Ce blog contient des articles issus du livre "Start-Up" et des articles originaux de Hervé Lebret. Le livre est disponible sur Amazon ainsi qu'en version électronique. Pour acheter le livre cliquez ici.
Follow hlebret on Twitter rss_logo-st-book amazon-sq-logo-gb

Dix recommandations pour soutenir l’entrepreneuriat des jeunes

29 septembre 2014 Commentez! »

Je viens de recevoir une analyse très intéressante de E&Y et de la G20 Young Entrepreneurs’ Alliance (G20 YEA), intitulée Éviter une génération perdue : dix recommandations clés à l’appui de l’entrepreneuriat des jeunes à travers le G20. Aussi bien leurs recommandations que ce que les jeunes entrepreneurs recherchent méritent l’attention.

E&Y-youth-entrepreneurship

Voici les 10 recommandations:

L’accès au financement
1. Du capital sans mentorat est du capital perdu.
Créer des mécanismes de financement, gérés ou soutenus par les gouvernements, soumettant le financement à la condition du mentorat et des études financières.
2. L’accès au financement alternatif est critique.
Créer des relations fortes et fournir des mesures incitatives avec les capital-risqueurs, les incubateurs d’entreprises et les investisseurs providentiels, pour développer ou créer des initiatives qui permettent de recourir à des sources alternatives de capital.
3. Le financement public compte
Sponsoriser la croissance des start-up grâce au financement à bas coût pour des groupes ciblés.
4. Les entrepreneurs doivent encore compter sur les banques pour du crédit fluide.
Créer une nouvelle catégorie de prêt pour les petites entreprises et les jeunes entrepreneurs, qui offre un financement ciblé pour répondre aux besoins en capital-développement.

Fiscalité et et réglementations
5. Des incitations fiscales et commerciales ciblées sont très importantes pour soutenir les jeunes entrepreneurs dans la croissance de leurs entreprises.
5a-: Encourager les investissements dans les start-up en offrant des avantages fiscaux.
5b-: Permettre aux jeunes entreprises à forte croissance d’entreprise un passage à grande échelle par un appui amplifié à l’accès aux marchés.

6. La mobilité internationale pour les jeunes entrepreneurs.
Encourager les meilleurs talents internationaux en modifiant les règles de visa et en offrant des soutiens financiers.
7. Des règles complexes et lourdes dans des domaines tels que l’impôt retiennent les jeunes entrepreneurs.
Simplifier et rationaliser l’administration fiscale pour alléger les charges administratives pesant sur les jeunes entrepreneurs.

Culture et esprit d’entreprise
8. Une vision positive de l’entrepreneuriat est nécessaire pour attirer les jeunes.
Créer une aura positive autour de l’entrepreneuriat pour aider les jeunes à se lancer tôt.
9. Encourager une culture nationale, régionale et locale de l’entrepreneuriat.
Encourager et favoriser les regroupements, les incubateurs et les pépinières d’entreprises, ainsi que les réseaux pour permettre aux talents de se rencontrer.

Développer des écosystèmes entrepreneuriaux
10. Pour que la plupart des recommandations et des actions aient un impact durable, elles doivent être développées dans le cadre d’un écosystème régional, et dans le cadre d’un écosystème régional qui favorise et attire une masse critique de talents, de capitaux et plus imporatnt encore de leaders entrepreneuriaux.
Créer les fondements d’un écosystème entrepreneurial régional florissant.

Et tout aussi intéressante est la perception des entrepreneurs. Il suffit de remarquer que les priorités ne sont pas mises dans le même ordre. On voit ainsi que la fiscalité n’est pas leur problème majeur, intuition que j’ai toujours eue.

E&Y-young-entrepreneur-needs

Aux confins de la recherche – l’univers et le cerveau – et comment fonctionne la science?

26 septembre 2014 Commentez! »

Je viens de lire deux livres étonnants, qui à première vue ne semblent pas avoir grand chose en commun, et pourtant… Le premier est Time Reborn de Lee Smolin. Le second est en Touching a Nerve par Patricia Churchland.

time_reborn

Attention Newton, Leibniz (et pas seulement Einstein) est de retour !

