Préparez vous à un carnage dans l’internet

Une autre de mes lectures récentes de vieux magazines Red Herring. L’analyse et les prévisions sont excellentes et offrent de bonnes leçons pour aujourd’hui … Dans la même numéro, celui d’octobre 98, j’ai trouvé de brefs articles sur des entreprises nous avions financé chez index. Ces trois sociétés publiques sont allé en bourse plus tard … donc un petit morceau supplémentaire pour la nostalgie.

Préparez vous à un carnage dans l’internet
Par Anthony B. Perkins
Un bon moyen de confronter le réel au fantasme est une conversation avec Don Valentine, de Sequoia Capital. Les fonds d’amorçage et les conseils judicieux de M. Valentine ont joué un grand rôle dans de nombreuses histoires de la Silicon Valley comme Apple, 3Com, Cisco et Yahoo. Il a été, avec le fondateur de Netscape Jim Clark, a été le premier à proclamer dans nos pages, en 1994, que l’Internet était en effet l’autoroute de l’information, et pas seulement un “téléviseur avec une boîte à pizza posée dessus» (voir «le prochain pari de Don Valentine est C-Cube Microsystems », mai 1994 Page 58). Nous avons récemment testé M. Valentine, plutôt avare de propos, à nous dire comment il pense que le marché de l’Internet va se développer. Ses réflexions sont instructives.

D’abord, il note que, comme les puces et les PC, le marché de l’Internet est en croissance organique plutôt qu’il résout le moindre problème évident, qui aurait était important dans un grand marché existant. M. Valentine raconte avoir été chez Fairchild Semiconductor, lorsque lui et le futur fondateur d’Intel, Bob Noyce se furent émerveillé de l’invention de la puce, mais en même temps, se demandaient à quoi elle pourrait bien servir. Les débuts d’Apple étaient sensiblement les mêmes. “Je me demandais ce que les gens allaient faire avec l’Apple II. Il n’y avait pas de réponse!” déclare M. Valentine. En revanche, le boom des réseaux a été de résoudre gros problèmes importants pour les sociétés. “Quand Cisco est apparu, il s’adressait à un environnement désespérément en quête d’une solution”, explique t-il.

Du point de vue du capital-risque, M. Valentine croit qu’il est préférable d’investir dans les marchés qui réclament de nouveaux produits que dans la création de nouveaux marchés. “Au cours des deux précédentes époques-puces et PC-beaucoup d’entreprises sont tombés d’une falaise», dit-il. «Alors que dans le monde des réseaux, il n’y a presque pas de récession.” En suivant sa logique, M. Valentine prévoit ce que nous avons prédit depuis quelques années maintenant : l’internet va connaître un vrai carnage. Un autre vétéran du VC, Jim Breyer d’Accel Partners, est d’accord avec cette analyse: «Quatre-vingt dix pour cent des sociétés Internet qui existent aujourd’hui finiront par disparaître.” Et Mary Meeker de Morgan Stanley Dean Witter indique que près de 75 pour cent des entreprises sur Internet qui sont devenues publique dans les quatre dernières années se négocient maintenant en dessous de leur prix initial d’offre publique.

Selon M. Valentine, une partie du sur-financement de ces marchés en création peut être attribuée à la lamentable mentalité de moutons de la communauté VC. “Nous avons financé 6o sociétés de disques durs parce que chaque VC a voulu avoir une start-up du domaine dans son portefeuille», nous raconte-il. “La raison pour laquelle nous avons tant de moteurs de recherche est que Yahoo a réussi. Beaucoup de VCs ont donc créé un Infoseek ou Excite ou autre chose, et ont sauté dans le train. Nous faisons la même erreur dans l’ère d’Internet que nous avons faite dans l’ère du PC. Il suffit de penser à l’environnement. Il n’ya pas d’application dans lequel l’Internet résout un problème. Qu’est-ce que l’Internet a fait jusqu’ici? Il me rappelle l’ordinateur Apple en 1978. Il ne fait rien.”

