Archives par étiquette : Red Herring

Quand Wavecom surfait

Wavecom fut une des stars des start-up françaises et même européennes. Ma lecture de vieux articles du Red Herring m’a rappelé cette belle mais trop brève histoire.

J’en traduis un passage: “Lorsque Wavecom a été fondée en 1993, l’entreprise occupait seulement quelques pièces dans un immeuble de Paris. Maintenant il a repris l’ensemble du bâtiment et emploie plus de 200 personnes y compris à San Diego et à Hong Kong. En Juin la société est devenue publique sur le Nasdaq (WVCM) et sur la Nouveau Marché français (CAC). Elle fournit WISMOs aux développeurs de téléphones mobiles comme Mitsubishi et Philips, et pour l’automobile la technologie de système de positionnement mondial (GPS) développée par Celestica en Grande-Bretagne. On les trouve aussi dans les terminaux de boucle locale sans-fil de Siemens, et dans les dispositifs de données sans fil de Vodafone. Son taux de croissance annuelle depuis sa fondation en 1993 a été de 68 pour cent. Ses revenus en 1998 de 22 millions de dollars ont déjà été dépassés dans le première moitié de 1999, à 23 millions de dollars-un bond de 9,5 millions de dollars par rapport à la même période un an plus tôt. Contrairement à la plupart des sociétés high-tech américaines, Wavecom jamais dépendu de capital-risque. Au lieu de cela, elle a été rentable dès le début et a connu une croissance organique. Cette croissance par auto-financement de l’entreprise et sa rentabilité initiale sont typiques des sociétés européennes car le capital-risque, traditionnellement, a été difficile à obtenir.”

Wavecom fut en effet fondée par Michel Alard, Aram Hékimian et André Jolivet avec l’aide de Marc Fourrier comme business angel. Fourrier fut aussi un investisseur dans Ilog. La table qui suit donne l’actionnariat de Wavecom lors de son IPO. Il semble y avoir de petites inexactitudes dans l’article du RH:
– il y eut un peu de capital-risque juste avant l’IPO,
– la société fut peut-être profitable dans ses premières années mais pas sur la période 1998-2000.

Mais la vraie mesure du succès initial de Wavecom se lit sur le tableau suivant lorsque Wavecom fit son secondaire. Il faut savoir que l’IPO est un événement important, mais le secondaire qui est moins connu l’est tout autant pour les actionnaires. C’est en général à ce moment que la liquidité devient possible…

Qu’est devenue Wavecom? Les revenus et profits ont suivi une courbe classique. En 2009, Wavecom a été rachetée par Sierra Wireless pour €218M après avoir refusé une offre de Gemalto à €110M.

Pourquoi les start-up échouent

A nouveau, un article intéressant tiré d’un vieux Red Herring, en date d’octobre 1999. Il est intitulé l’Anatomie de l’Échec, et surtout il a été écrit par Geoffrey Moore.


Il n’y a pas grand chose à dire de Moore (if you know him) mais il faut le lire. Dans le paysage de l’Innovation, on eput le situer entre le concept de Whole Product (pdf) de Bill Davidow (Moore travailla chez MDV comme venture partner) et le concept de Customer Developementde Steve Blank’s . (Je reviendrai bientôt sur Blank et son livre The Four Steps to the Epiphany).

En 1999, Moore utilisa ses concept de Gouffre (“Chasm”) et de Tornade (“Tornado”) pour expliquer l’échec des start-up et en voici les quatre raisons:

1- La mort lente: le management traditionnel (suivre son plan d’affaires) ne fonctionne pas. les marchés émergents sont imprédictibles et requièrent de l’agilité.



2- Le piège du gouffre:
si les premiers enthousiastes achètent votre produit initial, il vous faudra une offre autour de ce produit beaucoup plus large (The Whole Product) pour satisfaire le majorité. Sinon, vous serez piégé par le gouffre.

