Le Silicon Valley de HBO – épisode 15: seul compte le business, idiot!

Je pourrais à nouveau citer Peter Thiel « seuls comptent les clients! », mais je svais bientôt revenir sur Thiel. Vous en apprendrez autant sur le sujet dans l’épisode 15. Vous pourrez également (re)découvrir quelques-unes des mauvaises habitudes de la Silicon Valley: « Messieurs, membres du conseil d’administration de Hooli… et Madame, »
SV02-E07-1
et d’apprendre à nouveau à propos de l’échec.
SV02-E07-2
Dans la Silicon Valley, « l’échec est ce qui précède la grandeur ». Vous pourrez également en apprendre un peu plus sur les anciens milliardaires et le type de portes de voiture qu’ils ont ou qu’ils n’ont pas.

La seule chose que je dois ajouter: la concurrence se rapproche dangereusement.

Le Silicon Valley de HBO – épisode 14: « David contre Goliath » n’est pas un mythe dans la Silicon Valley …

La guerre est proche. Entre le Nucleus de Hooli et la technologie de compression de Pied Piper. Et les grandes entreprises avec d’énormes ressources ne délivrent pas nécessairement, même si elles sont intimidantes.
SV02-E06-A

Nos héros sont toujours en train de construire leur entreprise. Ils font leur analyse SWOT…
SV02-E06-B

Et bien toutes les activités peuvent avoir des imprévus…
SV02-E06-C

et des conséquences désagréables… un troisième combattant entre David et Goliath?
SV02-E06-D

Andreessen Horowitz : extrapoler l’avenir

J’ai déjà écrit sur Andreessen Horowitz (a16z pour ses amis) dans des messages précédents. J’ai d’abord été très impressionné par le livre de Horowitz, The Hard Thing About Hard Things et deuxièmement, la société de capital risque est proche de Peter Thiel (Voir Quand Peter Thiel parle des start-up – partie 4: et les clients?). J’ai aussi publié des données sur Netscape.

a16z-ma-NY
Marc Andreesseen – Photographie de Joe Pugliese – The New Yorker.

J’ai aussi déjà mentionné à quel point j’ai été impressionné par quelques articles publiés par le New Yorker, et je me demande encore pourquoi je ne suis pas abonné. Je viens de terminer la lecture de Tomorrow’s Advance Man – Marc Andreessen’s plan to win the future de Tad Friend. Encore une fois une analyse longue, profonde et passionnante. Quand je l’ai imprimée, j’avais un document de 25 pages. Mais cela vaut la peine de le lire; promis!

J’ai lu un autre article sur Andresseen Horowitz, qui est aussi intéressant, même si moins profond: Andreessen Horowitz, Deal Maker to the Stars of Silicon Valley du New York Times. Les deux articles essaient de montrer que A16Z est peut être en train de changer la Silicon Valley et le monde du capital de risque (ou qu’ils créent une autre bulle et disparaîtra quand elle éclatera)

a16z-ma-NYT
Marc Andreesseen – Robert Galbraith / Reuters pour le New York Times.

Je vous encourage vraiment à lire les 25 pages, mais voici quelques courts extraits:

Le capital-risque est devenu un métier ici quand un investisseur nommé Arthur Rok a financé Intel, en 1968. Un des co-fondateurs d’Intel, Gordon Moore, a inventé l’expression « capital vautour » parce les VCs peuvent vous décortiquer. Des millionnaires en semi-retraite qui arrivent systématiquement en retard aux réunions, prennent la moitié de votre entreprise et vous remplacent par un PDG de leur choix, si vous étes chanceux. Mais les VCs peuvent également permettre votre passage à postérité. L’imprimatur de l’investissement des meilleurs VCs est si puissant que les entrepreneurs acceptent souvent une valorisation vingt-cinq pour cent inférieure pour l’obtenir. Patrick Collison, un co-fondateur de la société de paiement en ligne, Stripe, dit que obtenir l’argent de Sequoia, Peter Thiel et a16z « était un signal qui n’a pas été manqué par les banques avec lesquelles nous voulions travailler. » Et d’ajouter en riant que l’évaluation du prochain tour de financement – « pour une entreprise à ses débuts, créée par des entrepreneurs sans expérience et qui avaient très peu de clients » – fut d’une centaine de millions de dollars. Stewart Butterfield, co-fondateur de l’application de messagerie Slack, m’a dit: « Il est difficile de surestimer combien compte la perception de la qualité du VC qui vous soutient – à savoir le signal qu’il envoie à d’autres VCs, aux employés potentiels, aux clients, à la presse tech. C’est comme un diplôme des meilleures universités. »