M. Valentine se toutefois sûr de lui sur un aspect de l’Internet: c’est qu’il représente la place de marché la plus efficace pour les biens et services de la planète. «Jamais auparavant le consommateur n’avait toutes les cartes distribuées face à lui, où il peut faire des choix et prendre des décisions en connaissant tous les faits», dit-il. «Dans les marchés traditionnels, les consommateurs ont toujours eu à faire face à la confusion, des langages obscurs et de l’obscurcissement. Acheter quelque chose est souvent une corvée. L’assurance est un excellent exemple de cela; les vendeurs de voitures en est un autre. Maintenant, les consommateurs sont mis dans une position dans laquelle ils ont accès phénoménal à ce qu’ils veulent. “Cela peut sembler d’un intérêt évident pour les entreprises, surtout quand vous regardez la trajectoire de revenu d’une Amazon.com ou contempler les millions que Michael Dell vend en ligne tous les jours, mais la seule chose qui est vraiment évidente, c’est la valeur pour le consommateur. Nous posons la même question que M. Valentine fait: «Comment pouvez-vous faire de l’argent dans ce marché parfait?” Notre problème avec Arnazon.com n’a jamais été son potentiel de vente, mais plutôt, nous nous demandons si la société pourra dégager des marges identiques au reste de l’industrie.

Cette discussion avait lieu lors d’un diner hier soir avec Don Valentine, avec le PDG de Broadview Paul Deninger et l’éditeur du Red Herring, Jason Pontin, et le débat fut animé. Du point de vue de M. Deninger, Amazon.com pourrait bien être l’exception et non la règle. «Regardez, Jeff Bezos, était au bon endroit au bon moment avec le bon produit», a t-il dit. “Mais pour chaque Amazon.com, il y aura 20 faillites.” Son point principal est que «le commerce électronique est une nouvelle façon de faire du commerce, mais pas nécessairement une nouvelle industrie.” Jason intervint avec sa théorie selon laquelle la désagrégation par l’Internet “crée un espace pour une nouvelle agrégation.» (A ce moment, nous en étions à notre quatrième bouteille de vin.) Et je crois que Jason a tout à fait raison. Maintenant que les portails sont mieux organisé sur le Web, et Amazon.com a montré à tous comment faire du commerce sur Internet avec succès, il est temps pour le reste du monde de sauter dans le train. Au lieu de compter sur Yahoo et les principaux portails pour organiser votre expérience, vous allez construire votre page d’accueil avec des liens dans des “mini-portails” représentant vos intérêts spécifiques. Finalement, tous les principaux produits et distributeurs de services seront en ligne et repousseront les startups comme Arnazon.com qui lorgnent leur marché.

Un défenseur de la révolution mini-portail est Jim Moloshok, vice-président de Warner Brothers interactive. Lors de notre récente conférence Red Herring sur Hollywood à Santa Monica, en Californie, M. Moloshok a déclaré la guerre à Sillcon Valley et aux moteur de recherche geeks. Il a averti les producteurs de studios d’Hollywood et les nouveaux types de médias qu’ils sont en danger de perdre le contrôle de leurs destins en ligne si ils ne s’arrêtent pas de donner leurs précieux contenus – télévision, cinéma, et musique – aux sociétés Internet affamées de programmation, et qu’ils devraient commencer à exiger des conditions de licence bien meilleures. «Les sociétés de divertissement vont hypothéquer leur avenir en ligne», a déclaré M. Moloshok. «Ils donnent leur contenu en échange d’une visibilité. Mais les sociétés de divertissement sont essentiellement en train de céder à ces sociétés Internet en jetant leur propriété intellectuelle par la fenêtre ” Tout ce débat me conforte avec les arguments de base de M. Valentine: l’Internet est encore un marché en création. Bien que nous embrassion à bras le corps l’idée qu’il représente un canal de distribution vaste et efficace et fournit un flux d’investissement pour les nouvelles et les contenus de divertissement, sa valeur réelle est encore à venir. Et comme nous tâtonnons long de ce sentier, nous continuerons de voir des entreprises naissantes, comme Broadcast.com et GeoCities aller en bourse. Mais nous allons devoir attendre un certain temps avant de voir qui reste sur la route et tombe de la falaise.
[Pour contacter Tony Perkins, tonynet@redherring.com.]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.