3- Le plongeon dans la tornade: si vous avez la chance de créer un produit universel, la “Killer App”, vous n’aurez peut-être pas besoin de franchir le gouffre, et ferez face à son contraire: une incapacitéà répondre à une énorme demande et à gérer une hyper-croissance. le rêve devient cauchemar.

4- La zone des morts-vivants: Le tableau qui précède montre une zone que vous longez en partant des marchés émergents en direction du gouffre et/ou de la tornade. La peien et le gain y sont acceptables mais l’expérience montre que vous ne rejoindrez jamais les marchés matures. Le lieu des morts-vivants.

Dans sa conclusion, Moore exprime un certain optimisme et mentionne le bouclement de la boucle (“Full Circle”): si vous comprenez assez vite que vous courrez à l’échec (“Fail Fast”), vous pouvez réagir (en ne suivant pas le plan initial) et éviter les périls. Alors le succès reste possible. J’ai scanné cet article pour ceux que cela intéresserait. je peux l’envoyer par email.

Préparez vous à un carnage dans l’internet

Une autre de mes lectures récentes de vieux magazines Red Herring. L’analyse et les prévisions sont excellentes et offrent de bonnes leçons pour aujourd’hui … Dans la même numéro, celui d’octobre 98, j’ai trouvé de brefs articles sur des entreprises nous avions financé chez index. Ces trois sociétés publiques sont allé en bourse plus tard … donc un petit morceau supplémentaire pour la nostalgie.

Préparez vous à un carnage dans l’internet
Par Anthony B. Perkins
Un bon moyen de confronter le réel au fantasme est une conversation avec Don Valentine, de Sequoia Capital. Les fonds d’amorçage et les conseils judicieux de M. Valentine ont joué un grand rôle dans de nombreuses histoires de la Silicon Valley comme Apple, 3Com, Cisco et Yahoo. Il a été, avec le fondateur de Netscape Jim Clark, a été le premier à proclamer dans nos pages, en 1994, que l’Internet était en effet l’autoroute de l’information, et pas seulement un “téléviseur avec une boîte à pizza posée dessus» (voir «le prochain pari de Don Valentine est C-Cube Microsystems », mai 1994 Page 58). Nous avons récemment testé M. Valentine, plutôt avare de propos, à nous dire comment il pense que le marché de l’Internet va se développer. Ses réflexions sont instructives.

D’abord, il note que, comme les puces et les PC, le marché de l’Internet est en croissance organique plutôt qu’il résout le moindre problème évident, qui aurait était important dans un grand marché existant. M. Valentine raconte avoir été chez Fairchild Semiconductor, lorsque lui et le futur fondateur d’Intel, Bob Noyce se furent émerveillé de l’invention de la puce, mais en même temps, se demandaient à quoi elle pourrait bien servir. Les débuts d’Apple étaient sensiblement les mêmes. “Je me demandais ce que les gens allaient faire avec l’Apple II. Il n’y avait pas de réponse!” déclare M. Valentine. En revanche, le boom des réseaux a été de résoudre gros problèmes importants pour les sociétés. “Quand Cisco est apparu, il s’adressait à un environnement désespérément en quête d’une solution”, explique t-il.

Du point de vue du capital-risque, M. Valentine croit qu’il est préférable d’investir dans les marchés qui réclament de nouveaux produits que dans la création de nouveaux marchés. “Au cours des deux précédentes époques-puces et PC-beaucoup d’entreprises sont tombés d’une falaise», dit-il. «Alors que dans le monde des réseaux, il n’y a presque pas de récession.” En suivant sa logique, M. Valentine prévoit ce que nous avons prédit depuis quelques années maintenant : l’internet va connaître un vrai carnage. Un autre vétéran du VC, Jim Breyer d’Accel Partners, est d’accord avec cette analyse: «Quatre-vingt dix pour cent des sociétés Internet qui existent aujourd’hui finiront par disparaître.” Et Mary Meeker de Morgan Stanley Dean Witter indique que près de 75 pour cent des entreprises sur Internet qui sont devenues publique dans les quatre dernières années se négocient maintenant en dessous de leur prix initial d’offre publique.

