Archives par étiquette : Risque

L’effet Halo de Phil Rosenzweig

Quand j’ai lu que Nassim Nicholas Taleb avait dit que ceci est « l’un des livres de gestion les plus importants de tous les temps », j’ai été intrigué. Habituellement, je n’aime pas les livres généraux de gestion. Mais ici, non seulement c’est un grand livre, mais il est aussi amusant à lire!

Qu’est-ce que l’effet halo? « Une tendance à faire des inférences à propos de caractéristiques spécifiques sur la base d’une impression générale » [Page 50].

L’auteur a une question importante: la gestion est-elle une science? Les pages 12 à 17 couvrent ce sujet sensible: « Dans d’autres domaines, de la médecine à la chimie, en passant par l’ingénierie aéronautique, le savoir semble avancer sans relâche. Qu’est-ce que ces domaines ont en commun ? En un mot, ces disciplines avancent grâce à une forme de quête que nous appelons la science. Richard Feynman a défini la science comme « une méthode pour essayer de répondre aux questions qui peuvent être mises sous la forme: si je fais cela, que se passera-t-il ? » La science n’est pas question de beauté, de vérité ou de justice mi même de sagesse ou d’éthique. Elle est éminemment pratique. Elle demande : si je fais quelque chose ici, que se passera-t-il là-bas ? Si j’applique cette force, ou beaucoup de chaleur, ou si je mélange ces produits chimiques, que se passera-t-il ? Avec cette définition, la question Qu’est-ce qui conduit à une croissance positive soutenue? est une question scientifique. Elle demande: « Si une entreprise fait ceci ou cela, qu’arrivera-t-il à ses revenus, ses bénéfices ou de son cours en bourse ? » [Page 12]

«Notre incapacité à saisir toute la complexité du monde des affaires grâce à des expériences scientifiques a fourni des arguments à certains critiques des écoles de commerce. Les gourous de la gestion, Warren Bennis et James O’Toole, dans un article de la Harvard Business Review en 2005, ont ainsi critiqué les écoles de commerce pour leur dépendance à la méthode scientifique : « Ce modèle scientifique est fondé sur l’hypothèse erronée que la gestion est une discipline académique comme la chimie ou la géologie quand, en fait, la gestion est une profession et les écoles de commerce sont des écoles professionnelles – ou devrait l’être ». Il semble donc que puisque les affaires ne seront jamais comprises avec la précision des sciences naturelles, on la comprendra mieux comme une sorte d’humanité, un domaine où la logique de l’investigation scientifique ne s’applique pas. Eh bien, oui et non. » [Page 14]

Rozenzweig conclut ce premier chapitre avec une belle histoire (page 16), encore une fois de Richard Feynman: Dans les mers du Sud, il y a un culte local. Pendant la guerre, les habitants ont vu des avions atterrir avec beaucoup de marchandises, et ils veulent que la même chose se produise maintenant. Ils ont donc arrangé des choses comme des pistes d’atterrissage, des feux le long des pistes, puis ont construit une cabane en bois pour un homme assis, avec deux morceaux de bois sur la tête comme des écouteurs et des barres de bambou qui se dressent comme des antennes – c’est le contrôleur. Et ils attendent que les avion pour atterrissent. Ils font tout bien. La forme est parfaite. Mais ça ne marche pas. Aucun avion ne débarque. Donc j’appelle ces choses la « Cargo Cult Science », parce qu’ils suivent tous les préceptes apparents et les formes de l’investigation scientifique, mais ils manquent quelque chose d’essentiel, parce que les avions ne débarquent pas. Rosenzweig a appelé cette dernière partie Science, Pseudoscience et Casques de Noix de Coco.

Jolies histoires et science

Ses critiques dans le chapitre 6 des plus célèbres best-sellers In Search of Excellence de Peters et Waterman [page 83], puis de Built to Last par Collins et Porras [page 94] sont particulièrement frappantes. Les jolieshistoires et la science sont différentes et l’auteur explique de nombreuses illusions créées par une science approximative:
# 1: L’effet Hallo
# 2: L’illusion de la corrélation et de la causalité
# 3: L’illusion des explications simples
# 4: L’illusion de connecter les points gagnants
# 5: L’illusion de la recherche rigoureuse
# 6: L’illusion du succès durable
# 7: L’illusion de la performance absolue
# 8: L’illusion de la mauvais côté du manche
# 9: L’illusion de la physique organisationnelle.
(Si vous êtes trop paresseux pour lire ce grand livre, regardez au moins https://en.wikipedia.org/wiki/The_Halo_Effect_(business_book))

Rosenzweig tente d’expliquer la complexité de la mesure de la performance de l’entreprise. Quels sont les éléments clés que les gestionnaires doivent prendre en compte pour l’excellence ? Et Rosenzweig montre que la narration a été aussi importante que la recherche dans cette quête. Il affirme en outre que les auteurs de best-sellers tels que En quête de l’excellence, Construit pour durer ou De bon à grand qui prétendent que leurs résultats étaient basés sur la recherche, étaient en fait plus d’excellents conteurs d’histoires que des chercheurs rigoureux. « Ce n’est pas que les éléments importants ne sont pas justes. Dans À la recherche de l’excellence, il y a huit bonnes pratiques: Un parti pris pour l’action; Rester proche du client; Autonomie et esprit d’entreprise; Productivité par les gens; Pratique, axée sur les valeurs; Coller à la trame; Forme simple, personnel frugal; Et des caractéristiques à la fois lâches et serrées. »[Page 85]

« Alors que dans Built to Last, Collins et Porras donnent leurs 5 principes intemporels: avoir une forte idéologie de base; Construire une culture d’entreprise solide; Établir des objectifs audacieux; Développer et promouvoir les personnes; Créer un esprit d’expérimentation et de prise de risque; Diriger pour l’excellence« . [Page 96]

« Plusieurs chercheurs ont étudié le taux auquel la performance de l’entreprise change avec le temps. Pankaj Ghemawat de la Harvard Business School a examiné le rendement des investissements (ROI) d’un échantillon de 692 entreprises américaines sur une période de dix ans allant de 1971 à 1980. Il a mis en place un groupe des plus performants, avec un ROI moyen de 39%, un groupe de faible rendement, avec un ROI moyen de seulement 3 pour cent. Puis il a suivi les deux groupes au fil du temps. Qu’est-ce qui arriverait à leur ROIS? L’écart persisterait-il, augmenterait-il ou diminuerait-il? Après neuf ans, les deux groupes ont convergé vers le milieu, les plus performants sont tombés de 39 pour cent à 21 pour cent et les moins performants, passant de 3 pour cent à 18 pour cent. « [Page 104]

« Ces études, et d’autres comme elles, toutes soulignent la nature fondamentale de la concurrence dans une économie de marché. L’avantage concurrentiel est difficile à maintenir. Bien sûr, si vous voulez, vous pouvez regarder en arrière plus de soixante-dix ans d’histoire des affaires et choisir une poignée d’entreprises qui ont performé, mais c’est de la sélection fondée sur les résultats. « [Page 105]

«Des entretiens avec les gestionnaires, leur demandant de regarder en arrière sur une période de dix ans et de raconter leurs expériences (…) ce genre d’entrevues rétrospectives sont susceptibles d’être pleines de halos, parce que les gens filtrent des indices de performance et font leurs contributions en conséquence. [Page 108]

Encore une fois Rosenzweig n’a rien contre les interviews, il tient à avertir le lecteur qu’ils doivent être méticuleusement préparés à éviter tout biais et des réponses basées sur les résultats.

« Une autre étude célèbre, le projet Evergreen, a identifié huit pratiques: stratégie; exécution; culture; structure; talent; direction; innovation; et fusions et partenariats (Page 110). Pourtant, une fois que nous voyons que la performance est relative, il devient évident que les entreprises ne peuvent jamais réussir simplement en suivant un ensemble donné d’étapes, peu importe les bonnes intentions; leur succès sera toujours affecté par ce que font les rivaux »[Page 116].
«Peut-être le facteur le plus intéressant dans Big Winners et Big Losers est mentionné comme une parenthèse, mais pas examiné de près: Marcus souligne que les grandes entreprises apparaissent plus fréquemment parmi les Big Losers, alors que presque tous les grands gagnants sont de petites ou moyennes entreprises. Cette observation devrait susciter la curiosité, parce que les grandes entreprises ont obtenu leur statut en premier lieu en faisant les choses bien – elles n’ont pas grandi en étant des perdants – mais quelque chose a semblé les empêcher de maintenir cette haute performance. La performance extrême, pour le meilleur et pour le pire, est plus fréquente chez les petites entreprises ». [Page 132]

Mais une différence de 10 pour cent dans les performances ne dit rien au sujet de ce qui se passera dans mon entreprise – l’impact pourrait être plus ou moins grand ou nul. Il n’y a aucune garantie, aucune promesse qui m’inspire à agir. Les livres, qui fournissent des conseils simples et définitifs et les études de performance organisationnelle, vivent dans deux mondes très différents. Le premier monde parle aux gestionnaires en activité et récompense les spéculations quant à la façon d’améliorer la performance. Le second monde exige et récompense l’adhésion à des normes rigoureuses du monde académique. Ici la science est primordiale, les jolies histoires beaucoup moins. Il en résulte un tour de force schizophrénique dans lequel les exigences des rôles des consultants et des enseignants sont dissociées des exigences des chercheurs ». [Page 135]

« Selon The Economist, Tom Peters peut facturer des clients d’entreprise jusqu’à 85 000$ pour une seule venue, et Jim Collins va jusque 150 000$. Il y a un marché lucratif pour raconter des histoires de réussite d’entreprise. Est-ce que quelqu’un embauchera (un chercheur) à 85 000 $ ou 150 000 $ pour parler d’une différence statistiquement significative de 4 pour cent dans la performance? Cela semble douteux [page 136].

Le test d’une bonne histoire n’est pas de savoir si elle est entièrement, scientifiquement précise – par définition, elle ne le sera pas. Plutôt, le test d’une bonne histoire est de savoir si elle nous conduit vers des idées précieuses, si elle est inspirée vers une action utile, au moins la plupart du temps. [Page 137]

Stratégie et exécution

« Voici comment j’aime penser à la performance de l’entreprise. Selon Michael Porter, de la Harvard Business School, le rendement de l’entreprise repose sur deux facteurs: la stratégie et l’exécution. »[Page 144]

Mais les deux sont pleins d’incertitudes: «La stratégie implique toujours le risque parce que nous ne savons pas avec certitude comment nos choix se révéleront. […] Une première raison a à voir avec les clients. […] Sam Philips, le légendaire producteur de Sun Records, a déjà mis en garde: «Chaque fois que nous pensons que nous savons ce que le public va vouloir, c’est alors que vous savez que vous regardez un fou quand vous regardez dans le miroir». La réaction du marché est toujours incertaine, et les stratèges intelligents le savent. [Page 146]

« Une deuxième source de risque a à voir avec les concurrents. […] Toute une branche de l’économie, la théorie des jeux, a grandi autour d’une simple forme d’intelligence concurrentielle. […] Une troisième source de risques provient des changements technologiques. […] Dans sa recherche révolutionnaire, Clayton Christensens à la Harvard Business School a montré que dans une large gamme d’industries, du matériel de terrassement aux disques durs à l’acier, les entreprises prospères ont été plusieurs fois délogées par les nouvelles technologies. [Page 147]

Jim Collins s’est étonné que [ses] onze grandes entreprises provenaient d’industries ordinaires et peu spectaculaires. […] Je soupçonne une interprétation différente. Ces industries peuvent être qualifiées de démodées, mais un meilleur mot pourrait être stables. Elles étaient moins sujets à des changements radicaux de technologie, étaient moins sensibles aux variations de la demande des clients et pouvaient avoir une concurrence moins intense. [Page 147]