Lee Smolin revisite les défis actuels de la physique de l’univers – l’incompatibilité de la relativité générale et la physique quantique – et tente d’apporter de nouvelles idées, comme une réflexion sur ce qu’est le Temps. Ce n’est pas un livre difficile, mais il est si riche en idées, que je ne suis pas sûr ce qui est le plus important. Son idée principale est que le temps est un concept essentiel. Par exemple, les lois de la physique pourraient évoluer au fil du temps. Il croit aussi que la philosophie de Leibniz est très utile pour comprendre l’univers. [Ce que j’avais retenu de Leibniz est la critique de Voltaire dans Candide, avec le récurrent « meilleur des mondes possibles« ]. Permettez-moi de citer Smolin: « l’image de l’histoire de l’univers donnée par les relations causales réalise le rêve de Leibniz d’un univers où le temps est défini complètement par les relations entre les événements. Les relations sont la seule réalité qui correspond au temps. » [Page 58, édition Penguin 2014]

Il y a quelque chose d’aussi stimulant: « Le principe de Leibniz a des conséquences qui devraient contraindre une théorie cosmologique. L’une est qu’il de devrait rien y avoir dans l’univers qui agisse sur ​​d’autres choses sans être lui-même touché. » [Page 116] C’est le principe d’impossibilité d’action sans réaction. J’avais appris cela quand j’avais été choqué de comprendre que la terre me retient et m’empêche de voler, mais que j’attire également la terre. Avec Einstein, la matière modifie l’espace. Donc suivant le même principe, si les lois agissent sur l’univers et ses composants, alors que l’inverse est vrai. Les lois peuvent évoluer et Smolin pense que cela se fait selon une loi darwinienne de sélection naturelle.

Smolin conclut son livre sur des considérations plus générales sur la science et la société, qui sont aussi très intéressantes. J’avais déjà mentionné ici son précédent livre Rien ne va plus en physique. Son point de vue sur la science n’est pas original mais il est convaincant. Par exemple, «pour être scientifique, les hypothèses doivent suggérer des observations par lesquelles elles pourraient être vérifiées ou falsifiés» [Page 247] et il déteste certains aspects de la politique de la science. La vérité est l’objectif ultime même si inaccessible . « Les communautés scientifiques et plus largement les sociétés démocratiques à partir desquelles elles ont évolué, progressent parce que leur travail est basé sur deux principes de base:
(1) lorsque l’argument rationnel de la preuve suffit à trancher une question, elle doit être considéré comme résolue,
(2) lorsque l’argument rationnel de la preuve ne suffit pas à trancher une question, la communauté doit encourager un large éventail de points de vue et hypothèses compatibles avec une tentative de bonne foi de développer une preuve convaincante ».
[Page 248]

Et je terminerai par une dernière citation de Smolin : « Nous avons besoin d’une nouvelle philosophie, qui prévoit la fusion du naturel et de l’artificiel par la réalisation d’une conciliation des sciences naturelles et sociales, dans laquelle l’action humaine a toute sa place dans la nature. Ce n’est pas du relativisme, où tout ce que nous voulons être vrai peut l’être. Pour survivre au défi du changement climatique, ce qui est vrai importe beaucoup. Nous devons aussi rejeter à la fois la notion moderniste que la vérité et la beauté sont déterminés par des critères formels et la rébellion postmoderne selon laquelle la réalité et l’éthique sont de simples constructions sociales. Ce qui est nécessaire est un relationalisme, selon lequel l’avenir est limité par, mais n’est pas déterminé par, le présent, de sorte que la nouveauté et l’invention sont possibles ». [p 257]

