Archives de catégorie : Donnée Start-up

Données sur 600 startups – quelques notes (5)

Cinquième post de commentaires sur les données (mises à jour) sur 600 (anciennes) startups. Aujourd’hui, il s’agit des parts des CEOs non fondateurs (en comparaison de celles des fondateurs).

J’avais remarqué il y a quelques mois, que les fondateurs restaient majoritairement aux commandes. C’était une surprise. Les données le confirment puisqu’il y a au total 229 startups avec un CEO non fondateur sur les 600 (38%). A nouveau un peu moins dans les domaines numériques et un peu plus dans les domaines de la santé.

Comme vous pouvez le voir dans mon post initial, ces CEOs ont en moyenne 3% de la startup (la valeur médiane est de 2,7%).

Tout cela est-il utile en pratique? La valeur médiane du rapport entre la part du CEO et des fondateurs est de 0,5 (la valeur moyenne est de 1 car il y a de grandes valeurs “aberrantes” – des outliers). Cela peut vouloir dire que si les fondateurs veulent embaucher un CEO à la fondation, il devrait lui réserver environ 33% de l’entreprise, et à la série A environ 15% si vous avez lu tous mes post précédents!

Voici une illustration plus granulaire.

L’image suivante montre la part des fondateurs sur l’axe horizontal par rapport à celle du CEO sur l’axe vertical (avec un zoom à droite).

Une dernière illustration pour nourrir la réflexion: la part des fondateurs dans les domaines du numérique et de la santé, relativement à la présence ou non d’un CEO non fondateur. (Notez que l’axe vertical n’a pas la même échelle pour les deux domaines).

Données sur 600 startups – quelques notes (4)

Quatrième post de commentaires sur les données (mises à jour) sur 600 (anciennes) startups. Aujourd’hui, il s’agit de la façon dont les actions sont réparties, après mon article d’hier qui portait sur les parts des fondateurs.

Un extrait rapide des données donne les valeurs moyennes et médianes suivantes:

Donc, comme modèle simple, on peut dire 10% pour (2-3) fondateurs, 20% pour les employés, 50% pour les investisseurs privés (VCs et BAs – business angels) et environ 20% pour les investisseurs publics à l’IPO.

De plus, les 20% pour les employés sont constitués de 8% d’actions ordinaires, 7% de stock options attribuées (granted) et 5% d’options disponibles (available for future grants).

Enfin, les CEOs (chief executive officer / PDG) non-fondateurs détiennent 3%, les VP (vice-president) 0,8% et les CFO (chief financial officer) 0,6%.

Les administrateurs indépendants ont comme groupe 0,4%, ils sont en général de 2 à 3, soit environ 0,2% par administrateur.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, vous pourriez être intéressé par les diapositives suivantes:

Données sur 600 startups – quelques notes (3)

Troisième post de commentaires sur les données (mises à jour) sur 600 (anciennes) startups. Comme je ne sais pas combien de posts je vais écrire sur le sujet, j’ai créé un tag #600startups.

J’ai regardé l’âge des fondateurs hier; aujourd’hui, il s’agit de l’évolution de leur participation actionnariale au fil du temps. Les fondateurs conservent 12,5% de l’entreprise à l’introduction en bourse, un peu plus dans le numérique (environ 16%), moins dans la santé (7-8%). La valeur médiane est de 8,5%.

La courbe de la série A est trompeuse! Le pourcentage détenu par les fondateurs correspond à l’introduction en bourse, mais le pourcentage des série A se situe au moment tour lui-même, pas au moment de l’introduction en bourse…

De plus, j’ai construit un modèle simple qui est le suivant: leur proportion est basée sur le rapport entre leurs actions et la somme de ces actions et les actions des fondateurs, augmentées de 20% (ceci pour prendre en compte les futurs recrutements): à titre d’illustration , si la série A prenait 40% au premier tour, les fondateurs en détenaient 50%, 10% étant réservés aux futurs recrutements (soit 20% de la participation des fondateurs).

Il convient également de noter que la série A est assez grande, environ 9 millions de dollars en moyenne (la valeur médiane est de 4,5 millions de dollars), et éventuellement en plusieurs tranches (comme cela est assez courant en biotechnologie).

Données sur 600 startups – quelques notes (2)

Deuxième post de commentaires sur les données (mises à jour) sur 600 (anciennes) startups, à propos de (ce que je pense) sont des résultats intéressants ou intrigants.

Après le capital-risque dans le premier post, voici des éléments sur les fondateurs.