Comme l’ont expliqué James March de Stanford et Zur Shapira, de l’Université de New York: « La reconstruction posthocienne permet de raconter l’histoire de telle sorte que le« hasard », soit au sens de phénomènes véritablement probabilistes, soit dans les sens d’une variation inexpliquée, devienne une explication minimisée ». Mais le hasard joue un rôle, et la différence entre un brillant visionnaire et un joueur insensé est généralement déduite après le fait, une attribution basée sur les résultats. [Page 150]

[Si] il y a moins d’inconnues, pourtant, l’exécution comporte encore un certain nombre d’incertitudes. [Page 151] Et cela nous amène à la meilleure réponse que je puisse apporter à la question: Qu’est-ce qui conduit à une performance élevée? Si nous mettons de côté les suspects habituels de leadership, de culture et de focalisation et ainsi de suite – qui sont peut-être des causes de la performance – nous restons avec deux grandes catégories: les choix stratégiques et l’exécution. Les premiers sont intrinsèquement risqués car basés sur nos meilleures hypothèses concernant les clients, les concurrents et la technologie, ainsi que sur nos capacités internes. La dernière est incertaine parce que les meilleures pratiques qui fonctionnent bien pour une entreprise peuvent ne pas avoir le même effet dans une autre. […] Les managers avisés savent que les affaires consistent à trouver des moyens d’améliorer les chances de réussite – mais n’imaginent jamais que le succès soit certain. Si une entreprise fait des choix stratégiques qui sont astucieux, travaille dur pour fonctionner efficacement, et est favorisée par Lady Luck, elle peut mettre une certaine distance entre elle-même et ses rivaux, du moins pour un temps. Mais même ses bénéfices tendront à s’éroder au fil du temps. [Page 156]

La réponse à la question de ce qui fonctionne vraiment est simple: Rien ne fonctionne vraiment. Du moins pas tout le temps. […] Alors qu’est ce qui peut être fait? Une première étape consiste à mettre de côté les délires qui colorent tellement notre pensée sur la performance des entreprises. Accepter que peu de sociétés atteignent un succès durable. Admettre que la marge entre le succès et l’échec est souvent très étroite, et jamais aussi distincte ou aussi durable qu’elle apparaît à distance. Et enfin, reconnaître que la chance joue souvent un rôle dans la réussite de l’entreprise. [Page 158]

Rosenzweig termine son livre avec des exemples de décisions audacieuses des dirigeants de Goldman Sachs, Intel, BP, Logitech. L’entrepreneuriat implique des risques, mais ne rien faire serait beaucoup plus risqué.

Europe, réveille-toi !

Voici un court texte que j’avais écrit en 2012, et mon ami Will de Finlande avait fait des commentaires à son sujet que j’ai ajoutés. Merci! Je l’ai relu ce matin et j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant de le publier maintenant …

Intel, Apple, Microsoft, Oracle, Genentech, Cisco, Google, Facebook, Skype. Vous connaissez sans doute ces entreprises. Elles ont été à l’origine d’innovations majeures pour nos sociétés. Peut-être connaissez-vous moins Niklas Zennström et Janus Friis, Mark Zuckerberg et Dustin Moskovitz, Larry Page et Sergey Brin, Leonard Bosack et Sandy Lerner, Bob Swanson et Herb Boyer, Larry Ellison mais bien mieux Bill Gates et Paul Allen, Steve Jobs et Stephen Wozniak, Bob Noyce et Gordon Moore. Ils sont des entrepreneurs, les fondateurs de ces entreprises qui furent toutes des start-up. L’Europe ne semble pas avoir compris l’importance de l’innovation high-tech produite par ces jeunes entrepreneurs. Skype est l’exception dans la liste et les Américains ont su produire des centaines de tels succès. Pourquoi avons-nous échoué et que pouvons-nous faire pour changer le cours de l’histoire ?

L’innovation est une culture, où l’essai et l’incertitude ont une grande part. L’échec aussi malheureusement ou peut-être heureusement. Comme la vie ! La culture européenne dans toute sa diversité a apporté un bien être à ses citoyens depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ce confort sera peut-être cause de sa perte. Une culture ne peut vivre que de créativité et de renouveau. Comme l’a bien illustré un article récent de The Economist [1], nous les européens n’arrivons plus à innover, nos entreprises vieillissent dans l’innovation technologique telles Nokia ou Alcatel et nous ne créons plus de nouvelles innovations.

Les causes sont sans doute multiples, mais la peur d’essayer est la plus grave. Et je ne suis pas sûr que nous en ayons conscience. Sont-ils si nombreux les européens qui ont compris que l’innovation passe par l’entrepreneuriat ? Je crains que nous préférions avoir des enfants bien éduqués pour entrer dans les grandes entreprises établies que des individus créatifs prêts à tenter leur chance. Pire encore, quels modèles pourraient-ils avoir ?


Bob Noyce fut un modèle et un mentor pour Steve Jobs.

Dans ce lieu unique qu’est la Silicon Valley, des milliers d’entrepreneurs essaient chaque année. « La différence est question de psychologie: tout le monde dans la Silicon Valley connait quelqu’un qui a très bien réussi dans une start-up. Alors ils se disent: je ne suis pas plus idiot que lui et il a fait des millions, alors je dois aussi pouvoir le faire. Du coup, ils essayent et en pensant qu’ils peuvent réussir, ils augmentent leurs chances de succès. Cette psychologie-là n’existe pas souvent ailleurs. » a écrit Tom Perkins, célèbre investisseur de cette région.

L’Europe n’est pas tout à fait inconsciente du problème. L’année 2000 fut l’occasion pour l’Union Européenne de déclarer à Lisbonne son objectif de devenir d’ici à 2010 « l’économie basée sur la connaissance la plus compétitive du monde ». Echec total. Une multitude de mécanismes de soutien fut mise en place, mais les Européens semblent avoir oublié que l’innovation est avant tout histoire d’aventuriers, de pionniers. Les entrepreneurs sont des passionnés. « Fonder une start-up n’est pas un acte rationnel. Le succès ne vient qu’à ceux qui osent et qui sont assez fous pour penser de manière déraisonnable. Les entrepreneurs doivent sortir du cadre, des conventions et des contraintes habituelles pour atteindre l’extraordinaire, » nous dit Vinod Khosla autre icône de la Silicon Valley. Une start-up est un bébé dont les fondateurs sont les parents. Pas très étonnant qu’ils se lancent souvent en couple tant l’aventure va être difficile. Ils sont souvent migrants. Sans doute parce que les migrants n’ont pas les connections qu’il faut là où ils sont. La moitié des entrepreneurs de la Silicon Valley ne sont pas américains. Que n’avons-nous peur de cette richesse en Europe !

La Silicon Valley est une culture ouverte où même des concurrents comme Apple, Google ou Facebook se parlent et coopèrent. Ils sont souvent jeunes. Ce n’est pas une nécessité, mais la jeunesse (ou l’inconscience) bride souvent moins la créativité. Ila travaillent aussi avec passion sur leur innovation, augmentant encore la probabilité de succès. C’est cela la vraie « open innovation », pas celle qui est décrétée d’en haut.

La Silicon Valley est un endroit unique aux Etats Unis, que personne n’a jamais pu copier. Et pourtant chaque Etat, chaque région d’Europe essaie désespérément de créer la sienne ! Unissons nos efforts. En ne cherchant plus à créer le graal du cluster technologique européen et en coopérant à distance une fois pour toutes. Mais nos égoïsmes sont encore trop grands pour céder à une telle vision. Au moins travaillons ensemble sans gaspillage inutile !

Dans un discours récent [2] , Risto Siilasmaa, le jeune président de Nokia, a appelé à une réaction similaire et a ajouté que « l’entrepreneuriat est un état d’esprit, ce qui implique le pragmatisme, l’ambition, des rêves, la persévérance, l’optimisme et une culture du renoncement pour mieux recommencer ». Sans une grande ambition, ce n’est pas la peine d’essayer.

Une priorité est de se concentrer sur le développement d’une infrastructure où les entrepreneurs qui prennent des risques peuvent prospérer. Les entrepreneurs ne peuvent pas réussir seuls. Ils ont d’abord besoin d’investisseurs qui leur permettront de se lancer dans l’aventure. L’Amérique a su créer l’outil idéal qu’est le capital-risque : d’anciens entrepreneurs sont devenus les soutiens des nouveaux en devenant des financiers d’un type particulier, des financiers qui aident [3]. Ils ont ensuite besoin de managers qui connaissent cette culture des start-up. Il ne suffit pas d’avoir la compétence apportée par des années passées dans les grands groupes, elle peut parfois même être dangereuse si la culture de l’innovation ne l’accompagne pas. Il faut aussi des employés ayant eux aussi digéré cette culture, des employés qui seront intéressés par des mécanismes de stock-options. J’ai bien dit stock-option, ce mot devenu gros à force d’engraisser ceux qui ne le méritaient pas. Les stock-options devraient aller à ceux qui essaient. Sans doute faudra-t-il aussi flexibilité de l’emploi pour les start-up tant celles-ci doivent faire face à des incertitudes et des cycles rapides. Mais il ne faudrait pas croire que l’absence de ces mécanismes soit à l’origine de nos échecs. C’est l’absence de cette culture d’innovation qui nous blesse. N’ayons pas peur de l’échec. L’échec est la mère du succès dissent les chinois. Croyez-vous qu’un enfant tienne sur sa bicyclette au premier essai?

L’échec fera toujours partie de l’innovation. C’est la raison pour laquelle il faut une masse critique. Dans un seul lieu ou non. Et l’échec ne devra pas être stigmatisé. Je crois qu’il faut aller voir cette culture de la Silicon Valley, y passer du temps pour comprendre. Des semaines ou des mois. Sans craindre que nos enfants ne reviennent pas. Il vaut mieux essayer là-bas que de ne rien faire ici. Et ils reviendront nous apprendre au pire ! Nous devons aussi développer les échanges d’entrepreneurs entre régions d‘Europe, comme nous l’avons très bien fait pour nos étudiants.

On pourra me reprocher d’être trop fasciné par la culture américaine et par l’innovation technologique. L’Europe a une autre manière de faire me dit-on. Elle innove avec ses grands groupes comme Airbus ou ses PMEs allemandes ou suisses, ou dans les services. Parce que vous croyez que les Etats-Unis ne les ont pas ? On me dit que le capital-risque est en crise, que la Silicon Valley n’innove plus et il est vrai qu’en dehors du web, la créativité semble bien ralentie. Schumpeter, le grand économiste, avait bâti une formidable théorie, où les grands entreprises établies meurent et sont remplacées par de nouveaux entrants quand elles n’innovent plus. Le XXIème siècle serait-il différent du précédent ? Peut-être… mais nos problèmes d’énergie, de vieillissement, de santé ne vont-ils pas requérir de nouvelles innovations et de nouveaux entrepreneurs ? Je le crois.

L’Europe a besoin d’une nouvelle ambition, d’un nouvel enthousiasme et nous les européens vieillissants le devons à nos enfants, à notre jeunesse. Dès l’école primaire, laissons nos enfants exprimer leur créativité, apprenons leur que dire non est positif et qu’une carrière n’a de sens que si elle inclut passion et ambition. Ne les encourageons pas à suivre les chemins de la certitude qui sont peut-être mortifères. Steve Jobs dans un magnifique discours en 2005 [4], indiquait que nous allions tous mourir un jour, et qu’avant ce jour, il fallait toujours savoir rester fou et curieux. Suivons son conseil. Aidons nos enfants !