touching_a_nerve

Comme transition vers le cerveau, je triche ici et cite Smolin une dernière fois (promis!) «Par le problème de la conscience, je veux dire que si je vous décris dans toutes les langues que les sciences physiques et biologiques mettent à notre disposition, je laisse quelque chose hors de portée. Votre cerveau est un réseau vaste et fortement interconnecté d’environ 100 milliards de cellules, dont chacune est elle-même un système complexe fonctionnant avec des chaînes contrôlées de réactions chimiques. Je pourrais décrire cela dans autant de détails que je voudrais, et je n’aurais jamais expliqué le fait que vous avez une expérience intérieure, un courant de conscience. Si je ne sais pas, en raison de mon propre expérience, que je suis conscient, ma connaissance de votre processus neuronal ne me donne aucune raison de soupçonner que vous êtes. […] Supposons que nous avons cartographié les circuits neuronaux dans le cerveau sur des puces de silicium et téléchargé votre cerveau dans un ordinateur, est-ce que l’ordinateur sera conscient? [… ] Y aurait-il maintenant deux êtres conscients avec vos souvenirs dont les futurs vont à partir de là diverger. » [pages 268-69]

Patricia Churland commence son livre avec les «craintes» que la recherche scientifique génère quand vous êtes à la frontière. «Je déteste le cerveau, je déteste le cerveau » est ce qu’un philosophe a dit lors d’une conférence, peut-être pour expliquer son malaise sur l’importance de la biologie pour expliquer les processus de l’esprit. Churchland ajoute que découvrir que la terre n’est pas le centre de l’univers, ou le cœur est juste une pompe a eu des résultats semblables dans la société: la peur et le déni. Mais Churchland n’a pas peur de la connaissance et du progrès. « Mon role est d’enseigner à mes aspirations à se conformer à la réalité, et non pas d’essayer de mettre les faits en harmonie avec mes aspirations. »

A la fin de son livre [page 240] elle aborde le sujet de la conscience:
Vers 1989, le psychologue Bernard Baars a proposé un cadre pour la recherche sur la conscience en vue de favoriser une coévolution de la psychologie et de la neurobiologie.
Premièrement, […] les signaux sensoriels dont vous êtes conscient sont fortement intégrés et traités à haut niveau par des réseaux cérébraux de niveau inférieur (inconscients). Autrement dit, lorsque vous entendez [quelque chose], vous n’êtes pas conscient d’abord d’une série de sons, ensuite conscient de trouver comment ces morceaux se transforment en suite de mots, puis conscient de comprendre ce que signifie les mots, enfin conscient de mettre tout cela ensemble pour comprendre le sens de la phrase. Vous entendez; vous êtes conscient de ce que cela veut dire.
Deuxièmement, les informations stockées concernant [l’évènement] sont soudainement consciemment disponibles pour vous aider à décider quoi faire dans cette situation nouvelle. Cela signifie qu’il doit y avoir intégration des signaux sensoriels avec un fond pertinent de connaissance – avec les informations stockées.
Le troisième point important est que la conscience a une capacité limitée. Vous ne pouvez pas suivre deux conversations à la fois, vous ne pouvez pas en même temps faire une longue division mentalement et faire attention à des tourbillons dangereux dans une rivière impétueuse. Lorsque nous pensons que nous sommes « multi-tâche », nous sommes probablement en train de modifier notre attention en va-et-vient entre deux, voire trois tâches, que nous maitrisons bien individuellement et que l’on sait pouvoir effectuer avec une vigilance mineure.
Quatrièmement, la nouveauté dans une situation appelle à la conscience et à l’attention consciente. Si vous vous battez contre un feu de grange, vous devez être alerte et vigilant. Par contre, si vous êtes un trayeur de vache expérimenté, vous pouvez traire la vache et pouvez faire attention à autre chose.
Cinquièmement, l’information qui est consciente peut être consultée par de nombreuses autres fonctions du cerveau, telles que la planification, la décision et l’action. L’information peut être consultée par les zones de la parole afin que vous puissiez en parler. Les informations conscientes restent « sur le devant de la scène », pour ainsi dire, c’est-à-dire que l’information est disponible pendant quelques minutes dans la mémoire afin que vos décisions soient cohérentes. La disponibilité généralisée d’un événement conscient était une hypothèse que Baars a proposée, pas un fait établi, mais cela semble tout à fait plausible et a provoqué d’autres questionnements, tels que la régulation de l’accès et l’étendue des fonctions auxquelles on peut avoir accès.
Aucune de ces cinq caractéristiques n’est un révolution en soi, mais notez que, collectivement, elles donnent un cadre raisonnable et assez puissant pour guider la recherche dans d’autres domaines, tels que la façon dont l’information est intégrée et rendue cohérente dans notre expérience. Sagement, Baars éviter d’essayer d’identifier l’essence de la conscience, se rendant compte que les essences sont une manière démodée de penser des phénomènes, qui entravent des progrès réels. Cela contraste avec l’approche privilégiée par certains philosophes, par laquelle ils ont essayé d’identifier la propriété définissant la conscience, comme auto-référentiellement, i.e. savoir ce que vous savez que vous sentez une démangeaison ou une douleur.