Les 600 startups ont donné des données sur 1016 fondateurs, bien qu’il y ait en moyenne 2,3 fondateurs par startup. Je n’avais pas l’âge de tous, ni leur rôle. L’âge moyen est de 37,9 ans, la médiane est de 36 ans. (Ceci l’âge à la création, j’ai ajouté ceci après un commentaire que j’ai reçu le 9 avril 2020).

Les chiffres suivants montrent des résultats frappants sur l’âge lié aux domaines: les fondateurs sont beaucoup plus âgés dans les domaines liés à la santé, beaucoup plus jeunes dans les technologies numériques. C’est plus de 45 ans en biotechnologie et 43 en medtech contre 33 en logiciels et Internet.

Données sur 600 startups – quelques notes (1)

Pour faire suite à mon récent article sur les données (mises à jour) de 600 (anciennes) startups, voici un premier article sur ce que je pense être des résultats intéressants ou intrigants.

Sans faire trop d’autopromotion, j’ai dans le passé déjà abordé le sujet comme je l’indique dans le document ou à travers l’illustration qui suit:

Mon premier commentaire est que les différences liées aux domaines d’activité ou aux géographies ne sont pas si importantes, alors que les données ont évolué davantage au fil du temps (cinquante ans). Les montants de capital-risque, le nombre d’années jusque l’introduction en bourse, les ventes, les bénéfices, le nombre d’employés ne sont pas si différents par exemple, sauf en biotechnologie peut-être, pour les ventes et les employés au moins.

Une note importante: dans ma liste de 600 entreprises, seulement 15 n’avaient pas fait appel au capital-risque (ou du moins à des investisseurs privés). Y a-t-il un biais ici? Je ne suis pas sûr, mais je peux me tromper.

Ces posts de commentaires seront courts et je vais terminer celui-ci par un regard sur le Series A, le 1er tour d’investissement. Les montants sont conséquents, $8M en moyenne. J’ai fait une nouvelle analyse, à savoir combien les VCs prennent de participation à ce stade et en moyenne, c’est… 47%. Un peu moins dans l’IT, un peu plus dans la santé, un peu moins dans la Silicon Valley, un peu plus à Boston.

Si je ramène au pourcentage par million, cela donne 22%, je vous laisse réfléchir à cet étonnant résultat… mais il faut aussi regarder les valeurs médianes, car tout cela n’est pas gaussien comme je l’ai souvent dit, mais suit une loi de puissance (power law). Les valeurs médianes sont $4,5M pour le series A en échange de 45,5% et 10% par $M.

Données mises à jours sur 600 (anciennes) startups

Le virus Covid19 a un effet indirect, nous avons plus de temps à la maison et devant les ordinateurs. J’ai donc mis à jour mes données dans 600 (anciennes) pour lesquelles des informations étaient disponibles, principalement parce qu’elles avaient fait ou envisagé une entrée en bourse. Voici la liste complète des données individuelles:

Si vous ne pouvez pas visualier le document sur scribd, voici un lien direct vers le pdf intitulé Equity_in_600_Startups-Lebret-April2020.

À la fin de ce document de plus de 600 pages, vous trouverez quelques statistiques, les voici à nouveau. Je vais probablement revenir sur certains résultats intéressant et même intrigants. Je vous laisse apprécier et réagir!

Quelques notes supplémentaires dans des posts ultérieurs:
1- Le capital-risque: le 7 avril, notes 1.
2- L’âge des fondateurs: le 8 avril, notes 2.
3- L’equity des fondateurs: le 9 avril, notes 3.
4- Répartition de l’actionnariat: le 10 avril, notes 4.
5- L’equity des CEOs non fondateurs: le 11 avril, notes 5.
6- La valorisation des startups: le 12 avril, notes 6.
7- Ce qu’elles sont devenues: le 16 avril, notes 7.

Données de base sur les startups (financement, ventes, bénéfices, employés à l’IPO et nombre d’années entre fondation et sortie) par domaines, zones géographiques et périodes.

Données sur les fondateurs (âge, actionnariat et nombre par startups) et autres actionnaires par domaines, zones géographiques et périodes.

Données sur ll’actionnariat des CEOs non fondateurs, des vice-présidents, des “CXO” et des membres du conseil d’administration par domaines, zones géographiques et périodes.

Nouvelles données sur les series A par domaines, zones géographiques et périodes.

Les bulles, les bulles ont toujours existé! Voici Casper …

La spéculation, les bulles, oui, ont toujours existé. Je suis entré dans le monde du VC à la fin des années 90. Nous sommes maintenant à l’ère des licornes. Ou l’étions-nous?