Hervé Lebret soutien l’entrepreneuriat high-tech à l’EPFL. Il est l’auteur du blog Start-Up, www.startup-book.com/fr

[1]: Les misérables – Europe not only has a euro crisis, it also has a growth crisis. That is because of its chronic failure to encourage ambitious entrepreneurs. The Economist, July 2012. www.economist.com/node/21559618

[2] Risto Siilasmaa à la conférence REE. Helsinki, Sept. 7, 2012.

[3] Ne manquez pas le film SomethingVentured qui décrit à merveille et avec humour les premières années du capital risque, www.somethingventuredthemovie.com

[4] Stay Hungry, Stay Foolish. ‘You’ve got to find what you love.’ http://news.stanford.edu/news/2005/june15/jobs-061505.html

En résumé, quelques points clés:
• L’Europe est derrière les USA et l’Asie dans l’innovation.
• Les entrepreneurs ne sont pas considérés comme des héros en Europe.
• Essais et erreurs, incertitude, et échec font partie (essentielle) de l’innovation
• Notre niveau de confort élevé accélérera notre propre fin (et non la destruction créatrice de nouveau).
• La peur d’essayer est le problème le plus grave avec l’innovation.
• Le mandat de l’Europe de devenir la première économie du monde fondée sur la connaissance a échoué.
• L’Innovation ne se décrète pas, elle est bottom-up, pas top-down.
• Les jeunes sont créatifs, car ils n’ont pas encore l’expérience de l’échec.
• Nous devons créer une infrastructure où les entrepreneurs qui prennent des risques peuvent prospérer.
• Tous les étudiants qui montrent un intérêt pour et la capacité d’innovation devraient connaître la culture de la Silicon Valley. Nous ne devrions pas craindre qu’ils ne reviennent pas.
• Les grandes universités en Europe peuvent être des facteurs de changement, des catalyseurs, en se mettant d’accord sur ce qui est important (l’éducation, l’innovation, l’entrepreneuriat) et investir dans ces domaines.

Startup Kids, un film à voir par tous (et pas seulement les entrepreneurs)

Les films et la video sont peut-être en train de remplacer les livres et les blogs, en particulier pour communiquer sur les start-up et l’entrepreneuriat… C’est ce que m’avait dit Neil Rimer quand j’avais publié mon livre. Il est vrai qu’il y a eu récemment quelques films de fiction (Le réseau social, Jobs) et des documentaires (SomethingVentured) sans oublier quelques documents plus anciens comme Le triomphe des nerds.

Startup Kids fait sans aucun doute partie de cette tendance, et c’est un document intéressant (et divertissant). Vous pouvez voir la bande annonce ci-dessous et ensuite j’en cite quelques extraits. Ce travail m’avait été mentionné par quelques collègues (merci Corine :-)), y compris le très bon article du blog de Sébastien Flury, The Startup Kids – a film that any wannabe founder should watch!

Sur l’entrepreneuriat

StartupKids-Houston
Drew Houston, Dropbox: « C’est un peu comme sauter d’une falaise et devoir fabriquer votre propre parachute. »

StartupKids-Segerstrale
Kristian Segerstrale, Playfish: « Un entrepreneur, c’est quelqu’un qui ose avoir un rêve que peu de gens ont et, surtout, qui n’hésite pas à y investir son argent, sa parole, son temps, sa carrière et qui a l’audace de foncer pour concrétiser sa vision. »

StartupKids-Ljung
Alexandre Ljung, SoundCLoud (Suédois basé à Berlin et San Francisco): Je n’avais pas le profil type de l’entrepreneur, […] mais avec le recul, j’ai toujours eu beaucoup de projets passionnés, donc j’avais beaucoup d’esprit d’entreprise, mais pas dans le sens « business » du terme. »

Dans European Founders at Work, son co-fondateur, Eric Wahlforss indique : « Je pense que nous aurions pu facilement faire tout cela un an plus vite si nous avions pu être un peu plus audacieux et penser un peu plus en termes d’échelle dès le début. Nous avons commencé tout petit, avec presque pas d’argent, et une très petite équipe. Je pense que nous aurions pu être plus audacieux. […] Et fonctionnant avec une vision plus large dès le début. » Et puis, « Allez-y. » C’est la meilleure décision que j’ai jamais prise dans ma vie. […] Je faisais des études d’ingénierie et ainsi, j’ai eu une centaine de camarades de classe. Et je sais que presque aucun d’entre eux n’a fondé une entreprise, ce qui est fou parce que je sais que beaucoup d’entre eux avaient de bonnes idées. Mais aucun d’entre eux n’a tout à fait senti qu’ils étaient en mesure de se lancer vraiment.

La chance est un sujet important du film

Segerstrale à nouveau: «Pour réussir, une start-up a besoin de beaucoup de choses : une bonne idée, une super équipe, arriver au bon moment, avoir les investissements voulus, et elle a besoin de beaucoup de chance.»

StartupKids-Draper
Tim Draper, fondateur et investisseur, DFJ: « Le facteur chance a été très important pour les start-up qui ont connu le succès. Vous avez besoin de beaucoup de chance. 25 moteurs de recherche moteurs de recherche ont été financés avant que Google ne soit financé. Il y eut Friendster et LinkedIn et MySpace et environ 50 autres sociétés ont précédé FaceBook avant qu’il ne s’impose comme le grand gagnant sur son marché. » [Et c’était la même chose avec les sociétés d’ordinateurs dans les années 80!]

StartupKids-Klein
Enfin ne manquez pas Zach Klein (fondateur de Vimeo) dans son magnifique chalet en bois qui me rappelle le Walden de Thoreau.

Qu’est-ce qu’une start-up? (partie 3)

Mon collègue Jean-Philippe Solvay m’a récemment demandé de réagir à un message Facebook demandant ce qu’est exactement une start-up. Et comme vous pouvez le lire dans ce message facebook, ce n’est pas si facile de répondre. Une des meilleures références données dans le post est l’analyse assez exhaustive de swombat.com.

Dans le passé, j’ai écrit deux messages sur le sujet: dans la Partie 1 en 2011, j’avais donné ma définition: « Une start-up est une entreprise qui est née d’une idée et a le potentiel pour devenir une grande entreprise » ainsi que la très bonne définition de Steve Blank: « les start-up sont des entités temporaires destinées à la recherche d’un modèle d’affaires extensible et reproductible. » (Il y a toutefois quelque chose avec quoi je ne suis pas à l’aise chez Steve Blank de: je voudrais supprimer le mot « modèle », et le remplacer par « business » car une start- peut savoir ce qu’elle veut faire, mais ne l’a pas encore validé. Les start-up copiant des modèles d’affaires existants n’en seraient pas…)

Puis, dans la « partie 2 » en janvier 2013, j’ai ajouté ce qui suit: « Une start-up est une société qui explore, qui est à la recherche d’un modèle d’entreprise, d’un marché, de clients et tente d’innover. Elle cherche généralement un grand marché (« scalable/extensible ») et donc les entreprises de services ne sont pas des start-up (sauf sur le web). Il est donc aussi question de croissance forte et rapide car pour ces marchés émergents, la concurrence est rude et les gagnants peu nombreux. Il faut souvent aller vite. C’est aussi pourquoi c’est un état d’esprit: vous êtes curieux, dans un monde incertain, en essayant d’apporter de nouvelles choses au monde, voire de le changer. Parce que vous êtes à la recherche d’un modèle d’affaires, vous n’avez pas assez de clients payants, et vous aurez probablement besoin de capitaux externes (business angels, capital-risque), sauf si vos futurs clients acceptent de payer en ‘avance. C’est pourquoi il existe une forte corrélation entre le statut de start-up et avoir des investisseurs. »

Je suis d’accord avec la plupart des caractéristiques indiquées dans les contributions Facebook ou swombat: « les start-up sont de nouvelles entreprises focalisées sur l’innovation et la croissance dans des situations de grande incertitude (ou de risque) ». Elles n’ont pas à être dans la technologie et si c’est le cas, ielles sont appelées start-up high-tech. Peut-être que l’innovation n’est pas si importante, comme beaucoup d’entre elles copient les autres, mais la croissance (la scalability) est critique. Les entreprises de services ou de consulting ne sont généralement pas des start-up parce que la croissance est linéaire, et non exponentielle (avec le nombre d’emplois).

Permettez-moi d’ajouter un autre point: si le mot a été créé, il doit y avoir une bonne raison! Quand est-il apparu? Wikipedia affirme qu’il est devenu populaire avec la bulle dot.com des années 90. Cependant, j’ai trouvé le terme dans Regional Advantage de Saxenian (1994) et même dans Silicon Valley Fever (1984). Il ne fait aucun doute que le terme a émergé avec les clusters technologiquse tels que la Route 128 et la Silicon Valley, raison pour laquelle il est associé à la haute technologie ainsi qu’au capital-risque. Mais toutes les start-up ne font pas partie de ces entités géographiques. Microsoft et Amazon sont basées à Seattle, qui n’est pas vraiment un cluster. Quand ils n’appartiennent pas à un cluster géographique, ils appartiennent à une grappe technologique, principalement IT (électronique, logiciel, internet) ou biotech / medtech. Tesla Motors est considéré comme une start-up, car elle appartient à l’écosystème de la Silicon Valley même si elle est dans un secteur où il existe très peu de start-up. Je ne pense pas que EasyJet ait jamais été appelée une start-up, car elle n’appartient à aucun cluster (technologique ou géographique). Donc, j’aurais tendance à définir une start-up comme « une nouvelle entreprise focalisée sur la croissance dans des situations de grande incertitude, et appartenant à un cluster technologique ou géographique ».

PS: en regardant le sujet à nouveau, j’ai découvert un débat sur ​​la façon d’épeler le mot … En 2007, j’avais décidé pour « start-up », mais « start up » et « startup » étaient employés également. Il semble « startup » soit maintenant de plus en plus populaire. Je m’en tiens à « start-up » pour le moment, pour être cohérent avec ce que j’ai toujours fait. De même je ne mets pas de « s » au pluriel…

Après le Cygne Noir, Taleb frappe encore avec Antifragile

Antifragile, things that gain from disorder by Nassim Nicholas Taleb
Antifragile-Taleb

Voici probablement un des articles que j’ai eu le plus de mal à écrire pour ce blog tant le sujet est passionant mais dur à résumer. Désolé si l’article vous semble mauvais. Mais vous pouvez toujours aller directement à la source! Taleb donne dans cette suite au Black Swan une analyse très intéressante de la façon dont le monde peut être moins exposé aux cygnes noirs, et non pas en devenant plus robuste seulement, mais en devenant « antifragile », c’est-à-dire en tirant bénéfice d’événements aléatoires. Ses vues sont liées aux tensions entre l’individu et les groupes, et comment les systèmes distribués sont plus robustes que les systèmes centralisés, comment les petites unités sont moins fragiles que les grosses. Cela ne signifie pas que Taleb soit contre les organisation ou les lois; un gouvernement trop peu interventionniste induit aussi des situations totalement désordonnées. Il s’agit selon lui de mettre le curseur au bon niveau. La Suisse représente pour Taleb une bonne illustration de l’organisation étatique idéale avec peu de gouvernement central et beaucoup de responsabilité locale. Il présente des analogies similaires pour le lieu de travail, où il explique que le travailleur indépendant, qui connaît bien son marché, est moins fragile face aux crises que les grandes entreprises et leurs salariés. Une façon de rendre les systèmes moins fragiles est de mettre un peu de bruit, un peu de hasard qui les stabilisent. Ceci est bien connu dans la science et dans les sciences sociales. Rappelez-vous juste d’Athènes qui parfois tirait au sort des nomination de certains de ses dirigeants pour éviter les excès!

