Pourquoi les prédictions de la plupart des économistes sont fausses.

Dans la continuité de mes posts (en anglais) liés à la lecture de vieux exemplaires du Red Herring, voici un intéressant article de juin 1998. Il est même amusant en raison du mélange de sagesse et d’erreurs… de prédiction. Je vous laisse découvrir ce que Paul Krugman disait sur la difficulté de prédire. Et cela n’est pas sans me rappeler un post sur Peter Thiel, La Technologie, notre salut. J’en fournis ma traduction à la suite des images.

“CHACUN sait que nous vivons dans une époque de progrès technologiques spectaculaires – à un rythme que personne n’aurait pu prévoir. Mais est-ce que ce que chacun sait est vraiment vrai (sic !) ? Récemment je suis allé à la bibliothèque et vérifié un livre autrefois célèbre, l’An 2000 de Herman Kahn, publié en 1967. Le livre est un favori parce qu’il est un parfait exemple de la prévision économique trop optimiste. Kahn, sans doute en s’appuyant sur les opinions de personnes raisonnables, a prédit que dans le dernier tiers du siècle, le niveau de vie serait doublé, malgré une forte réduction du temps de travail. Il pensait que d’ici 2000 une semaine de travail de 30 heures, avec 13 semaines de vacances par an, serait la norme. Il eut ensuite à se soucier des conséquences sociales de temps de loisirs excessifs. Sa prophétie ne s’est pas réalisée, mais la plupart des Américains étaient trop occupés à essayer de joindre les deux bouts pour le remarquer. Pourquoi Kahn était-il ainsi que presque tout le monde si optimiste? Principalement parce qu’il s’attendait à des progrès technologiques spectaculaires, qui pour la plupart, ne se sont pas matérialisés.

Aucun robot
Kahn a fourni un ensemble pratique énumérant 100 innovations qu’il a considéré «très probable» d’ici l’an 2000, plus 25 possibilités peu probables.”

Et il a effectivement assez bien prédit. Parmi les évolutions très probables, de nombreux changements technologiques majeurs ont eu lieu. Il a prédit, par exemple, que la plupart des gens auraient des ordinateurs à la maison et qu’ils seraient capables de les utiliser à la fois pour la recherche de données et pour communiquer. Il a également prédit les téléphones portables, les magnétoscopes et antennes paraboliques à domicile. En effet, je ne peux pas penser à un développement technologique u important depuis 1967 qui n’était pas sur sa liste. Toutes ses erreurs ont été dans la direction opposée. Beaucoup de développements technologiques, qu’il prédit, telles que de nouvelles sources d’énergie, des techniques de construction radicalement moins chères, et des villes sous-marines, ne se sont pas concrétisés. En fait, seulement environ un tiers de ses innovations très probables eu lieu, selon mes calculs, principalement dans les domaines impliquant le traitement des informations, les deux tiers restant n’ont pas eu lieu (Un exemple: si Kahn était sceptique sur des robots ménagers en 1984, il les considérait comme plus ou moins une chose sûre en 2000.) Et pas une des innovations qu’il répertorié comme assez probable n’a eu lieu ou ne semble susceptible de se produire bientôt. En bref, la technologie a fait moins de progrès, pas plus que prévu. Comment cela fait-il, quand les technologies de l’information a fait de tels progrès? Une réponse est que l’input n’est pas le même que l’output. La puissance brute des ordinateurs a progressé à une vitesse étonnante, mais cette avance s’est-elle traduite en une amélioration comparable? Le traitement de texte, pour prendre l’exemple le plus évident, ne s’est pas fondamentalement amélioré depuis la fin des années 80. Et de l’avis de nombreuses personnes que je connais, WordPerfect 5.1 pour DOS a été effectivement meilleur que n’importe lequel des développements qui ont suivi.

Les pics dans les vallées
Une autre explication est que quand tout est dit et fait, les progrès technologiques, dont nous entendons sans cesse parler, ne se produisent que dans une petite partie seulement de l’économie. La Silicon Valley emploie quelque chose comme un tiers de 1 pour cent des travailleurs américains, et les technologies de l’information dans leur ensemble ne dépassent pas 3 ou 4 pour cent, sauf si vous utilisez une définition suffisamment large pour être dénuée de sens. Donc, n’écoutez jamais les modes. La vérité est que nous vivons non pas dans une ère de progrès extraordinaire mais de déception technologique. Et c’est pourquoi l’avenir n’est plus ce qu’il était.
Paul Krugman est professeur d’économie au MIT.

Mais que dire alors de ces prédictions, notamment celles que j’ai soulignées en rouge:

Les pronostics de Paul Krugman.
• La productivité va baisser fortement cette année. 1997, qui était une très bonne année pour la productivité des travailleurs, a conduit de nombreux experts à conclure que le grand boom de la technologie a commencé. Ils ont tort. L’année dernière se révélera avoir été une anomalie passagère, tout comme 1992.
• L’inflation sera de retour. Les salaires sont en hausse à près de 5 pour cent annuellement, et la croissance sous-jacente de la productivité n’est probablement que de 1,5 pour cent ou moins. Tôt ou tard, les entreprises devront commencer à augmenter les prix. En 1999, l’inflation sera probablement plus de 3 pour cent avec seulement un peu de malchance – et, avec une chute du dollar – elle pourrait facilement atteindre 4 pour cent. Vendez les obligations!
• Dans les deux ou trois ans, le climat actuel de triomphalisme américain, notre conviction que nous sommes économiquement et technologiquement en avance sur le reste du monde va s’évaporer. Il suffira de quelques revers technologique ou d’une légère récession et que l’Europe ou le Japon se redresse un peu.
• La croissance de l’Internet va ralentir de façon drastique, de même que la faille dans la «loi de Metcalfe» qui stipule que le nombre de connexions possibles dans un réseau est proportionnelle au carré du nombre de participants – deviendra évidente: la plupart des gens n’ont rien à dire les uns aux autres! Vers 2005, il deviendra clair que l’impact d’Internet sur l’économie n’a pas été supérieur au fax.
• Comme le changement technologique dans l’informatique ralentit, le nombre d’emplois pour les spécialistes IT va décélérer, puis baisser dans dix ans ; le terme « économie de l’information » paraîtra stupide.
• Dans les 20 prochaines années, peut-être plus tôt, il y aura une autre crise des matières premières à la manière des années 70: perturbation des approvisionnements en pétrole, forte montée des prix agricoles, ou les deux. Et soudain, les gens vont se rappeler que nous vivons encore dans le monde matériel et que les ressources naturelles importent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.