Selon M. Valentine, une partie du sur-financement de ces marchés en création peut être attribuée à la lamentable mentalité de moutons de la communauté VC. “Nous avons financé 6o sociétés de disques durs parce que chaque VC a voulu avoir une start-up du domaine dans son portefeuille», nous raconte-il. “La raison pour laquelle nous avons tant de moteurs de recherche est que Yahoo a réussi. Beaucoup de VCs ont donc créé un Infoseek ou Excite ou autre chose, et ont sauté dans le train. Nous faisons la même erreur dans l’ère d’Internet que nous avons faite dans l’ère du PC. Il suffit de penser à l’environnement. Il n’ya pas d’application dans lequel l’Internet résout un problème. Qu’est-ce que l’Internet a fait jusqu’ici? Il me rappelle l’ordinateur Apple en 1978. Il ne fait rien.”

M. Valentine se toutefois sûr de lui sur un aspect de l’Internet: c’est qu’il représente la place de marché la plus efficace pour les biens et services de la planète. «Jamais auparavant le consommateur n’avait toutes les cartes distribuées face à lui, où il peut faire des choix et prendre des décisions en connaissant tous les faits», dit-il. «Dans les marchés traditionnels, les consommateurs ont toujours eu à faire face à la confusion, des langages obscurs et de l’obscurcissement. Acheter quelque chose est souvent une corvée. L’assurance est un excellent exemple de cela; les vendeurs de voitures en est un autre. Maintenant, les consommateurs sont mis dans une position dans laquelle ils ont accès phénoménal à ce qu’ils veulent. “Cela peut sembler d’un intérêt évident pour les entreprises, surtout quand vous regardez la trajectoire de revenu d’une Amazon.com ou contempler les millions que Michael Dell vend en ligne tous les jours, mais la seule chose qui est vraiment évidente, c’est la valeur pour le consommateur. Nous posons la même question que M. Valentine fait: «Comment pouvez-vous faire de l’argent dans ce marché parfait?” Notre problème avec Arnazon.com n’a jamais été son potentiel de vente, mais plutôt, nous nous demandons si la société pourra dégager des marges identiques au reste de l’industrie.

Cette discussion avait lieu lors d’un diner hier soir avec Don Valentine, avec le PDG de Broadview Paul Deninger et l’éditeur du Red Herring, Jason Pontin, et le débat fut animé. Du point de vue de M. Deninger, Amazon.com pourrait bien être l’exception et non la règle. «Regardez, Jeff Bezos, était au bon endroit au bon moment avec le bon produit», a t-il dit. “Mais pour chaque Amazon.com, il y aura 20 faillites.” Son point principal est que «le commerce électronique est une nouvelle façon de faire du commerce, mais pas nécessairement une nouvelle industrie.” Jason intervint avec sa théorie selon laquelle la désagrégation par l’Internet “crée un espace pour une nouvelle agrégation.» (A ce moment, nous en étions à notre quatrième bouteille de vin.) Et je crois que Jason a tout à fait raison. Maintenant que les portails sont mieux organisé sur le Web, et Amazon.com a montré à tous comment faire du commerce sur Internet avec succès, il est temps pour le reste du monde de sauter dans le train. Au lieu de compter sur Yahoo et les principaux portails pour organiser votre expérience, vous allez construire votre page d’accueil avec des liens dans des “mini-portails” représentant vos intérêts spécifiques. Finalement, tous les principaux produits et distributeurs de services seront en ligne et repousseront les startups comme Arnazon.com qui lorgnent leur marché.