Vous pouvez écouter Taleb ici:

Maintenant, permettez-moi de citer l’auteur. Il s’agit ici de notes plutôt rapidement (donc mal) traduites et pour des critiques construites, allez voir le site de l’auteur, www.fooledbyrandomness.com Premièrement Taleb est injuste, comme d’habitude, mais moins peut-être que dans le Black Swan. Voici un exemple: « Les universitaires (en particulier dans les sciences sociales) semblent se méfier les uns les autres, […] pour ne pas mentionner un niveau d’envie que je n’ai presque jamais vu dans les affaires … Mon expérience est que l’argent et les transactions purifient les relations ; les idées et les questions abstraites telles que la « reconnaissance » et « crédit » les déforment, créant une atmosphère de rivalité perpétuelle. J’ai grandi en voyant des gens avides de pouvoirs nauséabonds, répugnants, et indignes de confiance. » [Page 17] Taleb est juste sur l’envie et la rivalité, mais a tort de dire que c’est pire dans les milieux universitaires. Je pense que c’est universel! Dans la politique par exemple. Mais quand l’argent est disponible, peut-être la rivalité compte-t-elle moins que là où il y en a peu.

Maintenant un sujet proche de mon activité: « Ce message des anciens est beaucoup plus profond qu’il n’y paraît. Il contredit les méthodes modernes et les idées relatives à l’innovation et au progrès à plusieurs niveaux, car nous avons tendance à penser que l’innovation provient de financements bureaucratiques, grâce à une planification centralisée, ou en plaçant les gens dans un cours de la Harvard Business School donné par un professeur célèbre en Innovation et Entrepreneuriat (qui n’a jamais innové en quoi que ce soit) ou par l’embauche d’un consultant (qui n’a jamais innové en quoi que ce soit). C’est une escroquerie – notez la contribution disproportionnée des techniciens sans formation et des entrepreneurs dans les différentes révolutions technologiques, depuis la révolution industrielle jusque l’émergence de la Silicon Valley, et vous verrez ce que je veux dire. » [Page 42] [Taleb est à nouveau extrême et injuste, même s’il n’a pas entièrement tort]

« L’antifragilité de certains vient nécessairement au détriment de la fragilité des autres. Dans un système, les sacrifices de certaines unités – les unités ou les personnes fragiles – sont souvent nécessaires pour le bien-être des autres unités ou de l’ensemble. La fragilité de toutes les start-up est nécessaire pour que l’économie soit antifragile, et c’est ce qui fait, entre autres choses, la réussite de l’esprit d’entreprise: la fragilité des entrepreneurs individuels et leur taux de défaillances nécessairement élevé « . [Page 65] Ce qui m’a surpris, c’est que Taleb montre plus loin que cela est vrai aussi pour les restaurants (pas beaucoup de succès) que pour les start-up en haute technologie. Ce n’est donc pas à proprement parler une question d’incertitude des nouveaux marchés, mais d’incertitude en général.

Les mathématiques de la convexité

Je dois admettre Taleb n’est pas facile à lire. Non pas parce qu’il est complexe (parfois ses idées sont du pur bon sens), mais parce qu’il est dense, avec des idées très variées même si elles sont plutôt cohérentes. Le livre est divisé en 25 chapitres, mais aussi en 7 livres. En fait, Taleb insiste sur ce point, il aurait pu écrire 7 livres différents! Même ses mathématiques sont simples. Sa définition de la convexité est un peu étrange mais je l’ai trouvé intéressante (j’enseigne l’optimisation convexe, et vous l’ignorez sans doute, c’était le sujet de ma thèse de doctorat!). Un exemple de pensée abrupte mais finalement profonde: « La prise de décision est basée sur les gains, et non pas sur la connaissance. » [Page 337]

L’inégalité de Jensen est intéressante [Pages 342, 227 – Jensen était un mathématicien amateur !] – la transformation convexe d’une moyenne est inférieure ou égale à la moyenne après transformation convexe. Elle est majeure dans les raisonnements de Taleb. De même sa comparaison de l’individu (concave, nous mourons) et du collectif (convexe, antifragile, bénéficie des échecs individuels). Ainsi, la prise de risque est bonne pour la collectivité s’il y a des mécanismes d’assurance. La prise de risque + l’assurance face à la spéculation sans valeur ajoutée.

« Simplement, les faibles probabilités sont convexes aux erreurs de calcul. On a besoin d’un paramètre, appelé écart-type, mais l’incertitude sur l’écart-type a pour effet d’augmenter des faibles probabilités. Les probabilités de plus en plus petites nécessitent plus de précision dans les calculs. En fait, les faibles probabilités sont incalculables, même si nous avons le bon modèle – ce que bien sûr nous n’avons pas. » [Taleb oublie de mentionner Poincaré que pourtant il citait dans le Cygne Noir, mais peu importe. ]

Une tension visible entre les intérêts individuels et collectifs

Des citations à nouveau: « Ce que l’économie, en tant que collectif, veut [des diplômés d’école de commerce] faire est non pas de survivre, mais plutôt de prendre beaucoup, beaucoup de risques inconsidérés et être aveuglés par les chances. Les industries s’améliorent d’échec en échec. Les systèmes naturels et la nature ont besoin d’un excès de confiance de la part des agents économiques individuels, c’est à dire, une surestimation de leurs chances de succès et une sous-estimation des risques d’échec dans leurs entreprises, à condition que leurs défaillances n’aient pas d’impacts sur les autres. En d’autres termes, ils veulent l’excès de confiance local, mais pas global ». […] Autrement, une certaine prise de risque excessive, voire suicidaire, est bonne pour l’économie – à la condition que tous les gens ne prennent les mêmes risques et que ces risques restent faibles et localisés. Maintenant, en perturbant le modèle, comme nous le verrons, avec plans de sauvetage, les gouvernements favorisent généralement une certaine classe d’entreprises qui sont suffisamment grandes pour exiger d’être sauvegardées afin d’éviter la contagion à d’autres entreprises. Ceci est à l’opposé d’une bonne prise de risque, c’est le transfert de la fragilité du collectif à l’inapte. […] L’expression célèbre de Nietzsche « ce qui ne me tue pas me rend plus fort » peut être facilement mise en œuvre dans le sens de la mithridatisation ou de l’Hormesis mais elle peut aussi signifier «ce qui ne me tue pas ne me rend plus fort, mais m’a épargné parce que je suis plus fort que d’autres, mais il en a tué d’autres et la moyenne de la population est maintenant plus forte, car les faibles ont disparu « . […] Cette tension visible entre les intérêts individuels et collectifs est nouvelle dans l’histoire. […] Certaines des idées sur la force et la sélection rendent mal à l’aise l’auteur que je suis, ce qui rend l’écriture de certaines parties plutôt douloureuse – je déteste la cruauté de la sélection, la déloyauté inexorable de Mère Nature. Je déteste la notion d’une amélioration qui nuit à d’autres. Comme humaniste, je suis contre l’antifragilité des systèmes au détriment des individus, car si vous suivez le raisonnement, cela fait de nous des êtres humains individuellement inutiles. » [Pages 75-77]

Une journée nationale de l’Entrepreneur

« Comparez les entrepreneurs aux gérants et aux comptables des sociétés qui grimpent les échelons de la hiérarchie avec presque jamais aucune prise de risque. Leur cohorte est rarement en danger. Mon rêve – la solution – est que nous aurions besoin d’une journée nationale de l’Entrepreneur, avec le message suivant: La plupart d’entre vous vont échouer, méprisés, appauvris, mais nous sommes reconnaissants pour les risques que vous prenez et les sacrifices que vous faites pour l’amour de la croissance économique de la planète et en tirant les autres hors de la pauvreté. Vous êtes la source de notre antifragilité. Notre nation vous remercie. » [Page 80]

Systèmes locaux distribués, hasard et modernité

« Vous n’avez jamais une crise des restaurants. Pourquoi? Parce que cette industrie est composée d’un grand nombre de concurrents indépendants et de petites unités qui ne sont pas individuellement une menace pour le système en le faisant sauter d’un état à un autre. L’aléatoire est distribué plutôt que concentré. » [Page 98]

« Ajouter un certain nombre de politiciens au hasard peut améliorer le fonctionnement du système parlementaire. » [Page 104]

« La modernité, c’est la domination à grande échelle de l’environnement par l’espère humaine, le lissage systématique des irrégularités du monde, et l’étouffement de la volatilité et les facteurs de stress. Nous entrons dans une phase de la modernité marquée par le lobbyiste, la société à responsabilité très, très limitée, le MBA, le profiteur, la sécularisation, le fisc, la peur du patron… » [Page 108]

« L’iatrogénèse signifie littéralement « provoqué par le guérisseur ». L’erreur médicale tue encore actuellement entre trois fois (comme acceptée par les médecins) et dix fois autant de personnes que les accidents de voiture aux États-Unis ; il est généralement admis que les dommages causés par les médecins – sans compter les risques des germes des hôpitaux – représentent plus de décès qu’aucun cancer. L’iatrogénèse est aggravée par le «problème de l’agent» qui apparaît lorsque l’une des parties (l’agent) a des intérêts personnels qui sont séparés de ceux qui reçoivent ses services (le mandant). Un problème d’agent est présent chez les l’agent de change et les médecins dont l’ultime intérêt est leur compte en banque, et non pas votre santé financière ou médicale. » [Pages 111-112]

Théories et intervention

« Les théories sont super fragiles en dehors de la physique. L’emploi même du mot «théorie» est troublant. En sciences sociales, nous devrions appeler ces constructions des «chimères» plutôt que des théories. [Vous comprenez maintenant pourquoi Taleb a beaucoup d’ennemis.] Une source principale de la crise économique a commencé en 2007 dans l’iatrogénèse des tentatives […] d’Alan Greenspan pour aplanir le cycle explosif qui a poussé à causé cacher des risques sous le tapis. La partie la plus déprimante de l’histoire ed Greenspan, c’est que l’homme était un libertaire et apparemment convaincu par l’idée de laisser les systèmes à eux-mêmes, les gens peuvent se leurrer eux-mêmes sans cesse. […] L’argument n’est pas encore une fois contre l’idée de l’intervention, en fait, je l’ai montré ci-dessus, je suis tout aussi préoccupé par la sous-intervention lorsque cela est vraiment nécessaire. […] Nous avons tendance à sous-estimer le rôle du hasard dans les affaires humaines. Nous devons éviter d’être aveugles à l’antifragilité naturelle des systèmes, leur capacité à prendre soin d’eux et combattre notre tendance à leur nuire et à les fragiliser en ne leur donnant une chance de le faire. […] Hélas, il a été difficile pour moi de développer ces idées au sujet de la fragilité dans le discours politique américain actuel. Le côté démocrate du spectre américain favorise l’hyper-intervention, la réglementation inconditionnelle et le grand gouvernement, tandis que le côté républicain aime les grandes sociétés, la déréglementation inconditionnelle et le militarisme, les deux sont la même chose pour moi. Permettez-moi de simplifier mon point de vue sur l’intervention. Pour moi, c’est surtout d’avoir un protocole systématique pour déterminer quand intervenir et quand laisser seuls les systèmes. Et nous pouvons avoir besoin d’intervenir pour contrôler l’iatrogénèse de la modernité – en particulier les dommages à grande échelle pour l’environnement et la concentration du potentiel de dommages (pas encore manifesté), le genre de chose que nous remarquons seulement quand il est trop tard. Les idées avancées ici ne sont pas politiques, mais fondées sur la gestion des risques. Je n’ai pas une affiliation politique ou d’appartenance à un parti en particulier, mais plutôt, je présente l’idée de dommage et de fragilité dans le vocabulaire pour que nous puissions formuler des politiques appropriées pour nous assurer de ne pas finir par faire exploser la planète et nous-mêmes. » [Pages 116-118]

« En conclusion, la meilleure façon d’atténuer l’interventionnisme est de rationner la quantité d’informations. Plus vous obtenez de données, moins vous en savez. » [Page 128]

« Les événements de « queue » politiques et économiques sont imprévisibles et leurs probabilités ne sont pas scientifiquement mesurables. » [Page 133]

La stratégie de l’haltère et l’optionalité

« La stratégie de l’haltère est un moyen de parvenir à l’anti-fragilité, en diminuant le risque de baisse plutôt que d’augmenter la probabilité de hausse, en réduisant l’exposition aux cygnes noirs négatifs. Ainsi, tout comme le stoïcisme est la domestication, et non pas l’élimination, d’émotions, de même que la barre de domestication, à l’éradication de l’incertitude. » [Page 159]. C’est une combinaison de deux extrêmes, l’un du type coffre-fort et l’autre du type spéculatif, combinaison jugée plus robuste qu’une stratégie monomodale. Dans les systèmes biologiques, l’équivalent est d’épouser un comptable en ayant une aventure occasionnelle avec une star du rock ; pour un écrivain, obtenir une sinécure stable et écrire sans les pressions du marché. Même les mécanismes d’essais et d’erreurs sont une forme de stratégie d’haltère. » [Glossaire page 428].