[…] Le jeu dans la Silicon Valley, alors qu’elle reste une région de Californie, n’est pas de faire preuve d’intelligence féroce ou de thèses anti-conformistes: tout le monde peut le faire. Ce n’est même pas la quête de la richesse: tout le monde peut devenir milliardaire juste en cotoyant Mark Zuckerberg. Ce qui compte est la prescience. Et ensuite d’enlever tout obstacle à la clarté féroce de votre vision: establishment, règlements, habitudes, et même les gens. Pouvez-vous non seulement voir l’avenir, mais le convoquer?

[…] La plupart des entreprises de capital-risque fonctionnent comme une guilde; chaque partenaire travaille avec ses propres entreprises, et une petite équipe est partagée pour l’aide au développement de l’entreprise et le recrutement. A16Z a introduit un nouveau modèle. Ses partenaires touchent environ trois cents mille dollars par an, beaucoup moins que la norme d’au moins un million de dollars dans cette industrie, et ces économies paient soixante-cinq spécialistes du talent managérial, du talent high-tech, du développement du marché, du développement de l’entreprise et de la commercialisation. A16Z maintient un réseau de vingt mille contacts et invite chaque année deux mille sociétés établies à son centre de direction managériale pour rencontrer ses startups (ce qui a produit un pipeline de transactions d’une valeur de trois milliards de dollars). Andreessen m’a dit, « Nous donnons à nos fondateurs la superpuissance du réseautage, en hyper-accélérant quelqu’un en un PDG entièrement fonctionnel en cinq ans. »

[…] A16Z a été conçue non seulement pour réussir, mais aussi rendre à ses investisseurs: elle corrigera les torts qu’Andreessen et Horowitz ont connu en tant qu’entrepreneurs. La plupart de ceux-ci, dans leur récit, provenaient de Benchmark Capital, le VC qui a financé Loudcloud et qui a récemment conclu les premiers tours de financement de Uber et Snapchat – une boutique de cinq partenaire sans aucun spécialiste en back-office pour fournir les services auxquels ils avaient aspiraient. « Nous avons toujours été l’anti-Benchmark, » m’a dit Horowitz. « Notre conception était de ne pas faire ce qu’ils ont fait. » Horowitz est toujours en colère que l’un des partenaires lui ait demandé, en face de ses co-fondateurs: « Quand allez-vous pour recruter un vrai PDG? » Et ce VC connu de Benchmark, Bill Gurley, un géant de deux mètres, un géant au franc-parler avec une grande popularité sur Twitter, conseilla aussi à Horowitz de se débarrasser d’Andreessen et de son investissement de six millions de dollars. Andreessen a dit, « je ne peux pas le supporter. Si vous avez vu Seinfeld, Bill Gurley est mon Newman, la bête noire de Jerry ».

Il est temps de lire la suite, non?

Le Silicon Valley de HBO – épisode 13 : un stress d’enfer

Maintenant que les affaires sérieuses commencent, le niveau de stress augmente …
SV2-05-1
à ce niveau
SV2-05-2
Il est aussi temps de déménager…
SV2-05-4
vers de vrais bureaux
SV2-05-3
ou bien?
SV2-05-7
Vous pourrez également vérifier que la Silicon Valley n’est pas que logiciel ou applications web et mobiles …
SV2-05-5
même si je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose, si pas pour nous …
SV2-05-6
du moins pour nos héros.
SV2-05-8

Le Silicon Valley de HBO – épisode 12 : bâtir une entreprise.

Maintenant qu’ils ont de l’argent, nos héros doivent le dépenser. Vont-ils suivre la structure d’équipe de l’épisode 1 lors de l’embauche: « Il y a le grand blanc dégingandé, l’asiatique petit et maigre, le gros à la queue de cheval, un gars pleins de poils au visage, et un indien. » Pas si clair que cela à voir les premiers interviewés.
SV2-04-Hiring

Alors que PiedPiper embauche, Hooli élabore des stratégies et tout le monde sait que dans la Silicon Valley, le mérite compte avant tout.
SV2-04-Strategize

Vous découvrirez sans doute le club des « 3 virgules »! Et l’importance de résoudre les tensions naissantes dans une équipe.
SV2-04-team

Biocartis, la start-up à succès (presque) suisse.