Un défenseur de la révolution mini-portail est Jim Moloshok, vice-président de Warner Brothers interactive. Lors de notre récente conférence Red Herring sur Hollywood à Santa Monica, en Californie, M. Moloshok a déclaré la guerre à Sillcon Valley et aux moteur de recherche geeks. Il a averti les producteurs de studios d’Hollywood et les nouveaux types de médias qu’ils sont en danger de perdre le contrôle de leurs destins en ligne si ils ne s’arrêtent pas de donner leurs précieux contenus – télévision, cinéma, et musique – aux sociétés Internet affamées de programmation, et qu’ils devraient commencer à exiger des conditions de licence bien meilleures. «Les sociétés de divertissement vont hypothéquer leur avenir en ligne», a déclaré M. Moloshok. «Ils donnent leur contenu en échange d’une visibilité. Mais les sociétés de divertissement sont essentiellement en train de céder à ces sociétés Internet en jetant leur propriété intellectuelle par la fenêtre ” Tout ce débat me conforte avec les arguments de base de M. Valentine: l’Internet est encore un marché en création. Bien que nous embrassion à bras le corps l’idée qu’il représente un canal de distribution vaste et efficace et fournit un flux d’investissement pour les nouvelles et les contenus de divertissement, sa valeur réelle est encore à venir. Et comme nous tâtonnons long de ce sentier, nous continuerons de voir des entreprises naissantes, comme Broadcast.com et GeoCities aller en bourse. Mais nous allons devoir attendre un certain temps avant de voir qui reste sur la route et tombe de la falaise.
[Pour contacter Tony Perkins, tonynet@redherring.com.]

Pourquoi les prédictions de la plupart des économistes sont fausses.

Dans la continuité de mes posts (en anglais) liés à la lecture de vieux exemplaires du Red Herring, voici un intéressant article de juin 1998. Il est même amusant en raison du mélange de sagesse et d’erreurs… de prédiction. Je vous laisse découvrir ce que Paul Krugman disait sur la difficulté de prédire. Et cela n’est pas sans me rappeler un post sur Peter Thiel, La Technologie, notre salut. J’en fournis ma traduction à la suite des images.

“CHACUN sait que nous vivons dans une époque de progrès technologiques spectaculaires – à un rythme que personne n’aurait pu prévoir. Mais est-ce que ce que chacun sait est vraiment vrai (sic !) ? Récemment je suis allé à la bibliothèque et vérifié un livre autrefois célèbre, l’An 2000 de Herman Kahn, publié en 1967. Le livre est un favori parce qu’il est un parfait exemple de la prévision économique trop optimiste. Kahn, sans doute en s’appuyant sur les opinions de personnes raisonnables, a prédit que dans le dernier tiers du siècle, le niveau de vie serait doublé, malgré une forte réduction du temps de travail. Il pensait que d’ici 2000 une semaine de travail de 30 heures, avec 13 semaines de vacances par an, serait la norme. Il eut ensuite à se soucier des conséquences sociales de temps de loisirs excessifs. Sa prophétie ne s’est pas réalisée, mais la plupart des Américains étaient trop occupés à essayer de joindre les deux bouts pour le remarquer. Pourquoi Kahn était-il ainsi que presque tout le monde si optimiste? Principalement parce qu’il s’attendait à des progrès technologiques spectaculaires, qui pour la plupart, ne se sont pas matérialisés.

Aucun robot
Kahn a fourni un ensemble pratique énumérant 100 innovations qu’il a considéré «très probable» d’ici l’an 2000, plus 25 possibilités peu probables.”

