La loi de la puissance et le capital-risque selon Sebastian Mallaby

Sebastian Mallaby vient de publier un nouveau livre sur le capital-risque. Il y est question de loi de puissance que j’ai souvent discutée sur ce blog (par exemple ici) et je ne vais pas y revenir. Mais je vais comme d’habitude quand j’apprécie un livre en citer quelques passages.

Le terme « capital-risque » avait également fait son apparition en 1938 lorsque Lammont du Pont, le président de E. I. du Pont de Nemours & Company, avait pris la parole devant le comité sénatorial américain chargé d’enquêter sur le chômage et les aides. « Par capital-risque, j’entends ce capital qui ira dans une entreprise et ne s’attendra pas à un retour immédiat, mais tentera d’obtenir un retour ultime », avait précisé du Pont. […] mais cette formulation n’a pas duré et le terme n’a été largement utilisé qu’à partir des années 60. [Note 28 page 418]

« Tout progrès dépend de l’homme déraisonnable, de l’inadapté créatif. La plupart des gens pensent que les idées improbables ne sont pas importantes, mais la seule chose qui est importante est quelque chose qui est improbable ». D’après Vinod Khosla [Page 3]

Sur les retours sur investissement des VC. La distribution normale s’applique à la taille, au poids des individus, aux marchés boursiers traditionnels, mais la loi de puissance s’applique à l’exceptionnel, à la richesse des individus lorsqu’elles ne sont pas vraiment réglementées, ainsi qu’au capital-risque : « Comme la star de 2 mètres 10 de la NBA dans une salle de cinéma, les sauts inattendus de prix des marchés classiques sont suffisamment rares et modérés pour ne pas affecter la moyenne. Le S&P500 a bougé de moins de 3% en 7763 jours sur 7817 entre 1985 et 2015, soit 98% du temps. […] Considérons maintenant le capital-risque. Hosley Bridge est une société d’investissement qui détenait des participations dans des fonds de capital-risque qui ont soutenu 7 000 startups entre 1985 et 2014. Un petit sous-ensemble de ces transactions, représentant seulement 5% du capital déployé, a généré 60% de tous les rendements de Hosley Bridge. » [Page 8]

Exemples de retours de Khosla [Page 10]

Startup Investment Return Multiple
Juniper Networks $5M $7B 1,400
Siara A few $M $1,5B >150
Cerent $8M Bought for $7B

À propos des prédictions : « Les révolutions qui compteront – les grandes perturbations qui créent de la richesse pour les inventeurs [et les investisseurs ! note HL] et l’anxiété des travailleurs, ou qui brouillent les équilibres géopolitiques et altèrent les relations humaines – ne peuvent être prédites sur la base d’extrapolations de données passées, précisément parce que de telles révolutions sont si profondément perturbatrices. Au contraire, elles émergeront à la suite de forces trop complexes à prévoir – de la soupe primordiale des bricoleurs, des hackers et des rêveurs orgueilleux – et tout ce que vous pouvez savoir, c’est que le monde dans dix ans sera extrêmement différent. […] L’avenir peut être découvert au moyen d’expériences itératives soutenues par des investisseurs aventureux. Il ne peut pas être prédit. [Page 11] « Je dis toujours à mes PDG de ne pas planifier. Continuez à tester les hypothèses et à itérer » Khosla encore. [Note 32, page 416] Tout cela n’est bien sûr pas s’en rappeler le phnénomène du Cygne noir ou Black Swan.

Pourquoi le capital-risque est-il si différent des autres types de financement ? La plupart des financiers allouent des capitaux avec réserve sur la base d’une analyse quantitative. les investisseurs en capital-risque rencontrent des gens, les charment et se soucient rarement des feuilles de calcul excel. [*]. La plupart des financiers évaluent les entreprises en projetant leurs flux de trésorerie. Les capital-risqueurs soutiennent fréquemment les startups avant qu’elles n’aient des flux de trésorerie à analyser. D’autres financiers échangent des millions de dollars d’actifs papier en un clin d’œil. Les capital-risqueurs prennent des participations relativement faibles dans de vraies entreprises et les détiennent longtemps. Plus fondamentalement, d’autres financiers extrapolent les tendances du passé, sans tenir compte du risque d’événements « extrêmes ». Les capital-risqueurs recherchent des ruptures radicales avec le passé. Les événements « extrêmes » sont tout ce dont ils se soucient. [Page 14]

[*] Les travaux universitaires confirment qu’un capital-risqueur sur cinq n’essaie même pas de prévoir les flux de trésorerie lorsqu’il prend une décision d’investissement. [Note 36 page 416]

Tout cela ne fait partie que du chapitre introductif. Sans doute plus à venir. En attendant voici l’histoire visuelle du capital-risque que j’avais réalisée en 2011:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.