Biocartis aurait pu être une réussite suisse, mais la société est maintenant basée en Belgique. Probablement pas une décision des investisseurs (ce à quoi on pense en général quand une start-up déménage), mais plutôt de l’équipe de management. Un des fondateurs est belge et c’est un entrepreneur en série impressionnant: Rudi Pauwels. Voici ce que vous pouvez lire dans le document IPO:

BiocartisHistory

Pourtant les chiffres sont intéressants. La société a levé plus de €200M avant son introduction en bourse de €100M cette semaine. Malgré ces énormes montants, les fondateurs ont gardé environ 5% de la société. Son prospectus d’IPO est disponible sur le site Web de la société. Elle a signé des accords avec Philips, Hitachi, Biomérieux, Abbott, Janssen et Johnson & Johnson et compte Debiopharm, basée en Suisse, parmi ses actionnaires. Voici mon tableau de capitalisation habituel:

BiocartisCapTable
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Le Silicon Valley de HBO – épisode 11: vendre ou mourir – ou bien?

Je dois admettre que l’épisode 10 était plein de … – Je n’ai jamais vu un VC voler des idées ni une grande société poursuivre une start-up. Mais malgré tout SV est amusant. Ainsi, lorsque vous avez le choix entre vendre et mourir, devez-vous choisir?
SV02-03-sellordie

ou peut-être pas…
SV02-03-orneither

– « Vous devriez poursuivre vos rêves, et non pas être après l’argent, les valorisations ou les biens matériels, mais le bien de l’humanité ».
– « Facile à dire quand on est milliardaire »
– « Les milliardaires sont aussi des êtres humains … »
Et voici que SV utilise l’étrange épisode (réel) de Tom Perkins.
SV02-03-butdream

« Ne faites pas ce que vous devriez faire. Fais ce que tu veux! »
(Mais notre héros ne est pas très doué avec de la nourriture japonaise, ou est-il souligné?).
SV02-03japanesefood2

Écoutons Monica (en fait lisez-la ici!): « Chaque entreprise qui a réussi peut regarder en arrière, vers un moment décisif à ses débuts, où elle serait morte, s’il n’y avait eu le courage et la ténacité et peut-être la folie d’une personne visionnaire qui a tout mis en jeu, même si cela semblait être une énorme erreur à l’époque, un moment où tous les indicateurs et les chiffres ne signifient rien; il s’ agissait que d’émotion, et de foi, rationnelle ou irrationnelle et je pense, j’espère, que je pourrais faire de même. »
SV02-03-monica

Mais la guerre est proche!
SV02-03-thisiswar

Le Silicon Valley de HBO – épisode 10: ne dépensez pas l’argent que vous n’avez pas (encore)

Il y a quelque chose de bien connu et en même temps peu connu dans le monde des start-up: un accord n’est jamais garanti tant que l’argent n’est sur votre compte en banque. Nos héros vont l’apprendre à leur dépends. Maintenant, ils sont moins arrogants avec les VCs…

SV02-02 VCint

mais alors quid du risque de se faire voler des idées lors de la due diligence…?

SV02-02 VCduedil

et quant au coût des litiges en propriété intellectuelle. Je vous laisse le découvrir …

SV02-02-endt

Quand Samwer n’était pas encore Samwer et écrivait un livre – bien avant Rocket Internet et ses clones

Je ne connaissais pas bien l’itinéraire des frères Samwer au delà des noms qui leur sont associés: Alando, Jamba, le European Founders Fund, Zalando et Rocket Internet. J’ai donc été surpris de me voir signalé (merci Kevin!) un livre écrit par Oliver l’ainé des trois frères: America’s Most Successful Startups.

