente les deux.

[Page 21]

Marc est Andreessen, le fondateur de Netscape, avec qui il a co-fondé la société de capital risque Andreessen Horowitz (a16z.com) en 2009.

« Les gens me demandent souvent comment nous avons réussi à travailler de manière efficace à travers trois sociétés majeures sur dix-huit ans. La plupart des relations d’affaires deviennent soit trop tendues pour être supportables ou pas assez tendues pour être productives après un certain temps. Soit les gens s’affrontent au point qu’ils ne s’aiment plus soit ils deviennent complaisants avec les réactions de l’autre et ne bénéficient plus de la relation. Avec Marc et moi, même après dix-huit ans, il me perturbe presque chaque jour en trouvant quelque chose à critiquer dans mon raisonnement, et je fais la même chose avec lui. Cela fonctionne ». [Page 14]

J’ai l’intention de revenir avec des commentaires sur ce livre quand je l’aurai fini, mais laissez-moi finir pour l’instant avec mes tableaux habituels sur la capitalisation des start-up, ici Netscape et Loudcloud .

captable-loudcloud
Cliquez sur l’image pour agrandir

captable-nscp
Cliquez sur l’image pour agrandir

Silicon Valley par HBO – Episode 5: après Banksy, Chuy.

6 mai 2014 Commentez! »

Je ne pouvais pas imaginer que je pourrais faire un lien entre mes messages sur l’Art Urbain et ceux concernant la Silicon Valley. Mais voici le chaînon manquant: dans l’épisode 5, vous en saurez plus sur Chuy
HBO5-StreetArt-PP2
et comment nos héros décident d’utiliser un artiste de rue pour leur logo. Le résultat complet, je ne peux pas vraiment le montrer en plein écran, mais voici des extraits des premières tentatives.
HBO5-StreetArt-PP3
Voici le logo final.
HBO5-StreetArt-PP-final
Et vous pouvez agrandir les tentatives censurées en cliquant ici. Pas difficile de trouver qui pourrait payer $500k pour le travail. Pas leurs meilleurs amis…
HBO5-StreetArt-PP1
cliquer ici ou sur l’image pour l’agrandir – pour adultes seulement

Quand « pp » est considéré comme logo pour PiedPiper, Erlich explose:
« Des minuscules. Vous êtes sérieux?
Twitter, minuscule t
Google, minuscule g
Facebook, minuscule f
Toute entreprise de m… dans la vallée a une minuscule.
Pourquoi? parce que c’est plus sûr.
Nous n’allons pas faire pareil. »

Bien sûr, il y a aussi des gens sérieux dans la série qui parle finance…
HBO5-BurnRate
et processus.
HBO5-Process

Le Street Art selon Pierre Corajoud

1 mai 2014 Commentez! »

J’avais déjà dit tout le bien que je pensais de Pierre Corajoud dans Après Banksy à NYC, Space Invader à Lausanne et j’aurais pu ajouter que j’adore les guides qu’il publie sur des balades autour de Lausanne. J’ai pu constater hier qu’il est aussi un guide passionnant grâce à une promenade autour du Street Art. Pierre Corajoud a promené son groupe des mosaïques miroirs dont j’ai déjà parlé ici (Après Banksy à New York et Invader en Suisse, voici Mirror Mosaic Man à Pully) jusqu’aux Singes de Lutry, en passant par les vignobles qui surplombent le lac léman. Notre guide a partagé ses connaissances historiques, géographiques et culturelles de la région, et son amour pour elle!

Corajoud-300414-1
Pierre Corajoud devant une mosaique-miroir de Pully

Corajoud-300414-2
Une mosaique-miroir que j’ai découverte pendant la balade

Quant aux singes de Lutry, ils sont à leur manière du Street Art ancien. Plus sur leur histoire sur ce lien: l’origine du nom « les Singes de Lutry ».
Corajoud-300414-3
Un singe de Lutry