Mais entre-temps, vous pourrez également en apprendre davantage sur le rôle de l’ADN et des gènes; des protéines et des hormones et d’autres molécules telles que les androgènes, le cortisol, la dihydrotestostérone, la dopamine, l’estradiol, l’estrogène, la mélatonine, l’oxyde nitrique synthase, la noradrénaline, l’ocytocine, la sérotonine, la testostérone, la vasopressine; et les multiples modules et sous-ensembles de notre cerveau.

Les deux auteurs, Smolin et Churchland ont le plus grand respect pour la recherche et les chercheurs scientifiques en quête de vérité. Juste pour cette raison, vous devriez les lire!

Zalando prépare son entrée en bourse

24 septembre 2014 Commentez! »

Zalando, l’une des start-up européennes les plus visibles doit devenir une société cotée le 1er Octobre en Allemagne. Ce n’est pas tant les chiffres que j’ai trouvé d’intérêt, mais combien il m’a été difficile de les obtenir. Comme d’habitude, l’Europe montre moins de transparence. Trouver le prospectus n’a pas été facile, et je ne suis pas sûr que j’aurais pu le trouver sans prétendre que je vis à Berlin. Et encore, je n’ai aucune idée de combien la société a levé, à quel prix et quand. Ce n’est pas dans le prospectus. J’ai juste toutes les dates des augmentations de capital et le nombre d’actions, cela n’aide pas beaucoup.

zalandoguys
Rubin Ritter, David Schneider et Robert Gentz

J’ai quand même pu construire ma table de capitalisation habituelle et voici ce que cela donne.

zalando-captable

zalando-capital-increase

L’Université de Stanford, le lieu où l’optimisme se mèle à l’empathie

18 septembre 2014 Commentez! »

Les gens qui me connaissent pourraient bien être fatigués de mon enthousiasme à propos de l’Université de Stanford. Mes enfants se moquent de moi, et même certains de mes anciens professeurs! Pourtant, souvent, quand j’entends quelque chose à propos de Stanford, cela me rappelle le bon vieux temps. Mais pas seulement. Stanford regarde la plupart du temps vers l’avenir! Je lisais hier soir, le Stanford Magazine et ai été attiré par deux articles qui illustrent ma nostalgie (et d’une certaine manière, l’EPFL a des caractéristiques similaires aujourd’hui):

– Stanford et la Silicon Valley ne sont pas connues pour leur intérêt pour l’art. Cependant, l’université va ouvrir une nouvelle galerie d’art (près des sculptures de Rodin) sur son campus, montrant une importante collection d’art moderne privé de la famille Anderson. Plus sur la collection d’une vie.

StanfordArtGallery
le nouveau bâtiment de la Anderson Collection sur le campus de l’université de Stanford

– L’éditorial de son Président dit également des choses très vraies, comme « on me demande souvent ce qui distingue Stanford des autres universités. L’esprit d’entreprise de l’université est certainement une caractéristique distinctive. Mais il est un autre élément essentiel: le désir de rendre le monde meilleur pour les autres. » Encore une fois, on peut en rire, mais je vous invite vraiment à lire « Optimism Meets Empathy » de John Hennessy.

John Hennessy
John Hennessy

J’en ai fait une rapide traduction:

On me demande souvent ce qui distingue Stanford des autres universités. L’esprit d’entreprise de l’université est certainement une caractéristique distinctive. Mais il est un autre élément essentiel: le désir de rendre le monde meilleur pour les autres.