J’ai fait ma 537e table de capitalisation, il y a quelques jours (voir ci-dessous). J’avais un peu hésité car je n’étais pas sûr qu’une entreprise vendant des matelas, même en ligne, puisse être classée dans ma liste d’entreprises technologiques. Mais avec des VC comme NEA, IVP, Norwest à bord et des banques de premier plan telles que Goldman Sachs et Morgan Stanley en tant que souscripteurs de l’entrée en bourse, elle avait tout le pedigree nécessaire. Ou du moins ça lui ressemblait.

Ensuite, j’ai lu que l’introduction en bourse de Casper est officiellement un désastre sur CNN et pourquoi l’introduction en bourse décevante de Casper pourrait entraîner un désastre pour d’autres licornes sur Business Insider Nordic. Ou encore ce matin et cette fois dans un mélange de français et d’anglais Casper, de licorne à dernière catastrophe financière (Casper’s IPO is officially a disaster) sur Maddyness.

Qu’est-il arrivé ? Eh bien, le prix initial de l’IPO sur le tableau ci-dessous aurait dû être de 18 $, puis il a été fixé à 12 $ pour le premier jour de négociation et ce matin, CSPR est à 10,26 $. La licorne est maintenant une entreprise de 400 millions de dollars. Et vous voudrez peut-être consulter le prix des tours préférés B, C et D sur le tableua qui suit. Oui, des catastrophes se produisent de temps en temps.

Et un rapide rappel de ma dernière liste en date en atendant que j’atteigne mon 550e tableau.

Les plus grandes sociétés de technologie en Chine et en Biotech dans les 10 dernières années

Comme suite à mon récent article post, Les plus grandes sociétés de technologie en Europe et aux USA dans les 10 dernières années, j’ai ressenti le besoin de faire un suivi rapide qui vient du fait que beaucoup de gens dans le passé m’ont posé deux questions supplémentaires:
– mais qu’en est-il de la Chine?
– mais qu’en est-il de la biotechnologie?
Je ne suis pas spécialiste de l’une ou l’autre dimension mais j’ai essayé de faire un exercice similaire dans le passé et hier. Voici les résultats:

Top Chine 2020

Top Chine 2016

Top Biotech 2020

Top Biotech 2016

Top Biotech 2007

J’ai un petit doute sur l’année de cette dernière table (meilleur effort seulement…) et toutes les données dans un seul pdf ici: Top China and Biotech

Et enfin une brève synthèse à comparer à l’article précédent:

Les plus grandes sociétés de technologie en Europe et aux USA dans les 10 dernières années

C’est juste après avoir lu sur Twitter que Google venait de devenir une entreprise de mille milliards de dollars (In honor of Google becoming a $1T company today), et aussi après avoir lu les préoccupations de Nicolas Colin concernant les entreprises technologiques européennes (Will Fragmentation Doom Europe to Another Lost Decade?) que je me suis souvenu avoir régulièrement comparé les anciennes startups technologiques américaines et européennes.

Voici donc mes tableaux passés et aussi une courte synthèse à la fin.Les données complètes en pdf à la fin aussi.

USA vs. Europe en 2020

USA vs. Europe en 2018

USA vs. Europe en 2016

USA vs. Europe en 2014

USA vs. Europe en 2012

USA vs. Europe en 2010

USA vs. Europe: une synthèse sur la décennie

Si vous préférez télécharger le tout et un peu plus : Le Top US / Europe (en pdf)

Les GAFAs sont-ils menacés? Leur croissance est, elle, toujours stable

C’est en lisant la newsletter toujours intéressante de Nicolas Colin, European Straits # 149, 10 Tech Giants qui sont (presque tous) en mauvaise forme que j’ai décidé de revisiter rapidement la croissance de 3 géants de la technologie que je suis depuis de nombreuses années: Google, Facebook et Tesla. Et voici leurs chiffres en termes de milliers d’employés, de revenus et de bénéfices en $M.

Si vous aimez vraiment les chiffres, en voici un peu plus: leur croissance moyenne sur 5 ans est d’environ 20% pour Google, 40% pour Facebook et à peu près la même chose pour Tesla (sauf que ces derniers n’ont jamais fait de profit). Google est plus ancien, ce n’est donc pas une comparaison équitable. voici une analyse plus précise.

Les trois géants de la technologie sont-ils donc menacés? Je ne suis pas sûr étant donné cette croissance régulière.