« La force de l’entrepreneur Steve Jobs était de se méfier des études de marché et des groupes de discussion – ceux qui demandent aux gens ce qu’ils veulent – et en suivant sa propre imagination, son fonctionnement était que les gens ne savent pas ce qu’ils veulent jusqu’à ce qu’on le leur fournisse. » [Page 171]

« L’atout de l’Amérique est tout simplement la prise de risque et l’utilisation de l’optionalité, la remarquable capacité à s’engager dans des formes rationnelles de tâtonnements, sans honte particulière de l’échec, en recommençant à nouveau et en répétant les mêmes erreurs. Dans le Japon moderne, en revanche, la honte vient, avec l’échec, ce qui pousse les gens à cacher les risques, financiers ou nucléaire, sous le tapis. »

« La nature fait de l’« échec précoce » à la manière californienne – elle a des options et les utilise. La nature comprend des effets d’optionalité mieux que les humains. […] L’idée est exprimée par Steve Jobs dans un discours célèbre: “Stay hungry, stay foolish.” Il voulait probablement dire « Soyez fou, mais conservez la rationalité du choix de la limite supérieure quand vous la verrez. » Tout essai et erreur peut être considéré comme l’expression d’une option, tant que l’on est capable d’identifier un résultat favorable et de l’exploiter. » [Page 181]

« L’option est un substitut à la connaissance en fait je ne comprends pas ce qu’est une connaissance stérile, car elle est nécessairement vague et stérile. Je fais donc l’hypothèse audacieuse que beaucoup de choses que nous pensons être dérivées par la connaissance ou le savoir viennent en grande partie d’options, d’options bien utilisées, tout comme la situation de Thales [qui avait pris une option sur pressoirs à olives – pages 173-174] plutôt que de ce que nous prétendons comprendre. » [Page 186]

Taleb est sceptique avec les experts, avec quiconque croyant en un modèle linéaire : université -> sciences appliquées -> pratique (ceux qui « apprennent aux oiseaux à voler »), il croit au bricolage, aux heuristiques, à l’apprentissage, et se fait encore beaucoup d’ennemis gratuitement! Il prétend que le moteur à réaction, les instruments financiers modernes, l’architecture, la médecine ont d’abord été mis au point par des praticiens puis théorisé par des scientifiques, pas inventés ou découverts par eux.

Bricolage et recherche

« Il doit y avoir une forme de financement qui fonctionne. Par un tour vicieux d’événements, les gouvernements ont eu d’énormes retombées de la recherche, mais pas comme prévu – regardez l’Internet. Cela vient juste de ce que les fonctionnaires sont trop finalistes dans la façon dont ils regardent les choses et tout comme les grandes entreprises. La plupart des grandes entreprises, dans l’industrie pharmaceutique par exemple, sont leurs propres ennemis. Pensez à la recherche fondamentale, où les subventions et le financement sont donnés aux personnes et non aux projets, réparties en petites quantités à de nombreux chercheurs. Il a été découvert qu’en Californie, les capital-risqueurs ont tendance à soutenir les entrepreneurs, pas des idées. Les décisions sont en grande partie une question d’opinion, renforcée « qui vous connaissez ». Pourquoi? Parce que les innovations dérivent, et on a besoin de talent de type flâneur apte à saisir les occasions qui se présentent. Les décisions importantes du capital-risque se font sans plan d’affaires réel. Donc, s’il y a une quelconque analyse, elle est de nature de sauvegarde et de confirmation. Clairement l’argent devrait aller aux bricoleurs, les bricoleurs agressifs en qui vous avez confiance pour faire fructifier les options. » [Page 229]

« Malgré le succès commercial de plusieurs sociétés et la croissance fulgurante du chiffre d’affaires pour l’industrie dans son ensemble, la plupart des entreprises de biotechnologie ne font aucun profit. » [Page 237] [Optionalité à nouveau]

« (i) Cherchez optionalité ; en fait, classez les choses selon l’optionalité, (ii) de préférence avec des gains ouverts, non bornés, (iii) n’investissez pas dans les plans d’affaires, mais dans les gens, donc cherchez quelqu’un capable de changer six ou sept fois au cours de sa carrière, ou plus (une idée qui fait partie du modus operandi du capital-risqueur Marc Andreessen); on obtient une immunité face aux récits illusoires du plan d’affaires en investissant dans les personnes . Assurez-vous que vous êtes « haltérifiés », quoi que cela signifie dans votre entreprise. » [Page 238]

« Je me suis contenté ici de réfuter l’épiphénomène de ceux qui « apprennent aux oiseaux à voler » et le « modèle linéaire », en suivant les propriétés mathématiques simples de l’optionalité. Il n’existe aucune preuve empirique pour soutenir l’affirmation selon laquelle la recherche organisée (au sens de son actuelle commercialisation) conduit aux grandes choses promises par les universités. [Voir aussi les lamentations de Thiel au sujet de la promesse de technologies – www.startup-book.com/fr/2010/10/12/la-technologie-notre-salut] L’éducation est une institution qui a connu une croissance sans facteurs de stress externes; la chose va nécessairement s’effondrer. » [En guise de conclusion du livre IV, page 261]

Pourquoi la fragilité est-elle non linéaire?

« Pour la fragilité, l’effet cumulatif de petits chocs est plus faible que l‘effet d’un choc équivalent de grande dimension. Pour l’antifragilité, les chocs apportent plus d’avantages (de façon équivalente, moins de mal) avec l’augmentation de leur intensité (jusqu’à un certain point). »

Via negativa

« Nous n’avons pas forcément besoin d’un nom ou même d’une capacité à exprimer quoi que ce soit. Nous pouvons juste dire quelque chose à propos de ce qu’il n’est pas. Michel-Ange avait été interrogé par le pape sur le secret de son génie, en particulier la façon dont il avait sculpté la statue de David. Sa réponse avait été: C’est simple, je supprime tout ce qui n’est pas David. » [Pages 302 à 304]

[…] « Les charlatans sont reconnaissables au fait qu’ils vont vous donner des conseils positifs. Pourtant, dans la pratique, c’est le négatif qui est utilisé par les pros. On ne peut pas vraiment dire si une personne qui a réussi a les compétences, ou si une personne ayant des compétences va réussir – mais on peut assez bien prédire la négative, une personne totalement dépourvue de compétences finira par échouer. »

[…] « La plus grand – la plus robuste – contribution à la connaissance consiste à enlever ce que nous pensons erroné. Nous en savons beaucoup plus sur ce que ce qui est faux que ce qui est juste. La connaissance négative est plus robuste aux erreurs que la connaissance positive. […] Ainsi une petite observation négative peut réfuter une affirmation, alors que des millions de positifs ne peuvent guère la prouver. [Les Black Swan!], L’infirmation est plus rigoureuse que la confirmation. […] Disons que, en général, les échecs (et l’infirmation) sont plus instructifs que le succès et la confirmation. »

[Curieusement, je me souviens des principales critiques contre mon livre étaient le manque de proposition [positive] en conclusion. J’aurais dû dire il y a beaucoup sur ce qu’il ne faut pas faire!]

« Enfin, pensez à cette version modernisée d’une parole de Steve Jobs: On croit que se focaliser c’est dire oui à ce que l’on choisit. Mais ce n’est pas ce du tout ce que cela signifie. Cela signifie dire non à la centaine d’autres bonnes idées qui se présentent. Vous devez choisir soigneusement. En fait je suis aussi fier des choses que nous n’avons pas faites que des choses que j’ai faites. L’innovation c’est dire non à 1000 choses. » [Page 305]

Less is more

« Il existe des méthodes beaucoup plus simples et efficaces pour la prévision et l’inférence que bien des méthodes complexes. Des heuristiques « rapides et frugales » permettent de prendre de bonnes décisions en dépit du temps limité. Premiers effets extrêmes: il y a des domaines dans lesquels les événements rares (bons ou mauvais) jouent une part disproportionnée et nous avons tendance à fermer les yeux sur eux. Juste s’inquiéter de l’exposition aux Black Swan et la vie devient facile. Ils peuvent ne pas avoir de cause facilement identifiable pour une grande part des problèmes, mais souvent il y a une solution facile pour les éviter, parfois visible à l’œil nu, plutôt que par l’utilisation d’analyses compliquées. Pourtant, les gens veulent plus de données pour résoudre des problèmes. » [Page 305-306]

« Le moyen de prédire est de rigoureusement « retirer de l’avenir », de le réduire des choses qui ne rentreront pas dans les temps à venir. Ce qui est fragile finira par se briser, et, heureusement, nous pouvons facilement dire ce qui est fragile. Les cygnes noirs positifs sont plus imprévisibles que leurs congénères négatifs. Maintenant, j’insiste sur la méthode de prophétie via negativa comme étant la seule valable. » [Page 310]

« Pour ce qui est périssable, chaque jour supplémentaire se traduit comme une diminution de l’espérance de vie supplémentaire. Pour ce qui est non-périssable, chaque jour supplémentaire peut impliquer une espérance de vie plus longue. En général, plus la technologie est ancienne, plus elle peut se pérenniser. Je ne dis pas que toutes les technologies ne vieillissent pas, mais seulement que les technologies sujettes au vieillissement sont déjà mortes. » [Page 319]

« Comment pouvons-nous savoir ce qu’il faut enseigner aux enfants pour le XXIe siècle, car nous ne savons pas ce que seront les compétences nécessaires? Effectivement ma réponse serait de leur faire lire les classiques. L’avenir est dans le passé. En fait, il y a un proverbe arabe à cet effet: celui qui n’a pas de passé n’a pas d’avenir. » [Page 320]

[Comme on peut le lire plus tard dans le livre Taleb n’aime pas la culture de la Bay Area. Et ce n’est pas une coïncidence, c’est une région avec presque pas de passé, presque pas d’histoire, mais cela certainement a pu contribuer à la multitude d’innovations de la Silicon Valley…]