Dans un discours très émouvant lors du « Commencement » (remise des diplômes) cette année, les philanthropes Bill et Melinda Gates ont défini l’esprit de Stanford de cette façon: « c’est l’optimisme Il y a un sentiment contagieux ici que l’innovation peut résoudre presque tous les problèmes….. » Mais d’ajouter: «Si nous avons l’optimisme, mais pas l’empathie alors il n’est pas d’important de maîtriser les secrets de la science, nous ne pouvons pas vraiment résoudre les problèmes, nous sommes en train de travailler sur des devinettes.  » Ce fut l’un des plus beaux discours de Commencement que j’ai entendu -pragmatiques et plein d’espoir, émouvant et détaillé, je vous encourage à le lire ou l’écouter en ligne. [N’oubliez pas celui de Jobs en 2005 ! – HL]

Les Gates partagent l’optimisme de Stanford, et, à travers leur fondation, ils travaillent à améliorer la santé dans les régions les plus pauvres du monde. Par exemple, Bill a dit avoir été profondément affecté en Afrique du Sud par les patients atteints de tuberculose multi-résistante. «Cette année, nous entrons dans la troisième phase d’un nouveau régime antituberculeux. Pour les patients qui répondent, au lieu d’un taux de guérison de 50 pour cent après 18 mois pour $2000, nous pourrions obtenir un taux de guérison de 80 à 90 pour cent après six mois pour les moins de $100. » Melinda a parlé du chagrin de voir des femmes qui meurent du sida, souvent sans traitement. A la fin de leur discours, je me suis dit que notre monde a la chance d’avoir ces deux personnes incroyables tout investis à l’idée que «chaque vie a la même valeur. »

Le désir de «promouvoir le bien-être public» est un principe fondamental à Stanford et une pierre angulaire de l’esprit de Stanford. Comme je le disais au commencement, cette année marque le 50e anniversaire de la mort d’un ancien élève qui a illustré cet esprit. Herbert Clark Hoover – ingénieur, entrepreneur, humanitaire et le 31e président des États-Unis – était un membre de la Pioneer Class de Stanford. Orphelin à l’âge de 9 ans, Hoover vivait avec son oncle dans l’Oregon où il a entendu parler d’une nouvelle université qui enseignait l’ingénierie et était, à l’époque, sans frais de scolarité. À Stanford, il a rencontré Lou Henry, notre première diplômée en géologie (1898) et la future épouse de Hoover.

Après leurs études, le couple a beaucoup voyagé pour la carrière de Hoover. Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé, ils étaient à Londres. Avec beaucoup d’Américains bloqués en Europe, Hoover a commencé à mettre son expertise au service de problèmes humanitaires, afin d’aider plus de 120’000 personnes à retrouver leur foyer. Peu de temps après, il s’est attaqué à l’aide alimentaire belge. Avec une grande partie de la Belgique détruite et occupée par les armées des deux côtés, beaucoup ont considéré la logistique des denrées alimentaires comme un problème insoluble. Mais Hoover a convaincu les deux parties de laisser le Comité de secours de la Belgique de faire son travail, et il a dirigé l’effort de trouver plus de 1 milliard de dollars pour nourrir 11 millions de personnes.

Après la guerre, il a poursuivi ses efforts, dirigeant l’American Relief Administration pour nourrir 300 millions de personnes dans 21 pays. Quand certains se sont opposés à fournir des secours pendant la famine russe de 1921, il n’admit pas l’argument: «Vingt millions de personnes souffrent de la faim; quelle que soit leur politique, ils doivent être nourris. » Cela est resté l’un des plus grands efforts de secours alimentaire de tous les temps.

Hoover est connu mondialement comme le « grand humanitaire », un homme qui pouvait résoudre les problèmes mondiaux. Bien que l’effondrement du marché boursier et la dépression qui suivit peu de temps après son élection comme président des États-Unis a changé la façon dont on se souvient de lui, ses nombreux efforts humanitaires, pour lesquels il n’a jamais reçu un seul centime en compensation, furent probablement ses plus beaux cadeaux au monde.

L’engagement pour un monde meilleur et l’optimisme pour trouver des solutions, même pour des problèmes très difficiles, ont motivé Herbert Hoover il y a des décennies, tout comme ils motivent Bill et Melinda Gates. J’espère que même esprit inspire nos diplômés à contribuer un monde meilleur.