America's Most Successful Startups: a thesis by Oliver Samwer and Max Finger (1998)

Même si le livre a été publié il y a plus de 15 ans, c’est un livre qui reste d’actualité, au moins sur ce que j’ai vu des 30 premières pages. Il me rappelle les conseils de Steve Blank. Juste un exemple à propos des fondateurs: La première chose dont vous devez vous assurer quand vous mettez sur pied une équipe de fondateurs est que tous les fondateurs partagent la même vision et les mêmes valeurs. Le groupe peut être hétérogène, mais les fondateurs ne peuvent pas avoir une vision différente ou un ensemble de valeurs différentes, parce qu’ils vont probablement être des partenaires pour de nombreuses années. Vous avez absolument besoin de vous assurer que les objectifs des fondateurs sont tous alignés. Tout fondateur doit être très sensible à ce que sont les objectifs des autres fondateurs. Vous devez les connaître et tenter de les intégrer, parce que sinon vous aurez des gens qui dès le premier jour iront dans des directions fondamentalement différentes. Ce n’est que si vous avez une équipe de gens vraiment bien ensemble, qui partagent la même vision, et travaillent ensemble la main dans la main, que vous pourrez créer une base très solide pour l’entreprise. Parce que tout dans l’entreprise provient de l’équipe fondatrice et grandira à partir de cela. [Page 30]

Et encore, en ce qui concerne leurs rôles: en fonction le modèle d’affaires, une entreprise de haute technologie devrait généralement avoir au moins trois personnes clés: Il devrait y avoir un visionnaire du marché, quelqu’un qui comprend le marché, les clients et le problème de ces clients. Il doit aussi y avoir un visionnaire pour le produit ou la technologie, qui comprenne le produit et la technologie et comment elle pourrait être développée, même s’il ne comprend pas nécessairement tous les problèmes du marché. Et il doit y avoir un exécutant dans l’entreprise, parce que l’idée elle-même a une valeur zéro. C’est l’implémentation de l’idée qui compte. [Page 31]

Un autre commentaire intéressant sur le partage des actions: « Les fondateurs doivent avoir des parts égales dans la société afin qu’ils soient à tous égards des partenaires égaux. Peu importe qui a eu l’idée et qui a contribué à quoi dans le processus de création, les fondateurs doivent diviser la société à parts égales entre eux. Sinon certains fondateurs se sentiront comme fondateurs de second ordre, ce qui produit un grave inconvénient dès le début ce qui pourra avoir un effet négatif à l’avenir. » [Page 31]

Samwer
Marc, Oliver et Alexander Samwer

Enfin, j’ai aussi apprécié leur point de vue sur ce que vous devriez faire pendant vos études: « En outre, vous devez essayer d’acquérir des connaissances et de l’expérience sur l’entrepreneuriat Ce doit vraiment être une approche active. Vous devez vous mettre dans une position où vous vous impliquez dans des startups, vous devez aller dans les endroits où sont les entrepreneurs, vous devez aller dans des endroits où vous pouvez trouver de l’inspiration, rencontrer des gens à l’état d’esprit similaire et construire un réseau. A l’école, vous pourriez participer au concours de plan d’affaires, suivre les cours où écrire un plan d’affaires, et de prendre les modules d’entrepreneuriat. C’est là que vont les gens qui veulent le faire. […] Grâce à ces activités vous rencontrerez des partenaires et trouverez des idées par ailleurs ». [Page 28]

Le Silicon Valley de HBO – épisode 9: L’investissement

Voici venu le moment de retrouver de vieux amis…

SV02-01 Chief

et les fondateurs luttant pour être « chefs »

SV02-01 Chiefs and Chiefs

Bien sûr, la Silicon Valley est ce qu’elle est … jetez un coup d’oeil

SV02-01 SV

ou lisez ceci: « Je ne veux pas vivre dans un monde où quelqu’un rende le monde meilleur mieux que nous. »

SSV02-01 Nucleus

Mais la réalité est que recevoir de l’argent peut être dangereux: « Vous prenez l’argent des mauvais mecs, vous vous ferez avoir autant que je l’ai été. » Mais aussi ne pensez jamais que vous avez l’argent, jusqu’à ce que vous l’ayez sur votre compte en banque …

SV02-01 Gregory

L’industrie du cinéma en Amérique s’est toujours adaptée quand un acteur disparaît… Puis le jeu commence. Négocier avec les VCs peut être difficile. « Il existe une corrélation linéaire entre le comportement inadmissible que je me suis permis et la que j’ai obtenue… »

SV02-01 VC

Mais alors écoutez les conseils de Monica … Une valorisation élevée peut être une très mauvaise affaire. Croyez-la…

SV02-01 Monica

Et la dernière minute est à ne pas manquer…