Et il a effectivement assez bien prédit. Parmi les évolutions très probables, de nombreux changements technologiques majeurs ont eu lieu. Il a prédit, par exemple, que la plupart des gens auraient des ordinateurs à la maison et qu’ils seraient capables de les utiliser à la fois pour la recherche de données et pour communiquer. Il a également prédit les téléphones portables, les magnétoscopes et antennes paraboliques à domicile. En effet, je ne peux pas penser à un développement technologique u important depuis 1967 qui n’était pas sur sa liste. Toutes ses erreurs ont été dans la direction opposée. Beaucoup de développements technologiques, qu’il prédit, telles que de nouvelles sources d’énergie, des techniques de construction radicalement moins chères, et des villes sous-marines, ne se sont pas concrétisés. En fait, seulement environ un tiers de ses innovations très probables eu lieu, selon mes calculs, principalement dans les domaines impliquant le traitement des informations, les deux tiers restant n’ont pas eu lieu (Un exemple: si Kahn était sceptique sur des robots ménagers en 1984, il les considérait comme plus ou moins une chose sûre en 2000.) Et pas une des innovations qu’il répertorié comme assez probable n’a eu lieu ou ne semble susceptible de se produire bientôt. En bref, la technologie a fait moins de progrès, pas plus que prévu. Comment cela fait-il, quand les technologies de l’information a fait de tels progrès? Une réponse est que l’input n’est pas le même que l’output. La puissance brute des ordinateurs a progressé à une vitesse étonnante, mais cette avance s’est-elle traduite en une amélioration comparable? Le traitement de texte, pour prendre l’exemple le plus évident, ne s’est pas fondamentalement amélioré depuis la fin des années 80. Et de l’avis de nombreuses personnes que je connais, WordPerfect 5.1 pour DOS a été effectivement meilleur que n’importe lequel des développements qui ont suivi.

Les pics dans les vallées
Une autre explication est que quand tout est dit et fait, les progrès technologiques, dont nous entendons sans cesse parler, ne se produisent que dans une petite partie seulement de l’économie. La Silicon Valley emploie quelque chose comme un tiers de 1 pour cent des travailleurs américains, et les technologies de l’information dans leur ensemble ne dépassent pas 3 ou 4 pour cent, sauf si vous utilisez une définition suffisamment large pour être dénuée de sens. Donc, n’écoutez jamais les modes. La vérité est que nous vivons non pas dans une ère de progrès extraordinaire mais de déception technologique. Et c’est pourquoi l’avenir n’est plus ce qu’il était.
Paul Krugman est professeur d’économie au MIT.

Mais que dire alors de ces prédictions, notamment celles que j’ai soulignées en rouge:

Les pronostics de Paul Krugman.
• La productivité va baisser fortement cette année. 1997, qui était une très bonne année pour la productivité des travailleurs, a conduit de nombreux experts à conclure que le grand boom de la technologie a commencé. Ils ont tort. L’année dernière se révélera avoir été une anomalie passagère, tout comme 1992.
• L’inflation sera de retour. Les salaires sont en hausse à près de 5 pour cent annuellement, et la croissance sous-jacente de la productivité n’est probablement que de 1,5 pour cent ou moins. Tôt ou tard, les entreprises devront commencer à augmenter les prix. En 1999, l’inflation sera probablement plus de 3 pour cent avec seulement un peu de malchance – et, avec une chute du dollar – elle pourrait facilement atteindre 4 pour cent. Vendez les obligations!
• Dans les deux ou trois ans, le climat actuel de triomphalisme américain, notre conviction que nous sommes économiquement et technologiquement en avance sur le reste du monde va s’évaporer. Il suffira de quelques revers technologique ou d’une légère récession et que l’Europe ou le Japon se redresse un peu.
• La croissance de l’Internet va ralentir de façon drastique, de même que la faille dans la «loi de Metcalfe» qui stipule que le nombre de connexions possibles dans un réseau est proportionnelle au carré du nombre de participants – deviendra évidente: la plupart des gens n’ont rien à dire les uns aux autres! Vers 2005, il deviendra clair que l’impact d’Internet sur l’économie n’a pas été supérieur au fax.
• Comme le changement technologique dans l’informatique ralentit, le nombre d’emplois pour les spécialistes IT va décélérer, puis baisser dans dix ans ; le terme « économie de l’information » paraîtra stupide.
• Dans les 20 prochaines années, peut-être plus tôt, il y aura une autre crise des matières premières à la manière des années 70: perturbation des approvisionnements en pétrole, forte montée des prix agricoles, ou les deux. Et soudain, les gens vont se rappeler que nous vivons encore dans le monde matériel et que les ressources naturelles importent.