L’actionnariait de 305 start-up high-tech avec les parts des fondateurs, employés and investisseurs

10 septembre 2014 Commentez! »

Je compile régulièrement des données sur les start-up, notamment l’actionnariat des fondateurs, employés et investisseurs ainsi que la taille des tours de financements. Cette mise à jour contient 305 start-up qui sont allées en bourse (ou en ont eu l’intention en déposant un dossier) ou qui furent des acquisitions connues.

Christensen a-t-il eu tort et et l’innovation de rupture est-elle une théorie erronée?

6 septembre 2014 Commentez! »

Clayton Christensen a été l’un de mes héros. Vais-je devoir tuer cette figure du père? Le souvent excellent magazine New Yorker a publié récemment The Disruption Machine avec pour sous-titre Ce que l’évangile de l’innovation a de faux. L’auteur Jill Lepore coonait bien les gourous de l’innovation, de Schumpeter à Porter et Christensen, et ce qu’elle a à dire est au moins très inquiétant.

NY-Disrupt
« La rupture est une théorie du changement
fondée sur la panique, l’anxiété,
et des démonstrations fragiles. »

Vous devez lire le article: Lepore semble avoir de solides arguments sur les faiblesses de Christensen. Dans l’industrie du disque dur, selon elle, Seagate Technology n’a pas été abattu par la l’innovation de rupture. Même chose avec Bucyrus et Caterpillar pour l’industrie des pelles mécaniques – ou encore: « Aujourd’hui, le plus grand producteur américain d’acier est – US Steel ». Difficile pour moi d’évaluer les affirmations. Je dois admettre que j’avais lu des livres plus récents de Christensen qui étaient vraiment décevants, mais je pensais que sa première ppublication était solide.

Plus drôle: « La théorie de la rupture est censée être prédictive. Le 10 Mars 2000, Christensen a lancé un Fonds de Croissance Disruptive de 3,8 millions de dollars. Moins d’un an plus tard, le fonds a été discrètement liquidé. En 2007, Christensen avait déclaré à Business Week que «la théorie prédit que Apple ne réussira pas avec l’iPhone», ajoutant: « L’histoire parle très fort là-dessus. » Au cours des cinq premières années, l’iPhone a généré cent cinquante milliards de dollars de chiffre d’affaires ».

Il y a eu un débat à la suite des allégations de Lepore que je vous laisse découvrir:

– Business Week: Clayton Christensen répond à la critique du New-Yorker Takedown de «l’innovation de rupture»: ici.

– Forbes: En quoi Jill Lepore se trompe sur Clayton Christensen et l’innovation de rupture: ici.

– Slate: Même le père de la rupture pense que la « rupture » est devenue un cliché: ici.

PS: un grand merci à Martin pour m’avoir mentionné cet article fascinant.

Bruxelles et le street art de Space Invader

6 septembre 2014 Commentez! »

Deux articles ce soir sur mon blog. Un sérieux à venir sur la critique de l’innovation de rupture et un tout aussi important sur le street art. Hier il y avait à Bruxelles un magnifique meeting d’athlétisme où deux sauteurs en hauteur se sont envolés de plus en plus haut, jusqu’à tenter en vain le record du monde à …2,46m. C’était magnifique à voir. C’était l’occasion rêvée pour montrer le travail d’Invader à Bruxelles en mars 2012.

01-Gallery3

Voici le fichier pdf: Space Invader à Bruxelles. Il n’a évidemment pas manqué de rendre hommage au symbole de la ville!