« Si vous avez un tableau ancien et une télévision à écran plat, vous ne vous gênerez pas pour changer télévision, mais vous réfléchirez avant de vous débarrasser du tableau. Même chose avec un stylo plume ancien et le dernier ordinateur Apple; [Taleb est vraiment méfiant de la modernité et l’innovation, même s’il en joue le jeu. Avec l’architecture, il a les mêmes préoccupations. Encore une fois, il préfère la tradition à la modernité agressive. Même chose avec le système métrique face aux métriques ancestrales] Le « top-down » est bien souvent irréversible, de sorte que des erreurs ont tendance à survivre, alors que le « bottom-up » est graduel et progressif, avec un processus de création et la destruction au fil de l’eau, qui a du coup un impact plus positif. » [Pages 323-24]

« Nous pouvons aussi appliquer des critères de fragilité et de robustesse à la manipulation de l’information – le fragile dans ce contexte est, comme la technologie, ce qui ne résiste pas à l’épreuve du temps. […] Les livres qui ont été disponibles pendant dix ans le seront encore de l’ordre de dix ans, des livres qui l’ont été depuis deux millénaires devrait être là encore pendant un bon bout de temps. […] Le problème de décider si un résultat scientifique ou une nouvelle « innovation » est une percée, c’est-à-dire le contraire du bruit, est que l’on a besoin de voir tous les aspects de l’idée – et il y a toujours une certaine opacité à ce moment-là, que seul le temps, peut dissiper. »
[Page 329]

« Maintenant, qu’est-ce qui est fragile? La trop grande confiance, optimisée, dépendante de la technologie, et la méthode dite scientifique au lieu des heuristiques qui ont survécu à l’usage. »

« En émettant des avertissements basés sur la vulnérabilité – c’est-à-dire des prophéties soustractives – nous sommes plus près du rôle original du prophète: pour avertir, pas nécessairement pour prédire et prévoir les catastrophes si les gens n’écoutent pas. »

Éthique

« En vertu de l’opacité et de la complexité, les gens peuvent cacher des risques et blesser les autres. Avoir du « skin in the game » est le seul vrai atténuateur de fragilité. Nous avons développé un penchant pour la complication néo-maniaque au détriment de la simplicité archaïque. […] Le plus gros problème de la modernité réside dans le transfert malin de la fragilité et de l’antifragilité d’un groupe à l’autre, l’un obtenant les avantages, l’autre (inconsciemment) les inconvénients. Ce transfert est facilité par la confusion croissante entre l’éthique et le légal. La modernité se cache particulièrement bien. C’est bien sûr un problème d’agent. » [Page 373]

[Jetez aussi un coup d’œil au tableau 7, page 377.]

« Dans les sociétés traditionnelles, une personne n’est respectable et digne qu’en regard des risques qu’il (ou beaucoup plus souvent qu’elle) est prêt(e) à affronter pour le bien des autres. » [Page 376]

« Je veux que les prophètes aient des cicatrices visibles sur leur corps conséquences de leurs erreurs de prédiction, et non pas qu’ils redistribuent ces erreurs à la société. » [Page 386]

[Don Quichotte marquait déjà la fin du héros, de l’éthique. Les modèles de Taleb sont Malraux et Ralph Nader – « l’homme est un saint laïque » [Page 394]. Ses ennemis sont Thomas Friedman, Rubin et Stieglitz]

[Le « skin in the game » est-il la seule solution ? Le seul moyen? Qu’en est-il de la transparence?]

À propos de la science

« La science ne doit pas être une compétition, il ne doit pas y avoir de classements – nous pouvons voir comment un tel système finira par exploser. La connaissance ne doit pas avoir un problème d’agent. Un candidat au doctorat est venu me dire un jour qu’il croyait en mes idées de « queues épaisses » (fat tails » et en mon scepticisme des méthodes actuelles sur la gestion des risques, mais que ça ne l’aiderait pas à obtenir un emploi universitaire. « C’est ce que tout le monde apprend et utilise dans les publications papiers » m’avait-il dit. Un autre étudiant m’expliqua qu’il voulait un emploi dans une bonne université, pour qu’il puisse faire de l’argent et témoigner comme expert – qu’ils n’achèteraient pas mes idées sur la gestion robuste des risques parce que tout le monde utilise ces autres manuels. » [Page 419] [Tellement vrai! Voyez Rien ne va plus.]

Conclusion

« Tout ce que je veux, c’est supprimer l’optionalité négative, réduire l’antifragilité qui blesse les uns en faveur des autres. Grâce à cette simple idée de la via negativa. […] La règle d’or est la suivante: « Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’il te fasse ». […] La volatilité crée du gain ou de la perte. La fragilité est ce qui perd de la volatilité ou d’incertitude. […] Le temps est de la volatilité. L’éducation dans le sens de la formation du caractère, de la personnalité, et de l’acquisition de la vraie connaissance, aime le désordre et l’inconnu, l’éducation étiquetée et ses éducateurs détestent le désordre. L’innovation est justement quelque chose qui profite de l’incertitude. » [Pages 420-22]

« Tout ce qui est non-linéaire est convexe, concave ou une combinaison des deux. […] Nous pouvons construire des systèmes insensibles aux cygnes noirs en détectant la concavité, […] et avec un mécanisme appelé transformation convexe, l’autre nom de la stratégie de l’haltère. […] L’aléatoire distribué (par opposition au centralisé) est une nécessité. »

[Commentaires généraux]

Taleb donne parfois le sentiment de contradictions: le marketing est mauvais, mais Steve Jobs est grand, la stratégie de l’haltère et de l’optionalité est positive, mais n’est-il pas question de risques et d’inconvénients transférés à autrui ? pour les autres [Thales n’est-il pas un pur spéculateur qui profite des autres ?], les cigarettes sont mauvaises, mais les traditions sont bonnes.

Et aussi cet amour de la tradition rend les gens ayant un solide passé et des ressources plus à l’aise avec la prise de risques en utilisant la stratégie de l’haltère, mais qu’en est-il des pauvres n’ayant rien à perdre? Les gains pourraient aller statistiquement à ceux qui ont déjà … [Cela me rappelle l’histoire racontée par Doumeng : c’est un millionnaire qui raconte ses débuts difficiles : « j’ai acheté une pomme 50 centimes, je l’ai astiquée pour qu’elle brille et je l’ai vendue 1 Fr. Avec ce franc, j’ai acheté deux pommes à 50 cts, je les ai astiquées soigneusement et je les ai vendues 2 Fr. Au bout d’un moment, j’ai pu m’acheter une carriole pour vendre mes pommes et puis j’ai fait un gros héritage… »]

Vous savez maintenant pourquoi écrire ce « résumé » a été un défi. Un livre très étrange, dense, ascinant, mais si vous aimez ces concepts, vous devez lire Antifragile. En fait, vous devez lire le Black Swan d’abord, si vous ne l’avez pas déjà lu et si/qaund c’est fait, je suis sûr que vous allez lire Antifragile.

I’M Feeling Lucky, beaucoup plus qu’un autre livre sur Google

Comme suite à mon Les choix sûrs ne sont pas toujours de bons choix, voici mon résumé de I’M Feeling Lucky – Falling On My Feet in Silicon Valley de Douglas Edwards. Je craignais que ça ne soit qu’un livre de plus sur Google. Ce n’est pas du tout le cas comme je l’ai déjà écrit.

En voici une première illutration, une conversation entre Douglas et Larry Page: « Je me rends compte que très souvent tu as eu raison. Je sens que j’apprends beaucoup à ton contact et je te remercie de ta patience pendant cet apprentissage. » […] « Très souvent? » me demanda [Larry]. « Quand avons-nous eu tort? » Il ne souriait pas en posant sa question et il ne leva même pas un sourcil comme à son habitude pour signifier sa perplexité. Il voulait simplement savoir quand il avait eu tort de sorte qu’il pourrait intégrer l’information dans le logiciel mental qui gérait son modèle de l’univers. [Pages ix-x]

Douglas était l’employé numéro 59 [Page xv]. Il a quitté Google en 2005. Son récit de l’histoire de Google est extrêmement riche et montre à quel point la start-up était exceptionnelle: « D’autres signes montraient une situation hors de l’ordinaire. Sequoia Capital et Kleiner Perkins sont les Montaigu et les Capulet des entreprises de capital-risque de la Silicon Valley. Une rivalité intense les empêchait généralement d’investir dans la même start-up. » [Page 7] [Pas si vrai comme je l’ai montré dans When Kleiner Perkins and Sequoia co-invest(ed)]

En tant que responsable du marketing, il a aussi une vision intéressante des ingénieurs. « Ni Larry, ni Sergey n’avaient fait une école de commerce ou géré une grande société, mais Larry avait étudié plus de deux cents livres sur la gestion des entreprises pour se préparer à son rôle chez Google ». [Page 141]

« Impulsif et opiniâtre, Ray [employé # 6] sera toujours pour moi l’exemple typique de l’ingénieur de Google, un cow-boy solitaire patrouillant la frontière électronique en portant des shorts rose très provocateurs, faisant face à des ennemis redoutables à les faire cligner de l’œil, puis chevauchant au loin dans un coucher de soleil à peine aussi haut en couleur que lui ». [Page 152]

« Le taux de réussite idéal était de soixante dix pour cent, ce qui montre que nous allions très loin. Manquer un objectif ne serait pas pris en compte dans les entretiens de performance, parce que si c’était le cas, nous aurions pris trop peu de risques ». [Page 55] « En se lançant dans quelque chose d’ambitieux, on arrive plus souvent à quelque chose de raisonnable. Mais si vous ne mettez pas la barre assez haut, les gens prendront moins de risques et seront moins ambitieux. C’était une autre raison pour laquelle Google évaluait plus sur l’intelligence que sur l’expérience ». [Page 105] « Voyez grand. Restez flexible. Prenez les données à votre compte. Soyez efficace et économe à l’extrême ». [Page 113]

Il y a aussi des anecdotes amusantes comme celle du MentalPlex, un poisson d’Avril qui a dérangé quelques personnes, mais qui était apparemment très créatif, « une recherche pré-temporelle, qui anticipait les demandes des utilisateurs ». [Page 97-103] Vous en trouverez une représentation à la fin du blog.

La deuxième partie traite de la croissance, un changement frappant en comparaison de la société chaotique expérimentale qu’était Google auparavant. Pas un changement radical, mais un changement. La principale leçon que je garde de la première partie est que Google fit beaucoup de choses à l’opposé de ce que les livres ou les professionnels expérimentés vous enseignent. Toujours à remettre en question, toujours sceptique face aux vérités évidentes ou du moins apparentes. En particulier pour tout ce qui n’est pas du domaine de l’ingénieur ou qui ne pouvait pas être validé par des données.

« La décision de Larry de laisser des publicités créées par l’utilisateur apparaître sur notre site, sans examen, m’a convaincu qu’il vivait dans une réalité alternative et gravement déformée ». [Page 185]

« Il y avait des gens de mon âge chez Google quand je suis arrivé et des gens plus âgés que moi quelques mois plus tard. Will Whitted, un ingénieur hardware, avait 54 ans quand il a commencé chez Google, et il ne voyait pas de différence entre son mode de pensée et celui de ses plus jeunes collègues. «Je pense que je pense plus jeune, ce qui signifie probablement de manière plus irresponsable que la plupart des gens » a-t-il avoué. « Il y avait des gens chez Google qui avaient le problème inverse – qui étaient un peu plus jeunes que moi, mais perçus par les gens qui comptent comme vieux-jeu. A être trop lent et trop prudent, vous vous mettiez en difficulté. » Ceux qui ont réussi, comme je tentais de faire, devaient être ouvert aux nouvelles idées, indépendamment de leur source ou de leur logique apparente ». [Page 187]

« Est-ce que Google ne se lasserait jamais de réussir avec de grandes idées que je trouvais manifestement ridicules? Cela commençait à me faire sentir comme un vieux schnock grincheux criant vers des enfants de déguerpir de sa pelouse ». [Page 190]

« Ce qui importe est de savoir si nous faisons la bonne chose, et si les gens ne le comprennent pas maintenant, ils finiront par le comprendre. » Ce fut une leçon qui allait déterminer l’attitude de Google envers le public à partir de là. Bien sûr, nous avions troublé pas mal de gens avec le MentalPlex, mais au moins certains d’entre nous ont concédé que leurs plaintes avaient du sens. Avec Deja, nous étions clairement du côté du bien. Le public n’avait tout simplement pas compris. Même en travaillant comme des ânes, en y mettant notre propre argent, et en essayant de faire quelque chose de bon pour eux, ils hurlaient et divaguaient, râlaient et gémissaient. Puisque les utilisateurs étaient si déraisonnables, nous pouvions ignorer leurs plaintes. Cela satisfaisait nos fondateurs – ils suivaient toujours avec leur intuition de toute façon. »
« On m’a demandé si Larry et Sergey sont vraiment brillants. Je ne peux pas parler de leur QI, mais j’ai vu de mes propres yeux que leur vision brûlait si fort qu’ils embrasaient tout ce qui se trouvait sur leur chemin. La vérité leur semblait si évidente qu’ils ne voyaient pas la nécessité des subtilités d’une société policée pour mettre leurs idées en marche. Pourquoi ralentir pour expliquer lorsque la valeur de ce qu’ils faisaient était si évidente que les gens finiraient par le voir par eux-mêmes? »
« Cette attitude est à la fois la force de Google et son talon d’Achille. Aussi bien pour le lancement d’un moteur de recherche plus efficace dans un domaine déjà très concurrentiel que pour la publication de textes sans pré-filtrage dans Adwords, le succès d’idées controversées a donné de la force à la conviction que le point de vue initial de l’opinion publique était souvent hors de propos ». [Page 212]

La réaction de Google pour le 11 septembre ne fut pas excessive et réduite au ruban en boucle d’Alon Cohen. Le livre montre bien que Google fit des expériences extrêmes mais fut aussi beaucoup plus attentif qu’on ne pourrait croire à ses utilisateurs. Difficile de suivre les partisans de quelconques théories du complot sur Google.
Google-Ribbon

Vous pouvez passer ce paragraphe si vous avez déjà lu « Les choix sûrs ne sont pas toujours de bons choix. »
[Pages 256-258] « Lorsque Google compris son échec dans la mise en œuvre d’un logiciel de CRM pour gérer les emails de ses utilisateurs, «il ne me fallut pas longtemps pour faire la liste des fournisseurs de CRM. Moins d’une demi-douzaine d’acteurs offraient des produits stables et bien testés. […] Larry avait un ami d’université, David, qui nous conseillerait sur les caractéristiques souhaitables, et David ajouta, en passant, que lui et un ami développaient un produit CRM appelé Trakken. […] Intéressé? Intéressé par un produit non testé, en cours de développement avec un unique client minuscule? Bien sûr, c’est exactement ce que je cherchais – une autre technologie risquée sans aucun soutien et aucune feuille de route pour le valider. Je remerciai David pour son aide et, parce qu’il était un ami de Larry, lui assurai que nous serions heureux de lui envoyer notre demande de proposition. [Pendant ce temps, Google analysa les acteurs en place] Je me sentais confiant pour convaincre Larry et Sergey de desserrer les cordons de la bourse et faire bien cette fois: dépenser de l’argent pour la qualité et la stabilité d’un système auprès d’un fournisseur respecté. J’espérais que l’ami de Larry avait compris l’allusion et nous avait oubliés. [Il n’avait pas fait.] Je ne voulais pas qu’il se plaigne auprès de Larry quand ses espoirs seraient anéantis. Je me décidai de prévenir ce risque en parlant à Larry directement. « En fait, » Larry recommanda, « vous devriez embaucher ces gars-là. Ils sont très intelligents. Ils vont travailler dur pour développer le produit et nous pouvons investir dans leur entreprise. […] Ils vont être très réactifs. « Je pourrais dire que j’ai été surpris, indigné, incrédule, mais ce serait un euphémisme. Je ne pouvais pas croire que Larry allait vers du bas de gamme à nouveau au lieu d’acheter la fiabilité. Quand j’ai informé les autres fournisseurs, ils pensaient que j’étais soit corrompu soit un idiot. […] «Si vous croyez que vous pouvez construire un outil qui ressemble au nôtre en trente jours, vous vous trompez. Il nous a fallu quatre ans et 1 200 clients » […] Je serais encore en train de maudire la décision de Larry aujourd’hui s’il n’y avait pas eu une petite chose: Larry avait absolument raison. […] En quelques mois, nous avions le système CRM que nous souhaitions, selon nos spécifications, totalement stable et intuitif à utiliser. […] Alors qu’est-ce que j’ai appris de tout cela? J’ai appris que les solutions évidentes ne sont pas les seules et que les choix «sûrs» ne sont pas toujours de bons choix. Je croyais qu’une diligence raisonnable consistait à trouver le produit que la plupart des gens utilisaient, puis mettre la pression sur le fournisseur pour baisser le prix. Je n’avais pas parlé à Larry pour ne pas le faire. Nous avons des tolérances différentes face au risque et des idées différentes sur ce que deux personnes intelligentes, qui travaillent seules pouvaient accomplir dans un domaine technique complexe – et c’est pourquoi j’ai passé sept ans à travailler dans les médias traditionnels, tandis que Larry a trouvé un partenaire et a fondé sa propre entreprise. Il s’avère que deux personnes intelligentes, travaillant sur des problèmes techniques complexes, peuvent accomplir de très grandes choses ».

« Pourtant, une fois de plus, le risque produisit des bénéfices. La volonté d’accepter quelques souffrances, rapidement éradiquées, a ouvert les portes à une énorme croissance de l’audience à l’international. Le monde toléra des traductions maladroites et l’insulte occasionnelle afin d’accéder à la technologie de recherche de Google. Ce fut à nouveau l’illustration que le vernis de la perfection n’était pas aussi important que de donner aux gens l’accès au produit. Des résultats étaient fournis et la rapidité avec laquelle ils étaient fournis était en fin de compte tout ce qui comptait. Ils étaient l’essence même de la marque Google ». [Page 263]

[Pages 290-92] « L’heure que j’ai passé avec (Larry) et Sergey pour sonder leur vision de Google m’a donné le meilleur des points de vue sur leurs motivations et aspirations pour Google. Larry voulait que Google soit une force pour le bien, ce qui veut dire que nous n’aurions jamais fait de campagnes de marketing incluant des loteries, des concours, des coupons, ou qui ne marchent que parce que les gens sont stupides. S’attaquer à la bêtise des gens, a déclaré Larry, était mal. »
« Nous avons besoin de faire le bien. Nous avons besoin de faire des choses qui comptent à grande échelle. Quand j’ai demandé des exemples, il a cité le microcrédit au Bangladesh (…) et a parlé de l’évolution des systèmes d’entreprise pour les rendre respectueuses de l’environnement tout en économisant de l’argent. Il a également parlé de l’informatique distribuée, de la découverte de médicaments et de rendre l’Internet plus rapide. Et ce n’est pas tout. »
« Nous devrions être connu pour faire des choses que les gens peuvent utiliser, a-t-il dit, pas seulement pour fournir de l’information. L’information est trop restrictive. En fait, nous ne devrions pas être définis par une catégorie, mais par le fait que nos produits fonctionnent – de la même façon que vous savez qu’un produit d’Apple sera beau et qu’un produit de Sony fonctionnera mieux même s’il est plus cher. Nous étions une entreprise de technologie. Un produit Google fonctionnera mieux. »
(Puis ils parlèrent de données personnelles, de capteurs, de stockage, de caméras, et de données générées par les utilisateurs.)
« Pas une seule fois le sujet de l’argent ne fut abordé. J’étais probablement un rêveur naïf, dans la force de l’âge, parce que, en regardant en arrière maintenant, je vois qu’il n’y avait rien vraiment d’extraordinaire dans ce que Larry décrivait. Mais quand je suis sorti de son bureau, je pensai que, pour la première fois de ma vie, j’avais été en présence d’un véritable visionnaire. Ce n’était pas seulement les détails de ce qu’il entrevoyait, mais la passion et la conviction qu’il avait transmises qui vous faisait croire que Larry ferait réellement ce qu’il décrivait. … Mon respect pour nos deux fondateurs capricieux, obstinés, provocateurs et parfois immatures décupla d’un seul coup ce jour-là. »

[Page 324] « L’expérience a confirmé la puissance du prototypage pour donner des réponses définitives, beaucoup plus rapidement que les discussions théoriques. Google a appris une leçon: le prototypage avait été mis en place non pas pour un projet spécifique, mais simplement parce qu’il avait été trouvé intéressant. La valeur véritable vient de ce que des gens vont faire des choses que tout le monde pense une perte de temps. C’est là que se trouvent les grandes opportunités. C’est une opportunité parce que les autres ne le voient pas. Google lui-même était un exemple canonique. Aucune autre entreprise ne pensait que la recherche sur Internet était importante. Si cela avait été le cas, Microsoft ou Yahoo aurait investi plus massivement dans la technologie et Google n’aurait jamais acquis une telle longueur d’avance. »

[Pages 387-389. Enfin …] « Il n’y avait plus de rôle pour ce que je faisais chez Google. Je finirais mon travail. Je choisis le 4 Mars 2005, comme mon dernier jour: «Trois, quatre, cinq. » [March 4, 2005 en Anglais]. J’aimaia la pureté architecturale de cette date. […] J’avais commencé dans une petite entreprise avec l’expérience des grandes entreprises. Maintenant, je sortais d’une grande entreprise avec l’expérience de la petite entreprise. Et j’aime à penser que, dans une certaine mesure, j’ai aidé à faire progresser la condition humaine. Ou du moins que j’ai fait plus de bien que de mal. »

******** GOOGLE MENTALPLEX – POISSON D’AVRIL 2000 ********

Title_HomPg2

Enter your search terms…


…or browse web pages by category.
New! Search smarter and faster with Google’s MentalPlexTM
foolanim Instructions:

  • Remove hat and glasses.
  • Peer into MentalPlex circle. DO NOT MOVE YOUR HEAD.
  • Project mental image of what you want to find.
  • Click or visualize clicking within the MentalPlex circle.

See our FAQ and illustrations for correct usage.

Note: This page posted for April Fool’s Day – 2000.

© Google Inc.

Les choix sûrs ne sont pas toujours de bons choix

Je lis en ce moment I’M Feeling Lucky – Falling On My Feet in Silicon Valley de Douglas Edwards. Je craignais que ça ne soit qu’un livre de plus sur Google. Ce n’est pas du tout le cas. Les leçons sont assez incroyables. J’y reviendrai bientôt. Mais une anecdote mérite à elle seule cet article et la leçon en est que les choix «sûrs» ne sont pas toujours de bons choix. L’histoire se trouve aux pages 256-258.