05

Et enfin la carte Google correspondante:

Encore de l’art urbain: Space Invader à Grenoble

31 août 2014 Commentez! »

L’art urbain – le Street Art – est une étrange combinaison de références à l’art bien sûr, mais aussi à la sociologie, à la politique et à l’économie. C’est peut-être la raison pour laquelle je me suis intéressé au phénomène et à en parler ici, dans un blog lié aux start-up qui sont également une combinaison étrange de création, de politique sociale et d’économie. Les deux reconsidèrent le monde établi, les institutions. Le Street Art interfère avec la propriété privée et envahit des lieux, qu’il n’est pas autorisé à toucher en théorie. Le Street Art revisite le consumérisme et le capitalisme d’une manière très intéressante. Et finalement, il est devenu une partie du consumérisme, du capitalisme et le monde de l’art établi. Dans un sens, c’est exactement la même chose avec les start-up. Celles qui réussissent deviennent une partie de l’économie en place. En outre, les deux ont été initiés sans un objectif clair. L’ordinateur, l’Internet étaient presque aussi « inutiles » que l’art urbain dans leurs premières années. Dans l’image suivante, estil simple de séparer ce qui est du domaine de la publicité et de l’art?

banksy-ad

Peu importe. Je continue mes visites virtuelles et réelles des artistes de rue avec Space Invader à Grenoble en 1999. Comme vous pouvez l’imaginer, il ne reste pas grand-chose, mais il y a encore beaucoup d’images en ligne! Ci-joint ma compilation au format pdf de l’Invasion de Grenoble par Space Invader.

SI-Grenoble-Map

PS: vous pouvez trouver mes compilations de Banksy à New York, les belles mosaïques-miroir de Pully et les invasions de Lausanne, Genève, Berne, Bâle, et Toyko avec le tag Art Urbain.

La première start-up à 1000 milliards de dollars

18 août 2014 Commentez! »

Merci à mon ami Jean-Jacques pour m’avoir mentionné ce joli article historique sur les débuts de la Silicon Valley. D’après The First Trillion-Dollar Startup, « mesurée en dollars d’aujourd’hui », Fairchild pourrait être considérée comme « la première start-up ayant valu 1000 milliars de dollars ». Je vous laisse découvrir l’article et ne vais pas revenir en détail sur une histoire que j’ai traitée dans Les pères de la Silicon Valley: les 8 Traitres

Les auteurs montrent entre autres que la Silicon Valley n’existait pas en 1957. Aucune entreprise active dans le semiconducteur n’y était basée car la côte Est était encore le centre de la high-tech. Mais les fondateurs de Fairchild sont directement ou indirectement à l’origine de 92 entreprises de la Silicon Valley, cotées aujourd’hui au Nasdaq ou au NYSE, valant plus de 2’000 milliards de dollars et employant plus de 800’000 personnes.

Voici une jolie illustration de leur étude,
endeavor-insight-sv-2-retina
mais j’aime toujours autant celle-ci, célèbre poster créé par l’auteur du terme Silicon Valley, que j’ai scanné il y a quelques années,
l’image qui suit est extraite de la précédente, (à gauche et à mi-hauteur – correspondant à 1957)

HDSVBSV
Le rapport complet se télécharge au format pdf et te trouve intéressantes leurs trois leçons:
1- Les grandes entreprises peuvent se développer dans des environnements improbables et difficiles.
2- Quelques entrepreneurs peuvent avoir un grand impact.
3- Il existe un modèle de réussite que les leaders peuvent amplifier: ambition, croissance, engagement, réinvestissement.
HDSVBSV-acceleration

Space Invader à Tokyo

9 août 2014 Commentez! »

L’été n’est pas la saison des start-up, les nouvelles sont plutôt maigres, à l’exception peut-être de l’IPO de GoPro. J’utilise aussi ce blog pour parler de temps en temps d’art urbain et en particulier de Space Invader. J’ai aussi découvert qu’un moyen indirect de découvrir une ville, physiquement ou virtuellement, est de partir à la recherche de ces œuvres éphémères.

SpaceInvaderTokyo

La Japon ayant toujours été pour moi lieu d’attraction, je me suis intéressé à ce que l’Artiste y avait accompli. On trouve des dizaines de photographies en ligne, quelques cartes, J’ai donc fait mon propre travail de synthèse au format pdf ainsi que ma propre carte Google des lieux de SI à Tokyo (en grande partie grâce au travail de Toruteam). [D’autres exemples de fans de SI à Tokyo incluent Nalice_Malice ou True2death.]

Il me reste à faire la découverte réelle… Dernier sujet, Invader vient de lancer son application pour smart phone, Flash Invaders. C’est peut-être ce léger argument qui me fera changer de device!

flashinvaders