Lorsque Google compris son échec dans la mise en œuvre d’un logiciel de CRM pour gérer les emails de ses utilisateurs, «il ne me fallut pas longtemps pour faire la liste des fournisseurs de CRM. Moins d’une demi-douzaine d’acteurs offraient des produits stables et bien testés. […] Larry avait un ami d’université, David, qui nous conseillerait sur les caractéristiques souhaitables, et David ajouta, en passant, que lui et un ami développaient un produit CRM appelé Trakken. […] Intéressé? Intéressé par un produit non testé, en cours de développement avec un unique client minuscule? Bien sûr, c’est exactement ce que je cherchais – une autre technologie risquée sans aucun soutien et aucune feuille de route pour le valider. Je remerciai David pour son aide et, parce qu’il était un ami de Larry, lui assurai que nous serions heureux de lui envoyer notre demande de proposition. [Pendant ce temps, Google analysa les acteurs en place] Je me sentais confiant pour convaincre Larry et Sergey de desserrer les cordons de la bourse et faire bien cette fois: dépenser de l’argent pour la qualité et la stabilité d’un système auprès d’un fournisseur respecté. J’espérais que l’ami de Larry avait compris l’allusion et nous avait oubliés. [Il n’avait pas fait.] Je ne voulais pas qu’il se plaigne auprès de Larry quand ses espoirs seraient anéantis. Je me décidai de prévenir ce risque en parlant à Larry directement. « En fait, » Larry recommanda, « vous devriez embaucher ces gars-là. Ils sont très intelligents. Ils vont travailler dur pour développer le produit et nous pouvons investir dans leur entreprise. […] Ils vont être très réactifs. « Je pourrais dire que j’ai été surpris, indigné, incrédule, mais ce serait un euphémisme. Je ne pouvais pas croire que Larry allait vers du bas de gamme à nouveau au lieu d’acheter la fiabilité. Quand j’ai informé les autres fournisseurs, ils pensaient que j’étais soit corrompu soit un idiot. […] «Si vous croyez que vous pouvez construire un outil qui ressemble au nôtre en trente jours, vous vous trompez. Il nous a fallu quatre ans et 1 200 clients » […] Je serais encore en train de maudire la décision de Larry aujourd’hui s’il n’y avait pas eu une petite chose: Larry avait absolument raison. […] En quelques mois, nous avions le système CRM que nous souhaitions, selon nos spécifications, totalement stable et intuitif à utiliser. […] Alors qu’est-ce que j’ai appris de tout cela? J’ai appris que les solutions évidentes ne sont pas les seules et que les choix «sûrs» ne sont pas toujours de bons choix. Je croyais qu’une diligence raisonnable consistait à trouver le produit que la plupart des gens utilisaient, puis mettre la pression sur le fournisseur pour baisser le prix. Je n’avais pas parlé à Larry pour ne pas le faire. Nous avons des tolérances différentes face au risque et des idées différentes sur ce que deux personnes intelligentes, qui travaillent seules pouvaient accomplir dans un domaine technique complexe – et c’est pourquoi j’ai passé sept ans à travailler dans les médias traditionnels, tandis que Larry a trouvé un partenaire et a fondé sa propre entreprise. Il s’avère que deux personnes intelligentes, travaillant sur des problèmes techniques complexes, peuvent accomplir de très grandes choses.

L’HOMME QUI NE CROYAIT PAS AU HASARD: un excellent thriller dans le monde des start-up

Aujourd’hui, Peter Harboe-Schmidt présente L’HOMME QUI NE CROYAIT PAS AU HASARD la traduction en français de son thriller The Ultimate Cure. J’avais en son temps dit tout le bien que je pensais de ce roman dans le monde des start-up. N’hésitez pas à vous joindre au vernissage cet après-midi, sur le campus de l’EPFL.

Je ne sais pas comment sera traduit cet extrait que j’avais fait de la version anglaise: « Prend ta start-up par exemple. Pourquoi t’es tu lancé? Si tu analysais le pour et le contre, tu ne le ferais sans doute jamais. Mais ton intuition t’y a poussé, en sachant que tu en tirerais une expérience positive. Ai-je raison? » Martin réfléchit à ce qui l’a poussé vers un monde qui de temps en temps ressemblait à un asile de fous. Comme un monde parallèle, avec quelques ressemblances avec le nôtre, juste beaucoup plus rapide et intense. Des gens essayant de réaliser leur rêve dans un monde incertain et pleins d’inconnu, travaillant sans compter, sacrifiant leur vie privée, courant à côté de ces autres start-up high-tech. Les instruments médicaux, les moteurs de recherche Internet, les télécom, les nanotechnologies et tous les autres recherchant la même chose: l’Argent. Pour faire tourner l’horloge du succès un peu plus vite. « C’est drôle que tu dises cela, » dit finalement Martin. « J’ai toujours pensé à cette start-up comme une évidence. Je n’ai jamais essayé de la justifier de quelque manière que ce soit. »

Le Cygne Noir, suite et fin?

Comme suite aux « posts » sur le Cygne Noir, le « Black Swan » de Nassim Nicholas Taleb, j’ai eu la chance d’expliquer comment je comprenais ce phénomène dans l’émission Babylone de la station Espace 2 sur la Radio Télévision Suisse Romande. Merci à Jean-Marc Falcombello pour ce long entretien. Cela dure 19 minutes entre les minutes 23:15 et 42:00.

je suis moins sûr que le lien suivant fonctionne: http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/4203353-moi-je-ne-bluffe-pas-l-insoutenable-legerete-de-l-incertitude-30-08-2012.html?f=player/popup

Lettre ouverte (?) à l’auteur du Black Swan

Je viens de finir la lecture (en anglais) du Black Swan et j’ai tellement aimé votre livre que je ne peux m’empêcher de vous contacter. Mais il m’a aussi tellement frustré parfois que je ne serai pas que positif dans ce courrier. Comme l’on dit chez nous, qui aime bien, châtie bien ! J’étais à l’aéroport d’Heathrow en partance pour Dallas quand je suis tombé sur l’édition Penguin qui incorpore le long essai intitulé « On Robustnes and Fragility, Deeper Philosophical and Empirical Reflections ». Essai dont l’une des dernières phrases est : “And, just as it is harder to have good qualities when one is rich than when one is poor, it is harder to be a Stoic when one is wealthy, powerful, and respected than when one is destitute, miserable and lonely.” C’est ce qui rend la lecture de vos travaux frustrante, je veux parler de vos généralisations simplificatrices. Pourtant celle-ci est intéressante. Mais vos digressions sur les Français ou sur les méthodes soviéto-harvardiennes m’échappent plus encore !

Autre raison assez proche de frustration : on ne sait jamais tout à fait si vous êtes un sage, un philosophe comme vos maîtres Sénèque et Montaigne ou un pamphlétaire en colère, voire enragé, dont les excès affaiblissent parfois le propos comme je le disais plus haut. Mais après tout, vous écrivez à la fin de votre essai que Sénèque ne fut pas toujours sage, ce qui ne l’empêcha pas d’être philosophe. Je ne crois pas que les qualités ou la sagesse (le stoïcisme) dépendent de la richesse comme vous le dites, mais plus des leçons tirées de l’expérience et de la variété de ces expériences. Avoir été pauvre et riche permet d’en comprendre les avantages ou les limites si elles existent. Comme disait un humoriste célèbre, l’argent ne faire pas le bonheur… des pauvres.

Ces choses étant dites, vous avez écrit des choses qui ont (enfin) soulagé mes propres frustrations. Vous avez illustré et sans doute prouvé avec votre Black Swan les limites de la statistique ou plus généralement de la modélisation mathématique des connaissances humaines. Je ne parle pas seulement des aberrations de la finance qui nous on conduit en partie à la crise actuelle, ni même de la question plus fondamentale de ce qu’est l’économie (Keynes, Marx et Schumpeter d’un côté et nombre de prix Nobel que vous détestez de l’autre – les économétristes en définitive ?), mais bien plus fondamentalement de la différence entre statistique et prédiction, entre connaissance et théorie. Vous m’avez d’ailleurs aussi un peu frustré parce que dans ma jeunesse, je n’avais jamais été convaincu que Benoit Mandelbrot soit un scientifique de la plus haute stature. Vous avez failli me faire croire que je m’étais trompé, puis grâce à votre description des travaux de Poincaré, confirmé que je n’avais peut-être pas tort.

Vos explications sur le Mediocristan et l’Extremistan sont magnifiques et vous le savez ! je travaille depuis 15 ans dans le monde de l’innovation et des entreprises de haute technologie. Comme praticien dans le capital-risque puis dans le soutien aux apprentis entrepreneurs à l’université, mais aussi comme théoricien empirique qui cherche à mieux décrire ce monde. Les start-up sont dans le domaine de l’Extremistan. Google, Apple, Cisco, Intel ou Genentech ne sont peut-être pas des Black Swan car on peut en partie les imaginer (sans pouvoir anticiper leur venue ni les prédire précisément) mais il est certain qu’une seule d’entre elles peut peser plus lourd que mille autres appartenant plus à un monde ressemblant au Mediocristan. Alors que je commençai un travail de recherche sur un tel groupe, j’avais découvert avec un peu de stupeur que mes données n’étaient pas gaussiennes, ce qui a posteriori est moins surprenant. La meilleure description des caractéristiques de ce groupe est d’utiliser des méthodes non paramétriques, donc qualitatives. (Lors de la conférence où je me rendais à Dallas, le chairman de la session m’indiqua ou reprocha que je ne m’intéressai à travers la high-tech qu’à 2% des entrepreneurs… Méconnaissait-il donc lui aussi le phénomène du Black Swan ?!) Avant de plonger par passion dans ce monde là, j’avais fait de la recherche en optimisation dont vous dénoncez l’usage dans certaines disciplines et comme je continue à l’enseigner, je mettrai en garde les étudiants contre son utilisation abusive (en dehors de la science et de l’ingénierie linéaire, comme vous dites si bien) et je peux donc me blâmer d’avoir publié un papier sur son utilisation pour les portefeuilles markoviens. Honte sur moi ! J’ai tout de même souri en découvrant que vous aviez donné une conférence à Lausanne dans une business school renommée alors que vous semblez critiquer ces institutions. Sans doute ne refuse-t-on jamais de manger dans la main ceux que l’on moque, il faut bien vivre. Vous êtes un peu le fou du roi… honte sur vous ?

Je pourrais vous écrire plus longuement encore, mais j’ai à ma manière commenté votre livre sur mon blog et cela suffit sans doute. Vous pourriez avoir l’impression que je suis plus agacé que conquis par votre livre. Détrompez-vous. C’est une des meilleures lectures que j’ai faites depuis des années, depuis ma découverte de Michel Houellebecq (lui est plutôt un cynique), qui comme vous est en quête de la vérité. Je terminerai pas une citation de Poincaré (que je ne suis plus sûr d’avoir lue dans votre livre ou dans un article de Cedric Villani dans le Monde) : « La pensée n’est qu’un éclair au milieu de la nuit. Mais c’est cet éclair qui est tout. »

J’adorerais vous rencontrer un jour, mais quand je me promène, je marche vite.

Avec mes salutations respectueuses

Hervé Lebret

NB: j’ai réellement envoyé ce courrier sous forme électronique à Nicholas Taleb, comme suite à mon post sur le Cygne Noir. La réponse fut malheureusement automatique:
Dear correspondent;
I am currently disengaged from the rest of the world (until November 2012).
I had to stop replying to emails outside of the strictly personal (friends, family, citizens of Amioun, etc.), except for extremely important/urgent matters.
Please note that, except for emergencies & appointments, I reply to mails with an equivalent frequency to that of classical letters.
(REQUESTS: Also note that 1) I no longer do media interviews (except those scheduled by publishers), 2) can no longer endorse books, 3) do not participate in documentary films, 4) will not give lectures in Asia, Australia, and other places entailing severe jetlag, etc.)
I apologize for the inconvenience.